Raytraces of Death

Perilaxe Occlusion

25/06/2021

Blood Harvest

Trois morceaux, une simple démo, pas de quoi se fendre de plus qu’une simple notule, et pourtant cette chronique existe. Tout simplement parce que les suédois de Blood Harvest ayant fourré leur nez dans l’affaire, elle semble plus juteuse qu’elle ne l’était au départ. Je me méfie toujours lorsque ce label propose des choses plus ou moins anecdotiques, puisqu’il y a souvent aiguille sous roche. Pourquoi en effet rééditer deux démos d’un obscur duo canadien, si ce n’est pour mettre en avant une musique spéciale, et une démarche artistique peu commune ? Bonne question, merci de me l’avoir posée, et après avoir écouté le produit en question, je comprends pourquoi l’underground a sonné les trompettes de l’oraison.

Fondé en 2020, le projet PERILAXE OCCLUSION est donc jeune, mais déjà très affirmé de sa personnalité. Basé sur l’association de Kaveh Afshar (INTO OBLIVION, KORROSIVE, PROTOKULT, ex-VALKYRIE'S CRY, SHOOR, ex-NECRODIOS) à la batterie et l’anonyme XT à la guitare, basse, chant et textes, PERILAXE OCCLUSION n’est rien de moins qu’une entité néfaste de plus à hanter les couloirs les plus sombres du Death Metal moderne. Fantôme à la recherche d’âmes à torturer, ce concept se complaît donc dans une violence sombre et sourde, et joue le mélange des genres pour intégrer quelques éléments électroniques et Indus à son entreprise de démolition des sens.

Créative et sordide, cette démo méritait bien une édition en 12’’ pour se mettre en avant. Loin d’un simple jet de bile à base de Swedish Death à peine travesti ou d’un glaviot craché de l’Ontario à la face des Etats-Unis et de sa légende morbide, Raytraces of Death joue le cryptique, le grondant, le tremblant, et nous évoque une musique extrême venue du fond du futur, échappé d’un ordinateur comme un virus létal, pas forcément repérable par Avast et firewall associés. Alternant les passages foudroyants avec les longs écrasements typiques, les deux musiciens jouent l’optique évolutive pour proposer un Death vraiment pesant et poisseux, mais assez ambitieux pour se prolonger au-delà d’une durée raisonnable. Pas moins de six minutes par morceau, pour un total de vingt-et-une, des riffs piqués au Doom le plus Funeral, des blasts arrachés sur le crane déjà bien dégarni du Death US des nineties, et une méchanceté d’arrière-plan totalement en adéquation avec la philosophie de Blood Harvest.

Du coup, « Fracturing the Voronoi » sonne un gigantesque coup de semonce avec son intro glauque débouchant sur un Death putride terriblement proche du Doom, avant qu’un riff incroyablement catchy ne vienne nous faucher en pleine sieste. Typique de l’art roublard des deux canadiens, ce titre d’ouverture oppose les deux écoles du Death de tradition, l’un pesant lourd dans la balance, l’autre l’allégeant en se rappelant des astuces futées et groovy d’OBITUARY et MEATHOOK SEED.

Ne vous attendez donc pas à un truc tellement underground que même les chroniqueurs les plus aguerris y laisseraient des plumes dans le goudron. Non, ici, la brutalité est froide, numérique, en phase avec les thématiques choisies pour les textes. Et si le gros morceau de la démo, « Geometric Dismemberment » propose un épilogue digne d’un enterrement de troisième classe dans un cimetière décati du fond de l’Ontario, il a au moins le mérite de prononcer un discours logique. On aime particulièrement ce son de guitare froid et clinique, qui transforme les licks les plus symptomatiques en avertissements funestes, cette voix immonde qui émerge du marigot de l’humanité, et cette humeur constamment grognon qui s’exprime parfois par coups de colère qu’on a du mal à anticiper.

Pas très avenants, les deux musiciens ont choisi la voie de l’ambition pour traiter leur propos, et nous proposent une seconde démo transformée en second EP terriblement accrocheuse, poisseuse, et vénéneuse. Une sorte de marais, de boue, de soue dans laquelle on s‘embourbe l’âme et qui réveille nos instincts les plus inavouables. Basse à la Shane Embury, blasts qui éclaboussent de sang, progressions instrumentales brutes et brutales mais travaillées, pour un Death qui piétine le Doom, le Grind, et tout ce qui traîne de plus vicieux à sa portée. Un beau cauchemar, et pas seulement pour les enfants.      

 


                                        

Titres de l’album:

01. Fracturing the Voronoi

02. Incalculable Thresholds

03. Geometric Dismemberment


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 23/02/2022 à 18:10
78 %    405

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08

Moshimosher

Un nouvel album ! Bonne nouvelle !

06/07/2024, 06:56

Moshimosher

Très cool, comme news !

05/07/2024, 19:06

Moshimosher

Du très bon ! Je viens juste de le recevoir ! 

05/07/2024, 19:06

Jeff

Cela fait toujours plaisir de te lire RBD

04/07/2024, 21:58

senior canardo

"Tes photos promo avec force chaines et autres bracelets cloutés pour revenir à l’époque de tes débuts sont grotesques." n'est pas Niefelheim qui veut lol

04/07/2024, 12:56

Gargan

Merci pour la découverte, je serai sûrement passé à côté. ça s'écoute étonnamment bien (la fluidité avec un tel mélange n'est pas donnée à toute le monde, c'est généralement une m(...)

02/07/2024, 08:24

LeMoustre

Acheté Disséqué Tuerie

02/07/2024, 07:00

Buck Dancer

RBD et Humingus: "C'est ce qu'on aime dans notre scène"Ce genre d'anecdotes aussi, on aime ( alors que je connais ni le groupe ni le disquaire en question)

02/07/2024, 05:23

Bastos

Putain ça défonce 

02/07/2024, 01:19