Morbid Prophecy

The Bleeding

18/10/2019

World War Now Records

Deux ans après un déjà sévère Rites Of Absolution, les anglais de THE BLEEDING nous en reviennent avec un second longue durée qui n’a pas sorti les couteaux à beurre et remplacé la viande hachée par du tofu frais. Visiblement, la modération n’a pas cours chez ces musiciens au long cours, même si on note quelques différences entre leurs deux efforts, notamment en termes de technique et de finesse de composition. Toujours aussi londoniens, les esthètes de la brutalité ont donc cherché à confirmer les bonnes opinions émises après leur apparition, et ce sont aujourd’hui les canadiens de World War Now Records qui s’occupent de leur destin. A n’en point douter, nos cousins doivent être satisfaits de cette opération, puisque Morbid Prophecy, comme son aîné est une petite bombe de haine concentrée, mais agencée, qui explose de tous les côtés, et qui fait un maximum de dégâts collatéraux. Se situant toujours en convergence de ce que l’extrême compte de plus raisonnables comme courants, les anglais nous bombardent donc de leur mélange corsé entre Death méchamment précis et Thrash furieusement concis, accouchant d’une œuvre aux contours modestes, mais au contenu ambitieux. N’ajoutant qu’une petite minute à leur timing précédent, Morbid Prophecy frappe très fort, parfois très vite, mais aussi très intelligemment. Capitalisant sur leurs influences avouées (DEATH, BOLT THROWER, GOATWHORE, SKELETONWITCH, SLAYER, SEPULTURA, KREATOR, METALLICA, IMPALED NAZARENE, BLOODBATH, VADER), et profitant d’un bagage individuel et collectif conséquent, THE BLEEDING signe donc un LP solide, profond, thématique, aux démonstrations crédibles, mais à l’intensité indéfectible. Appelez ça de la boucherie de précision, mais avec ses huit morceaux et sa folie contagieuse, Morbid Prophecy parvient à unir dans un même élan les aspirations millimétrées du Death le plus peaufiné et les transpirations du Thrash le plus déchaîné.

Moi que leur premier album avait converti, j’ai été encore plus enthousiasmé par cette exubérance démente qui suinte de chaque plan, et qui rend ce second chapitre encore plus passionnant que le précédent. D’ailleurs, ce chapitre est selon le guitariste Tasos « une descente sonore en enfer, qui résume la saga de la chute de l’humanité. Les thèmes du désespoir, de la destruction, et de la mort résonnent à travers l’album comme une cacophonie damnée. L’homme pénètre les abysses, et se soumet à toutes les horreurs qu’il contemple. Il s’en revient alors l’âme ravagée, pour répandre la douleur et la souffrance sur tous les impies ». Avec un tel programme, pas étonnant que ce Morbid Prophecy sonne comme un exorcisme pratiqué conjointement sur les esprits pervertis d’ATHEIST, de PESTILENCE, d’INCUBUS, de VADER et de BOLT THROWER…En synthétisant tous les aspects des sous-genres qu’ils adulent, les quatre comparses (Germ - chant, Tasos - guitare, Sean - basse, et James - batterie) parviennent donc à signer des morceaux incroyablement brutaux mais aussi extrêmement fins, suggérant des accointances avec le SADUS le plus impitoyable, nous prenant d’assaut d’une rythmique épileptique pour mieux nous étrangler d’un solo purement Heavy, mélodique à souhait. Un genre de pire du meilleur des mondes pour des progrès accomplis et dument couchés sur bande, et un disque qui pue la haine, la pourriture, la colère, l’inéluctable et la violence. Violence, le mot est lâché, et elle a rarement été aussi effective et palpable. En soignant le moindre de leurs plans, les anglais ont concocté une demi-heure de bestialité raisonnée, aussi sauvage que précise, qui renvoie dans les cordes tous les nostalgiques à peine capable de reproduire d’anciennes idées à l’identique. Le style des THE BLEEDING est quant à lui immédiatement identifiable, très personnel, et se formalise dans une alternance permanente entre crises de rage et réflexions plus posées, mais pas moins agressives pour autant.

