Si je chronique très peu d’albums de Death Metal, c’est que j’estime avoir fait le tour de la question il y a plus de vingt ans déjà.

Et aujourd’hui, peu de groupes me contredisent dans mon choix de ne pas parler d’eux, puisqu’entre les nostalgiques d’une musique barbare et primaire et les Techno Death metalleux, les Brutal Death metalleux, tous tournent en rond et se mordent la queue, beaucoup moins fourchue que celle de Lucifer, et surtout, un peu à la ramasse derrière un corps pourrissant qui refuse de se laisser exhumer pour reposer en paix.

Qui pourrait contredire cet état de fait ? Les fans évidemment, qui vont me honnir, et peut-être une poignée de groupes plus aventureux que la moyenne et qui ne confondent pas vitesse et précipitation, grognements et hurlements stériles du fond d’une caverne en carton.

Oui messieurs, la brutalité outrancière se gère, se domestique, s’apprivoise, pour la restituer sinon d’une façon créative, au moins suffisamment efficacement pour convaincre les plus réticents.

Mais finalement, le salut attendu des USA ou d’Europe du Nord pourrait venir d’ailleurs. Des Pays-Bas peut-être. D’où mon envie d’écrire ce matin sur l’un des représentants bataves les plus vaillants, mais aussi des plus anciens, SINISTER.

SINISTER, c’est d’abord une carrière respectable, mais chaotique. De l’orée des années 90 jusqu’au début des années 2000, une pelletée d’albums admirables en entame, puis un léger glissement vers un Death de plus en plus sous influences et perfusion externe, bouffant à tous les râteliers Brutal Death environnants au point d’oublier sa propre essence.

D’ailleurs, les fans ne s’y sont pas trompés, louchant sévèrement sur le répertoire des rivaux au point de provoquer le split après un LP hautement dispensable, Savage Or Grace, le plus mal noté de leur parcours, et à juste titre.

Après une séparation de quelques mois, et des ajustements de formation, les SINISTER s’en sont donc revenus avec l’album de la réhabilitation, Afterburner, qui semblait retrouver le souffle épique et brutal de leurs jeunes années. Depuis, les efforts se sont accumulés, au point d’atteindre aujourd’hui le chiffre respectable de 13 albums studio à l’occasion de la sortie ce mois-ci de Syncretism, qui si j’en juge par les quelques réactions observées sur la toile, pourrait non pas incarner la poisse symbolique, mais plutôt le pinacle d’une seconde partie de carrière qui en effet, mérite bien des éloges.

Pourtant, les Hollandais n’ont rien changé à leur approche, ni à leur label. Toujours fidèles aux Allemands de Massacre Records, et à ce Death emphatique qui use mais n’abuse plus d’effets dramatiques et orchestraux, ils continuent leur travail de sape et nous proposent donc une fois de plus de nous intéresser à l’éternelle lutte entre le bien et le mal, dont ils pourraient incarner une sorte de point médian en termes de qualités musicales et instrumentales.

Sauf que pour une fois, tout a été mis en œuvre pour expurger la musique de ses excès les plus dérivatifs, et que l’emphase a été mise sur la pertinence et la puissance.

Si l’on retrouve une fois de plus ces orchestrations épiques qui ont fait la trademark du quintette (Adrie Kloosterwaard – chant, Dennis Hartog & Batiaan Brussaard – guitares, Alesa Kloosterwaard – basse et Toep Duin – batterie), ils sont cette fois-ci parfaitement intégrés aux compositions qui ne les utilisent plus comme simple décorum ou haut-parleur branché sur un au-delà Wagnérien pompeux et superfétatoire. En témoigne la terrassante intro de près de six minutes « Neurophobic », qui développe de beaux arguments pompiers pour instaurer un climat délétère qui prend à la gorge dès les premières secondes, ou même le concassant « Dominance By Acquisition », qui n’hésite pas à incruster des chœurs célestes en pleine débauche de violence crue et impitoyable.

Devenus fréquentables les SINISTER ? Non, ils se vautrent toujours dans l’ultraviolence grasse et compacte, mais pour une fois depuis très longtemps (Dark Memorials restait quand même assez moyen dans l’ensemble), ils sont parvenus à trouver un compromis parfait entre leur boucherie mode pilotage automatique et leurs aspirations de grandeur stigmatisées par des arrangements pertinents qui interviennent toujours au bon moment.

Le résultat attient donc des sommets d’efficacité, qui pourraient d’ailleurs se vouloir pics d’une carrière riche, et coup d’œil dans le rétro, lorsque leur musique n’était pas encore sous assistance respiratoire pour cause d’abus de SUFFOCATION.

D’ailleurs, le « hit » de l’outrance « Syncretism » le prouve sans ambages de son mid tempo écrasant et concassant, qui avance tel un panzer fracassant les rochers de ses chenilles, tout en évoquant de son parcours une évolution naturelle qui suggère une sorte de Death progressif envoutant et occulte, un peu dans une optique à la NOCTURNUS amplifiée de déflagrations assourdissantes. De l’excellent travail qui démontre une fois de plus que les Hollandais ont enfin trouvé le juste milieu entre sauvagerie et mysticisme.

En alertant les titres courts et les plus longues digressions, Syncretism se veut plus créatif et moins roboratif que la majeure partie de la production du quintette, et même les attaques les plus franches et bruyantes ont ce je-ne-sais-quoi de fascinant, tel cet asphyxiant « Black Slithering Mass », qui n’offre pourtant rien de neuf à la cause, mais la présente sous son meilleur jour. Dotés qui plus est d’une production qui offre le meilleur des deux mondes old-school et contemporain, les SINISTER se montrent sous leur lumière la plus aveuglante, parvenant même à faire passer quelques soli plus chaleureux et MORBID ANGEL qu’à l’habitude.

Guitares tronçonneuses et polisseuses, rythmique en coup de fusil qui sait se montrer inspirée, et chant évidemment gravissime, les astuces sont les mêmes, mais fonctionnent à plein régime. Et lorsque le groupe termine son effort comme il l’a commencé, en posant sur les deux plateaux de la balance les bonnes composantes à parts égales sur le final « Confession Before Slaughter », on se dit que finalement, le Death a peut-être encore des arguments à avancer, non en renouvelant son discours, mais en le focalisant sur ses points les plus pertinents.

Syncretism taille dans le gras, mais avec des couteaux affutés. Et du coup, désosse, décharne et présente des pièces de viande rougeoyantes, mais marinées dans une sauce épicée les rendant délicieuses et addictives. On peut avoir fait le tour de la question du steak tartare et quand même continuer à le déguster avec appétit. Surtout lorsqu’il est servi rapidement, mais avec élégance.


Titres de l'album:

  1. Neurophobic
  2. Convulsion Of Christ
  3. Blood Soaked Domain
  4. Dominance By Acquisition
  5. Syncretism Syncretism
  6. Black Slithering Mass
  7. Rite Of The Blood Eagle
  8. The Canonical Rights
  9. Confession Before Slaughter

Facebook officiel


par mortne2001 le 25/02/2017 à 12:49
80 %    364

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)