Chimaera

Phrenelith

10/12/2021

Nuclear Winter Records

La saison est propice à l’introspection, et alors qu’une nouvelle vague de COVID est annoncée, les gens se préparent déjà à se confiner de nouveau. Les pensées sont donc plus ou moins moroses, à l’image de ce ciel gris plombé qui ne nous lâche pas depuis quelques jours. Et lorsque l’humeur n’est pas au beau fixe, quoi de mieux qu’une bande-son adaptée pour se l’enfoncer un peu plus ? Pour cela, il suffit de se rendre au Danemark pour y rencontrer les locaux de PHRENELITH, qui ne sont pas réputés pour être les joyeux drilles à la mode.

PHRENELITH est un concept assez clair, né il y a déjà huit ans à Copenhague, et générateur d’un nombre impressionnant de démos. Pas moins de cinq en tout, auxquelles vous pouvez ajouter une compilation, un split en compagnie des SPECTRAL VOICE, deux EP’s, et un longue-durée, Desolate Endscape, qui non seulement plantait bien le décor, mais agitait l’underground sur ses fondations. Pour autant, le style pratiqué par les danois n’a rien de révolutionnaire en soi : un Death sourd, diffus, parfois à la limite du Black, traditionnel dans les faits, mais constellé de petits arrangements personnels le rendant plus identifiable.

Desolate Endscape n’était déjà pas très gai, et avait de faux airs de rencontre inopinée entre GNAW THEIR TONGUES et dISEMBOWELMENT lors d’un enterrement anonyme. Entre la force brute d’une rythmique infatigable et les cris sourds d’un brailleur en chef au caractère pas commode, l’ensemble fleurait bon le Crossover géant, et le Doom/Death d’esthètes avec une culture certaine derrière eux.  

Quatre ans plus tard, et trois après son dernier témoignage discographique (Le moyen-format Ornamented Dead Eyes, 2018), la créature pluriforme revient, et visiblement, n’a toujours pas trouvé l’amour ou une raison de vivre valable. On note dès la sublime pochette que le propos ne sera guère différent, et les premières mesures de « Awakening Titans », l’un des deux pavés de l’album, nous entraine dans un univers contrasté, au sein duquel les mélodies maladives affrontent la brutalité la plus froide.

Archétype du groupe underground qui refuse la moindre concession, PHRENELITH n’en est pas pour autant une réunion de bourrins incapables d’affirmer leur propre opinion. Si le son ramène aux grandes heures de Sentient Ruin et Putrid Cult, c’est pourtant le label grec Nuclear Winter Records qui se charge de la distribution (pas grand-chose à se mettre sous l’oreille, à part PLAGUE BEARER), mais la production de l’album ose une sorte de panaché entre les approches suédoise et américaine, avec cette basse grondante, ces graves omniprésents, et cette guitare qui mouline en arrière-plan les sempiternels riffs circulaires. Si mes arguments semblent indiquer une déception old-school habituelle, il n’en est rien. Car malgré ces ingrédients convenus, PHRENELITH parvient à créer une atmosphère unique, glauque, ténébreuse, et à nos captiver de son talent pour agencer les idées et imbriquer les plans. Le même « Awakening Titans » est un modèle de Death brutal et progressif, avec des passages très clairs contrastant avec des embardées nocturnes peu rassurantes, et les sept minutes passent comme dans un cauchemar dont on n’est peu sûr de pouvoir s’extirper.

Même constat pour l’épilogue « Chimaerian Offspring - Part II », plus ou moins bâti sur les mêmes fondations, auquel nous pouvons ajouter sa première partie, « Chimaerian Offspring - Part I », avec qui il forme un diptyque ambitieux. La méthode est la même, une intro délicate et venteuse, aux arpèges glacés, une explosion de puissance, suivie d’une litanie plus ou moins lourde, à l’accordage gravissime. On reconnaît à la patte des pionniers du Doom/Death, INCANTATION, mais dans un esprit plus ouvert et perméable à des idées mélodiques. Certes, le propos revient vite dans le giron de la bestialité clinique, avec ces accélérations dantesques impromptues qui cassent les reins, et ces passages écrasants à la double grosse caisse insistante, mais cette façon de mélanger les inspirations, et ce flair au moment de les enrober dans une attitude distanciée font que Chimaera sonne très personnel, et beaucoup plus riche qu’un énième produit contrefait basé sur une nostalgie facile.

Outre ces trois morceaux conséquents, l’album recèle aussi des segments plus brefs et immédiats, terriblement efficaces, comme cet impitoyable « Gorgonhead », qui mixe la précision d’un DEATH avec la cruauté d’un SUFFOCATION. « Phlegethon » lui aussi prône des valeurs d’abrutissement par la lenteur, et se révèle savoureux et épais en tympans. Outre les plans principaux, chaque morceau bénéficie d’arrangements bien sentis, qui en rajoutent dans la froideur, sans verser dans le trop plein grotesque.

Ajoutez pour un bilan exhaustif une courte boucherie (« Kykytos »), un interlude harmonieux à la grecque (« Χίμαιρα »), une durée concentrée (à peine une demi-heure, parfait), et vous obtenez l’album de Death/Doom/Black de cette fin d‘année, persuasif, méchant, létal et solide. Alors, si votre humeur est encore plus maussade qu’avant de lire cette chronique, c’est normal, c’est voulu. Il ne vous reste plus qu’à vous enfoncer encore plus dans la névrose en savourant cette tranche de mort.  

 


                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Awakening Titans

02. Chimaerian Offspring - Part I

03. Phlegethon

04. Gorgonhead

05. Kykytos

06. Χίμαιρα

07. Chimaerian Offspring - Part II


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/12/2021 à 15:08
85 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16