Obscene Extreme - Jour 2

Final Flag, Thalidomide, Mar De Rabia, Scandal , N.v.Ú., Telex 2019, Fleas , Warhead, Oi Polloi, Gbh

Obscene Extreme, Trutnov (République Tchèque)

du 02/07/2019 au 07/07/2019

PUNK AS FUCK - Mercredi 3 Juillet

Comme depuis pas mal d’année, le mercredi est une sorte de pré-party à thème et cette année ça tourne autour du punk. Forcément il s'agit d’un genre important pour le grind et le crust qu'on retrouve chaque année à l’affiche du festival, donc cette soirée fait sens. Je connais pas beaucoup de groupe aujourd’hui, mais l’une de mes grosses attentes de cette semaine joue ce soir.
Le petit groupe FINAL FLAG entame cette journée. Il s’agit d'une association de gars du coin avec des membres de WEHRMACHT, ce qui paraît improbable sur le papier. Le groupe pratique lui aussi une sorte de crossover avec forcément un côté punk très prononcé et des relents très rock'n'roll. Le public lui est déjà à fond dans les circle-pits, de plus il fait super beau. C’est pas incroyable, mais c’est divertissant.
INDIAN NIGHTMARE aurait dû fouler les planches juste après, mais suite à un accident d’un des membres, c’est THALIDOMIDE qui les remplace. Encore une formation que je connais pas, alors que le groupe est actif depuis 93. Un drapeau jaune avec le symbole “Anarchiste” fait office de backdrop pendant que le groupe joue un punk pas mal old school. Le chanteur court partout, c’est plutôt dynamique, mais encore une fois c’est pas forcément mon délire.

La journée commence à être longue à écouter que du punk, en effet les Vénézuéliens de MAR DE RABIA rentre sur scène et ça m’enchante pas plus. C’est le concert avec l’affluence la plus faible, pourtant ça reste la même formule que les autres groupes. Peut-être que le chant dans leur langue freine l’engouement. La formule est en trio, avec juste une guitare et pas de basse, suffisant dans ce genre de punk minimaliste. Le chanteur court partout, et se casse même la gueule pendant le set, au moins c’est énergique. La fin de set se verra couronné d’une reprise de DISCHARGE.
Cette année la journée de “pré-fest” est vraiment chargée, en effet il reste encore sept groupes, avec entre autre SCANDAL en mode punk rock ala DROPKICK MURPHYS (sans les instruments traditionnels). Le guitariste porte un béret sur le crâne et un kigurumi pendant que le chanteur aborde un polo Fred Perry : il n’y a pas beaucoup de cohérence dans tout ça, mais on sent quand même que le groupe vient de Boston. Et pendant ce temps là le bassiste fait les chœurs. Le groupe quitte la scène sur un sample de Star Wars, afin de laisser place à N.V.U.
Le chanteur vient sur scène en slip léopard et distille avec son groupe un punk de la  vieille école Anglaise avec une approche mélodique. J’ai pas grand chose à dire de plus, pas grand chose non plus sur les stars locales de TELEX (2019) qui ont l’air attendu. En effet leur place sur l’affiche reste haute, et les plus anciens dans le pit n'hésitent pas à chanter les paroles dès les premiers titres. Le chanteur avec un casquette très Rob Halford sur le crâne, s’amuse sur scène, et essaye même un soutif envoyé depuis la fosse. Musicalement, c’est surement le groupe le plus agressif depuis ce début de journée.
FLEAS & LICE continu ce marathon punk, avec une formule qui là encore me parle pas vraiment. On retrouve à la basse un membre de SUFFERING QUOTA qui joue le lendemain, et dont les deux groupes ont pas grand chose en commun. Ici quelques passages d-beat pointent le bout de leur nez, mais ça reste très soft. Là encore une partie du public chante les paroles, le groupe à l’air connu dans la scène vu qu’ils ne sont pas locaux. Le chant est partagé entre un mec et une meuf (qui à pas mal la voix cassée), mais il manque ce grain de folie pour que le groupe se démarque de la masse de cette journée.


L’heure est aux trois derniers groupes, avec d'abord WARHEAD, groupe culte Japonais. Je ne suis pas un grand fan de la scène Punk Hardcore Nippone, mis à part les groupes les plus vénères de D-beat. C’est donc sans grande attente que je m’installe pour ce concert. Celui ci commence mal, avec un problème de basse juste avant de commencer. Le chanteur, avec une crête rouge sur le crâne, anime pendant ce soucis technique avec quelques cris. Le concert commence sur un retard, mais j’ai déjà hâte qu’il se termine. Le groupe a certes un statut respectable, mais je trouve la chose bien lente et inintéressante (tout du moins en 2019, j’imagine qu'à l’époque c’était autre chose). Ça s'énerve gentiment sur certains titres mais sans plus. Comme chaque année, l’OEF propose un groupe exclusif de cette scène punk Japonaise, mais comme chaque année, je n’y trouve pas vraiment mon compte. 

