Laissez-moi vous présenter les enfants illégitimes de VERMIN et ANTHRAX, étymologiquement parlant, puisque le nom de baptême des VERMITHRAX semble résulter d’une contraction. Dans les faits, la comparaison ludique perd tout son sens, puisque ces nouveaux venus semblent plutôt se situer dans un créneau Power Metal très prononcé, et assez symptomatique de la deuxième vague Thrash US de la fin des années 80, avec quelques références sérieuses dans la musette, dont celle de SANCTUARY semble être la plus proéminente. SANCTUARY, mais aussi son extension NEVERMORE, avec un petit soupçon d’ICED EARTH par-dessus pour épicer la recette, mais en tout cas, un mélange assez explosif, qui se concentre en riffs tendus et rythmiques compactes, pour le plus grand plaisir des fans d’un Metal fier et non dilué. Et c’est bien de ça dont il s’agit sur ce premier long qui se veut aussi dur que l’acier et lourd que le plomb, puisque ces originaires de Pennsylvanie jouent la carte de la franchise, et se voient hébergés sur l’un des labels les plus puristes de la planète. Car en sus de rééditer à la pelle des trésors du patrimoine extrême, Divebomb Records se permet parfois de signer en exclusivité quelques nouveautés, et gageons qu’ils n’ont pas dû hésiter bien longtemps avant de parapher le contrat des VERMITHRAX. Groupe fondé en 2011 par JR Jameson (batterie, NUNSLAUGHTER, ICARUS WITCH) et Croy (chant, READING ZERO, EMANCIPATION SYNDICATE) pour étancher leur soif de Metal classique, ce quatuor vite complété de l’adjonction de Scott Haggerty à la guitare et de Tom Donaldson (MERCENARY US, EYE) à la basse a donc pris son temps et attendu patiemment de dégager un espace dans son emploi du temps pour enregistrer ce premier long, qui se veut hommage à la scène des années 80, sans sombrer dans le passéisme old-school en vogue.

Se réclamant d’un amour inconsidéré pour les cadors les plus respectés, les américains citent volontiers TESTAMENT, FORBIDDEN, FLOTSAM AND JETSAM, JUDAS PRIEST, DEATH ANGEL, SLAYER, CRIMSON GLORY, DESTRUCTION, DIO, OVERKILL, MEGADETH, et FATES WARNING comme idoles de toujours, et autant dire qu’ils font encore une fois preuve d’honnêteté, puisque c’est plus ou moins ce que l’on ressent à l’écoute de ce massif Imperium Draconus, qui ne fait pas grand cas de son lyrisme exacerbé. Très dense et tendu, ce LP se veut incorruptible, mais ne manque pas de suggérer des émotions ressenties il y a une trentaine d’année, jouant le jeu du chat Thrash et de la souris Heavy pour mieux nous malmener, cédant parfois à la vélocité d’un Metal énervé sans jamais se départir de sa majesté emphatique et appuyée. S’il est évident que les riffs précieux et le chant fielleux rappellent sans conteste le SANCTUARY de Refuge Denied et d’Into The Mirror Black, certaines interventions moins placées et plus envolées nous ramènent aux grandes heures du TESTAMENT le plus agacé (« Rivor Cruor »), tout en admettant des accointances serrées avec la Bay Area de 87/88, et même le Canada du sieur Jeff Waters et de son ANNIHILATOR. Pas mal de parallèles viables donc, et des affiliations volontaires comme le démontre cette double reprise des miraculeux FLOTSAM AND JETSAM, qui aborde le cas des intraitables Doomsday For The Deceiver et No Place For Disgrace, transcendant sur presque huit minutes deux des plus gros hits des arizoniens. C’est ainsi que le claquant « Hammerhead » et le percutant « Hard On You » se voient offrir une seconde jeunesse, gardant leur impact d’origine et profitant de la dextérité des pennsylvaniens pour gagner en puissance. Mais cette petite friandise très appréciée ne doit pas occulter le fait que le répertoire original des VERMITHRAX est largement à la hauteur de cet hommage, eux-mêmes proposant quelques hymnes bien troussés.

