Tragic Separation

Dgm

09/10/2020

Frontiers Records

Dixième album pour les italiens de DGM, qui depuis leur émergence en 1994 n’ont eu de cesse de repousser leurs limites, et celle de leur Crossover. En effet, depuis le début de leur carrière, les romains ne se sont jamais reposés sur leurs lauriers, ce qu’il leur a valu il y a quelques années une signature sur le prestigieux label national Frontiers. Nous étions sans nouvelle d’eux depuis quatre ans et le fabuleux The Prestige, et si le groupe a préféré se terrer dans le silence si longtemps, c’est tout simplement qu’il préparait un retour fracassant avec un anniversaire à fêter sous la forme d’un concept album, la forme préférée des amateurs d’histoires progressives. C’est ainsi que le groupe a pris un an de sa vie créative pour élaborer ce Tragic Separation, qui en sus de raconter une longue et cruciale histoire, développe de nouveaux arguments musicaux, en total prolongement de The Prestige qui n’en manquait déjà pas. Sommairement, l’album se concentre sur les choix de vie, les options dont chaque être humain dispose, et cette quête de réponses qui nous anime jour après jour, lorsque nous prenons conscience de faire partie d’un dessein global beaucoup plus vaste que nos petites individualités. Le groupe résume ainsi sa démarche :

« Tragic Separation est un album concept raconté du point de vue d’un personnage sur les différents chemins qui peuvent être empruntés selon les choix qui sont faits, et les conséquences qui découlent de ces mêmes choix sur le reste de sa vie. Parmi les doutes et les questionnements sur ces choix, une réflexion raisonne particulièrement chez le personnage : la réponse à toutes ces questions pourrait être le chemin en lui-même. Cette piste nouvelle devient alors un autre point de départ. »

Ainsi va la vie donc pour les italiens, et autant admettre que Simone Mularoni (guitare), Marco Basile (chant), Andrea Arcangeli (basse), Fabio Costantino (batterie), et Emanuele Casali (claviers) ont encore progressé malgré leur longue carrière, et le fait que The Prestige représentait leur œuvre la plus ambitieuse à l’époque. Tout le monde connaît évidemment cet argument promotionnel qui désigne toujours le dernier album comme étant le meilleur, mais dans le cas de Tragic Separation, cette assertion pourrait bien être vraie. Si l’ADN du groupe n’a évidemment pas changé, il a légèrement muté, et la musique du quintet, toujours parsemée de détails techniques hallucinants, montre un visage complexe, mais mélodique à souhait. Et en quasiment une heure de timing, les romains survolent leur carrière, tout en ouvrant des perspectives d’avenir assez intéressantes, démarche qui colle parfaitement au concept de ce dixième LP. Et si tout commence dans un déluge de plomb et de dextérité instrumentale, ce nouveau chapitre de la saga DGM module, ondule, tergiverse entre les styles, pour finalement dévoiler le sien, celui que l’on connaît si bien depuis l’étape cruciale Different Shapes. Avec toujours cette tendance à durcir le ton pour se rapprocher d’un Power Metal très agressif et lyrique, les italiens entament les hostilités avec un morceau qui en impose, et qui ose une synthèse SYMPHONY X/DREAM THEATER, avec toujours en exergue la voix extraordinaire de Marco Basile qui enflamme un instrumental aux multiples dimensions. En explorant les possibilités d’un destin qui pourrait bien être écrit d’avance, le groupe accepte sa condition de leader de la scène italienne, mais joue aussi avec les codes pour séduire les fans de Heavy Metal viril des années 80, ne surdose pas le clavier, mais laisse les guitares rugir comme des tigresses. Une fois encore, l’interprétation est largement au-dessus de tout soupçon, mais les chansons se montrent aussi facilement mémorisables, ce qui n’est jamais négligeable comme atout dans le créneau surpeuplé du Metal progressif.

Ainsi, si l’introduction de « Flesh And Blood » étale les arguments massifs pendant plus de sept minutes, le nouveau répertoire n’exagère jamais le timing. Certes, les compositions sont longues, plus de cinq minutes la plupart du temps, mais tellement riches qu’il passe rapidement et agréablement. Complètement conscients de leurs capacités, les musiciens préfèrent les mettre au service d’une musique agréable et convaincante, et lâchent quelques bombes Heavy du meilleur effet. « Surrender » nous renvoie ainsi au meilleur Metal des années 80, avec son up tempo efficace et son riff classique, qui n’est pas sans rappeler Coverdale et ses meilleurs sidemen, tandis que « Fate » durcit le ton tout en gardant la même ligne de conduite, avec toujours en exergue ce flou entre les frontières qui empêche de vraiment situer les DGM. Tout ce qu’on comprend à l’écoute de ce dixième album, c’est qu’il a parfaitement sa place dans l’écurie Frontiers, et qu’il renvoie l’image d’un groupe qui n’a jamais sonné aussi jeune et déterminé. Sans avoir beaucoup d’imagination, on peut se persuader que les italiens entament leur carrière ou qu’ils confirment par un second LP parfait et frais, alors que le collectif accuse les vingt-six ans d’existence. De fait, impossible de résister à la fougue moderne dont font preuve ces chansons extraordinaires de puissance et d’harmonie, et plus que de Metal progressif, il conviendrait presque de parler de Techno Metal - dans le sens technique du terme - puisque finalement, les dix titres de ce nouvel album ne sont rien d’autre que de fabuleuses Metal songs enrobées dans une interprétation précieuse et précise.

On se prend parfois à rêver d’une association Allen-Lande renforcée d’une patine Power Metal, et un titre comme « Hope » aiguille clairement dans cette direction. Mais les italiens savent aussi revenir dans le giron d’une ambition évolutive, et développent sur l’hypnotique « Tragic Separation », une émotion tangible, bien que la tension ne diminue pas d’un poil. Simone Mularoni, constamment déchaîné nous livre ses riffs les plus tranchants, et Marco Basile n’a aucun mal à se hisser à son niveau, tandis que la section rythmique de Fabio Costantino et Andrea Arcangeli accomplit des prouesses sans forcément se mettre trop en avant. Quelques reproches mineurs à formuler, comme cette similitude au niveau des intros, systématiquement jouées au clavier, quelques riffs plus convenus que la moyenne, mais en dehors de ces récriminations qui n’en sont pas vraiment, on frôle la perfection dans un style pourtant très exigeant, d’autant que le quintet négocie chaque virage avec la même rage, glissant parfois sur la pente de la violence (« Silence »), pour terminer en cramant le turbo sur le véloce et intrépide « Turn Back Time ». Je le répète, mais il est vraiment difficile de croire que ce groupe s’est formé dans la première moitié des nineties, tant sa musique est d’actualité et hautement compétitive. Visiblement, le Metal est une source de jeunesse éternelle et une corne d’abondance créative pour certains musiciens, qui malgré les années, continuent leur chemin en assumant totalement leurs choix. Ce qui prouve que le chemin est bien la réponse à toutes les questions qu’un être humain peut se poser.  

                                                                   

Titres de l’album:

01.  Flesh And Blood

02.  Surrender

03.  Fate

04.  Hope

05.  Tragic Separation

06.  Stranded

07.  Land Of Sorrow

08.  Silence

09.  Turn Back Time

10. Curtain


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/11/2020 à 14:28
88 %    163

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16