Si je chronique très peu d’albums de Death Metal, c’est que j’estime avoir fait le tour de la question il y a plus de vingt ans déjà.

Et aujourd’hui, peu de groupes me contredisent dans mon choix de ne pas parler d’eux, puisqu’entre les nostalgiques d’une musique barbare et primaire et les Techno Death metalleux, les Brutal Death metalleux, tous tournent en rond et se mordent la queue, beaucoup moins fourchue que celle de Lucifer, et surtout, un peu à la ramasse derrière un corps pourrissant qui refuse de se laisser exhumer pour reposer en paix.

Qui pourrait contredire cet état de fait ? Les fans évidemment, qui vont me honnir, et peut-être une poignée de groupes plus aventureux que la moyenne et qui ne confondent pas vitesse et précipitation, grognements et hurlements stériles du fond d’une caverne en carton.

Oui messieurs, la brutalité outrancière se gère, se domestique, s’apprivoise, pour la restituer sinon d’une façon créative, au moins suffisamment efficacement pour convaincre les plus réticents.

Mais finalement, le salut attendu des USA ou d’Europe du Nord pourrait venir d’ailleurs. Des Pays-Bas peut-être. D’où mon envie d’écrire ce matin sur l’un des représentants bataves les plus vaillants, mais aussi des plus anciens, SINISTER.

SINISTER, c’est d’abord une carrière respectable, mais chaotique. De l’orée des années 90 jusqu’au début des années 2000, une pelletée d’albums admirables en entame, puis un léger glissement vers un Death de plus en plus sous influences et perfusion externe, bouffant à tous les râteliers Brutal Death environnants au point d’oublier sa propre essence.

D’ailleurs, les fans ne s’y sont pas trompés, louchant sévèrement sur le répertoire des rivaux au point de provoquer le split après un LP hautement dispensable, Savage Or Grace, le plus mal noté de leur parcours, et à juste titre.

Après une séparation de quelques mois, et des ajustements de formation, les SINISTER s’en sont donc revenus avec l’album de la réhabilitation, Afterburner, qui semblait retrouver le souffle épique et brutal de leurs jeunes années. Depuis, les efforts se sont accumulés, au point d’atteindre aujourd’hui le chiffre respectable de 13 albums studio à l’occasion de la sortie ce mois-ci de Syncretism, qui si j’en juge par les quelques réactions observées sur la toile, pourrait non pas incarner la poisse symbolique, mais plutôt le pinacle d’une seconde partie de carrière qui en effet, mérite bien des éloges.

Pourtant, les Hollandais n’ont rien changé à leur approche, ni à leur label. Toujours fidèles aux Allemands de Massacre Records, et à ce Death emphatique qui use mais n’abuse plus d’effets dramatiques et orchestraux, ils continuent leur travail de sape et nous proposent donc une fois de plus de nous intéresser à l’éternelle lutte entre le bien et le mal, dont ils pourraient incarner une sorte de point médian en termes de qualités musicales et instrumentales.

Sauf que pour une fois, tout a été mis en œuvre pour expurger la musique de ses excès les plus dérivatifs, et que l’emphase a été mise sur la pertinence et la puissance.

Si l’on retrouve une fois de plus ces orchestrations épiques qui ont fait la trademark du quintette (Adrie Kloosterwaard – chant, Dennis Hartog & Batiaan Brussaard – guitares, Alesa Kloosterwaard – basse et Toep Duin – batterie), ils sont cette fois-ci parfaitement intégrés aux compositions qui ne les utilisent plus comme simple décorum ou haut-parleur branché sur un au-delà Wagnérien pompeux et superfétatoire. En témoigne la terrassante intro de près de six minutes « Neurophobic », qui développe de beaux arguments pompiers pour instaurer un climat délétère qui prend à la gorge dès les premières secondes, ou même le concassant « Dominance By Acquisition », qui n’hésite pas à incruster des chœurs célestes en pleine débauche de violence crue et impitoyable.

Devenus fréquentables les SINISTER ? Non, ils se vautrent toujours dans l’ultraviolence grasse et compacte, mais pour une fois depuis très longtemps (Dark Memorials restait quand même assez moyen dans l’ensemble), ils sont parvenus à trouver un compromis parfait entre leur boucherie mode pilotage automatique et leurs aspirations de grandeur stigmatisées par des arrangements pertinents qui interviennent toujours au bon moment.

Le résultat attient donc des sommets d’efficacité, qui pourraient d’ailleurs se vouloir pics d’une carrière riche, et coup d’œil dans le rétro, lorsque leur musique n’était pas encore sous assistance respiratoire pour cause d’abus de SUFFOCATION.

D’ailleurs, le « hit » de l’outrance « Syncretism » le prouve sans ambages de son mid tempo écrasant et concassant, qui avance tel un panzer fracassant les rochers de ses chenilles, tout en évoquant de son parcours une évolution naturelle qui suggère une sorte de Death progressif envoutant et occulte, un peu dans une optique à la NOCTURNUS amplifiée de déflagrations assourdissantes. De l’excellent travail qui démontre une fois de plus que les Hollandais ont enfin trouvé le juste milieu entre sauvagerie et mysticisme.

En alertant les titres courts et les plus longues digressions, Syncretism se veut plus créatif et moins roboratif que la majeure partie de la production du quintette, et même les attaques les plus franches et bruyantes ont ce je-ne-sais-quoi de fascinant, tel cet asphyxiant « Black Slithering Mass », qui n’offre pourtant rien de neuf à la cause, mais la présente sous son meilleur jour. Dotés qui plus est d’une production qui offre le meilleur des deux mondes old-school et contemporain, les SINISTER se montrent sous leur lumière la plus aveuglante, parvenant même à faire passer quelques soli plus chaleureux et MORBID ANGEL qu’à l’habitude.

Guitares tronçonneuses et polisseuses, rythmique en coup de fusil qui sait se montrer inspirée, et chant évidemment gravissime, les astuces sont les mêmes, mais fonctionnent à plein régime. Et lorsque le groupe termine son effort comme il l’a commencé, en posant sur les deux plateaux de la balance les bonnes composantes à parts égales sur le final « Confession Before Slaughter », on se dit que finalement, le Death a peut-être encore des arguments à avancer, non en renouvelant son discours, mais en le focalisant sur ses points les plus pertinents.

Syncretism taille dans le gras, mais avec des couteaux affutés. Et du coup, désosse, décharne et présente des pièces de viande rougeoyantes, mais marinées dans une sauce épicée les rendant délicieuses et addictives. On peut avoir fait le tour de la question du steak tartare et quand même continuer à le déguster avec appétit. Surtout lorsqu’il est servi rapidement, mais avec élégance.


Titres de l'album:

  1. Neurophobic
  2. Convulsion Of Christ
  3. Blood Soaked Domain
  4. Dominance By Acquisition
  5. Syncretism Syncretism
  6. Black Slithering Mass
  7. Rite Of The Blood Eagle
  8. The Canonical Rights
  9. Confession Before Slaughter

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/02/2017 à 12:49
80 %    507

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.