Melencolia

Swords Of Dis

24/11/2023

I, Voidhanger Records

Duo anglais originaire de Birmingham, SWORDS OF DIS fait partie de ces artistes inclassables, à l’aise dans l’extrême sans éprouver le besoin de baliser leur démarche. Si leur ville rappelle évidemment la légende BLACK SABBATH, leur musique en emprunte certaines astuces Heavy, mais au bout du compte, seule la maison de disques du groupe nous permet d’entrevoir une vérité plutôt qu’une autre. Puisqu’on sait finalement qu’I, Voidhanger ne signe que des orchestres atypiques, vilains, expérimentaux, avant-gardistes et plus originaux que la moyenne.

SWORDS OF DIS, ce sont deux musiciens. Richard et Alice Corvinus, qui se partagent les tâches, Alice prenant en charge le chant, et Richard le reste. Deux musiciens qui se connaissent évidemment bien, et qui s’étaient présentés à nous il y a de cela une décennie, via un premier album déjà à part dans la production de l’époque. Tides of Malediction permettait de tester un sens de l’à-propos lourd et vicieux, combiné à des volutes vocales éthérées et poétiques, mais autant dire que comparé à ce gigantesque Melencolia, il ressemble aujourd’hui à un joli brouillon sur papier fané.

En 2013, le duo posait les jalons d’une construction en tour de Babel, qui aujourd’hui vient défier les Dieux en les chatouillant au-dessus des nuages. Avec plus d’une heure et dix minutes de métrage, Melencolia écrase son aîné en termes de créativité et de proportions, et réussit la difficile gageure de maintenir l’attention sur une durée rédhibitoire.

Si les fondamentaux n’ont pas changé, avec toujours cette alternance de plans chaotiques et de longues complaintes hivernales, SWORDS OF DIS a accentué toutes ses caractéristiques en se frottant au symphonique larvé, loin des théâtres de velours des divas esseulées criant leur malheur à des foules conquises par des costumes en synthétique. Non, le système opératique des anglais repose plutôt sur un principe de scène abandonnée dans une ville industrielle fatiguée, et les arias époumonées par Alice sont bien plus déprimantes que les envolées de ses consœurs adeptes de gothique bon marché.

Dans un registre exploré par THE FUNDAMENTAL WISDOM OF CHAOS, OPETH, KATATONIA, MY DYING BRIDE et NIGHTBRINGER, SWORDS OF DIS embrasse la lourdeur du Doom, la rudesse du Death et le lyrisme d’un Heavy Metal venu du fond des temps, tout en acceptant le principe généraliste de l’extrême sans réelle étiquette. Et s’il est évident que les fans de Doom orchestral et pompeux seront aux anges (ou aux démons selon la confession), les amateurs de sensations fortes et pures ne cracheront pas non plus sur ce feuillet triste comme un dimanche de pluie.

Très intelligemment construit, Melencolia se scinde en trois parties distinctes, séparées par une approche temporelle différente. La première partie de l’album, imposante et lourde, nous offre des titres cohérents, pour une ambiance générale à la limite de la dépression globale. Des éléments de divers sous-genres se percutent pour créer une symphonie christique, et la durée des morceaux, entre six et neuf minutes laisse à penser que le duo a refusé de se brider une fois arrivé en studio. Le son d’ailleurs, ample et dynamique, suscite paradoxalement un sentiment de claustrophobie que l’on retrouve parfois chez EMPEROR et MAYHEM, ce qui tend à rapprocher le projet d’un BM grandiloquent et vénéneux.

Alice Corvinus, interprète émérite, parvient à créer un décalage fascinant entre son chant mélodique et un instrumental radical, ce qui contribue à renforcer le paradoxe déjà énoncé plus haut. « Our Lady of the Naked Flame » en étant le plus parfait exemple, dissonant, discordant, atonal et traumatique, comme une litanie Doom déformée par un lecteur fatigué aux piles usées. Cette sensation de privation des sens est indéniablement le point fort de cet album qui gomme les repères sur le calque, nous laissant déambuler à l’aveugle dans un labyrinthe d’émotions et de sensations.

Brisé en son milieu par une poignée de chansons plus concises et brèves, Melencolia ne baisse pourtant pas la garde en accentuant la violence de son discours. « Oculus Diaboli », hommage indirect à la diva Diamanda GALAS nous balaie de sa rythmique surpuissante et de son duo de voix expressif. On pense aux débuts de MYRKUR, à LINGUA IGNOTA perdue dans les couloirs du Metal le plus violent, et on se laisse guider par ces druides de l’étrange dont les recettes procurent des effets secondaires assez violents.

Performance notable, ce deuxième longue-durée nous évite miraculeusement l’ennui par un habile jeu d’arrangements divers, dont un fin tapis de cordes et de bandes inversées sur l’introduction du pantagruélique « לִוְיָתָן ». Dix minutes d’invocations païennes pour une leçon de Doom/Death sublimé par ces accents désespérés émanant des cordes vocales d’Alice, qui se donne corps et âme à son art pour le rapprocher d’un Doom amer, nostalgique, aux réflexes lents.

