Le Death est devenu un putain de cirque…Entre le funeste Deathcore aux gravités épuisantes, le Brutal Death qui poursuit sa descente aux enfers, le Slamming qui tente tant bien que mal de nous coller des claques en balayant l’air de façon pathétique, le Technical qui abuse d’effets de manche pour prouver qu’il est aussi pointu qu’un déjeuner littéraire du dimanche, et le Progressive qui ne se sent plus pousser des ailes à force de se brûler aux flammes de la prétention, un fan de DEATH n’y retrouverait plus ses morpions. Tout ceci est certes hautement récréatif, mais n’y a-t-il pas plus à attendre d’un style qui dès le départ, annonçait une quête d’ascétisme et d’absolu qui a depuis été perdue en route ? Que cherchent et veulent ces musiciens aujourd’hui ? Repousser les limites du grotesque et du pathétique, singer les grandes figures en piquant des idées à droite à gauche ? Autre chose ? J’avoue que le débat me dépasse et que je préfère laisser ces questions en suspens, comme l’avenir du genre. Excusez-moi d’être un enfant du Death boom de 86/87 qui peut prétendre avoir tout entendu, et tout rendu, dans un énorme jet de fiel de bile qui aujourd’hui, tâche le tapis persan usé de mon salon. Mais après avoir encaissé les bourrasques initiales de la scène US, de celle anglaise, des remous glacés des flots scandinaves, j’avoue avoir fait le tour du problème à plusieurs reprises, et commencer à avoir le tournis.

Moi, mon Death, je l’aime toujours aussi primaire et primal, non dénué d’une certaine finesse d’exécution, mais toujours aussi capable de débiter des tranches de brutalité à la chaîne.

Alors, de là, tomber sur la perle rare, c’est comme traquer la proverbiale alésienne qui ne pointera jamais le bout de ses doigts glacés…

La mort, c’est aussi le choix de ces musiciens italiens, qui ont commencé leur carrière il y a une dizaine d’années. Les BLOOD OF SEKLUSION viennent donc de Modena, et ont déjà lancé sur le marché hagard une poignée de productions, dont une démo initiale (Flogging Deathstorm of Pain), un split en compagnie des TOOLS OF TORTURE / MACABRE DEMISE / PURULENT PHLEGM, mais surtout un premier LP (Caustic Deathpath to Hell, 2012), qui de ses treize titres semblait proposer un panorama exhaustif de la cause, en allant puiser ses références du côté des studios Sunlight, sans pourtant bouger de leur Italie natale. On a beaucoup glosé sur l’amour un peu excessif que les BOS portaient au Death froid et rigide suédois, mais il est certain que leur approche en est beaucoup plus proche que celle plus brutale des anglais, ou fatale des américains qui ont presque tout inventé.

Et à l’écoute de ce second LP, publié après cinq ans de silence sur le label allemand F.D.A. Records, on se dit que les choses n’ont pas vraiment changé, bien qu’un un apport de puissance puisse être remarqué. Ne faisons pas les malins et restons sereins, mais surtout francs, en affirmant que Servants Of Chaos a visiblement été accouché sans douleurs, après avoir passé des heures à s’envoyer Left Hand Path, Clandestine, Like An Ever Flowing Stream, Into The Grave, et autres produits de l’école Skogsberg. Est-ce pour autant un travers ? Non, puisque comme le disait Jean-Jacques, la musique est bonne, et cherche – une fois n’est pas coutume -  à aérer ses vents glacés de quelques violentes bourrasques de brutalité made in USA, ce qui confère à ce pavé des allures de gigantesque parpaing qui vous tombe sur la tronche un beau matin.

Inutile de tourner autour du pot, Alberto Dettori (chant/basse), Marcello Malagoli (batterie/chœurs), Fabio Carretti (guitare) et Nicolò Bondioli (guitare), connaissent leur boulot par cœur, et abattent comme des forcenés pour nous convaincre de la pertinence de leur entreprise de débauche décibellique. Si aucune idée vraiment inédite ne vient perturber le bon déroulement de ce massacre clinique, la puissance qui se dégage de ce second LP fort bien produit (Brad Boatright, Audiosiege, étrange de le retrouver derrière la console pour un produit estampillé pur Death quand même) et flanqué d’une superbe pochette signée Paolo Girardi (à mi-chemin entre Joel-Peter Witkin et l’expo Our Body) est manifeste, et patente au travers de chaque riff distillé sans parcimonie. Les esthètes remarqueront un indéniable crossover de genres, qui toutefois n’occulte pas la passion des italiens pour le Death de naissance, et surtout, une implication radicale qui transforme chaque segment en symphonie de l’outrance, sans toutefois noyer l’ensemble dans un déferlement de haine un peu stérile. Alors, tout y passe, des licks bien morbides aux blasts limpides, en passant par des vocaux vraiment véhéments, qui vont chercher au plus profond des cordes vocales l’impulsion qui catapultera des lyrics concernés au cœur des principaux visés.

En substance, ça usine, ça turbine, mais ça produit et ça débite, histoire de ne pas laisser les cartons vides en attente de livraison.

Il est toutefois ardu de se montrer disert à propos d’un album qui refuse le désert de nuances qui n’ont pas lieu d’être, et de retranscrire en mots ce qu’une musique met quelques instants à dire. De là à affirmer que dès « The Desert of Lost Souls » tout est écrit et souligné, il n’y a qu’un pas que les moins conciliants franchiront sans hésiter. Il est certain que les minutes défilent sans vraiment chercher à nous déstabiliser autrement que par une puissance de feu assez concentrée…Mais l’opération fonctionne, parce que ces musiciens n’ont pas oublié de jouer, et surtout de composer concis et centré, pour ne pas se perdre sur la route des expérimentations usurpées. C’est donc une grosse dose de Death à la suédoise qui vous attend, mais qui n’en a pas pour autant oublié les prémices d’une déferlante US qui double la mise. On frise parfois la surdose de testostérone, à l’occasion d’un féroce « The Sun Shines No More », qui juxtapose la cruauté sans remords de la bande à Lars Goran Petrov et la fluidité du jeu de batterie de Steve Asheim de DEICIDE, alors que la conclusion ouverte et exubérante de « Amen » nous ouvre les pistes de perspectives encore plus mélodiquement brutales, en forme de résumé fatal de quarante minutes d’attaque frontale.

Pas vraiment de révolution depuis Caustic Deathpath to Hell, mais un recentrage qui évite la dispersion, et une durée qui tombe pile pour nous laisser en pamoison. BLOOD OF SEKLUSION signe donc avec Servants Of Chaos un véritable manifeste, mieux, une déclaration d’intention, qui de son titre, ne cache aucunement les siennes. Un bon gros Death à l’ancienne, qui accepte la modernité d’une production rondement emballée, et qui lorgne parfois sur d’autres frontières que celles de la Suède, sans remettre en question son allégeance. Un LP à réserver aux allergiques aux tendances contemporaines, qui croient encore que ce genre pérenne peut apporter du sang neuf à des veines salement nécrosées.


Titres de l'album:

  1. The Desert Of Lost Soul
  2. Theatre Of Madness
  3. Unconventional Warfare
  4. Willie Pete
  5. Servants Of Chaos
  6. First Blood
  7. Lands Of Desecration
  8. The Sun Shines No More
  9. King Of Serpents
  10. Amen

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 28/10/2017 à 17:55
74 %    224

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?