En 1945, Hitler, enfermé dans son bunker, savait pertinemment que tout était terminé, et que le millénaire promis à son Reich n’était plus qu’une chimère enterrée sous les décombres d’une ville massacrée par les armées russes. Coincé douze mètres sous terre, condamné à une promiscuité dégoulinante de folie, de peur, de luxure et de bruit, il connaissait déjà l’inéluctabilité de son destin et s’y était résigné. Ses troupes étaient en débâcle, mais il continuait d’organiser des mouvements fantaisistes sur les cartes tendues par ses généraux, donnant le change d’une main tremblante pour ne pas avoir à plier genou face aux déserteurs de plus en plus nombreux. Ces scènes, cette longue descente en Enfer fut très bien retranscrite dans le film La Chute, qui dépeignait un quotidien de plus en plus lugubre, en forme de tragédie grecque morbide que nous regardions fascinés, toujours plus voyeur face aux situations en impasse de l’histoire…C’est à ce moment-là, et dépourvu de force de frappe patente que le führer décida de former une ultime milice constitué d’enfants, d’adolescents et de pauvres soldats de fortune tenant encore debout, pour défendre ce qu’il restait du cœur de Berlin, avant la prise inévitable quelques semaines plus tard. La seule consigne était de défendre coûte que coûte les derniers vestiges, jusqu’à la mort, qui montrait son visage revanchard en venant chercher son dû. L’histoire étant ce qu’elle est, personne n’a oublié la conclusion macabre d’un destin d’exception, et lorsque les trahisons s’accumulèrent, celle de Göring d’abord, puis celle d’Himmler, tentant de négocier la reddition de l’Allemagne, il ne restait plus qu’un point final à apporter à l’un des chapitres les plus sombres du vingtième siècle. Goebbels et sa femme Magda réglèrent le problème avec des capsules de cyanure pour leurs enfants, tandis qu’Hitler et sa jeune femme Eva terminèrent leur sombre parcours le pistolet à la main, avant d’être incinérés dans un trou d’obus, puis ensevelis sous des couches de terre et de sang.

Et cette ambiance, cette terreur palpable mêlée de résignation et de dégout d’une civilisation qui allait bientôt se partager entre capitalisme américain et totalitarisme soviétique se retrouve aujourd’hui incarnée en un disque unique, qui ne pouvait être l’œuvre que d’un seul groupe. Qui d’autre que MARDUK pouvait incarner inconsciemment un tel climat de déliquescence, lui qui depuis ses débuts a parfaitement assumé une passion dévorante pour ce conflit meurtrier, au point de se voir stigmatisé pour des accointances philosophiques un peu trop envahissantes au goût de certain. Mais si les théories les plus ignobles du régime nazi n’ont jamais trouvé écho dans les paroles et la musique de Morgan, les faits et l’iconographie y ont toujours eu une place plus qu’importante, primordiale dirais-je, et Viktoria ne fait aucunement exception à la règle. Sur la lancé du chaotique Frontschwein publié il y a déjà trois ans, Morgan et Mortuus relancent la machine, toujours aussi bien huilée, et dont les rouages semblent s’ingénier à reproduire le bruit d’apocalypse accompagnant les derniers jours de Berlin en tant que ville allemande. Plus qu’un album, ce quatorzième LP est un chapitre de plus à apporter à l’une des plus grandes légendes scandinaves du genre, une légende née à l’orée des années 90, et qui depuis l’arrivée de Mortuus peut revendiquer le statut iconique des références les plus incontournables, de par son aura évidemment, mais aussi par la qualité de ses réalisations, souvent similaires, parfois en mimétisme, mais toujours d’une puissance assourdissante laissant la concurrence à des années lumières dans son sillage. MARDUK n’a jamais joué le petit jeu de l’audace, lui préférant depuis longtemps l’efficacité redoutable d’une faction pleinement consciente de ses possibilités et de sa force de frappe. Car MARDUK est plus qu’un simple quatuor, il est un panzer qui écrase tout sur son passage, et si quelques baisses de régime ont été constatées durant son impitoyable avancée, elles n’étaient que des anecdotes sur un plan de route clairement dessiné. En l’état, Viktoria ne change aucunement la donne, et semble même se recentrer sur le glorieux passé du combo. Les plus enclins aux parallèles faciles y décèleront une analogie plus que patente avec Panzer Division Marduk, au regard de sa brièveté et de sa focalisation sur un BM cru et sans pitié, mais les initiés n’y verront qu’un intermède destiné à resserrer les rangs, et une percée se basant sur les anciennes tactiques de l’armée des ténèbres. Et c’est exactement ce que ce nouvel LP est. Une digression sur un passé glorieux, aux drapeaux encore flottant dans l’inconscient collectif, mais aussi un regard tourné vers un avenir de puriste, qui nous réservera encore sans doute des surprises.

