Lundi matin, temps maussade, ciel chargé et pluie éparse. Gouttes de pluie lourdes comme un horizon plombé, et l’humeur part dans les limbes de l’introspection.

Non, inutile de s’allonger sur un divan de psy pour comprendre que les effets de l’automne se font ressentir, mais loin d’en être affecté, je sens une pointe de joie monter jusqu’au cœur.

Contradictoire ?

Peut-être, mais pas vraiment en même temps…

On adapte toujours la musique à son humeur, et lorsque celle-ci est complexe, le choix s’avère difficile. Trop de groupes évidents, qui ne cachent rien et révèlent presque tout, jusqu’à ce qu’on tombe sur quelque chose de vraiment différent. Quelque chose de nuancé, qui s’adapte à la complexité des émotions, l’inextricable du ressenti.

Donc, la Norvège, ses fjords, son histoire musicale unique, et son présent artistique qui perpétue une certaine tradition de la colère et de l’amour. Dualité, contradictions…Concrétiser ça sur un album unique est chose ardue, et pourtant, Kim Christer Hylland, Ruben Aksnes, Odd Erlend Mikkelsen et Viljar D. Sellevold y sont parvenus.

Ces quatre musiciens n’ont jamais vraiment gravité dans la sphère Metal, préférant travailler leur Jazz et d’autres courants de façon discrète. Mais sans qu’ils en comprennent vraiment la raison, ils ont toujours été attirés par la violence instrumentale, la distorsion poussée à l’extrême, et les déchirements rythmiques éprouvants.

Alors…Ils sont partis sur la route avec un groupe de « Rock », découvrant le partage de scène, et suant, saignant et déchirant l’espace, ils se sont rendu compte que leur destin était de jouer une musique complexe et pourtant terriblement humaine, mélangeant leurs émotions et leurs influences dans un même courant, unique bien sûr, vision qu’ils ont mis des années à peaufiner dans la plus grande discrétion pour aboutir à la conception de ce premier LP éponyme.

« Je dois dire que Dreamarcher est le fruit d’un travail d’amour. Leur point de départ était assez violent, et le point de convergence de différents styles et idées musicales. […]…Les pistes vocales découlaient d’un processus collectif, et nous avons donc abordé la chose comme si on s’occupait d’un groupe vocal, et non d’un chanteur unique, ce qui a abouti à cette atmosphère onirique, dans un contexte de riffs très Heavy. »

 

C’est Ashley Stubbert (PURIFIED IN BLOOD, SLOTFACE) leur producteur qui parle, et en quelque mots choisis, qui définit le mieux la direction étrange qu’a fini par prendre ce groupe aux idées absconses. En citant quelques influences pas si évidentes que ça (DEAFHAVEN, CONVERGE, MASTODON, THE MARS VOLTA, BARONESS, SUN O))), ou A PLACE TO BURY STRANGERS), les DREAMARCHER “déplacent” le contexte et s’autorisent une liberté de création totale.

Et en écoutant les cinq pistes de ce premier album décidemment très atypique, on constate qu’ils ont raison d’ouvrir le champ du possible au maximum de ses éventualités, puisque leur musique bizarre refuse tout cloisonnement trop précis et étroit.

On y retrouve des éléments de Sludge, de Doom, de Post Rock, de Post Hardcore, de Chaotic Core, d’Indie, de Shoeegaze, de Dreamgaze, le tout assimilé dans une structure mouvante qui passe d’une émotion à une autre, comme un être humain normal traverse sa vie en acceptant la règle des épreuves et des joies, des peines, la paranoïa, la crainte et l’apaisement.

Transposition musicale d’une vie commencée au destin à venir ?

C’est tout à fait le genre de formule qui leur sied.

On pourrait ajouter à leur panel de références des noms comme MONO, THE OCEAN, TENGIL, et tant d’autres qui ont préféré ne pas choisir et jouer ce qu’ils ressentaient. Une liberté totale pour un résultat magique, qui frise parfois l’indécence de création tant le potentiel des musiciens est énorme et leur osmose pluriforme et patente.

Plus qu’un album, Dreamarcher est un voyage dans l’inconnu, pas à pas, et qui se dessine comme des montagnes russes d’une existence qui ne nous épargne rien. Entre les lourds riffs qui déchirent l’espoir, les accalmies mélodiques éthérées qui nous ramènent à notre prime enfance, les confrontations entre violence et insouciance, ce premier album est une épreuve sensorielle dont on ne ressort pas indemne, et qu’on découvre comme un passage de l’enfance à l’adolescence, puis de l’adolescence à l’âge adulte.

