Groupe fondé en 1995, une démo en 1996, un premier EP en 1998, et soudain, le hiatus, le trou noir, l’oubli. On ne sait pas grand-chose sur ce duo étrange venu d’Athènes, si ce n’est qu’il fait plus ou moins partie de la seconde vague de BM grec, et qu’il est constitué de deux membres, Mantus (claviers, piano) et surtout Necrolord (chant, guitare et basse).

Est-il toujours en activité ou bien mort et presque enterré depuis longtemps ? Impossible d’obtenir des infos autrement qu’en se fiant au label éditant ce We Will Be Watching - Le Cultes De Satan Et Les Mystères De La Mort au titre interminable et aux compos aussi alambiquées que son appellation.

Le Bandcamp de Zazen Sounds reste justement très allusif, et ne fait que traiter du cas de ce premier longue durée, qui manifestement a vu le jour il y a longtemps, mais a dû rester coincé sur les étagères du temps pendant un bail…

Alors, que dire de plus ?

Que les morceaux du LP ont été composés et écrits par Necrolord entre 1995 et 1999, qu’il a été enregistré aux studios Underground d’Athènes en juin et juillet 2000, que la batterie jouée par Warhead a été fixée sur bande durant l’hiver 2002, et qu’il a été produit et mixé par Necrolord lui-même.

Ajoutons que sa pochette emprunte les œuvres de Luis Ricardo Falero (« Witches On The Sabbath », 1878, « Festival of The Witches », 1880), et nous avons là tous les détails techniques disponibles…

Visiblement, nous sommes donc face à une œuvre éditée post-mortem, puisque j’ai du mal à croire que le projet a encore une quelconque activité contemporaine. Si tel est le cas, ils se montrent très discrets, mais après tout, nul n’est besoin d’avoir des nouvelles fraîches d’un groupe pour parler de sa musique.

Et de ce côté-là, il reste encore pas mal de choses à dire.

Visiblement, et en constatant l’effervescence sur Facebook générée par la sortie de ce disque, les WAMPYRINACHT ont une solide fanbase, qui s’est réjouie il y a quelques mois de la sortie de ce tant attendu premier LP, qui effectivement, a de quoi satisfaire les fans de BM à tendance symphonique et progressive. Si les premières influences qui se dégagent des pistes fleurent bon les émanations BM des nineties, et le Black très ambitieux d’EMPEROR, mâtiné d’obsessions gothiques à la CRADLE OF FILTH, la production un peu nostalgique confère à ce disque une patine assez envoutante qui échappe à toute classification, mais qui sert surtout à merveille des compositions complexes et longues, qui n’hésitent pas à dépasser les neuf ou dix minutes en trois occasions.

Est-ce pour autant que We Will Be Watching mérite de voir son cas traité dans un webzine? Oui, sans contestation possible.  

Si le son global trahit l’ancienneté du projet, l’atmosphère est travaillée, et reste dans des balises analogiques assez appréciables. Construits sur une succession d’idées complémentaires et logiques, les titres naviguent sur un océan de mélodies amères, et rappellent parfois les digressions acides du meilleur DISSECTION, avec une grosse emphase mise sur l’âpreté des guitares qui laminent en arrière-plan des harmonies vénéneuses. Point de technique exacerbée ici, même si le niveau global est respectable, mais plutôt des thèmes qu’on laisse évoluer naturellement et librement, et qui se reposent sur un ou deux licks principaux, qui évoluent selon la tonalité désirée.

Le chant très raclé de Necrolord évoque bien évidemment Dani Filth, mais aussi Varg Vikernes, sans que l’instrumental ne tombe dans les excès de gimmicks des premiers (malgré quelques arrangements gothiques typés TYPE O’ du plus bel effet sur « She Lets The Flames Embrace Her »), ou la sècheresse nihiliste du second.

Le rythme global se contente de suivre les pistes dessinées, et instaure une alternance de blasts furieux et de mid et downtempi sentencieux, pour permettre une efficacité maximale dans les reprises et les attaques rythmiques.

Autrement dit, Le Cultes De Satan Et Les Mystères De La Mort a des airs d’album du passé exhumé pour obtenir la reconnaissance qu’il mérite, et qui a de fait échappé à la standardisation des modes et coutumes en vogue sur la scène BM européenne de ces dix dernières années.      

Tous les titres possèdent une patte qui leur est propre, et un ADN qui dérive naturellement du Heavy Européen des années 80/90 (« The Old Abbey », un peu MERCYFUL FATE, un peu Folk Metal), et du BM scandinave de la même époque.

La musique est très riche et bénéficie d’une orchestration travaillée, et les changements d’humeur assez fréquents garantissent une écoute à rebondissements, jamais lassante et souvent surprenante. On pouvait craindre au vu de la durée de certains segments une redondance tout à fait légitime, pourtant, Necrolord s’est arrangé pour moduler son inspiration, qui ne se répète guère, même sur le final homérique « Faust (Opera Der Satanpakts) », délire de près de douze minutes qui représente le pinacle d’un disque fondamental dans l’histoire du BM hellénique.

WAMPYRINACHT laisse les éléments s’installer doucement, avant qu’une violence rude ne nous emporte dans un tourbillon de blasts, accélérés par des riffs circulaires typiques de l’art de Jon Nodtveidt et/ou Euronymous.

Lorsque le rythme se stabilise, on retombe dans des ambiances harmonieuses symptomatiques de la période de transition entre les années 90 et 2000, qui évitent le piège fatal de la niaiserie mélodique, et qui parviennent à garder la puissance à niveau.

Il est même parfois possible lors de ce dernier titre de penser à une union contre nature entre IRON MAIDEN et DISSECTION, notamment lors des passages très chaloupés à la Steve Harris, ombragés par des chœurs désincarnés typiques du BM de la fin du siècle précédent.

Les deux premiers segments du LP n’échappent pas aux mêmes constatations, avec toutefois une emphase particulière sur les dérivations douces durant « The Predator Of Humans » qui parfois, tombe dans le Pagan Folk avec un certain flair.

Mais au final, cet album anachronique au développement qui a pris son temps, séduit par sa démarcation temporelle involontaire, et nous rappelle que le BM des origines (ou presque) était encore libre et audacieux, et loin de sombrer dans la dérive d’un Post qui parfois ressemble à une impasse.


Titres de l'album:

  1. Under The Ruined Bridge
  2. The Predator Of Humans
  3. She Lets The Flames Embrace Her
  4. The Old Abbey
  5. Faust (Opera Der Satanpakts)

Lien album Bandcamp label


par mortne2001 le 17/06/2017 à 17:50
78 %    267

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)