En 1945, Hitler, enfermé dans son bunker, savait pertinemment que tout était terminé, et que le millénaire promis à son Reich n’était plus qu’une chimère enterrée sous les décombres d’une ville massacrée par les armées russes. Coincé douze mètres sous terre, condamné à une promiscuité dégoulinante de folie, de peur, de luxure et de bruit, il connaissait déjà l’inéluctabilité de son destin et s’y était résigné. Ses troupes étaient en débâcle, mais il continuait d’organiser des mouvements fantaisistes sur les cartes tendues par ses généraux, donnant le change d’une main tremblante pour ne pas avoir à plier genou face aux déserteurs de plus en plus nombreux. Ces scènes, cette longue descente en Enfer fut très bien retranscrite dans le film La Chute, qui dépeignait un quotidien de plus en plus lugubre, en forme de tragédie grecque morbide que nous regardions fascinés, toujours plus voyeur face aux situations en impasse de l’histoire…C’est à ce moment-là, et dépourvu de force de frappe patente que le führer décida de former une ultime milice constitué d’enfants, d’adolescents et de pauvres soldats de fortune tenant encore debout, pour défendre ce qu’il restait du cœur de Berlin, avant la prise inévitable quelques semaines plus tard. La seule consigne était de défendre coûte que coûte les derniers vestiges, jusqu’à la mort, qui montrait son visage revanchard en venant chercher son dû. L’histoire étant ce qu’elle est, personne n’a oublié la conclusion macabre d’un destin d’exception, et lorsque les trahisons s’accumulèrent, celle de Göring d’abord, puis celle d’Himmler, tentant de négocier la reddition de l’Allemagne, il ne restait plus qu’un point final à apporter à l’un des chapitres les plus sombres du vingtième siècle. Goebbels et sa femme Magda réglèrent le problème avec des capsules de cyanure pour leurs enfants, tandis qu’Hitler et sa jeune femme Eva terminèrent leur sombre parcours le pistolet à la main, avant d’être incinérés dans un trou d’obus, puis ensevelis sous des couches de terre et de sang.

Et cette ambiance, cette terreur palpable mêlée de résignation et de dégout d’une civilisation qui allait bientôt se partager entre capitalisme américain et totalitarisme soviétique se retrouve aujourd’hui incarnée en un disque unique, qui ne pouvait être l’œuvre que d’un seul groupe. Qui d’autre que MARDUK pouvait incarner inconsciemment un tel climat de déliquescence, lui qui depuis ses débuts a parfaitement assumé une passion dévorante pour ce conflit meurtrier, au point de se voir stigmatisé pour des accointances philosophiques un peu trop envahissantes au goût de certain. Mais si les théories les plus ignobles du régime nazi n’ont jamais trouvé écho dans les paroles et la musique de Morgan, les faits et l’iconographie y ont toujours eu une place plus qu’importante, primordiale dirais-je, et Viktoria ne fait aucunement exception à la règle. Sur la lancé du chaotique Frontschwein publié il y a déjà trois ans, Morgan et Mortuus relancent la machine, toujours aussi bien huilée, et dont les rouages semblent s’ingénier à reproduire le bruit d’apocalypse accompagnant les derniers jours de Berlin en tant que ville allemande. Plus qu’un album, ce quatorzième LP est un chapitre de plus à apporter à l’une des plus grandes légendes scandinaves du genre, une légende née à l’orée des années 90, et qui depuis l’arrivée de Mortuus peut revendiquer le statut iconique des références les plus incontournables, de par son aura évidemment, mais aussi par la qualité de ses réalisations, souvent similaires, parfois en mimétisme, mais toujours d’une puissance assourdissante laissant la concurrence à des années lumières dans son sillage. MARDUK n’a jamais joué le petit jeu de l’audace, lui préférant depuis longtemps l’efficacité redoutable d’une faction pleinement consciente de ses possibilités et de sa force de frappe. Car MARDUK est plus qu’un simple quatuor, il est un panzer qui écrase tout sur son passage, et si quelques baisses de régime ont été constatées durant son impitoyable avancée, elles n’étaient que des anecdotes sur un plan de route clairement dessiné. En l’état, Viktoria ne change aucunement la donne, et semble même se recentrer sur le glorieux passé du combo. Les plus enclins aux parallèles faciles y décèleront une analogie plus que patente avec Panzer Division Marduk, au regard de sa brièveté et de sa focalisation sur un BM cru et sans pitié, mais les initiés n’y verront qu’un intermède destiné à resserrer les rangs, et une percée se basant sur les anciennes tactiques de l’armée des ténèbres. Et c’est exactement ce que ce nouvel LP est. Une digression sur un passé glorieux, aux drapeaux encore flottant dans l’inconscient collectif, mais aussi un regard tourné vers un avenir de puriste, qui nous réservera encore sans doute des surprises.

