Si la Finlande s’y met maintenant, on ne va plus savoir où donner de la tête. Les attaques Thrash viennent déjà de partout, si en plus maintenant nous devons regarder vers le Nord, on va finir par le perdre vraiment…Mais les CEASELESS TORMENT ne sont pourtant pas nés de la dernière gelée, puisque leurs débuts remontent à 2007, et leur premier album officiel, The End They Bring, de 2014. Entre temps, des démos, et surtout pas mal de live, puisque les bougres ont bourlingué en Europe centrale et ont même foulé du médiator le sol français, à l’occasion d’une mini-tournée en compagnie des DYING GORGEOUS LIES.

Dès le départ, les musiciens assemblés semblaient penser que seul le Thrash bestial saurait les rassasier. Alors ils s’y sont adonné corps et âme pour finalement, revenir en 2017 avec un second longue-durée, qui ne trahit en rien les demi-promesses du premier. Promesses tout à fait raisonnables d’ailleurs qui savent respecter la parole d’un Metal en farandole, largement inspiré par les têtes de gondole eighties du genre. Pas de surprise donc, ni bonne ni mauvaise, pour un Vintage Thrash qui sait faire légèrement monter la mayonnaise.

Toujours abrités par les nationaux BWK Records, Sebastian Fredriksson (guitare/chant), Kim Lappalainen – (guitare), Mikko Karppelin (basse) et Tommi Makkonen (batterie) continuent donc de tronçonner dans les grandes largeurs pour s’imposer, en collant de près à des préceptes largement éprouvés. Et les huit compositions de ce Forces Of Evil tournent rond, propulsant des riffs carton sur fond de rythmique en plomb, le tout agrémenté de vocaux bien râpeux et graveleux.

Le quatuor nous glisse quelques références histoire de situer leurs débats (DARK ANGEL, DEATH, DEMOLITION HAMMER, KREATOR, NUCLEAR ASSAULT, ONSLAUGHT, POSSESSED, SACRED REICH, SEPULTURA, SLAYER, SODOM, TANKARD, et même George Michael, pourquoi pas), et il est certain que cette liste contient assez d’éléments pour que vous puissiez deviner ce qui vous attend sans avoir à écouter. Mais il serait dommage de se dispenser d’une bonne tranche de Thrash qui explose la tronche, et qui n’attend que ça pour s’épanouir sans honte.

Pas d’ambitions démesurées ici, mais des efforts mesurés, ainsi qu’une violence contrôlée. On se croirait brusquement ramené quelques années dans le passé, aux alentours de 86/87, et en train d’écouter les sempiternels Seven Churches, Pleasure To Kill, Darkness Descends, Ignorance ou autres Death Squad, et si l’inédit se fait la belle, l’efficacité se veut doucement cruelle. Pas de débordements à craindre, les finlandais aiment trop le style pour le dénaturer ou s’approcher de trop près d’un Noisy Thrash dégueulé, et si le classicisme empêche tout enthousiasme débridé, il saura nous éviter des déconvenues en plaisirs gâchés. Dotés d’une production qui semble avoir trouvé une faille dans le continuum espace-temps, Forces Of Evil lacère les enceintes, et se rapproche d’un bon Thrash de série B, de celui qui manque d’audace mais qui délace quand même les godasses. On se laisse happer par ces riffs que l’on connaît déjà par cœur, et par ces breaks qu’on voit arriver de bonne heure. Parfois, la voracité se laisse entraîner dans un ballet de brutalité inopiné (le break central de « Last Step Over The Line », ou comment exploser un solo en plein vol plané de blasts déchaînés), mais la plupart du temps, la concision prime sur l’occasion, et les morceaux se succèdent à bon rythme, sans que notre attention soit vraiment dévorée glouton.

La plupart des interventions jouent le jeu de BPM en fusion, mais le Heavy n’y est pas pour autant laissé à l’abandon (« Forces of Evil », et son intro vraiment méchante, qui passe par toutes les ambiances et qui prouve que le groupe sait la mettre en cadence). On pense durant cette petite demi-heure à OVERKILL, pour cette basse frappée qui sonne comme une damnée, à SODOM, sans les exactions outrancières bestiales, mais aussi à HEXX, INDESTROY, et d’autres acteurs de l’underground destroy, qui il y a trente ans, arpentaient les scènes en attendant leur grand soir, qui ne devait jamais arriver.

Ce n’est pas ce que je souhaite aux CEASELESS TORMENT, qui ont clairement les moyens de s’extirper de cette normalité un peu abusée, pour peu que leur instinct moins formaliste prenne le dessus sur leur modération pas si fédératrice. Si l’on ne s’ennuie pas à l’écoute de leur second LP, on ne devient pas hystérique pour autant, et c’est là que le bât blesse. Les compos s’enfilent, et on fait parfois un effort pour que personne ne se défile, même si quelques idées plus fines nous accrochent à l’hameçon et au fil (« Let The Torture Begin » et ses petits silences rythmiques futés). C’est très bien construit, fort bien amené, mais un peu trop prévisible, et si la voix de Sebastian rappelle salement celle de Tom Angelripper le dément, les finlandais n’ont pas l’outrance de leurs aînés, et se montrent souvent un peu trop timorés.

C’est le reproche majeur formulé à l’encontre de nombre de groupes se complaisant dans un Thrash nostalgique, sans essayer de l’adapter à l’époque, et en réfutant toutes les théories d’évolution. Pourtant avec un niveau instrumental tout à fait honorable Forces Of Evil aurait largement pu passer la rampe des exigences, comme le démontre le très exubérant « Forsaken As Well », qui plane largement au-dessus de la mêlée brouillonne du Thrash à la teutonne, et qui alimente la cuve à breaks d’une sagacité affûtée.

Et finalement, CEASELESS TORMENT, à l’image du conclusif et moyennement incisif « Tormentor » avoue sa crainte de se voir oublié sur le bord de la route encombrée, et reste dans une mesure qui a de quoi frustrer. On aurait adoré pourtant les voir se lâcher sur un final halluciné, un peu de la façon qu’avait SEPULTURA de craquer sur « Infected Voice » ou « Primitive Future ». Mais avec des guitaristes capables et une section rythmique implacable, quelques chœurs remarquables et un allant somme toute impeccable, ils évitent de peu la catastrophe d’un LP trop vieux jeu pour faire frémir les plus rageux. Mais souhaitons qu’à l’avenir, les finlandais tentent des choses moins stéréotypées, une fois que leur line-up se sera stabilisé. D’ici là, ils ont encore de quoi progresser pour revenir nous croquer avec des hymnes un peu moins marqués.


Titres de l'album:

  1. Post Homicidal Depression
  2. Fields Covered In Blood
  3. Scars Of Desolation
  4. Last Step Over The Line
  5. Forces Of Evil
  6. Let The Torture Begin
  7. Forsaken As Well
  8. Tormentor

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/09/2017 à 18:39
70 %    175

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)