Fast. Heavy. Blastbeats. D-beats. Crust. Grind.

Avec une telle accroche, comment ne pas se sentir irrémédiablement attiré par un album qui joue la franchise au-delà de toute volonté d’innovation ? Impossible je vous l’accorde, d’autant plus que le Grind reste mon talon d’Achille le plus fragile comme vous le savez. Alors si en plus, il nous en vient d’Angleterre, là où tout a explosé il y a une bonne trentaine d’années, je ne vois pas comment décliner l’invitation…C’est donc avec plaisir que j’ai accepté de me pencher sur le second long des HUMAN CULL, celui-là même qui vous accule, et qui vous…Bref, fondé en 2011, ce collectif bruitiste a déjà répandu ses effluves toxiques sur divers formats, dont trois EP, deux splits et une démo, avant de se lancer dans le grand bain du chaos organisé et désaxé via Stillborn Nation, publié en 2014. Obtenant de très bons échos de la presse underground et des fans affolés, ce trio d’allumés (Edd - chant/guitare, Sam - batterie/chœurs et Luke - basse) a donc décidé de pousser ses expérimentations encore plus loin, et de nous livrer l’album de Grind parfait, tournant à dix-huit minutes pour autant de morceaux. Inutile donc de vous attendre au versant progressif d’un genre qui n’a jamais donné dans la dentelle ouvragée, pour autant il est tout aussi vain de craindre une réalisation qui se complaît dans le classicisme le plus total. Bien que les outrages perpétrés par ces anglais tarés soient d’une intensité parfaitement notable, il sera aussi honnête de souligner qu’ils ne sont pas contre une ou deux fantaisies régulières, histoire de transcender leur bordel originel dans une stratosphère un peu moins encombrée.

Se réclamant d’influences logiques (TERRORIZER, GADGET, THE AFTERNOON GENTLEMEN, NAPALM DEATH, NASUM, CONVERGE, KILL THE CLIENT, PIG DESTROYER, MAGRUDERGRIND, ASSUCK, WEEKEND NACHOS, INSECT WARFARE, CARCASS, DISCHARGE, SIEGE, UNSEEN TERROR, ENTOMBED, et je résume la chose), les trois HUMAN CULL n’hésitent pas à brasser les courants pour nager en plein milieu du leur, et évoquent avec malice les BRUTAL TRUTH, ASSUCK et autres THE KILL, pour un ballet d’outrance méchamment bien organisé. Je parlais tout à l’heure de quelques pirouettes de style, et un morceau aussi festif et dissonant que « Think In Only Lies », le démontre avec beaucoup de générosité, rappelant même parfois les miraculeux TOTAL FUCKING DESTRUCTION. Entre un batteur qui n’est pas avare de fills et de descentes hystériques, un guitariste qui en remontre niveau stridences et déviances, et un bassiste qui assure le lien entre les deux de manière assez prononcée, Revenant est un genre de fantôme bien tangible qui fait tinter ses chaînes comme aux grandes heures de manifestation anglaise des années 80, mais qui a repassé son drap à l’américaine de la décennie suivante. Tout ceci est donc méchamment en place, assez coriace, mais groovy lorsqu’il le faut («The Death That Isn't Death ») pour éviter de faire passer les auteurs pour de simples lourdauds. Pas le temps de s’ennuyer, et entre les cris de dément, les accélérations sur l’instant, les breaks à l’avenant et les alourdissements bien pesants, le tableau est générique mais euphorique, et se place d’emblée au rang des plus grandes réussites du genre, parvenant même à chatouiller le souvenir d’un NASUM en pleine montée (« Blood »).

Enrobé dans une superbe pochette en flot de figures désincarnées et doté d’une production à enchaîner les damnés, Revenant est l’archétype même d’album de Grind intelligent, suffisamment ludique pour amuser, mais largement assez puissant pour défouler. Refusant les principes les plus éculés tout en respectant la tradition célébrée, le trio anglais nous offre donc notre pesant de sensations, se posant parfois en prolongement Death d’un Crust vraiment sournois. Mais c’est surtout la bonne humeur et l’énergie qui se remarquent et se démarquent, deux composantes essentielles à tout bon travail bordélique, mais aussi cette créativité dans l’exubérance qui ose caser un max de plans dans un contexte temporel réduit à l’extrême (« Everyday Paranoïa »). Ne refusant aucune astuce leur permettant de se mettre en valeur, les trois instrumentistes se montrent sous un jour flatteur, en bon manieurs de manche, de baguettes et de micro, pour redonner ses lettres de noblesse à un genre absolu qui se voit souvent dévalorisé par un bon paquet d’olibrius. On n’hésite jamais à ralentir la cadence pour inspirer la méfiance (« Baleful Foundation », et son break glauque comme un petit matin londonien), mais le but du jeu étant de frapper le plus fort possible en un minimum de temps, les saillies débridées et instantanées se taillent aussi un costard bien mesuré (« The Worms of God »). Entre roulements affolés et blasts déchaînés, le travail de Sam mérite d’être souligné, lui qui donne de sa personne comme…personne pour catapulter des riffs vraiment accrocheurs jusqu’au décolleté de ta sœur. Si un mix probable entre BRUTAL TRUTH et NASUM reste l’équilibre le plus pertinent pour définir les contours d’un LP vraiment bruyant, les HUMAN CULL possèdent suffisamment de flair pour éviter les comparaisons trop figées, et se donnent sans compter (« Never Smile », impossible de rester placide en écoutant une trombe pareille).

Fast. Heavy. Blastbeats. D-beats. Crust. Grind. 

 

Oui, c’est un fait, mais aussi pas mal de folie, de la créativité, et l’amour du travail bien fait. Le meilleur Grind pour une petite vingtaine de minutes en apesanteur, et une belle démonstration de bruit et de fureur. Le genre d’œuvre qui donne envie de tout envoyer bouler par la fenêtre, voisins y compris. Pas de quoi se faire des amis, mais un bon exutoire au manque constant d’espoir.                 

      

Titres de l'album:

                      1. Harnessing Atrocity

                      2. Blood

                      3. The Butcher's Nails

                      4. Worship Nothing

                      5. Everyday Paranoia

                      6. Unmake the Graves

                      7. Baleful Foundation

                      8. The Muzzle

                      9. An Offering to the Machine

                     10. Like an Emissary into the Abyss

                     11. The Worms of God

                     12. The Hecatomb Enterprise

                     13. Prying Eyes

                     14. Never Smile

                     15. Think in Only Lies

                     16. Flesh

                     17. The Death that isn't Death

                     18. Endless Purgatory

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/06/2018 à 17:58
88 %    260

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Clegane

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....