Qu’attendre d’un album dont le premier réel morceau s’intitule « Metal is Me » ? L’évidence même, et lorsqu’on sait parfaitement où on met les pieds, inutile de reprocher une quelconque absence de paillasson. Veuillez excuser cette métaphore un peu triviale, mais après écoute du premier long des OUTLINE, mes neurones ont fondus, et mon esprit critique à rompu les ponts. Car ici, point de finesse, point de tergiversation, point d’évolution, mais du Metal, en fusion bien sûr, de régulières allusions au vécu, et de la franchise de ton, pour un trip immergeant totalement dans le passé au détriment d’un futur qui de toute façon n’offrira rien de bien bon. Si pour beaucoup le nom d’OUTLINE n’évoquera rien, ce n’est pas sans raison. Pourtant, en fouillant bien au niveau de la bio, le néophyte remarquera que le nom de Constanza Godoy Díaz y figure, ce qui permet de trouver quelques indices assez flagrants. En redonnant à la demoiselle son pseudo originel de Tanza, certains fans d’extrême reconnaîtront de suite l’ancienne figure de proue de DEMONA, combo nous ayant travaillé au corps pendant quelques années. Après un nombre assez conséquent de démos, de EP’s et de LP’s, la musicienne se trouva fort dépourvue de constater que la bise fut venue, et splitta son combo d’origine pour se mettre à la colle avec un de ses anciens acolytes, J.Hammer, ex-membre de DEMONA en live. Fort joyeux d’être à nouveau deux et heureux, les deux bardes optèrent pour des sobriquets de rigueur, et se transformèrent en The Hammer et The Speed, pour continuer leur travail de déconstruction de la musique moderne au sein d’un nouveau concept.

Et soyez rassurés, seul le concept est nouveau. Car il ne fallait pas compter sur un retournement de veste de la part de Tanza, qui aime son Metal pur et sur mesure. Il n’est donc pas étronnant de constater que Fire Whiplash pue au moins autant le Speed Metal de papy que les précédentes œuvres de DEMONA, sans vraiment chercher à pousser plus loin la non expérimentation globale. Alors, soyez ravis fans des exactions passées de la belle Constanza, et soyez honnis amateurs de perfection musicale outrée, car OUTLINE à les mêmes défauts que les qualités de DEMONA, et continue d’explorer les obsessions Heavy & Speed de cette musicienne somme toute assez sympathique. Elle mène toujours les débats en matière de composition et d’interprétation, et c’est avec un plaisir non feint que nous retrouvons sur ce premier (pas vraiment) longue-durée ses riffs tranchants, son chant fluctuant, et sa poésie de l’étang. Pas de dérivation, pas d’affabulation, juste du Speed qui se souvient sans effort des prêches de VENOM, d’EXCITER, de RAZOR, et toute la clique allemande qui avait trop peur de tremper ses orteils souillés dans un Thrash trop prononcé. Pourtant, de temps à autres, l’ombre d’un POSSESSED semble faire éclipse au soleil noir des OUTLINE, lorsque le ton se durcit et que les cris se multiplient, comme à l’occasion de ce « Black Eyed Devil », qui empeste le Speed/Death paillard qui fait fuir les trouillards. Mais la tutelle des DESTRUCTION est aussi patente, comme pour tout exercice Speed qui se respecte, et finalement, la référence que l’on retient le plus est celle de Tanza herself, fidèle à elle-même, qui suit sa route sans se soucier du qu’en dira-t-on.

Pas vraiment étonnant dès lors de retrouver ces deux olibrius au catalogue de Hells Headbangers, toujours à l’affut d’une trouvaille ventrue, et qui ici frappe un grand coup. Car depuis leur initiale démo éponyme, les deux instrumentistes ont progressé, et s’offrent ici un son quasiment parfait pour le genre. Avec ses médiums qui frisent, ce chant qui reste un peu en retrait, ces graves aplanis et ces fréquences pas vraiment arrondies, Fire Whiplash n’est rien d’autre qu’un gigantesque brasero de Speed de héros, bestial comme on l’aime, et saignant comme un tartare dans une gamelle. Un peu cannibale sur les bords, le tout joue le jeu de l’abord, et nous séduit parfois d’une sensualité dépravée, lorsque la voix de Tanza dérive le long d’un stupre Heavy qui se plaît à mélanger la gaucherie grossière d’un MADAM X et la rythmique d’enfer des LIVING DEATH (« Away from You », sorte de slow pour psychopathes qui soudain laissent leur nature déviante s’exprimer). Classique, mais bien bordélique, ce premier LP n’est pas dénué d’un charme suranné, et se montre la plupart du temps très efficace à défaut d’être original. Il faut dire que les riffs de Constanza sont du genre brut de chez brut, et que sa voix se rapproche parfois des accents les plus sataniques de Jeff Becerra (« The Assasin », qu’on croirait tout droit sorti de sessions oubliées de Seven Churches), d’autant plus que son assurance est soutenue par la solidité rythmique de The Hammer, qui mérite bien son nom et cogne comme un démon. Le duo passe donc en revue tout son savoir-faire, et trousse des hymnes entièrement dédiés à l’enfer, oscillant constamment entre Heavy bien méchant et Speed aux grandes dents (« Fire Whiplash », qui évoque de loin les premières démos du style), mais en acceptant aussi de s’aventurer en terrain plus mouvant. Ainsi l’album se termine par une déflagration assez impressionnante, plus proche d’un Thrash possédé que d’un Heavy maîtrisé, et « Hell Squad » de titiller le souvenir des DARKNESS, de DARK ANGEL et autres POSSESSED, subissant quand même une sévère baisse de régime au niveau du son.

En huit morceaux et à peine vingt minutes, OUTLINE frappe aussi fort qu’il le peut, et s’incruste dans nos mémoires de metalleux en pratiquant un Speed farouche aux entournures un peu louches. Tanza renouvelle donc son bail de fidélité sans vraiment changer, et nous offre une fausse suite aux aventures de DEMONA sous la forme d’un LP aux proportions d’un EP. Aucun étonnement, aucune surprise à l’avenant, juste du Speed, du Thrash, et du Metal de façon plus générale, mais du bon, et du brutal.       

   

Titres de l'album:

                         01 Intro         

                         02 Metal is Me          

                         03 Lady Teaser         

                         04 Black Eyed Devil 

                         05 The Assassin        

                         06 Away From You  

                         07 Fire Whiplash       

                         08 Hell Squad

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/07/2018 à 14:27
77 %    229

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Temple Balls

Untamed

Starchild

Killerrobots

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.


Très beau récit, merci ! Cela donne envie. Je ne suis pas étonné de l'apathie du public Néerlandais, il paraît que ce sont les pires à travers toute l'Europe pour ça. Mais cela n'empêche pas de profiter.


Merci pour le report, ça donne envie d'y aller ! :)


Oui la pochette est superbe.