On peut évidemment rester de marbre face à cette démonstration de tristesse. Il est tout à fait possible de ne pas être réceptif à ce style étrange, constamment entre deux ou trois eaux, qui bafoue les lois du Death, se donne des libertés conséquentes avec le Metal extrême, pour donner naissance à un monde imaginaire, peuplé de créatures inquiétantes, aux paysages monochromes, et aux aventures épiques.

Epique, le mot est lâché, et à dessein. Difficile en effet de faire plus épique que cette réalisation aux ambitions majeures, qui permettent de retrouver un duo en pleine possession de ses moyens. SWORDS OF DIS, sans trop verser dans l’avant-garde réussit pourtant à se démarquer, sans se compromettre. Un retour en force annonciateur d’une apocalypse qui sur fond de « Palimpsest », sera un dernier spectacle flamboyant et dramatique.         

       

        

Titres de l’album:

01. Orison

02. Mask of the Myriad

03. Sea of Storms

04. Melencolia

05. Our Lady of the Naked Flame

06. Oculus Diaboli

07. Oculus Dei

08. Eclipsing the Deathless Sun

09. לִוְיָתָן

10. Palimpsest


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 02/12/2023 à 16:29
88 %    150

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Tourista

@ Gargan : en parlant du best-of de Pestilence, les fans ont tellement gueulé qu'ils ont changé de visuel !  &(...)

05/03/2024, 11:42

Gargan

Faites chier, j'apprécie le groupe (enfin surtout l'ep comme beaucoup, je me demande si je ne l'ai pas découvert avec ce bon Shaxul) et je trouvais l'artwork très réussi ("oh bah c'est pas l'AI de Pestilence hein"), mais là(...)

05/03/2024, 09:43

Capsf1team

Balle de match...Un peu de silence s'il vous plait, les joueurs sont prêts...

05/03/2024, 08:03

Tourista

Hep ! on ne dépasse pas les bouées, siouplè !

05/03/2024, 07:05

Tourista

Acheté samedi, écoute en cours. BD absolument sans intérêt mais album bien plus intéressant que le dernier Maiden.

04/03/2024, 17:58

LeMoustre

Citer  INCUBUS, ASSASSIN et RIGOR MORTIS sur le même papier = obligé d'écouter les deux titres, et en effet, tout à fait ma came ! Merci pour cette petite découverte aux allures de pépite.M'en vais commander cela de ce pas(...)

04/03/2024, 09:59

LeMoustre

Excellent album

04/03/2024, 07:14

Saddam Mustaine

Le seul à être présent sur chaque album c'est Paulo Jr, peut-être le seul qui a vraiment les droits officiellement ? Kisser après est devenu très impliqué aussi 

02/03/2024, 19:55

RBD

Les frères Cavalera ont récemment réenregistré le premier album, le seul où Andreas Kisser n'était pas encore là. Cavalera Conspiracy existe déjà pour ceux qui voudraient un Sepultura avec les frères Cavalera, et tant mieu(...)

02/03/2024, 13:16

Humungus

Ah ah ah !Alors ça pour le coup, cela pourrait me faire plaiz...

02/03/2024, 07:27

Saddam Mustaine

Max et Igor vont donc pouvoir réformer Sépultura dans 2 ans...

01/03/2024, 18:15

Jus de cadavre

Ouais du tout bon. Assez balèze pour un groupe avec autant de bouteille de sortir un album aussi "frais" ! Et puis ce côté Metal "nola" : irrésistible !

01/03/2024, 15:22

Humungus

J'avais déjà hâte d'écouter ça, mais avec une chronique pareille...Vivement.Pis surtout, vivement la tournée de mai prochain bordel !

01/03/2024, 10:06

Tourista

Je me rappelle avoir vu UNE fois Sepultura avec Derrick Green en festoche, époque dreadlocks, j'ai dû tenir 3 morceaux.  Mais évidemment les propositions arriveront, les gros sous se profiler, le groupe reviendra avec une cote renforcée et des cachets g(...)

29/02/2024, 22:36

Gargan

´Vont ptêtre se reformer deux ans après la tournée, avec lui.

29/02/2024, 21:48

Cupcake Vanille

Quitter Sepultura pour peut-être (voir les rumeurs du moment) pour un autre groupe commençant par la lettre S sur le son américain du côté Iowa. 

29/02/2024, 21:24

RBD

Il a déjà un autre groupe de Rock chrétien qui marche bien au Brésil. C'est vrai que c'est bizarre de partir maintenant alors que la fin prochaine du groupe est déjà programmée à assez court terme. En tout cas c'est un batteur(...)

29/02/2024, 21:12

Buck Dancer

Même si je comprends l'opportunité de jouer dans Slipknot (si la rumeur dit vrai) dommage d'être resté toutes ces années pour partir juste avant la dernière tournée.

29/02/2024, 18:48

senior canardo

@Humungus sur la date de Magny le hongre, Paulo avait un tshirt Houwitser    sur scène ça ma remis un coup de (...)

29/02/2024, 10:09

Orphan

Batteur absolument génial.https://www.youtube.com/watch?v=PkmUSjkTJCgV'la le niveau du gamin qu'il était.

29/02/2024, 08:24