Rebirth By Blasphemy

Midnight

24/01/2020

Metal Blade

Minuit, c’est l’heure des sorcières, des goules et des démons, c’est l’heure fatale où les trépassés prennent possession de la terre, l’heure où les anges déchus viennent vous piquer le derrière, mais Minuit, c’est aussi le nom de l’ancien chanteur de CRIMSON GLORY…Oui, mais en fait, là n’est pas l’image que je souhaitais employer, car MIDNIGHT, c’est surtout un méchant combo de l’Ohio, qui depuis presque vingt ans nous traumatise de sa fascination pour un passé brutal et sans concessions. Je vous ai d’ailleurs déjà parlé du projet lors d’une chronique antérieure, celle de Sweet Death and Ecstasy, il y a deux ans, et je me souviens très bien avoir dit grand bien du bonhomme qui compose bien et joue bien. Cet album - qui n’avait pas représenté une introduction pour moi mais bien une confirmation - était déjà le troisième longue-durée du concept, et les contours s’en dessinaient de mieux en mieux. Avec un peu d’histoire, vous n’avez pas pu oublier que ce groupe/one-man-project est né du cerveau fécond et légèrement dérangé d’Athenar (aka Jamie Walters) de BOULDER (mais aussi d’ABDULLAH, DESTRUCTOR, SLOTH, TERMINAL LOVERS et éventuellement MACH II), qui en 2003 de son Cleveland de résidence s’est soudainement dit que la vague vintage était sa tasse de thé et qu’il allait en incarner l’un des précurseurs. Et c’est d’abord en nous assommant de démos, de splits, de lives et de compilations recensant son répertoire que l’homme s’est exprimé, avant de lâcher du lest underground pour nous préparer quelques LPs. Quatre donc au total, dont ce récent Rebirth By Blasphemy qui ne dévie en rien des philosophies anciennes de son auteur. Sauf que l’underground n’est plus le seul à avoir les oreilles rivées sur MIDNIGHT, puisque le groupe est passé des très estimés Hells Headbangers à Metal Blade, ce qui en dit long sur la crédibilité du truc. Et autant le dire, Metal Blade ne s’y est pas trompé, puisque ce quatrième long est un putain de killer, sans fillers.

Pourtant, rien n’a changé sous la lune nocturne, puisque la formule prônée par Athenar n’a pas dévié d’un iota. Production clean mais légèrement crade sur les bords, guitare en lame de rasoir rouillée, rythmique carton avec écho profond, et vocaux dégueulés comme après une mauvaise cuite. Toujours sous perfusions d’influences notables, le musicien américain nous offre donc une nouvelle bordée de morceaux qui n’auraient pas fait tâche (quoique, mais des tâches surement…) dans son ancien répertoire. Vu de l’extérieur, MIDNIGHT n’est rien de moins qu’un VENOM moderne, un peu comme si Cronos, Abaddon et Mantas s’étaient cryogénisés après Black Metal pour se réveiller en 2020. C’est évident sur la plupart des morceaux, mais encore plus sur certains, accrocheurs en diable (tu m’étonnes) comme « Rising Scum », gluant comme un inédit de sessions plus travaillées d’At War With Satan. Bien évidemment, la vitesse est toujours la préoccupation principale de notre ami de l’Ohio, mais lorsqu’il se décide à ralentir le tempo, il devient encore plus crédible mais pas moins sale, torchant des riffs sur du papier toilette bruitiste, pour mieux nous ramener à la glorieuse période de débauche de l’orée des années 80. Alors VENOM bien sûr, mais aussi les autres comparaisons déjà employées, DISCHARGE lorsque les BPM se la jouent Thrash/Crust, MOTORHEAD pour la simplicité effective manifeste, EXCITER pour ce côté « je speede mais pas tout le temps », RAZOR quand l’affolement est maximal, BULLDOZER pour ce chant si trivial et libidineux, POSSESSED aussi pour cette manière d’assombrir le Thrash et le jouer Death ou Black. Un panel de mentors impressionnant, pour un résultat qui l’est tout autant.

Une symphonie composée en l’horreur des premiers jets de bile extrêmes du Metal, avec la classe des MENTORS et la crudité flegmatique de la scène anglaise, voilà ce que représente dans les faits Rebirth By Blasphemy. Le genre d’album que l’on connaît déjà avant de l’avoir écouté, et qui agit comme une séance d’onanisme auditif, avec membrane qui tremble de plaisir et éjaculation massive sur les tympans, via des riffs grossiers et primaires, et des soli ne l’étant pas moins (« Warning From The Reaper »). L’équivalent musical des grimaces d’un adolescent découvrant les joies de Youporn, un truc méchamment pas raffiné, mais tellement efficace qu’on en ressort ses mouchoirs en papier en bloquant la porte. Pas de honte pourtant à écouter un barouf pareil, qui dès « Fucking Speed And Darkness » nous met au parfum de ses intentions. Aller vite, jouer fort, rendre hommage aux maîtres, saluer les DISCHARGE tout en trippant sur HELLHAMMER et VENOM, rien de mal en soi, et que du bon, puisque le musicien en est vraiment un et pas un simple fumiste primitif qui recopie des formules. Ça bastonne grave, ça bouscule sévère, et on se retrouve à taper sur son clavier entre deux mèches rebelles, comme revenu à l’âge tendre des premiers émois brutaux. Doué et omnipotent, Athenar ne s’embarrasse pas de principes d’innovation, mais recycle avec flair les vieux riffs de Mantas, tout en réhabilitant l’organe grave et gras de Cronos, pour un festival de Heavy suintant de méchanceté paillarde (« Rebirth By Blasphemy »), et un déluge de fiel acide comme une batterie qui fuit sur les grolles d’Abaddon (« Escape The Grave »). Sans aucune équivoque planant sur l’intitulé des titres, l’américain s’illustre donc par sa passion et sa capacité à reproduire à l’identique des sensations passéistes, torchant avec flair de petits quickies dignes de Welcome To Hell (« Cursed Possessions »), et des choses plus conséquentes empreintes de NWOBHM (« You Can Drag Me Through Fire »).