Du vrai Death Thrash, et non l’inverse, ce qu’il est toujours important de préciser. Un style qui s’ancre donc tout aussi bien dans la fin des années 80 que dans les années 90, et qui cite MORGOTH, NO RETURN, et surtout ASPHYX et PESTILENCE, avec en exergue cette rigueur très américaine qui contrebalance la virilité européenne. Le schéma est d’ailleurs très clair sur « Demonic Oath » qui après une intro SLAYERienne nous met dans le jus jusqu’au cou, nous aménageant une descente aux enfers tout sauf complaisante envers les tympans. Et pour bien marquer leur attachement à un Death classique, les londoniens nous martèlent de blasts avant d’entamer leur course en avant qui ne connaîtra aucune baisse de régime, et uniquement quelques pauses éparses, et pas plus rassurantes pour autant. On admire cette façon de fluidifier les enchaînements à l’aide d’une pratique instrumentale pointue, mais aussi cette créativité rythmique qui permet au bassiste Sean de claquer Hardcore, alors que son acolyte James impose des patterns véloces et dynamiques. Du classicisme traité avec l’envie d’offrir du neuf, une nostalgie au goût du jour, tel est donc le programme, et s’il est parfois compliqué de compter le nombre de riffs et de changements de cap par morceau, cette abondance ne se fait pas au détriment de la puissance. « Maelstrom » continue le travail de sape, multiplie les chœurs possédés, alterne la vitesse et la puissance écrasante, et réconcilie DEICIDE et BOLT THROWER. Avec un chanteur au timbre toujours aussi éraillé et impitoyable, dans la veine d’un Kelly Shaeffer, THE BLEEDING égrène ses prophéties de mauvaise augure, utilise quelques recettes crossover et des finesses à la CORONER (« Entering the Pandemonium »), pour mieux nous pulvériser d’une épaisseur Death conséquente.

Aussi méchant et vilain qu’il n’est catchy, le groupe se pose en quintessence d’un art fragile de l’équilibre, et nous éclabousse d’informations. Il est en effet courant qu’un titre se balade d’une humeur à une autre, trouvant toujours la bonne, qu’elle soit chafouin mais torve (« Morbid Prophecy »), ou plus volontiers techno et Heavy (« Storm of the Hellspawn »). Lorsque les BPM se tassent, personne ne se casse, et « Sadistic Saviour » de jouer le jeu d’une rythmique énorme et d’une guitare perverse. Ces incessantes ruptures, cette valse sans hésitation entre les genres, et cette clairvoyance de jeu font de Morbid Prophecy une réussite totale, mais plus concrètement un album qui ne s’épuise pas après une ou deux écoutes, et qui traversera le cours du temps sans finir sous une couche de poussière d’oubli. Une confirmation en forme de coup d’éclat, pour un groupe sur une voie royale de damnation, et qu’on citera un jour comme parfait contre-exemple d’une époque un peu trop portée sur les révisions tièdes.              

                       

Titres de l’album :

                        01 Demonic Oath

                        02 Maelstrom

                        03 Entering the Pandemonium

                        04 Morbid Prophecy

                        05 Storm of the Hellspawn

                        06 Sadistic Saviour

                        07 Repentance

                        08 Hammer of Penance

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/06/2020 à 14:10
88 %    154

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Harmony Corruption

mortne2001 03/07/2020

Little Monsters

mortne2001 30/06/2020

Complicated Mind

mortne2001 15/06/2020

Dossier spécial Bretagne / LA CAVE #5

Jus de cadavre 15/06/2020

Screams and Whispers

mortne2001 12/06/2020

Concerts à 7 jours
Demonical + Mystifier 08/07 : Le Klub, Paris (75)
Demonical + Mystifier 09/07 : L'usine A Musique, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Thrashing Metropolity

Necrokosmos :
Bon courage pour trouver ça en CD à un prix CORRECT.
Juste impossible ! Et ça fait des années que je scrute partout. :-/

Hyper étonné de savoir que ce chanteur est parti. RIP !!!
Cet album m'a tellement emballé à sa sortie que je n'ai jamais pu (...)

