Si la Finlande s’y met maintenant, on ne va plus savoir où donner de la tête. Les attaques Thrash viennent déjà de partout, si en plus maintenant nous devons regarder vers le Nord, on va finir par le perdre vraiment…Mais les CEASELESS TORMENT ne sont pourtant pas nés de la dernière gelée, puisque leurs débuts remontent à 2007, et leur premier album officiel, The End They Bring, de 2014. Entre temps, des démos, et surtout pas mal de live, puisque les bougres ont bourlingué en Europe centrale et ont même foulé du médiator le sol français, à l’occasion d’une mini-tournée en compagnie des DYING GORGEOUS LIES.

Dès le départ, les musiciens assemblés semblaient penser que seul le Thrash bestial saurait les rassasier. Alors ils s’y sont adonné corps et âme pour finalement, revenir en 2017 avec un second longue-durée, qui ne trahit en rien les demi-promesses du premier. Promesses tout à fait raisonnables d’ailleurs qui savent respecter la parole d’un Metal en farandole, largement inspiré par les têtes de gondole eighties du genre. Pas de surprise donc, ni bonne ni mauvaise, pour un Vintage Thrash qui sait faire légèrement monter la mayonnaise.

Toujours abrités par les nationaux BWK Records, Sebastian Fredriksson (guitare/chant), Kim Lappalainen – (guitare), Mikko Karppelin (basse) et Tommi Makkonen (batterie) continuent donc de tronçonner dans les grandes largeurs pour s’imposer, en collant de près à des préceptes largement éprouvés. Et les huit compositions de ce Forces Of Evil tournent rond, propulsant des riffs carton sur fond de rythmique en plomb, le tout agrémenté de vocaux bien râpeux et graveleux.

Le quatuor nous glisse quelques références histoire de situer leurs débats (DARK ANGEL, DEATH, DEMOLITION HAMMER, KREATOR, NUCLEAR ASSAULT, ONSLAUGHT, POSSESSED, SACRED REICH, SEPULTURA, SLAYER, SODOM, TANKARD, et même George Michael, pourquoi pas), et il est certain que cette liste contient assez d’éléments pour que vous puissiez deviner ce qui vous attend sans avoir à écouter. Mais il serait dommage de se dispenser d’une bonne tranche de Thrash qui explose la tronche, et qui n’attend que ça pour s’épanouir sans honte.

Pas d’ambitions démesurées ici, mais des efforts mesurés, ainsi qu’une violence contrôlée. On se croirait brusquement ramené quelques années dans le passé, aux alentours de 86/87, et en train d’écouter les sempiternels Seven Churches, Pleasure To Kill, Darkness Descends, Ignorance ou autres Death Squad, et si l’inédit se fait la belle, l’efficacité se veut doucement cruelle. Pas de débordements à craindre, les finlandais aiment trop le style pour le dénaturer ou s’approcher de trop près d’un Noisy Thrash dégueulé, et si le classicisme empêche tout enthousiasme débridé, il saura nous éviter des déconvenues en plaisirs gâchés. Dotés d’une production qui semble avoir trouvé une faille dans le continuum espace-temps, Forces Of Evil lacère les enceintes, et se rapproche d’un bon Thrash de série B, de celui qui manque d’audace mais qui délace quand même les godasses. On se laisse happer par ces riffs que l’on connaît déjà par cœur, et par ces breaks qu’on voit arriver de bonne heure. Parfois, la voracité se laisse entraîner dans un ballet de brutalité inopiné (le break central de « Last Step Over The Line », ou comment exploser un solo en plein vol plané de blasts déchaînés), mais la plupart du temps, la concision prime sur l’occasion, et les morceaux se succèdent à bon rythme, sans que notre attention soit vraiment dévorée glouton.

La plupart des interventions jouent le jeu de BPM en fusion, mais le Heavy n’y est pas pour autant laissé à l’abandon (« Forces of Evil », et son intro vraiment méchante, qui passe par toutes les ambiances et qui prouve que le groupe sait la mettre en cadence). On pense durant cette petite demi-heure à OVERKILL, pour cette basse frappée qui sonne comme une damnée, à SODOM, sans les exactions outrancières bestiales, mais aussi à HEXX, INDESTROY, et d’autres acteurs de l’underground destroy, qui il y a trente ans, arpentaient les scènes en attendant leur grand soir, qui ne devait jamais arriver.

Ce n’est pas ce que je souhaite aux CEASELESS TORMENT, qui ont clairement les moyens de s’extirper de cette normalité un peu abusée, pour peu que leur instinct moins formaliste prenne le dessus sur leur modération pas si fédératrice. Si l’on ne s’ennuie pas à l’écoute de leur second LP, on ne devient pas hystérique pour autant, et c’est là que le bât blesse. Les compos s’enfilent, et on fait parfois un effort pour que personne ne se défile, même si quelques idées plus fines nous accrochent à l’hameçon et au fil (« Let The Torture Begin » et ses petits silences rythmiques futés). C’est très bien construit, fort bien amené, mais un peu trop prévisible, et si la voix de Sebastian rappelle salement celle de Tom Angelripper le dément, les finlandais n’ont pas l’outrance de leurs aînés, et se montrent souvent un peu trop timorés.

C’est le reproche majeur formulé à l’encontre de nombre de groupes se complaisant dans un Thrash nostalgique, sans essayer de l’adapter à l’époque, et en réfutant toutes les théories d’évolution. Pourtant avec un niveau instrumental tout à fait honorable Forces Of Evil aurait largement pu passer la rampe des exigences, comme le démontre le très exubérant « Forsaken As Well », qui plane largement au-dessus de la mêlée brouillonne du Thrash à la teutonne, et qui alimente la cuve à breaks d’une sagacité affûtée.

Et finalement, CEASELESS TORMENT, à l’image du conclusif et moyennement incisif « Tormentor » avoue sa crainte de se voir oublié sur le bord de la route encombrée, et reste dans une mesure qui a de quoi frustrer. On aurait adoré pourtant les voir se lâcher sur un final halluciné, un peu de la façon qu’avait SEPULTURA de craquer sur « Infected Voice » ou « Primitive Future ». Mais avec des guitaristes capables et une section rythmique implacable, quelques chœurs remarquables et un allant somme toute impeccable, ils évitent de peu la catastrophe d’un LP trop vieux jeu pour faire frémir les plus rageux. Mais souhaitons qu’à l’avenir, les finlandais tentent des choses moins stéréotypées, une fois que leur line-up se sera stabilisé. D’ici là, ils ont encore de quoi progresser pour revenir nous croquer avec des hymnes un peu moins marqués.


Titres de l'album:

  1. Post Homicidal Depression
  2. Fields Covered In Blood
  3. Scars Of Desolation
  4. Last Step Over The Line
  5. Forces Of Evil
  6. Let The Torture Begin
  7. Forsaken As Well
  8. Tormentor

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/09/2017 à 18:39
70 %    265

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)