La suite avec OI POLLOI qui va me faire grincer des dents une bonne partie du set. Dans ma tête il s’agit d’un groupe culte et sérieux d’anarcho punk Écossais, du coup je m’attendais pas à ça… 

Le concert commence gentiment, et on nous présentes la formation comme de la “OI anti-système et antifasciste”. Le groupe lui joue une sorte de street punk basique.

Mais le drame commence, tout d'abord avec cette question, “do you like smoke weed ?” avant de nous vanter les mérites de l’herbe. C’est très bas du front, mais c’est que le début, car ensuite on distribue des bières et du whisky dans le public avant de crier un “It’s Partytime”.

Ça peut paraître anodin et bon enfant, mais c’est clairement pas comme ça que j’imagine ce genre de groupe sur scène.

“Aimez vous la D-Beat” demande le chanteur avant de jouer quelques titres dans le genre puis de nous expliquer qu’ils “détestent le putain de système”. 

“Avez vous déjà fait du air-guitare devant votre miroir ?” le public répond par l’affirmative et se voit répondre un “correct answer”. Le concert prend donc officiellement un air de running gag, avec une question avant chaque titre.

Pendant qu’un titre est présenté comme “anti-police”, sur le suivant, le chanteur se torche avec un drapeau Trump… C’est terriblement cliché et gênant.

Tour à tour, les titres sont : anti-Brexit, anti-homophobie, anti-xénophobie, anti-religion, anti-patriarcat… 

L’heure est au titre “Don’t Burn the Witch, Burn the Rich” scandé par la fosse, puis le concert se termine sur un enchaînement de titres d-beat. 

Un cruel manque de sérieux, c’est dommage au vu de leur statut, car là j’ai surtout eu l’impression d’assister à une parodie de TAGADA JONES ou des RAMONEURS DE MENHIRS. 


Bon vous devez trouver que je suis un mec blasé, qui trouve pas beaucoup d'intérêt dans les concerts que je vais voir, et qui s’ennui la moitié du fest… Détrompez vous, je sais apprécier les bons concerts, comme celui de GBH. C’est le dernier set du jour, avec rien de moins que cette légende du UK82. Inutile de présenter les Anglais, il suffit juste d'écouter le classique City Baby Attacked by Rats, de prendre sa dose de real punk et de violence. Ce groupe sent la baston, et à le mérite d’avoir dans ses rangs un public à la fois metal et punk. 

J’ai pourtant un vague souvenir du seul concert que j’ai vu d’eux en 2014, le souvenir d’un groupe de punk à papa, loin des sets explosifs de leur collègue DISCHARGE. C’est pourtant sans aucune appréhensions que je m'approche de la scène. 

GBH entre sur scène sans aucune introduction ni balance, Collin cintré dans son cuir commence direct à chanter, sans aucun test vocal ! C’est ça que j’attends depuis le début de journée, un groupe qui remonte le niveau et qui donne ses lettres de noblesses au genre. 

C’est clairement pas la prestation du siècle, ça reste moins énergique que sur album, mais ça fait amplement le taff. Forcément la setlist tourne autour de l'album de 82, avec “Sick Boy”, “Big Women”, “Time Bomb”... et une fin de set sur “Maniac”. On notera un enchaînement “City Baby Attacked by Rats” /  “City Baby’s Revenge”.

Un moment bien fun qui donne envie d’en découdre dans la fosse du Battlefield et qui ont permis d’effacer cette journée qui a traîné en longueur. Une très bonne entrée en matière, pour les trois “vrais” jours de festival qui vont suivre. 

(juste après a lieu la projection du film tournée pendant l’édition de 2018, avec des interviews et des photos d’archives. C‘était bien sympa, juste avant d’aller dormir)

par Mold_Putrefaction le 30/07/2019 à 10:50
   351

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Humungus
membre enregistré
01/08/2019, 06:12:24
1) Je ne sais pas comment tu fais Mold_Putrefaction pour te taper sur un fest autant de groupes et surtout nous pondre une critique de chaque set. Impressionnant.
2) Je me suis totalement retrouvé dans ta critique sur les discours faciles à la TAGADA et RAMONEURS. J'adore pourtant ce dernier groupe, mais c'est vrai que les poncifs gauchos (que je suis pourtant) pondus à chaque intro, c'est d'un lourdingue...

PS : J'aurai au moins appris une chose de réelle importance sur ce report : Ce qu'est un kigurumi (j'ai dû pour cela vérifier sur la toile).
Sic !

Saul Essame
@92.154.59.160
01/08/2019, 12:56:55
Alors c'est vaguement en rapport avec le sujet...GBH, j'ai vu des concerts récents sur youtube, c'est mou malheureusement..après c'est un groupe qui ne s'est jamais arrêté, avec quasiment le même line-up qu'à leurs débuts ( sauf peut-être le batteur), donc...sinon, ayant assisté à des concerts Oi et des concerts "streetpunk" engagé ( RASH etc...) honnêtement c'est moins fun les concerts "politisés", et c'est un peu dommage, peut-être ne faut-il point généraliser mais bon...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11