Loin d’incarner l’épiphanie créative des suédois, cet album rassure. Il rassure par sa pugnacité, par son aridité, mais aussi par la maturité du chant de Mortuus, qui a enfin débarrassé ses incarnations de ses envolées théâtrales les moins pardonnables. Même si l’homme n’a pas encore renoncé à ses régurgitations les plus écœurantes, il se montre d’une solidité incroyable, haranguant les fans, et soutenant à merveille les rares motifs mélodiques tissés par son mentor guitariste. De son côté, Morgan a une fois de plus épuré son jeu, et se contente de recycler des riffs qu’il a déjà usés jusqu’à la corde, se permettant même de replacer quasiment in extenso des thèmes classiques (« Tiger I », qui ressemble comme deux gouttes de sang au traumatique « To Redirect Perdition » sur Wormwood), pilotant en roue libre pour mieux distiller ses fameuses litanies acides dont il est le dépositaire le plus légitime. Rythmiquement, la donne n’a pas changé, et le pivot basse/batterie se contente de revisiter des figures imposées, calquant les blasts les plus rapides sur les invectives vocales les plus franches, sans chercher à casser le moule ou à prendre quelques libertés. Vu de l’extérieur, on pourrait croire que ce nouveau tome n’a rien qui puisse fasciner les adhérents ayant rendu leur carte depuis longtemps, et pourtant, après quelques écoutes attentives, Viktoria pourrait bien incarner la réussite de brutalité viscérale après laquelle Panzer Division Marduk courrait il y a quelques années. Si en termes de violence soutenue, Viktoria sait admettre quelques moments de faux calme et de ralentissement, il n’en demeure pas moins l’incarnation la plus probante des années de conquête du régime, et suggère une dualité plus que troublante entre des époques bien distinctes. Celle de l’écrasement de l’Europe, celle de l’expansion initiale à l’est, mais aussi la conclusion traumatique des derniers mois passés à Berlin, terré à attendre la fin.

Ce mélange d’ultraviolence et de trouble se retrouve dans cette juxtaposition de titres comme l’introductif « Werwolf », évoquant justement ces fameuses légions du sacrifice de 1945 à grands coups de Punk Black décrivant avec acuité la totale méconnaissance des soldats de la dernière chance, et « June 44 », qui à grand renfort de riffs circulaires et de hurlements capte avec véracité la dernière chance qui s’envole sous les bombardements du débarquement. Et si « Narva », « Viktoria », ou « The Devil’s Song » ne font rien de plus que de piocher dans les souvenirs du BM scandinave le plus pérenne, le résultat n’en est pas moins impressionnant, un peu comme une bête à terre qui feint d’attendre le coup de grâce, et qui se relève de toute sa superbe pour donner l’ultime estocade. Nous aurions beau jeu de ne voir en MARDUK qu’une trademark qu’on traite avec un mélange de respect et de condescendance. Mais s’ils sont toujours là près de trente ans après leurs débuts, et si leurs obsessions pour la guerre n’ont pas dévié d’un iota sans se montrer redondantes, c’est qu’ils ont réussi d’un côté à incarner le visage le plus fidèle et hideux d’un style extrême, et que d’un autre, ils ont illustré avec la plus grande des fidélités l’épisode le plus apocalyptique d’une histoire meurtrière. Viktoria ne sera sans doute pas leur plus grande victoire, mais son synthétisme et sa rigueur en font une étape de plus sur le chemin de la glorification.                                                         

       

Titres de l'album:

                           01. Werwolf

                           02. June 44

                           03. Equestrian Bloodlust

                           04. Tiger I

                           05. Narva

                           06. The Last Fallen

                           07. Viktoria

                           08. The Devil's Song

                           09. Silent Night

Site officiel


par mortne2001 le 13/07/2018 à 14:24
80 %    459

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
13/07/2018 à 15:57:06
La vache... quelle chronique mec, quelle chronique ! Une fois de plus... Chapeau.
Concernant l'album, pas encore assez écouté de mon coté, mais j'avais adoré Frontschwein. Sur ce que j'ai écouté pour le moment, je le trouve moins "sale" celui-ci.

Humungus
membre enregistré
14/07/2018 à 05:37:42
« Viktoria ne sera sans doute pas leur plus grande victoire, mais son synthétisme et sa rigueur en font une étape de plus sur le chemin de la glorification »...
Que dire de plus ?
Peut-être un très léger ajout : « Viktoria » fait sans nul doute partie d'une de leur grande victoire. Immanquablement…
« Quelques baisses de régime ont été constatées durant son impitoyable avancée, elles n’étaient que des anecdotes sur un plan de route clairement dessiné ».
Bah oui... MARDUK c'est ça... Un groupe énormissime avec quelques très rares albums en demi-teintes. Tout bonnement un monument quoi. Et une fois de plus donc, cette dernière offrande est juste grandiose. Le genre de galette qui me réconcilie totalement avec le Black Metal. Genre adulé par votre serviteur pendant plus de quinze ans avant d’être peu à peu mis de côté. Les raisons à cette défection ? Trop de « True » et malheureusement un manque flagrant d’idées intéressantes et innovantes.
Alors j’avais littéralement craqué pour « Frontschwein » il y a 3 ans de cela et tendais de fait le dos en me disant qu’il leur serait très dur de nous pondre un engin du même acabit. Et ben pourtant Sieur Morgan y est arrivé le bougre. Bon… Pour l’instant « Viktoria » est un poil en deçà du précédent chef d’œuvre qui lui m’avait scotché dès la première écoute. Celui-ci, il m’aura fallu 4 ou 5 posages d’oreille pour en apprécier réellement toute la grandeur et me dire que oui, définitivement oui, MARDUK est une base indétrônable du mouvement.

PS : Je ne comprends personnellement absolument pas cette comparaison quasi constante de beaucoup de chroniqueurs entre cet album et « Panzer division Marduk ». Si ce n’est la brièveté, musicalement, cela n’a strictement rien à voir. « Viktoria » étant bien plus nuancé que le violentissime « Panzer (…) ».

Re-PS : A l’inverse de Jus de cadavre, je trouve « Viktoria » plus « sale » que « Frontschwein ». Ce dernier étant plus « mainstream » à mon goût dans les riffs.

Re-re-PS : Et bien naturellement, je me joins aux félicitations de Jus de cadavre concernant la prose cher mortne2001…

jikka
@78.192.38.132
14/07/2018 à 10:50:49
probablement leur pire album et l'un des plus pauvres de l'année

Ajouter un commentaire


Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?