Ephemeros

Asyllex

18/09/2020

Autoproduction

Archipel autonome faisant partie du Royaume du Danemark, les Îles Féroé sont composées de 18 îles rocheuses volcaniques situées entre l'Islande et la Norvège, dans l'océan Atlantique Nord. Elles communiquent via des tunnels routiers, des ferrys, des routes et des ponts…et avec le reste du monde sur un terrain de football, mais aussi en musique. C’est ainsi que ces îles nous envoient aujourd’hui l’un de leurs représentants les plus féroces en termes de Néo-Thrash contemporain et puissant. Dans les faits, ASYLLEX s’est formé en 2013 à Suðuroy, et a déjà proposé un premier longue-durée il y a quatre ans, War Order, qui leur a permis de se faire un nom loin de ses côtes et ses tunnels. Mais les musiciens viennent bien de tous les côtés de ces îles, et c’est ainsi que Hans Hammer et Andreas Jacobsen viennent de Fámjin alors que Finnur Nielsen réside à Tvøroyri. Au-delà de ces quelques précisions géographiques, pas vraiment d’informations à se mettre sous la dent concernant ces musiciens éminemment sympathiques, leur bio étant plus que succincte et ne révélant qu’un line-up. En quatuor sur leur page Facebook (Hans Hammer: guitare/chant, Andreas Jacobsen: guitar/choeurs, Finnur Nielsen: basse et Bogi Petersen: batterie), mais en quintet sur The Metal Archives, qui nous dévoile la présence de Luka Radosavljevic à la seconde guitare. Mais après tout, peu importe la densité de la formation, puisque ce qui nous intéresse est cette musique plus complexe qu’il n’y paraît, et finalement, assez éloignée d’un Thrash old-school, et plus proche d’un Groove Metal des années 2000, avec tout ce que ça implique de clichés et d’influences. Sauf que le quintet/quatuor sait faire preuve d’ingéniosité pour les contourner, et offrir des compositions plus personnelles, puissantes et mélodiques, qui aiguisent l’appétit et la curiosité, et qui sont aptes à déclencher de sérieuses crises de headbanging chez un auditeur concerné. Mais pas que.

Première constatation avant de poser ses oreilles sur les fichiers numériques : le groupe n’a pas lésiné sur la quantité, avec plus d’une heure de musique. Et après seulement sept ans d’existence et un seul LP, on se demande si les instrumentistes ont l’imagination nécessaire pour meubler un tel timing avec pas moins de quinze morceaux de durée assez raisonnable. On sait que l’époque permet depuis longtemps de combler un album numérique au maximum pour en donner aux fans pour leur argent, mais quinze titres semblent un écueil d’ennui et de redondance assez difficile à éviter, ce que les Féroïens ont réussi, accomplissant le tour de force de nous offrir une œuvre variée, qui en appelle à la culture nineties et 2K, et qui parfois évoque une version plus exotique d’ILL NINO ou de CHANNEL ZERO, avec ce Thrash musclé mais à la vélocité contrôlée qui repose sur des bases mélodiques très prononcées. A ce titre, « Lost Life » est une entame bien singulière, avec son tempo lourd, ses arrangements orchestraux à la RAMMSTEIN de Mutter, et ses riffs qui trainent leur lancinance comme une mélancolie nordique. Mais avec cette introduction, le groupe parvient à intriguer, et à brouiller les pistes, nous menant sur le chemin d’un Heavy Metal emphatique et épique, alors que son but est tout autre. Et « Soul » de remettre immédiatement les pendules à l’heure, en ouvrant le bal des saccades sans ambages. On y retrouve tout ce que le Groove Metal a toujours proposé de plus efficace, ces syncopes prononcées, cette rythmique explosive et ce chant mélodique mais hargneux, et cette composition nous prend immédiatement à la gorge, nous immergeant dans un univers très personnel, détournant habilement les codes pour proposer autre chose qu’un simple succédané d’œuvres antérieures. Musicalement, le groupe est très carré, mais fluide dans ses interventions, et si les guitares se veulent la plupart du temps graves, le chant de Hans Hammer permet d’éviter la linéarité et la claustrophobie de ses modulations, tandis que les breaks harmoniques et le jeu très coulé de Bogi Petersen défont les nœuds rythmiques avec beaucoup de pertinence.

