POWER TRIP est un jeune groupe de Crossover / Thrash Metal en activité depuis 2008, et ayant sortis leur premier album Manifest Decimation en 2013, qui fût déjà à sa sortie un succès critique assez important pour un premier essai. Une grosse réverb, des riffs ultra efficaces, une batterie monotone ne tournant que rarement sur plus de 2 rythmes différents par morceaux, voir un seul ("Crossbreaker"), et enfin des vocaux hurlés typés Hardcore aux paroles abordant les sujets de la guerre ou de la religion, voilà le style simple et rentre dedans des Texans qui ne cachent pas leur amour pour les années 80 / 90 et le Punk. 4 ans plus tard, POWER TRIP sort Nightmare Logic. Verdict ?

L’artwork annonce la couleur. Toujours signé Paolo Girardi (INQUISITION, FIRESPAWN, MANILLA ROAD…), la pochette est très semblable à l’album précédent. Le bleu froid est le seul changement, pour le reste, tout semble être simplement leur premier artwork en pleine déliquescence. Autrement dit, la recette reste inchangée. De plus, comme Manifest Decimation, celui-ci comporte 8 pistes, pour une durée totale de 32 minutes. Le quintet semble avertir son public : le style reste sensiblement identique.

C’est bien beau tout ça, mais la musique alors ? Et bien la musique c’est pareil, mais en encore plus solide. Voilà. On sent que les Texans maîtrisent déjà leur sujet. Dès le début de l’album, on sent qu’on va manger nos dents, le riff d’intro de "Soul Sacrifice" est certainement l’un des riffs les plus marquant de l’album, leur permettant par la même occasion d’avoir une musique d’ouverture toute trouvée. Mais c’est dommage de mettre le meilleur dès le début, me direz-vous. Ne vous inquiétez pas, l’album regorge de riffs tous plus incroyables les uns que les autres, que ce soit le midtempo simple pour "Executioners Tax", ou la frénésie monumentale de "Firing Squad", vous allez manger !

L’autre point fort du groupe, non négligeable, est cette capacité à faire des breaks qui tabassent, littéralement. On les voit arriver, on sent que quelque chose va se passer, et pourtant, à chaque fois qu’un break pointe le bout de son nez, le constat est sans appel : tout doucement, un des instruments se met en avant pour nous donner un avant-goût de ce que nous allons prendre en pleine tête, on sent la fureur monter en nous, et d’un coup BOOM ! une irrépressible envie de tout casser nous prend, de quoi faire mosher les fans de VENOM, ou bien encore headbanguer les admirateurs de TERROR. Le break de "Firing Squad", encore, est un excellent exemple, mais aucun n’est à jeter. POWER TRIP sait aussi surprendre, par exemple, en calant un break qui fait mal avec un refrain particulièrement entêtant comme sur "Crucifixation". Peu importe le morceau que vous écoutez, un groove parfait sera présent à tout moment, faisant contraste avec les attaques lapidaires du batteur.

Au final le mot qui me revient à l’esprit à chaque fois que j’écoute cet album, c’est l’efficacité. Ces gars-là sont simples et efficaces, pas de double pédale, peu de variations, une grosse inspiration Punk, et voilà le résultat. Un brûlot Thrash / Punk voulant retourner la logique cauchemardesque d’un gouvernement incapable contre eux, utiliser la rage que l’on a tous en nous et la matérialiser en musique pour en faire des sing along guerriers ("If Not Us The Who") que l’on a envie de hurler au premier costume-cravate que l’on croise lorsque l’on rentre de notre boulot.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré cet album, et pour ma part, j’ai commencé à vraiment apprécier leur style en live. Dans ces conditions, la musique prend tout son sens. Voir ces 5 jeunes punks en colère se déchaîner sur scène, dans une salle remplie à moitié, le public qui se lève d’un coup dès la première musique, le chanteur descendant aux barrières pour donner le micro à qui le souhaite... Il en résulte une frénésie incontrôlable. Attendons patiemment la suite en écoutant Nightmare Logic, préparons nos cervicales en allant les voir en concert dès qu’ils passent, car il y a fort à parier que la suite soit douloureuse.


Titres de l'album:

  1. Soul Sacrifice
  2. Executioner's Tax (Swing Of The Axe)
  3. Firing Squad
  4. Nightmare Logic
  5. Waiting Around To Die
  6. Ruination
  7. If Not Us The Who
  8. Crucifixation

Bandcamp

par Bocchi le 04/09/2017 à 07:30
90 %    364

Commentaires (5) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
04/09/2017 à 18:20:51
Comme tu dis Bocchi, c'est du solide ce groupe. Une bien belle baffe à la découverte !

grinder92
membre enregistré
05/09/2017 à 07:44:04
Pareil ! J'ai bien aimé le côté direct ! Bon, effectivement, le batteur n'est pas le musicien le plus créatif du game, mais peu importe, ça envoie !

rabukli
@78.192.38.132
05/09/2017 à 19:25:59
c'est du pur thrash pour moi. Ya rien de crossover dans cet album ni de punk

Jus de cadavre
membre enregistré
05/09/2017 à 19:59:38
Oui c'est clairement du thrash, mais Bocchi parlait surement de l'esprit qui se dégage du groupe et de la zic... Et on ne peut nier que le thrash s'inspire depuis les débuts, plus ou moins du punk.

Bocchi
membre enregistré
19/09/2017 à 23:01:41
Merci pour vos retour ! Ca fait plaisir d'en voir pour ma première chronique !
Mais oui, comme dis Jus de cadavre, ce qui en ressort est très Punk, voir D-Beat au niveau de la batterie, et les breaks sentent le Hardcore à plein nez. Mais dans la forme tout ça reste très Thrash en effet, et quand on voit les gars sur scène, on voit bien des fans de Metal restaient bloqués dans les années 90.
De plus, je vous laisse regarder l'interview de Riely, le chanteur du groupe, par la chaîne youtube BangerTV, on sent que les gars aiment le Punk et s'en inspirent.

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Kryzees + Manigance + King Crown

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)