Le Death est devenu un putain de cirque…Entre le funeste Deathcore aux gravités épuisantes, le Brutal Death qui poursuit sa descente aux enfers, le Slamming qui tente tant bien que mal de nous coller des claques en balayant l’air de façon pathétique, le Technical qui abuse d’effets de manche pour prouver qu’il est aussi pointu qu’un déjeuner littéraire du dimanche, et le Progressive qui ne se sent plus pousser des ailes à force de se brûler aux flammes de la prétention, un fan de DEATH n’y retrouverait plus ses morpions. Tout ceci est certes hautement récréatif, mais n’y a-t-il pas plus à attendre d’un style qui dès le départ, annonçait une quête d’ascétisme et d’absolu qui a depuis été perdue en route ? Que cherchent et veulent ces musiciens aujourd’hui ? Repousser les limites du grotesque et du pathétique, singer les grandes figures en piquant des idées à droite à gauche ? Autre chose ? J’avoue que le débat me dépasse et que je préfère laisser ces questions en suspens, comme l’avenir du genre. Excusez-moi d’être un enfant du Death boom de 86/87 qui peut prétendre avoir tout entendu, et tout rendu, dans un énorme jet de fiel de bile qui aujourd’hui, tâche le tapis persan usé de mon salon. Mais après avoir encaissé les bourrasques initiales de la scène US, de celle anglaise, des remous glacés des flots scandinaves, j’avoue avoir fait le tour du problème à plusieurs reprises, et commencer à avoir le tournis.

Moi, mon Death, je l’aime toujours aussi primaire et primal, non dénué d’une certaine finesse d’exécution, mais toujours aussi capable de débiter des tranches de brutalité à la chaîne.

Alors, de là, tomber sur la perle rare, c’est comme traquer la proverbiale alésienne qui ne pointera jamais le bout de ses doigts glacés…

La mort, c’est aussi le choix de ces musiciens italiens, qui ont commencé leur carrière il y a une dizaine d’années. Les BLOOD OF SEKLUSION viennent donc de Modena, et ont déjà lancé sur le marché hagard une poignée de productions, dont une démo initiale (Flogging Deathstorm of Pain), un split en compagnie des TOOLS OF TORTURE / MACABRE DEMISE / PURULENT PHLEGM, mais surtout un premier LP (Caustic Deathpath to Hell, 2012), qui de ses treize titres semblait proposer un panorama exhaustif de la cause, en allant puiser ses références du côté des studios Sunlight, sans pourtant bouger de leur Italie natale. On a beaucoup glosé sur l’amour un peu excessif que les BOS portaient au Death froid et rigide suédois, mais il est certain que leur approche en est beaucoup plus proche que celle plus brutale des anglais, ou fatale des américains qui ont presque tout inventé.

Et à l’écoute de ce second LP, publié après cinq ans de silence sur le label allemand F.D.A. Records, on se dit que les choses n’ont pas vraiment changé, bien qu’un un apport de puissance puisse être remarqué. Ne faisons pas les malins et restons sereins, mais surtout francs, en affirmant que Servants Of Chaos a visiblement été accouché sans douleurs, après avoir passé des heures à s’envoyer Left Hand Path, Clandestine, Like An Ever Flowing Stream, Into The Grave, et autres produits de l’école Skogsberg. Est-ce pour autant un travers ? Non, puisque comme le disait Jean-Jacques, la musique est bonne, et cherche – une fois n’est pas coutume -  à aérer ses vents glacés de quelques violentes bourrasques de brutalité made in USA, ce qui confère à ce pavé des allures de gigantesque parpaing qui vous tombe sur la tronche un beau matin.

Inutile de tourner autour du pot, Alberto Dettori (chant/basse), Marcello Malagoli (batterie/chœurs), Fabio Carretti (guitare) et Nicolò Bondioli (guitare), connaissent leur boulot par cœur, et abattent comme des forcenés pour nous convaincre de la pertinence de leur entreprise de débauche décibellique. Si aucune idée vraiment inédite ne vient perturber le bon déroulement de ce massacre clinique, la puissance qui se dégage de ce second LP fort bien produit (Brad Boatright, Audiosiege, étrange de le retrouver derrière la console pour un produit estampillé pur Death quand même) et flanqué d’une superbe pochette signée Paolo Girardi (à mi-chemin entre Joel-Peter Witkin et l’expo Our Body) est manifeste, et patente au travers de chaque riff distillé sans parcimonie. Les esthètes remarqueront un indéniable crossover de genres, qui toutefois n’occulte pas la passion des italiens pour le Death de naissance, et surtout, une implication radicale qui transforme chaque segment en symphonie de l’outrance, sans toutefois noyer l’ensemble dans un déferlement de haine un peu stérile. Alors, tout y passe, des licks bien morbides aux blasts limpides, en passant par des vocaux vraiment véhéments, qui vont chercher au plus profond des cordes vocales l’impulsion qui catapultera des lyrics concernés au cœur des principaux visés.

En substance, ça usine, ça turbine, mais ça produit et ça débite, histoire de ne pas laisser les cartons vides en attente de livraison.

Il est toutefois ardu de se montrer disert à propos d’un album qui refuse le désert de nuances qui n’ont pas lieu d’être, et de retranscrire en mots ce qu’une musique met quelques instants à dire. De là à affirmer que dès « The Desert of Lost Souls » tout est écrit et souligné, il n’y a qu’un pas que les moins conciliants franchiront sans hésiter. Il est certain que les minutes défilent sans vraiment chercher à nous déstabiliser autrement que par une puissance de feu assez concentrée…Mais l’opération fonctionne, parce que ces musiciens n’ont pas oublié de jouer, et surtout de composer concis et centré, pour ne pas se perdre sur la route des expérimentations usurpées. C’est donc une grosse dose de Death à la suédoise qui vous attend, mais qui n’en a pas pour autant oublié les prémices d’une déferlante US qui double la mise. On frise parfois la surdose de testostérone, à l’occasion d’un féroce « The Sun Shines No More », qui juxtapose la cruauté sans remords de la bande à Lars Goran Petrov et la fluidité du jeu de batterie de Steve Asheim de DEICIDE, alors que la conclusion ouverte et exubérante de « Amen » nous ouvre les pistes de perspectives encore plus mélodiquement brutales, en forme de résumé fatal de quarante minutes d’attaque frontale.

Pas vraiment de révolution depuis Caustic Deathpath to Hell, mais un recentrage qui évite la dispersion, et une durée qui tombe pile pour nous laisser en pamoison. BLOOD OF SEKLUSION signe donc avec Servants Of Chaos un véritable manifeste, mieux, une déclaration d’intention, qui de son titre, ne cache aucunement les siennes. Un bon gros Death à l’ancienne, qui accepte la modernité d’une production rondement emballée, et qui lorgne parfois sur d’autres frontières que celles de la Suède, sans remettre en question son allégeance. Un LP à réserver aux allergiques aux tendances contemporaines, qui croient encore que ce genre pérenne peut apporter du sang neuf à des veines salement nécrosées.


Titres de l'album:

  1. The Desert Of Lost Soul
  2. Theatre Of Madness
  3. Unconventional Warfare
  4. Willie Pete
  5. Servants Of Chaos
  6. First Blood
  7. Lands Of Desecration
  8. The Sun Shines No More
  9. King Of Serpents
  10. Amen

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/10/2017 à 17:55
74 %    192

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.