Matriarch

Ankerkeria

01/02/2021

Autoproduction

Retour à la case départ après quelques circonvolutions chez les majors et dans l’underground, puisque je reviens au Brésil en cette après-midi pluvieuse pour vous narrer les aventures musicales d’un groupe national éminemment sympathique. Case départ, puisqu’il y a quelques temps je m’aventurais en terre brutale pour vous guider dans les méandres de la scène internationale bruyante, et me revoici aujourd’hui à vous proposer un Death Metal carré aux entournures en provenance du Brésil. Qui dit Brésil et violence, qui dit Death Metal et résilience dit chaos, mais dans le cas des ANKERKERIA, il est agencé, propre, carré, technique aux entournures, avec une touche féminine assez délicieuse. Cela dit ne vous attendez pas à des caresses vocales et à un Death mélancolique et évanescent, puisque le premier album de ce quatuor est du genre bourrin comme il faut, mais très technique. Formé il y a quelques années autour d’un background instrumental composé de trois musiciens et d’une chanteuse, Jóice Lopes, ANKERKERIA lâche donc en février son premier longue-durée sur les plateformes de téléchargement, une version physique n’étant pas à l’ordre du jour pour le moment.

Matriarch célèbre donc l’union sacrée entre la virulence la plus absolue et la technique la plus velue, se rapprochant évidement des références de MORBID ANGEL, GOJIRA, OBSCURA, ARCHSPIRE, GOROD, et des dizaines d’autres. Sans révolutionner le créneau, les brésiliens jouent crânement leur carte se reposant sur des plans extrêmement rapides et une accroche vocale sourde, pour proposer une symphonie de l’horreur qui évite la froideur clinique des plus grands achèvements du genre. Ici pas de démonstration pour flatter les ego, même si le soliste en chef donne de sa personne et égrène les gammes sans en faire des tonnes. Rythmique concassée, breaks amoncelés, riffs en prétexte de toile d’araignée, tous les ingrédients sont là, et en tant que réfractaire au genre, je dois avouer que ce premier jet ne m’a pas laissé indifférent.         

En admettant être encore loin des plus grandes réussites de DEATH ou GORGUTS, Matriarch parvient à capter l’attention et à la garder la majorité du temps, malgré quelque redites imputables à la jeunesse professionnelle du groupe. Mais lorsque les musiciens lâchent un peu la bride et s’éloignent de leurs schémas de composition, nous avons droit à des titres multipliant les ambiances, à l’image de l’évolutif « Feeding Fools », pourtant resté sous la barre des quatre minutes. Les morceaux justement, à l’exception de l’introductif « Baph Metra » (qui en effet mettra quelques baffes) restent dans une norme raisonnable, mais empilent les idées comme sur une partition vierge. Certes, ces mêmes idées sont formelles, et répondent à un besoin de précision dans la véhémence, et si les quatre musiciens impliqués connaissent tous leur boulot, on sent encore quelques moments de flottement en pilotage automatique.  

Que ces quelques constatations ne vous empêchent pas d’apprécier ce premier album pour la réussite qu’il est. Certes, une réussite encore intimiste, mais avec un tel niveau et une telle rage (« Mother of Horrors »), il ne serait pas étonnant que le groupe devienne une référence à part entière dans les années qui viennent. Il faudra pour cela s’éloigner de ces riffs consensuels que l’on semble avoir déjà entendus ailleurs en plus créatif, mais les dissonances sont bien utilisées, les breaks bien placés, et si le chant de Jóice Lopes est encore un peu trop systématique dans les inflexions, la maturité et les tournées lui apporteront l’expérience dans le maniement du micro.

Quelques répétitions rythmiques hypnotiques nous aiguillent sur la piste d’un MESHUGGAH de début de carrière, et si le recours au mid tempo haché de blasts est encore un peu systématique, on sent une réelle urgence dans le propos, et une solide culture du milieu. Toute variation est bienvenue, notamment celle proposée par « Decerebrate » qui ose enfin imposer la lourdeur et le malaise, et si la fin de l’album marque un peu le pas, quelques réactions épidermiques nous sauvent de la léthargie. Ainsi, « Blessed Be Thy Shame » agresse de son mid tempo martelé par une double grosse caisse roublarde,  mais avec un ou deux chapitres condensés, le résultat eut été plus percutant, les répétitions étant encore un peu trop visibles. Le bilan est quand même largement positif pour les brésiliens, qui donnent même dans le Thrash agressif et mordant sur le final « Brain Grinding Factory ». Un bon moment à passer avec ces esthètes de l’extrême qui s’ils sont encore un peu timorés quant à leur propre créativité, ont les moyens de s’extirper de ce traditionalisme assez rapidement. Une affaire à suivre donc.

 

                                               

Titres de l’album:

01. Baph Metra

02. Mother of Horrors

03. Lord of Flies

04. Alis Mortis

05. Feeding Fools

06. Decerebrate

07. Key of the Abyss

08. Blessed Be Thy Shame

09. Widow

10. Brain Grinding Factory


Facebook officiel


par mortne2001 le 07/01/2023 à 18:06
70 %    404

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08