Fast. Heavy. Blastbeats. D-beats. Crust. Grind.

Avec une telle accroche, comment ne pas se sentir irrémédiablement attiré par un album qui joue la franchise au-delà de toute volonté d’innovation ? Impossible je vous l’accorde, d’autant plus que le Grind reste mon talon d’Achille le plus fragile comme vous le savez. Alors si en plus, il nous en vient d’Angleterre, là où tout a explosé il y a une bonne trentaine d’années, je ne vois pas comment décliner l’invitation…C’est donc avec plaisir que j’ai accepté de me pencher sur le second long des HUMAN CULL, celui-là même qui vous accule, et qui vous…Bref, fondé en 2011, ce collectif bruitiste a déjà répandu ses effluves toxiques sur divers formats, dont trois EP, deux splits et une démo, avant de se lancer dans le grand bain du chaos organisé et désaxé via Stillborn Nation, publié en 2014. Obtenant de très bons échos de la presse underground et des fans affolés, ce trio d’allumés (Edd - chant/guitare, Sam - batterie/chœurs et Luke - basse) a donc décidé de pousser ses expérimentations encore plus loin, et de nous livrer l’album de Grind parfait, tournant à dix-huit minutes pour autant de morceaux. Inutile donc de vous attendre au versant progressif d’un genre qui n’a jamais donné dans la dentelle ouvragée, pour autant il est tout aussi vain de craindre une réalisation qui se complaît dans le classicisme le plus total. Bien que les outrages perpétrés par ces anglais tarés soient d’une intensité parfaitement notable, il sera aussi honnête de souligner qu’ils ne sont pas contre une ou deux fantaisies régulières, histoire de transcender leur bordel originel dans une stratosphère un peu moins encombrée.

Se réclamant d’influences logiques (TERRORIZER, GADGET, THE AFTERNOON GENTLEMEN, NAPALM DEATH, NASUM, CONVERGE, KILL THE CLIENT, PIG DESTROYER, MAGRUDERGRIND, ASSUCK, WEEKEND NACHOS, INSECT WARFARE, CARCASS, DISCHARGE, SIEGE, UNSEEN TERROR, ENTOMBED, et je résume la chose), les trois HUMAN CULL n’hésitent pas à brasser les courants pour nager en plein milieu du leur, et évoquent avec malice les BRUTAL TRUTH, ASSUCK et autres THE KILL, pour un ballet d’outrance méchamment bien organisé. Je parlais tout à l’heure de quelques pirouettes de style, et un morceau aussi festif et dissonant que « Think In Only Lies », le démontre avec beaucoup de générosité, rappelant même parfois les miraculeux TOTAL FUCKING DESTRUCTION. Entre un batteur qui n’est pas avare de fills et de descentes hystériques, un guitariste qui en remontre niveau stridences et déviances, et un bassiste qui assure le lien entre les deux de manière assez prononcée, Revenant est un genre de fantôme bien tangible qui fait tinter ses chaînes comme aux grandes heures de manifestation anglaise des années 80, mais qui a repassé son drap à l’américaine de la décennie suivante. Tout ceci est donc méchamment en place, assez coriace, mais groovy lorsqu’il le faut («The Death That Isn't Death ») pour éviter de faire passer les auteurs pour de simples lourdauds. Pas le temps de s’ennuyer, et entre les cris de dément, les accélérations sur l’instant, les breaks à l’avenant et les alourdissements bien pesants, le tableau est générique mais euphorique, et se place d’emblée au rang des plus grandes réussites du genre, parvenant même à chatouiller le souvenir d’un NASUM en pleine montée (« Blood »).

Enrobé dans une superbe pochette en flot de figures désincarnées et doté d’une production à enchaîner les damnés, Revenant est l’archétype même d’album de Grind intelligent, suffisamment ludique pour amuser, mais largement assez puissant pour défouler. Refusant les principes les plus éculés tout en respectant la tradition célébrée, le trio anglais nous offre donc notre pesant de sensations, se posant parfois en prolongement Death d’un Crust vraiment sournois. Mais c’est surtout la bonne humeur et l’énergie qui se remarquent et se démarquent, deux composantes essentielles à tout bon travail bordélique, mais aussi cette créativité dans l’exubérance qui ose caser un max de plans dans un contexte temporel réduit à l’extrême (« Everyday Paranoïa »). Ne refusant aucune astuce leur permettant de se mettre en valeur, les trois instrumentistes se montrent sous un jour flatteur, en bon manieurs de manche, de baguettes et de micro, pour redonner ses lettres de noblesse à un genre absolu qui se voit souvent dévalorisé par un bon paquet d’olibrius. On n’hésite jamais à ralentir la cadence pour inspirer la méfiance (« Baleful Foundation », et son break glauque comme un petit matin londonien), mais le but du jeu étant de frapper le plus fort possible en un minimum de temps, les saillies débridées et instantanées se taillent aussi un costard bien mesuré (« The Worms of God »). Entre roulements affolés et blasts déchaînés, le travail de Sam mérite d’être souligné, lui qui donne de sa personne comme…personne pour catapulter des riffs vraiment accrocheurs jusqu’au décolleté de ta sœur. Si un mix probable entre BRUTAL TRUTH et NASUM reste l’équilibre le plus pertinent pour définir les contours d’un LP vraiment bruyant, les HUMAN CULL possèdent suffisamment de flair pour éviter les comparaisons trop figées, et se donnent sans compter (« Never Smile », impossible de rester placide en écoutant une trombe pareille).

Fast. Heavy. Blastbeats. D-beats. Crust. Grind. 

 

Oui, c’est un fait, mais aussi pas mal de folie, de la créativité, et l’amour du travail bien fait. Le meilleur Grind pour une petite vingtaine de minutes en apesanteur, et une belle démonstration de bruit et de fureur. Le genre d’œuvre qui donne envie de tout envoyer bouler par la fenêtre, voisins y compris. Pas de quoi se faire des amis, mais un bon exutoire au manque constant d’espoir.                 

      

Titres de l'album:

                      1. Harnessing Atrocity

                      2. Blood

                      3. The Butcher's Nails

                      4. Worship Nothing

                      5. Everyday Paranoia

                      6. Unmake the Graves

                      7. Baleful Foundation

                      8. The Muzzle

                      9. An Offering to the Machine

                     10. Like an Emissary into the Abyss

                     11. The Worms of God

                     12. The Hecatomb Enterprise

                     13. Prying Eyes

                     14. Never Smile

                     15. Think in Only Lies

                     16. Flesh

                     17. The Death that isn't Death

                     18. Endless Purgatory

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/06/2018 à 17:58
88 %    142

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)