Unfinished Business

Sleazy Town

26/04/2024

M O Music

Alors là…On ne me l’avait que rarement faite celle-là. Sans aller jusqu’au défi boursouflé de certitudes du Use Your Illusion de GUNS N’ROSES, les parisiens de SLEAZY TOWN font fort. Très fort. Jugez du peu. Un premier album, double, de vingt-quatre titres et d’une durée d’une heure et quarante-deux minutes. Oui, vous avez bien lu. Incroyable non ? C’est pourtant ce que viennent d’accomplir ces musiciens qui évidemment, ne s’y sont pas pris au dernier moment. Voilà très longtemps qu’ils préparent ce coup d’éclat, qui vu de l’extérieur, a tout du coup fourré. Fourré au groove, aux mélodies, aux riffs et à l’énergie.

SLEAZY TOWN c’est quoi finalement ? Un quatuor, avant toute chose, constitué de musiciens qui connaissent bien leur passion, et qui en parlent à foison. Une fascination certaine pour le Glam, le Hard-Rock, le Southern-Rock, le tout mélangé dans un shaker rutilant qui accouche et coule de cocktails revigorants. Une dose d’énergie pour tenir toute la nuit, et surtout, une passion pour les USA qui ne se dément pas.

Andy Dean (chant), JJ Jaxx (guitare), Macabre (basse) et Julian (batterie) avaient déjà tenté le coup avec un premier EP, dont beaucoup se souviennent de la fougue, et de l’appropriation du tube de POISON, « Talk Dirty to Me », restitué avec la même joie de vivre et le sourire en avant. Mais l’heure n’est plus aux appropriations, et bien à la création. Et avec un tel bagage devant la maison, le voyage s’annonce évidemment long, mais riche de rencontres et de chansons au coin du feu, ou au petit matin (pas trop tôt quand même) lorsque le moteur des Harley commence à ronronner.

Il me serait presque inutile de rédiger une chronique tant le groupe en a préparé une béton sur son propre site. J’en reproduirai des passages ici, mais j’avoue avoir craqué sur l’image:

Imaginez un bar, genre le Titty Twister, en plein désert, où se croiseraient durant la nuit les membres de THIN LIZZY, MÖTLEY CRÜE et LYNYRD SKYNYRD, avec Lemmy derrière le comptoir, et en fond à tue-tête du Southern Rock, Du Sleaze Rock Et Du Glam Metal 

 

Le décor me plaît assez. Je passe donc les portes du saloon pour aller y déguster le tord-boyaux maison, avant de sympathiser avec les clients cuirés et graissés. S’il est toujours facile de dessiner un décor en se basant sur sa propre perception d’une musique qui se veut roots, les SLEAZY TOWN n’ont rien exagéré et leur Far-West transposé dans la Californie des années 80 est très séduisant. On y sent la poudre Heavy, la gnole Hard, le maquillage Sleaze et l’attitude Glam, pour une soirée mi-virile mi-androgyne de premier choix.

Alors mettez vos plus belles étoffes, et entrez. Ici, le coût des boissons est élevé, mais totalement justifié. Justifié par des influences revendiquées mais aussi par l’explication du menu en détail. Alors, let’s go, and have some fun dudes.

 

« Machine Gun Rodeo » balance immédiatement la sauce de son riff rustre et légèrement gouailleur sur les bords. Le son est chaud, l’interprétation aux tripes, et la production au biseau. Les mecs ont réussi à capturer l’essence même de ce Rock joué Hard, mais qui remercie ses aînés en citant HANOÏ ROCKS, les NEW YORK DOLLS, FASTER PUSSYCAT, BLACKRAIN, et quelques autres aussi déchaînés et portés sur l’harmonica. Du vrai Rock, ça vous tente n’est-il point ? Dans une époque régie par la normalisation et l’uniformisation, ce décalage des thèmes chers aux GN’R est une vraie bouffée d’air frais. Les premiers morceaux font donc vrombir le moteur, mais qu’en est-il de la course de dragsters sur plusieurs kilomètres ? Parce qu’après tout, partir avec des flammes qui sortent du pot d’échappement est une chose, mais négocier tous les virages à fond en est une autre. Et avec près de deux heures de route, on peut s’inquiéter du rythme du périple qui risque d’accuser une baisse de régime inévitable.