Et sous des atours grossiers, Jamie est loin d’être un benêt croyant avoir inventé la foudre qui frappe deux fois au même endroit. Il sait pertinemment que tout ce qu’il hurle a déjà été braillé avant, que tous les riffs qu’il bave ont déjà été déglutis il y a trente ans, mais il s’amuse de ces références et finit par imposer sa propre patte au bas d’un document surchargé de signatures mal imitées. Véritable héros de l’underground et de la scène Black Thrash old-school, Athenar est une sorte de Dieu régnant sur son propre royaume, qui n’a cure du temps qui passe et des tendances. Et cette franchise mérite le respect, surtout avec des telles chansons.

                                                                                                   

Titres de l’album :

01. Fucking Speed And Darkness

02. Rebirth By Blasphemy

03. Escape The Grave

04. Devil's Excrement

05. Rising Scum

06. Warning From The Reaper

07. Cursed Possessions

08. Raw Attack

09. The SoundsOf Hell

 10. You Can Drag Me Through Fire


Facebook officiel

Bandcamp officiel



par mortne2001 le 29/08/2020 à 18:58
82 %    444

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Ça s’écoute avec un grand verre de cognac à la main, pour le prétexte d’avoir un grand verre de cognac à la main.

16/09/2021, 13:14

Chemikill

C'est une bonne claque pour ma part. 

16/09/2021, 12:52

K

Dobrze,  jechać  luczyka.

16/09/2021, 11:53

Gerggg

Tout comme arioch pour moi c’est du jazz, pas du death 

16/09/2021, 10:45

Arioch91

Bonjour,tu oublies la disparition du batteur, Sean Reinert, survenue également en 2020.Pour l'album, je sais pas trop. Autant j'avais adoré Focus, autant je m'étais fait chier en écoutant Traced in Air. Donc là, je ne me fais pas tro(...)

16/09/2021, 08:51

Bones

  

15/09/2021, 12:33

Humungus

Et le pire, c'est que j'ai perdu 3 min à vérifier si tout ceci était réellement du polak... ... ...

15/09/2021, 08:42

Bones

Dobra zabawa na placu zabaw. Dzięki chłopaki !   

15/09/2021, 07:32

Jus de cadavre

Alors en anglais à la limite ok, mais en polonais ça va devenir compliqué les gars   !

15/09/2021, 07:03

Blackdeedee

   lubczyk chooj wozi gnoj na gumowych taczkach ...

15/09/2021, 02:00

Zygzak

Straszna kupa

14/09/2021, 22:05

Bones

Pas besoin d'anorak, ça chauffe ici.

14/09/2021, 12:34

Humungus

Et bah dites donc... ... ...

14/09/2021, 09:33

Jack

Dear French Friends,Kat without Roman Kostrzewski but with Piotr Luczyk is like Metallica without James Hetfield but with Kirk Hammett. If you want listen to REAL successor of this legendary band, just listen to Kat & Roman Kostrzewski right here:

14/09/2021, 07:57

Gargan

Un gros plus, le chant en français. Faut quand même aller le chercher chez des irréductibles cousins, arf..

14/09/2021, 07:20

Adam

Luczyk its not human , its total shit

14/09/2021, 07:03

666

No one cares about this pathetic imitation of KAT. Luczyk has no respect for the band's history and legacy, he should be forgotten. 

14/09/2021, 00:14

TO ALL INTERNATIONAL READERS WHO TRY TO GET WHAT\'S GOING ON WITH ALL THESE COMMENTS:

Piotr Luczyk has written many VERY disrespectful words on Roman Kostrzewski, an original KAT vocalist who was diagnosed with cancer recently. Fans & friends of Roman organize an event and a special record to fundraise money for a fight with his disease, Luczyk called it a business move and &q(...)

13/09/2021, 21:44

Jobi Joba

Et vous pariez combien que ces espèces de tanches de youtube viendront pleurer dès que le metal aura mauvaise presse? Avec des zobs pareils, pas étonnant que le metal ne soit pas pris au sérieux.

13/09/2021, 20:43

Gargan

Si encore c'était en hommage à un fameux guitariste...

13/09/2021, 20:30