Et c’est après une courte intro classique que le tonitruant « Enoch » explose de son riff gravissime et de ses arabesques de guitares serpentines, nous prenant de plein fouet sans essayer de cacher ses affinités. Très dense, multipliant les sextolets, ce morceau d’entame est plus qu’une accroche, c’est une démonstration du talent de musiciens plein d’allant, et une façon de s’annoncer avec tambour et trompettes, d’autant plus que JR Jameson ne fait pas semblant de cogner. Synthétisant la férocité d’un JUDAS PRIEST en manque de violence et la subtilité lyrique des SANCTUARY toujours aussi traumatisés par les QUEENSRYCHE, « Enoch » est sans doute la mise en jambes la plus efficace depuis le séminal « Painkiller », sans lui emprunter son vocable, mais en singeant sa virilité Metal. Et entre les cris aigus d’un vocaliste en pleine possession de ses moyens, et des embardées de guitare qui a décidé de remiser l’humilité au placard, le Power Metal prôné sur Imperium Draconus  est des plus convaincants, et pas seulement parce qu’il puise son inspiration dans les manuels d’antan. Si la nostalgie est évidemment de mise, puisqu’elle répond à un besoin originel, la musique ne se contente pas de piller sans vergogne, mais adapte et cogne, et transpose des standards d’hier dans des modèles contemporains, un peu comme si NEVERMORE sortait un nouvel album en se souvenant de son passé de SANCTUARY sans le renier, ni s’en vanter. C’est énorme, puisque la production épaisse en a voulu ainsi, mais c’est surtout flamboyant, comme un phœnix naissant de ses propres flammes, et s’élevant dans le ciel avec une noblesse sans faiblesse (« Crucified By Hate »), pour survoler la civilisation et la contempler de sa rage damnée (« Road To Athkatla », qui parvient en moins de cinq minutes à synthétiser le meilleur de FLOTSAM, ANNIHILATOR, SANCTUARY et ICED EARTH).

Et si le propos concentre la haine pour mieux la proportionner, les accélérations distillées avec intelligence permettent de ne pas rester frustré, même si l’on aimerait parfois que la thématique explose dans une gerbe de flammes (« Spellbound »). Une importance proéminente donnée aux mid tempi donc, pour un déroulé de Metal en fusion qui accepte la théâtralité pour mieux la brûler, et qui use de syncopes pour nous faire trembler de son approche grave et profonde (« Calling My Name », ou comment faire chanter du MEGADETH par Geoff Tate). Rien de vraiment surprenant dans le fond, mais beaucoup d’enthousiasme dans la forme, et un joli clin d’œil adressé à l’ancienne génération qui nous a tant apporté. Et si à l’avenir on souhaitera que des compositions purement Thrash de la trempe de « River Cruor » occupent plus d’espace, prouvant que les VERMITHRAX sont tout à fait capable de se montrer franchement véhéments, on acceptera le formalisme de cet Imperium Draconus comme témoignage de la possibilité des groupes actuels de s’extirper du marasme old-school pour transformer la nostalgie en épiphanie. Du Metal, rien que du Metal, mais le meilleur. Voilà le crédo d’une formation qui nous promet de belles heures.   


Titres de l’album :

                        01. The Secret Keys To…

                        02. Enoch

                        03. Crucified By Hate

                        04. Road To Athkatla

                        05. River Cruor

                        06. Spellbound

                        07. Calling My Name

                        08. Hammerhead/Hard On You (Flotsam & Jetsam covers)

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 16/12/2018 à 14:01
80 %    179

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


LeMoustre
@213.208.157.36
17/12/2018 à 10:18:16
Vermithrax est le nom du dragon dans le film "Le Dragon du Lac de Feu". Nul doute que ce n'est pas un hasard.

Ajouter un commentaire


Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Skeletoon

They Never Say Die

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou


*que pour les marathoniens


Concernant la bière si il faut choisir oui la Jup c'est mieux que la kro mais bon... on a sans doute trop pris l'habitude des bonnes bières artisanales qu'on trouve partout aujourd'hui ;)
Sinon oui au début (et / ou bourré) la salle c'est un peu Poudlard : quand on prend un escalier on sai(...)


j'aime bien , un album ou on discerne chaque intrument. A retenir dans un coin de la tête pour cet été.


Je n'y étais pas cette année, mais effectivement, très, très bon fest que celui-ci.
- J'ai effectivement entendu dire par quelques comparses qui eux avaient fait le déplacement que c'était l'année où il y avait le moins d'affluence. Bizarre au vu de l'affiche toujours aussi bandante.