Si je chronique très peu d’albums de Death Metal, c’est que j’estime avoir fait le tour de la question il y a plus de vingt ans déjà.

Et aujourd’hui, peu de groupes me contredisent dans mon choix de ne pas parler d’eux, puisqu’entre les nostalgiques d’une musique barbare et primaire et les Techno Death metalleux, les Brutal Death metalleux, tous tournent en rond et se mordent la queue, beaucoup moins fourchue que celle de Lucifer, et surtout, un peu à la ramasse derrière un corps pourrissant qui refuse de se laisser exhumer pour reposer en paix.

Qui pourrait contredire cet état de fait ? Les fans évidemment, qui vont me honnir, et peut-être une poignée de groupes plus aventureux que la moyenne et qui ne confondent pas vitesse et précipitation, grognements et hurlements stériles du fond d’une caverne en carton.

Oui messieurs, la brutalité outrancière se gère, se domestique, s’apprivoise, pour la restituer sinon d’une façon créative, au moins suffisamment efficacement pour convaincre les plus réticents.

Mais finalement, le salut attendu des USA ou d’Europe du Nord pourrait venir d’ailleurs. Des Pays-Bas peut-être. D’où mon envie d’écrire ce matin sur l’un des représentants bataves les plus vaillants, mais aussi des plus anciens, SINISTER.

SINISTER, c’est d’abord une carrière respectable, mais chaotique. De l’orée des années 90 jusqu’au début des années 2000, une pelletée d’albums admirables en entame, puis un léger glissement vers un Death de plus en plus sous influences et perfusion externe, bouffant à tous les râteliers Brutal Death environnants au point d’oublier sa propre essence.

D’ailleurs, les fans ne s’y sont pas trompés, louchant sévèrement sur le répertoire des rivaux au point de provoquer le split après un LP hautement dispensable, Savage Or Grace, le plus mal noté de leur parcours, et à juste titre.

Après une séparation de quelques mois, et des ajustements de formation, les SINISTER s’en sont donc revenus avec l’album de la réhabilitation, Afterburner, qui semblait retrouver le souffle épique et brutal de leurs jeunes années. Depuis, les efforts se sont accumulés, au point d’atteindre aujourd’hui le chiffre respectable de 13 albums studio à l’occasion de la sortie ce mois-ci de Syncretism, qui si j’en juge par les quelques réactions observées sur la toile, pourrait non pas incarner la poisse symbolique, mais plutôt le pinacle d’une seconde partie de carrière qui en effet, mérite bien des éloges.

Pourtant, les Hollandais n’ont rien changé à leur approche, ni à leur label. Toujours fidèles aux Allemands de Massacre Records, et à ce Death emphatique qui use mais n’abuse plus d’effets dramatiques et orchestraux, ils continuent leur travail de sape et nous proposent donc une fois de plus de nous intéresser à l’éternelle lutte entre le bien et le mal, dont ils pourraient incarner une sorte de point médian en termes de qualités musicales et instrumentales.

Sauf que pour une fois, tout a été mis en œuvre pour expurger la musique de ses excès les plus dérivatifs, et que l’emphase a été mise sur la pertinence et la puissance.

Si l’on retrouve une fois de plus ces orchestrations épiques qui ont fait la trademark du quintette (Adrie Kloosterwaard – chant, Dennis Hartog & Batiaan Brussaard – guitares, Alesa Kloosterwaard – basse et Toep Duin – batterie), ils sont cette fois-ci parfaitement intégrés aux compositions qui ne les utilisent plus comme simple décorum ou haut-parleur branché sur un au-delà Wagnérien pompeux et superfétatoire. En témoigne la terrassante intro de près de six minutes « Neurophobic », qui développe de beaux arguments pompiers pour instaurer un climat délétère qui prend à la gorge dès les premières secondes, ou même le concassant « Dominance By Acquisition », qui n’hésite pas à incruster des chœurs célestes en pleine débauche de violence crue et impitoyable.

Devenus fréquentables les SINISTER ? Non, ils se vautrent toujours dans l’ultraviolence grasse et compacte, mais pour une fois depuis très longtemps (Dark Memorials restait quand même assez moyen dans l’ensemble), ils sont parvenus à trouver un compromis parfait entre leur boucherie mode pilotage automatique et leurs aspirations de grandeur stigmatisées par des arrangements pertinents qui interviennent toujours au bon moment.

Le résultat attient donc des sommets d’efficacité, qui pourraient d’ailleurs se vouloir pics d’une carrière riche, et coup d’œil dans le rétro, lorsque leur musique n’était pas encore sous assistance respiratoire pour cause d’abus de SUFFOCATION.

D’ailleurs, le « hit » de l’outrance « Syncretism » le prouve sans ambages de son mid tempo écrasant et concassant, qui avance tel un panzer fracassant les rochers de ses chenilles, tout en évoquant de son parcours une évolution naturelle qui suggère une sorte de Death progressif envoutant et occulte, un peu dans une optique à la NOCTURNUS amplifiée de déflagrations assourdissantes. De l’excellent travail qui démontre une fois de plus que les Hollandais ont enfin trouvé le juste milieu entre sauvagerie et mysticisme.

En alertant les titres courts et les plus longues digressions, Syncretism se veut plus créatif et moins roboratif que la majeure partie de la production du quintette, et même les attaques les plus franches et bruyantes ont ce je-ne-sais-quoi de fascinant, tel cet asphyxiant « Black Slithering Mass », qui n’offre pourtant rien de neuf à la cause, mais la présente sous son meilleur jour. Dotés qui plus est d’une production qui offre le meilleur des deux mondes old-school et contemporain, les SINISTER se montrent sous leur lumière la plus aveuglante, parvenant même à faire passer quelques soli plus chaleureux et MORBID ANGEL qu’à l’habitude.

Guitares tronçonneuses et polisseuses, rythmique en coup de fusil qui sait se montrer inspirée, et chant évidemment gravissime, les astuces sont les mêmes, mais fonctionnent à plein régime. Et lorsque le groupe termine son effort comme il l’a commencé, en posant sur les deux plateaux de la balance les bonnes composantes à parts égales sur le final « Confession Before Slaughter », on se dit que finalement, le Death a peut-être encore des arguments à avancer, non en renouvelant son discours, mais en le focalisant sur ses points les plus pertinents.

Syncretism taille dans le gras, mais avec des couteaux affutés. Et du coup, désosse, décharne et présente des pièces de viande rougeoyantes, mais marinées dans une sauce épicée les rendant délicieuses et addictives. On peut avoir fait le tour de la question du steak tartare et quand même continuer à le déguster avec appétit. Surtout lorsqu’il est servi rapidement, mais avec élégance.


Titres de l'album:

  1. Neurophobic
  2. Convulsion Of Christ
  3. Blood Soaked Domain
  4. Dominance By Acquisition
  5. Syncretism Syncretism
  6. Black Slithering Mass
  7. Rite Of The Blood Eagle
  8. The Canonical Rights
  9. Confession Before Slaughter

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/02/2017 à 12:49
80 %    259

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.