07/07/2020, 22:29

Simony

En effet, cet article s'inscrit dans la parité Metal / Non Metal imposée par le nouveau ministère de la culture...
Noooon j'déconne, c'est juste que RBD aime nous parler de Brutal Death Metal mais aussi de New Wave et que ce groupe, qui perso ne me parle pas plus que ça et pourtant j'ado(...)

07/07/2020, 21:36

NecroKosmos

Ouais, la musique est à l'image de la pochette. Au moins, la démarche est homogène.

07/07/2020, 21:26

NecroKosmos

Ah putain, que je suis d'accord avec cette chronique !! Ce disque était une vraie torniole dans la tronche. Proche dans l'esprit de MADHOUSE (et pour cause), MST a su marquer en son temps la scène thrashcore française et était plus proche sans doute de la scène dite alternative que vraiment mé(...)

07/07/2020, 21:21

Jus de cadavre

Tout dépend de la jauge de spectateur. Complet ne veux pas dire salle pleine (comme au ciné en ce moment : ils ne vendent que la moitié des places dans les salles).

07/07/2020, 20:32

Saddam Mustaine

Nightwish affiche complet a Bercy et c'est le 25 novembre donc il y aura plus de distanciation je pense.

07/07/2020, 20:15

JP

Merci.

07/07/2020, 19:09

radidi

pas eu le temps d'écouter, mais vraiment, cette pochette... dingue d'être satisfait d'une telle pochette en 2020!

07/07/2020, 17:30

JTDP

@Le Moustre : Un Bercy en mode "distenciationphysique style", oui sans doute... :-)

07/07/2020, 15:59

Humungus

Je me doutais que c'était ce que tu avais en tête.
Perso, cela ne me gêne pas du tout (RBD nous causant d'ailleurs régulièrement de concerts non-Metal).
Quelques digressions dans ces pages est plutôt bien vu je trouve. Tant que 99 % des news reste dans notre domaine de prédilectio(...)

07/07/2020, 13:13

steelvore666

Ce "?????" car je pense que, malgré le statut dont jouit ce groupe, on n'est quand même pas loin du hors sujet nan ?

07/07/2020, 10:55

LeMoustre

Ca remplit un Bercy, ces groupes là ? J'ai peine à le croire.

07/07/2020, 10:39

LeMoustre

Écouté vite fait pour avoir un aperçu, c'est quand même bien foutu, il a rien perdu, le Flanagan. L'apport de Rocky George est incontestable.

07/07/2020, 10:37

Fabrice

J'aurai plutôt vu une telle affiche dans un zenith plutôt qu'a Bercy ... sans moi...

07/07/2020, 09:15

Fabrice

J'aurai plutôt vu une telle affiche dans un zenith plutôt qu'a Bercy ... sans moi...

07/07/2020, 09:15

Humungus

1) Pourquoi ce "???" steelvore666 ?
2) " Gimmicks de bête de scène ultime dont le public mange dans la main au moindre geste, de sex-symbol inusable, ça reste assez phénoménal"
Putain c'est tellement ça !

07/07/2020, 06:01

Humungus

Arf !!!
Festival pour "jeunes Métalleux"...
Etant un vieux con, je passe plus que mon tour !

07/07/2020, 05:36

Oliv

Je parlais de groupes extrême bien évidemment, j’ai pas précisé .

06/07/2020, 20:42

Reg

Un rdv à ne pas manquer !

06/07/2020, 17:38

Satan

Et Cult of Luna c'est du poulet peut-être?

06/07/2020, 14:23