All killer no filler ?

Pas loin, du gras sur les mains et la guitare usée par les moulinets. Accrochés à leurs souvenirs de jeunesse, les SLEAZY TOWN jouent sans complexe la carte de la nostalgie, si chère à notre siècle. Mais grâce à une science exacte des refrains, à un flair incomparable dans les chœurs qui rappellent évidemment la scène la plus déguisée du Strip, et une solidité dans la rythmique qui pilonne binaire avant de valser dans les airs, Unfinished Business est un dossier en cours qui nécessite des visites régulières chez les débiteurs.

Comme un compte-rendu de ces dernières années, ce premier album double les voitures qui patinent, et klaxonne punky lorsque la vitesse en pâtit (« All The Things You Care »). Vous comprendrez aisément qu’une analyse fouillée en track-by-track est impossible, à moins de tabler sur quatre ou cinq pages de laïus. Alors, admettons simplement que les frenchies ont tout compris au Rock US, dont ils recyclent les astuces avec brio.

Avec ce petit plus d’émotion qui dégouline de « Set My Heart On You », ballade amère, cet entrain qui tape des santiags sur le sol d’un bouge quelconque (« Downtown Queen »), et ce sens du gimmick qui tue alors que le tempo ne semble jamais repu (« Living Like A Hobo »), SLEAZY TOWN navigue entre toutes les dimensions, et se construit un monde entièrement dédié au Dieu Rock le plus sincère et équitable. On part donc avec les lascars pour une virée sans doute sans retour, mais après tout, qu’importent les habitudes et les racines quand le paysage défile sous nos yeux ébahis.

Les BACKYARD BABIES, les WIG WAM, D.A.D, et quelques autres pour garder la bonne mesure (« Intelligible Sensation »), la sueur qui coule des fronts au moment de se présenter en ouverture de saison (« Dancing With Your Poison In Me »), et ce satané binaire qui colle sous les semelles (« Endless Pain »), soit une aventure passionnante qui laisse couler le temps plus rapidement dans le sablier. Difficile de se dire qu’une heure et quarante-deux minutes se sont écoulées tant la fraîcheur du produit en question reste intacte. Il vous est tout à fait possible de vous créer une playlist personnelle avec vos morceaux préférés, mais même dans son intégralité, Unfinished Business reste digeste et facile à avaler.

Un petit miracle, une profession de foi, une confiance sans failles en ses moyens, pour un signal du départ aussi ambitieux que généreux. Attendez-moi les gars, j’emballe vite fait deux ou trois trucs et on peut se casser. Où vous voulez d’ailleurs. Votre compagnie est bien plus importante que la destination.      

         

         

Titres de l’album :

01. Machine Gun Rodeo

02. Mystic Religion

03. All The Things You Care

04. Set My Heart On You

05. Five Grams Of Red Head

06. No Chains Around Me

07. Riding On The Hell Track

08. Endless Pain

09. Desire Of An Illusion

10. One Night Of Anger

11. Dancing With Your Poison In Me

12. Intelligible Sensation

13. Six Minutes Before I Go

14. Sweet Old Memory

15. Bad Brains

16. Too Late To Remake

17. Rock And Roll Atom

18. Dirty Wild Attraction

19. Living Like A Hobo

20. Downtown Queen

21. Lockdown Experience

22. Insane Call For Love

23. Young And Reckless

24. Silent Whispering


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/04/2024 à 17:45
85 %    333

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Andy Dean
@176.159.23.71
08/05/2024, 11:22:01

Merci et que le whisky coule a flot

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35