Loin d’incarner l’épiphanie créative des suédois, cet album rassure. Il rassure par sa pugnacité, par son aridité, mais aussi par la maturité du chant de Mortuus, qui a enfin débarrassé ses incarnations de ses envolées théâtrales les moins pardonnables. Même si l’homme n’a pas encore renoncé à ses régurgitations les plus écœurantes, il se montre d’une solidité incroyable, haranguant les fans, et soutenant à merveille les rares motifs mélodiques tissés par son mentor guitariste. De son côté, Morgan a une fois de plus épuré son jeu, et se contente de recycler des riffs qu’il a déjà usés jusqu’à la corde, se permettant même de replacer quasiment in extenso des thèmes classiques (« Tiger I », qui ressemble comme deux gouttes de sang au traumatique « To Redirect Perdition » sur Wormwood), pilotant en roue libre pour mieux distiller ses fameuses litanies acides dont il est le dépositaire le plus légitime. Rythmiquement, la donne n’a pas changé, et le pivot basse/batterie se contente de revisiter des figures imposées, calquant les blasts les plus rapides sur les invectives vocales les plus franches, sans chercher à casser le moule ou à prendre quelques libertés. Vu de l’extérieur, on pourrait croire que ce nouveau tome n’a rien qui puisse fasciner les adhérents ayant rendu leur carte depuis longtemps, et pourtant, après quelques écoutes attentives, Viktoria pourrait bien incarner la réussite de brutalité viscérale après laquelle Panzer Division Marduk courrait il y a quelques années. Si en termes de violence soutenue, Viktoria sait admettre quelques moments de faux calme et de ralentissement, il n’en demeure pas moins l’incarnation la plus probante des années de conquête du régime, et suggère une dualité plus que troublante entre des époques bien distinctes. Celle de l’écrasement de l’Europe, celle de l’expansion initiale à l’est, mais aussi la conclusion traumatique des derniers mois passés à Berlin, terré à attendre la fin.

Ce mélange d’ultraviolence et de trouble se retrouve dans cette juxtaposition de titres comme l’introductif « Werwolf », évoquant justement ces fameuses légions du sacrifice de 1945 à grands coups de Punk Black décrivant avec acuité la totale méconnaissance des soldats de la dernière chance, et « June 44 », qui à grand renfort de riffs circulaires et de hurlements capte avec véracité la dernière chance qui s’envole sous les bombardements du débarquement. Et si « Narva », « Viktoria », ou « The Devil’s Song » ne font rien de plus que de piocher dans les souvenirs du BM scandinave le plus pérenne, le résultat n’en est pas moins impressionnant, un peu comme une bête à terre qui feint d’attendre le coup de grâce, et qui se relève de toute sa superbe pour donner l’ultime estocade. Nous aurions beau jeu de ne voir en MARDUK qu’une trademark qu’on traite avec un mélange de respect et de condescendance. Mais s’ils sont toujours là près de trente ans après leurs débuts, et si leurs obsessions pour la guerre n’ont pas dévié d’un iota sans se montrer redondantes, c’est qu’ils ont réussi d’un côté à incarner le visage le plus fidèle et hideux d’un style extrême, et que d’un autre, ils ont illustré avec la plus grande des fidélités l’épisode le plus apocalyptique d’une histoire meurtrière. Viktoria ne sera sans doute pas leur plus grande victoire, mais son synthétisme et sa rigueur en font une étape de plus sur le chemin de la glorification.                                                         

       

Titres de l'album:

                           01. Werwolf

                           02. June 44

                           03. Equestrian Bloodlust

                           04. Tiger I

                           05. Narva

                           06. The Last Fallen

                           07. Viktoria

                           08. The Devil's Song

                           09. Silent Night

Site officiel


par mortne2001 le 13/07/2018 à 14:24
80 %    228

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
13/07/2018 à 15:57:06
La vache... quelle chronique mec, quelle chronique ! Une fois de plus... Chapeau.
Concernant l'album, pas encore assez écouté de mon coté, mais j'avais adoré Frontschwein. Sur ce que j'ai écouté pour le moment, je le trouve moins "sale" celui-ci.

Humungus
membre enregistré
14/07/2018 à 05:37:42
« Viktoria ne sera sans doute pas leur plus grande victoire, mais son synthétisme et sa rigueur en font une étape de plus sur le chemin de la glorification »...
Que dire de plus ?
Peut-être un très léger ajout : « Viktoria » fait sans nul doute partie d'une de leur grande victoire. Immanquablement…
« Quelques baisses de régime ont été constatées durant son impitoyable avancée, elles n’étaient que des anecdotes sur un plan de route clairement dessiné ».
Bah oui... MARDUK c'est ça... Un groupe énormissime avec quelques très rares albums en demi-teintes. Tout bonnement un monument quoi. Et une fois de plus donc, cette dernière offrande est juste grandiose. Le genre de galette qui me réconcilie totalement avec le Black Metal. Genre adulé par votre serviteur pendant plus de quinze ans avant d’être peu à peu mis de côté. Les raisons à cette défection ? Trop de « True » et malheureusement un manque flagrant d’idées intéressantes et innovantes.
Alors j’avais littéralement craqué pour « Frontschwein » il y a 3 ans de cela et tendais de fait le dos en me disant qu’il leur serait très dur de nous pondre un engin du même acabit. Et ben pourtant Sieur Morgan y est arrivé le bougre. Bon… Pour l’instant « Viktoria » est un poil en deçà du précédent chef d’œuvre qui lui m’avait scotché dès la première écoute. Celui-ci, il m’aura fallu 4 ou 5 posages d’oreille pour en apprécier réellement toute la grandeur et me dire que oui, définitivement oui, MARDUK est une base indétrônable du mouvement.

PS : Je ne comprends personnellement absolument pas cette comparaison quasi constante de beaucoup de chroniqueurs entre cet album et « Panzer division Marduk ». Si ce n’est la brièveté, musicalement, cela n’a strictement rien à voir. « Viktoria » étant bien plus nuancé que le violentissime « Panzer (…) ».

Re-PS : A l’inverse de Jus de cadavre, je trouve « Viktoria » plus « sale » que « Frontschwein ». Ce dernier étant plus « mainstream » à mon goût dans les riffs.

Re-re-PS : Et bien naturellement, je me joins aux félicitations de Jus de cadavre concernant la prose cher mortne2001…

jikka
@78.192.38.132
14/07/2018 à 10:50:49
probablement leur pire album et l'un des plus pauvres de l'année

Ajouter un commentaire


Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.