« Close Your Eyes », exemple parmi quatre autres, propose une entame purement Post Rock, basée sur un riff accrocheur et mémorisable, avant de partir dans une digression sur un Stoner du nord, mécanique et étrange, qu’une voix lointaine balaie du revers des cordes et d’une rythmique acrobatique, symptomatique du passé Jazz des musiciens. L’ambiance se tend, la voix s’écorche, puis le thème Dreamjazz revient de plus belle, les structures s’enchainent logiquement d’un agencement précis, lorsqu’une accalmie grondante à la NEUROSIS interrompt la progression…Percussions sourdes, arpèges économes, mélodie rachitique mais sublime, le tout annonçant un crescendo qui explose dans une violence sourde et contenue…

A contrario, « Beat Them Hollow » s’engage sur une fausse piste Doom vraiment très oppressante, et laisse l’esprit se faire malmener pendant quatre minutes de litanie étouffante, suintant d’un riff unique et d’une pulsion pachydermique, comme un MASTODON qui marcherait au ralenti pour suivre le pas d’un ELECTRIC WIZARD moins embrumé qu’à l’habitude. Et en sa médiane, le morceau appuie encore plus sur la plaie pour sombrer dans un Stoner Sludge poisseux et ombragé, observé du point de vue d’une basse gigantesque et distordue à l’extrême qui parvient sans peine à noyer les riffs dans une mer de tourments. Lorsque soudain les blasts nous balayent d’une rage intense, évoquant un Post Black, la surprise est palpable, et pose en sept minutes et quarante-neuf secondes les jalons d’un disque aussi imprévisible que les sentiments d’un névrosé cyclothymique perméable à tous les stimuli de l’existence.

Joie, espoir, « Impending Doom » en étale sur la tartine diurne d’une journée étonnante, et se fend d’un Post Rock Indie empruntant l’ironie des SONIC YOUTH pour la confronter à l’espièglerie des SMITH ou des JAM. On retrouve d’ailleurs cette ambivalence sur le final « Shadows » qui se perd en conjectures et échappe à toute étiquette, avec sa mélodie de guingois et sa rythmique volubile, aussi JESUS LIZARD que CHARLATANS ou STONE ROSES, pour une fièvre Post Rock chaloupée et striée d’éclairs d’espoir.

« J’ai toujours eu peur d’être abandonné par les gens dont je dépendais. Et bien que je ne ressente plus vraiment cette peur, je pense qu’elle est restée et qu’elle m’a transformé, qu’elle a déteint mon regard sur le monde et la façon de réagir à ce que je vois, ce que j’entends, et ce que je ressens ».

 Ruben Aksnes, en quelques lignes très personnelles, dépeint mieux que quiconque le tableau de Dreamarcher que vous allez écouter. C’est un album de peintures émotionnelles mises en musique par un quatuor qui accepte le fait d’être humain, versatile et influençable. Et pourtant, d’une personnalité affirmée. La liberté en quelque sorte, qui peut être remise en question du jour au lendemain.


Titres de l'album:

  1. Beat Them Hollow
  2. Impending Doom
  3. Burning The Remains
  4. Close Your Eyes
  5. Shadows

Site officiel

Bandcamp label (morceau en écoute)


par mortne2001 le 21/10/2016 à 17:30
87 %    382

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Leaving Eden

The Agony of Affliction

Refused

War Music

Violentor

Putrid Stench

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

The Sisters of Mercy + A.A. Williams

RBD / 27/10/2019
Folk

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...


NecroKosmos, pareil pour moi. Même si, de mémoire, il y avait deux ou trois bons morceaux sur Amok. Mais le style de plus en plus heavy me convenait moins.


'North from here' est un de mes albums cultes !! Mais c'est le seul de Sentenced que j'aime.


Oui c'est bien les français !


Sortilège, c’est les français?
Si oui c’est cool pour eux


A l'époque, j'avais acheté l'album "North from here" de Sentenced et j'aimais beaucoup. Je ne connais pas KYPCK par contre et je vais écouter ça.

Le morceau de Sepult' a l'air sympa.


Toujours aussi mou du genou dans son choix éditorial.


Leur nouvel album est une bombe !! Dans mon top 5 de l'année !!


Effectivement...
Mais ce "plagiat" me va très, très bien à moi.


Bah merde...
Je ne connais que de très, très loin SENTENCED (je vais d'ailleurs remédier à ça d'ici peu je pense...), mais je ne savais absolument pas que deux de ses membres étaient les instigateurs de KYPCK.
Groupe effectivement exceptionnel dont le premier album (surtout !) m'av(...)


Carrément.


D'autant qu'il est très bien ce nouvel album, plus varié mais toujours intense. Les Vader Français !


Tant que ça Humungus ?


Dans la oï, il y a plein de trucs excellents. Et ce groupe en faisait partie.


Merci Gab pour ton travail. Je trouve encore des cassettes que tu as produites un peu partout à l'étranger, c'est un sacré boulot. Et merci de m'avoir fait découvrir Warning Fog il y a peu, devenu un des mes groupes de pur grind préféré.
Pour avoir très largement fréquenté cet underg(...)


Dans ma liste des meilleurs albums de l'année...