En lisant la bio de ces charmants chiliens, je me rends compte que l’opiniâtreté paie. Si certains se laissent abattre par les aléas du destin, qui s’échine souvent à mettre des bâtons dans les roues de mobylette, d’autres au contraire gardent la tête haute et le regard enflammé, certains qu’à un moment donné, la chance soufflera de leur côté pour leur permettre de se faire connaître à une plus grande échelle que celle disposée à l’arrière d’un bar de quartier. Jugez du peu. Ces originaires de Santiago du Chili ont commencé leur carrière en 2008, et ont dû patienter presque dix ans pour pouvoir sortir leur premier album, alors même que leur line-up paraissait solide dès les origines, ainsi que leur style. Mais si le service militaire a fait des ravages chez bon nombre de combos il y a quelques décennies, il semblerait que la poisse et le mauvais hasard l’aient remplacé avec les mêmes contraintes…En plus de neuf ans, le groupe n’a pas été capable de garder une formation stable, voyant ses musiciens ouvrir et claquer la porte avec une régularité effarante, les écartant de fait du chemin des studios pour enfin graver une œuvre qui n’aura pas été de tout repos. Mais ces constantes fluctuations de personnel ont permis au moins aux PRIMERO MUERTO de trouver leur style, moins générique que ce que leurs aspirations initiales ne laissaient entrevoir, et glisser d’un Metal assez passe partout vers un Speed plutôt teigneux, avant de s’abandonner à un Thrash au groove contagieux. Et c’est sous cette forme que nous les retrouvons aujourd’hui, même si l’héritage du passé a laissé quelques traces en s’incrustant dans le filigrane de compositions moins linéaires que celles de bon nombre de leurs collègues.

Alors, le résultat de ce long passage au purgatoire de l’anonymat ? Un Thrash intelligent, joué tout sauf à l’avenant, qui percute de ses breaks intelligents et de sa hargne patente. Et ça valait largement le coup d’attendre pour en arriver là, même si le groupe commençait à en être un peu las.

Quintette puissant et efficace (Johny Reyes - batterie, Brian Rhamer - basse/chœurs, Emerson Ordenes - chant, Cristian Toro et Simon Nahuelan - guitares), PRIMERO MUERTO nous narre donc ses vues sur le Thrash moderne via ce Dividen Para Gobernar, aux inspirations sociales et à la haine internationale. En laissant le cours des choses influer sur leurs préoccupations, les chiliens se sont donc orientés vers des problématiques génériques et humanistes, rejoignant donc les rangs des plus grands dénonciateurs d’inégalités. Si les dictateurs politiques et les contrôleurs de pensée appliquent donc ce principe séculaire de diviser pour mieux régner, les chiliens eux préfèrent fédérer, en appliquant à la lettre les enseignements du Thrash de la Bay Area, qu’ils diluent dans quelques principes Hardcore purement sud-américains et ibères en général, tutoyant donc de près une sorte de Crossover global convaincant et modulant. Inutile donc de vous attendre à l’énième attaque Thrash linéaire du mois, puisque le quintette n’a pas choisi la voie de la facilité brutale, en mâtinant ses grognements de prouesses rythmiques tout à fait convaincantes. Si l’on pense inévitablement à une multitude de références que je ne nommerai pas pour la centième fois, leur personnalité transpire de morceaux qui expirent d’une méchanceté à la SLAYER pour mieux nous amadouer d’une fluidité à la MUNICIPAL WASTE, le côté rigolard toxique en moins. Ici, on fait son boulot sérieusement pour procurer le maximum de plaisir, sans travailler par-dessous la jambe en se voulant trop léger pour impressionner. Et un morceau aussi fondamentalement fatal que « Venganza » le prouve sans ambages, en multipliant les diversions et changements d’horizon, sans le sacrifier à la concision. Et c’est justement cette créativité dans l’homogénéité qui fascine, les plans s’enfilant avec une facilité déconcertante, laissant les solistes intervenir à loisir sans empiéter sur le terrain de leurs alliés. Agrémenté de quelques samples bien choisi, ce premier album est empreint d’une fabuleuse maturité, et justifie de sa qualité les dix années passées à errer en attendant que l’heure soit venue de démontrer ses qualités.

Et « Organizacion Criminal » en intro est la plus belle démonstration dont le quintette pourrait rêver, avec son festival de riffs en saccades, smooth et tranchants comme une attaque des DEATH ANGEL. On se laisse porter par cette bascule permanente entre Thrash classique et Groove moins typique, sans que les fondamentaux ne soient altérés. De la modernité dans le classicisme, tel est le leitmotiv de cette horde de barbares aussi intelligents que talentueux, tous d’un niveau plus que respectable, ce qui leur permet d’agrémenter leurs titres de petites idées simples mais bien trouvées. Des chœurs purement Hardcore viennent encore dynamiser l’ensemble, qui prend des allures de festival d’aisance, et « Manipulacion Noticiera », le troisième morceau, nous convainc de sa rythmique échevelée de la pertinence des motifs accélérés, qui restent toutefois dans des balises mesurées. Hargneux, le groupe l’est, tout autant que courageux, mais leur mesure dans la déchirure permet un confort d’écoute ne trahissant jamais un extrémisme déplacé, un peu comme si les OVERKILL dansaient la gigue de la révolte en compagnie des ANTHRAX pour une danse endiablée n’oubliant pas les slogans au vestiaire (« Pan Y Circo »).

Les minutes passent mais jamais l’intérêt ne trépasse, puisqu’outre une paire de guitaristes très inspirés, le quintette peut s’appuyer sur un bassiste complètement possédé, qui fait claquer et rouler sa basse comme ses yeux devant l’espoir qui trépasse (« Sentencia », au phrasé heurté malmené), et sur un batteur qui ne rechigne pas à cogner, tout en laissant ses baguettes méchamment percuter (« Intolerancia », encore un truc que Scott et Charlie n’auraient pas renié). Le chant d’Emerson, très râpeux, grave et nerveux, se veut plutôt monocorde mais se laisse heureusement amadouer par des chœurs bien enrobés, et lorsque les cinq musiciens remisent leur mesure dans leurs chaussures, l’ambition crève le plafond d’un Thrash presque progressif en constante évolution (« Contrataque », sept minutes de démonstration qui laissent les oreilles en coton), pour se hisser à la hauteur d’un TESTAMENT de milieu de carrière, sans en singer le mauvais caractère. Difficile en tout cas de ne pas craquer pour ce Thrash rondement mené, qui profite de petites pirouettes rythmiques pour s’immiscer dans la mémoire collective, et d’une multiplication des plans comme Jésus multipliait les pains pour les affamés. On pourrait d’ailleurs parler de résurrection à propos des PRIMERO MUERTO, qui s’ils n’ont jamais trépassé, sont longtemps restés dans un coma provoqué. Saluons-donc leur retour dans le monde des vivants, en écoutant ce Dividen Para Gobernar qui gouverne en s’imposant, et non en divisant.   


Titres de l'album:

  1. 1977
  2. Organizacion Criminal
  3. Manipulacion Noticiera
  4. Fuerza Constante
  5. Venganza
  6. Pan Y Circo
  7. Sentencia
  8. Intolerancia
  9. Dia a Dia
  10. Contrataque

Site officiel


par mortne2001 le 12/01/2018 à 17:42
80 %    278

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)