Désolé mais on n’a pas toujours le temps de passer le sien sur son clavier. Alors pour une fois, j’airai au cœur des choses assez rapidement pour laisser cette chronique entre des balises raisonnables. STORMRIDER est un groupe anglais de Manchester, formé en 2017, et qui a sorti son second EP en juillet dernier, pour les amateurs de nostalgie Heavy de l’orée des années 80. Se vautrant avec plaisir dans la nostalgie, le groupe n’hésite pas non plus à intégrer à sa musique des éléments plus pugnaces, en allant piocher dans les coffres de groupes Power et Thrash de quoi enrichir son inspiration. Je pourrais d’ailleurs m’arrêter là et vous conseiller d’aller jeter une oreille attentive à What Lies Within, histoire de vous faire un avis par vous-même, mais je vais quand même apporter plus de précisions. Avant ce second EP, les anglais en avaient donc logiquement sorti un premier, au titre qui annonçait la couleur et la ferraille. Ainsi, l’année dernière, Heavy Metal Machine avait agité l’underground de son Metal franc et plus nuancé qu’il n’y paraissait, et c’est donc en toute logique que le trio (Mike Coyle - chant, Cristiano Lopes - guitares et Robert Beeton - batterie/chœurs) continue sur sa lancée, sans trop changer sa formule qui lui convient très bien. En autoproduction, les musiciens tentent donc de nous séduire de quatre morceaux et d’une intro, et ne cachent en rien leur fascination pour les débuts de la NWOBHM qu’ils citent en référence absolue. Il n’est donc pas étonnant de retrouver dans leur liste de mentors des noms comme IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST ou SAXON, qu’ils auraient pu accompagner de ceux de SATAN, DAMOND HEAD, SAINT VITUS, ou PICTURE, mais qu’ils préfèrent souligner de clins d’œil plus virils, en se rapprochant d’ICED EARTH, METALLICA ou KREATOR. Mais ne vous leurrez pas. Si le Metal des anglais est costaud, il est à cent lieues de l’invasion Thrash des mid eighties, et plus proche de la vague vintage actuelle qui secoue l’Europe.

C’est d’ailleurs le nom de SATAN, mais aussi celui de MANILLA ROAD qui devraient vous mettre sur la bonne piste, avec un petit coup de main des souvenirs de BLACK SABBATH, puisque What Lies Within à cette petite atmosphère doomy qui le distingue de la masse old-school. Rien de vraiment surprenant à l’écoute de ces quatre chansons qui reprennent les débats là où les précédentes les avaient abandonnés, mais une bonne dose de Heavy Metal à l’ancienne, gentiment lyrique (spécialement sur le final « What Lies Within », qui a même des allures du CANDLEMASS des débuts, l’emphase dramatique en moins), subtilement progressive quand il le faut, mais très académique dans le fond et la forme. Doté d’une production honnête au cachet passéiste, ce second EP des Mancuniens est un petit plaisir qui fait du bien aux oreilles, avec en exergue ces fameuses tierces si chères à Steve Harris, ce sens de l’appui hérité des premiers SAXON, et quelques prétentions artistiques qui permettent de tirer l’instrumental vers le haut. Certes, les soli ne sont pas toujours très carrés, mais la voix de Mike est convaincante et parfois poignante, et la rythmique, assez inventive, permettent d’occulter quelques maladresses. Le but du jeu n’étant pas d’impressionner ni d’assommer l’auditeur éventuel de performances individuelles notables, la cohésion d’ensemble est appréciable, surtout lorsque le tempo s’envole un peu (« The Journey Begins »). Il n’est d’ailleurs pas interdit d’imaginer les anglais en exil en Suède à l’écoute de ces chansons que les scandinaves d’aujourd’hui pourraient entonner en chœur, même si on comprend assez vite que les racines anglaises sont toujours aussi profondes, et chéries par les musiciens nationaux. Il n’y a pas de mal à se satisfaire d’une fierté tout à fait justifiée, et les STORMRIDER de leur nom à leurs riffs ne font rien pour cacher leur respect d’un classicisme honnête, livrant une jolie partition, émaillée de breaks mélodiques, qui nous ramène au temps béni de Court in the Act, ou du plus tardif et nordique Epicus Doomicus Metallicus (l’analogie est flagrante sur l’excellent « Fire and Fury »).

Quelques harmonies plus légères pour passer la pilule d’une intro mélancolique (« Spirit of the Wind »), avant de reprendre le chemin d’un Hard Rock tirant sur le Heavy typique de 81/82, avec quelques saccades plus musclées, et toujours une basse qui cavalcade dans les près. Du bon travail, toujours en format court pour se faire les dents, mais il ne m’étonnerait guère que les anglais se concentrent très bientôt sur un LP, leur talent naturel et leur simplicité apparente leur permettant d’envisager l’avenir avec sérénité, mais aussi quelques ambitions légitimes à concrétiser.      

           

Titres de l’album :

                        1.  Rite of Passage                

                        2.  The Journey Begins                     

                        3.  Fire and Fury                   

                        4.  Spirit of the Wind           

                        5.  What Lies Within

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/02/2020 à 14:01
75 %    125

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Qu'importe le confinement je pense. La question est plus : en aura t'ont fini avec l'épidémie dans 2 mois ? La réponse est non (à moins d'un traitement miracle trouvé entre temps... mais ça...). Donc les rassemblements (d'autant plus de plusieurs milliers de personnes) ne seront pas autorisés(...)


Pour moi le hellfest aura lieu si on sort du confinement au plus tard le 15 mai.


Je vais pouvoir travailler mon anglais !


Merci beaucoup pour le lien !
Visionnage obligatoire.


aussi chez Metal Force records.
https://metalforcerecords.bandcamp.com/album/under-siege


Tu m'étonnes !
PISSGRAVE n'a qu'à bien se tenir !


Oh bourdal de mardch !
La pochette o_O


Il fallait un commentaire négatif. Je déteste l'unanimisme...
Mais j'adore ce site et je croise les doigts pour qu'il ne soit pas éphémère.


J'ai toujours eu du mal avec leur musique, décidément je leur laisse une chance à chaque fois mais ...


j'adore se groupe


Je trouve ça complétement con.
Je vais pas argumenter parce que j'imagine que tout le monde s'en fout mais je trouvais que 10 messages unanimement élogieux c'était un peu beaucoup.
Voilà.


Poisson d'avril


Bon, même si c'est pas de vous ça reste génial, bravo donc a METAL EN FER !!!


Le Hellfest peut avoir lieu je pense mais les groupes américains c'est le probleme, pour le reste de l'europe ça peut le faire sans soucis, mais ça donne quoi sans les USA comme affiche...


Merci pour vos commentaires qui nous motivent à vous donner chaque jour le meilleur de l'info metal, mais presque.


C'est pas de nous hein Metal En Fer !
Toujours est-il que c'est bien marrant je trouve, une sorte de Gorafi Metal xD


Alors là bravo les gars !
Je dois dire que celui de cette année est vraiment très, très bon.
C'est effectivement super chiadé, et surtout j'ai ri plein de fois…
Pour ceux me connaissant, c'est gage de qualité au vu de mon intransigeance en la matière.


L'annulation du hellfest en tant que tel ne fait pas de doute, avec ou sans pq ...


HELLFEST : Des festivaliers réclament « moins de bruit pour une ambiance plus conviviale »


Sponsorisé par Lotus :-))))))))
Mouarf !