Le groupe est conscient qu’il doit sa réputation à cette diversité et à cette incapacité à les classer dans une catégorie bien définie, et le très KILLING JOKE époque Millenium « Dark Pursuit » d’assombrir encore le propos et d’imposer une rigidité assez inattendue. On se dit à ce moment-là que les ASYLLEX ont un énorme potentiel à mettre au service d’une musique riche et variée, et « Welcome To The Night » d’accentuer cette impression de son acoustique délicate mélangeant Cohen, ALICE IN CHAINS, le NOLA et quelques autres artistes Americana de toutes les décennies. Oser une demie balade amère en début de parcours est un choix culotté, mais qui démontre que les Féroïens n’ont pas l’intention de se laisser apprivoiser comme n’importe quelle créature musicale de playlist, et on se prend rapidement d’affection pour un album fondamentalement ouvert et original, qui distille ses composantes avec beaucoup d’intelligence. Les morceaux sont tous aussi effectifs les uns que les autres, l’atmosphère change à loisir, et le chant roublard et sinueux de Hans Hammer, qui n’hésite pas à murmurer, à feuler, à hurler ou à chanter avec beaucoup de douceur est un argument de poids pour conférer à cet Ephemeros un parfum unique et enivrant. Il est pourtant très difficile de retenir l’attention d’un public sur une heure de jeu, mais le groupe y parvient en dosant admirablement bien son effort, et en accentuant la violence au moment idoine, en lâchant un furieux « Bite » qui mord à pleines dents dans le Thrash des années 90. On croirait entendre FORBIDDEN, celui de Distortion, et la sensation est vraiment agréable.

Alors évidemment, chacun choisira ses titres favoris, mais tout le monde trouvera chaussure à son pied sur cet album surprenant, qui ose l’amertume à intervalles réguliers (« Concrete Shoes »), les intros travaillées, les humeurs plus sombres et syncopées (« Sleepwalker »), pour un festival de créativité qui a de quoi laisser pantois. Loin de la plupart de ses homologues qui se contentent d’un travail de reproduction old-school, ASYLLEX navigue à vue entre les époques et les genres, n’hésite pas à tergiverser entre Néo-Thrash et Post-Grunge (« Tranquility »), pour finalement nous offrir l’un des disques les plus surprenants de cette année 2020. Loin, dans leurs îles un peu perdues dans le nord, les musiciens prouvent qu’il n’est pas nécessaire d’habiter une terre connue pour se faire remarquer, et risquent fort d’attirer un public avide de chansons moins convenues. Et Ephemeros loin du sens de son titre, gardera une longue emprise sur vous, comme celle qu’imposent des souvenirs étranges mais si agréables qu’on accepte la rêverie. Bravo messieurs, et merci pour cet album si atypique et charmant.     

                 

Titres de l'album :

01. Lost Life

02. Soul

03. Dark Pursuit

04. Welcome To The Night

05. Endless Greed

06. Bite

07. Concrete Shoes

08. Frostbitin

09. Wither

10. Sleepwalker

11. Spirits

12. Kyrra

13. Tranquility

14. Murder

15. Between Life And Death


Facebook officiel


par mortne2001 le 02/07/2021 à 18:32
88 %    188

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Chief Rebel Angel

D'habitude les trolls c'est rigolo, mais là non. Pathétique.

26/05/2022, 09:52

NecroKosmos

J'aimais beaucoup MORTILLERY. Là, même si la voix est toujours là, c'est musicalement assez décevant, ça ne décolle pas trop.

26/05/2022, 07:20

NecroKosmos

Evidemment, quand on ne sait pas lire, il est plus facile de cracher son fiel. Le niveau ici est consternant. De pire en pire.

26/05/2022, 06:23

chantal

Un super groupe qui mérite d'être écouté, laissez vous tenter vous ne le regretterez pas, vos oreilles vous dirons merci.

25/05/2022, 20:23

Moshimosher

RIP...

25/05/2022, 19:20

Deathcotheque

Je n'en reviens pas, je suis bouche bée. Un personnage de notre scène metal française parti bien trop tôt. J'étais moi aussi étonné de ne plus entendre parler de lui et ses divers projets depuis un moment. Qu'est-ce qu'il va nous(...)

25/05/2022, 14:56

Jus de cadavre

Ben bordel ! Que de souvenirs avec Scarve (le reste beaucoup moins)... 

25/05/2022, 14:23

RBD

C'est terrible. C'est surtout son travail pour Mnemic qui m'avait plu mais Scarve restera probablement le plus marquant pour la scène Metal française. Je m'étais étonné de remarquer qu'il ne faisait plus rien depuis quelque temps, m&ecir(...)

25/05/2022, 12:09

Gerggg

Avec le misgivings qui arrive, il a pas chômé Stéphane 

24/05/2022, 20:45

Jus de cadavre

Féroce comme toujours. Un des groupes les plus bestial du pays... Vivement cette sortie !

24/05/2022, 20:04

ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23