Punir

Fange

01/03/2019

Throatruiner Records

Je me sens d’humeur badine, et je vous donne le tout clefs en main. Throatruiner Records, mastering à l’Audiosiege par Brad Boatright himself, et voilà. Si avec ça, votre curiosité n’est pas piquée au vif, alors je ne peux plus rien faire pour vous et vous n’avez plus rien à faire ici. Mais si d’aventure, ces deux éléments ne vous évoquaient rien, laissez-moi vous aider un peu. S’il n’est pas forcément utile de digresser plus en avant sur les implications de proportions homériques de l’ami Brad au sein de son studio, il est toujours indispensable d’apporter quelques précisions sur ce label français qui fait tout ce qu’il peut pour déconstruire la musique moderne. Throatruiner, c’est plus qu’un label, c’est un gage de qualité. C’est une grande famille dans laquelle évoluent des membres individuels au caractère plus ou moins facile d’accès, et qui portent tous des noms charmants. Les COWARDS évidemment, NESSERIA, bien sûr, mais surtout, les PLEBEIAN GRANDSTAND, VERMIN WOMB, SINISTRE et principalement (du moins aujourd’hui), les rennais de FANGE. Et FANGE, à l’instar de son label, est plus qu’un nom, c’est un cri. Un cri primal, sourd, un grondement grave, et un parcours exemplaire depuis sa création. L’assurance de passer un bon moment dans les pires souffrances, de sentir ses tympans se dérober sous la pression, et de savoir sa curiosité rassasiée par un nouveau changement de direction dans la vilénie, puisque le quintet depuis ses débuts prend un malin plaisir à durcir le ton et à accentuer ses aspects les plus repoussants. Et puisque encore une fois est coutume, ce troisième LP fait montre d’un désir d’élargir ses horizons underground pour leur faire épouser les contours de bas-fonds bruitistes dont les formes et déambulations sont de plus en plus fous. Un genre de trip dans les égouts de la soue humaine, à se vautrer dans la boue, manger des détritus culturels pour régurgiter une bile de pesanteur, d’oppression, de distorsion excessive et de pulsions morbides. Pas très gai pour un samedi après-midi, mais cathartique. Enfin, pour qui a l’âme un peu noire et les desseins funestes en adéquation avec une réalité grotesque.

FANGE, pour les néophytes, c’est un concept né aux alentours de 2013, du côté de Rennes. Une sorte de transposition artistique de l’habitat naturel des cochons, dont l’environnement s’est soudainement vu traduit dans un vocable musical, sans que son essence essentielle ne s’en voie modifiée. Se rouler dans la fange est donc un plaisir bruitiste depuis plus de six ans, et diverses formules d’hébergement nous ont été proposées depuis. D’abord en format court, petit passage obligé de quelques jours via Poisse et Skapheusis en 2014 et 2015, avant d’oser mentionner sur le catalogue une halte un peu plus conséquente avec Purge en 2016. D’abord obsédés par le Sludge, les cinq musiciens (Benjamin Moreau - guitare/chant, Matthias Jungbluth - chant, Jean-Baptiste Lévêque - bruit/chant, Antoine Perron - basse/chœurs et Alexandre Jadi - batterie) ont pris grand soin de se construire une image de marque, qu’ils se sont ensuite ingéniés à modifier selon leur inspiration, pour lui injecter d’autres éléments, moins figés, mais tout aussi hideux. C’est ainsi que Pourrissoir semblait se rapprocher d’un Death Metal à tendance Indus en filigrane, taquinant même la violence de la scène Crust scandinave, évolution que Punir parfait de sa froideur ambiante et de ses émanations putrides innommables qui achèvent de transformer la bête en goret géant couinant à tout va, se prenant pour un razorback australien prêt à tout détruire sur son passage. Et en acceptant la métaphore, il n’est pas difficile de voir en la trajectoire des rennais une sorte de parabole vitale actuelle, tant la violence omniprésente sur tous les médias, la déliquescence de la conscience commune, le réchauffement climatique et la montée toujours plus menaçante des extrêmes nous entraîne vers une fin inéluctable, mais surtout, de plus en plus douloureuse. Alors, avec Punir, les FANGE s’adaptent à leur époque, renforcent leurs traits de caractère les moins transigeant, et nous offrent une œuvre définitive, qui risque de sonner comme l’hallali de la mélodie et des structures les plus abordables. Et autant dire que ce fameux mastering de Brad Boatright ne fait qu’amplifier cette sensation de terreur, d’horreur, et ces effluves atroces qui nous pourrissent les naseaux de l’intérieur.

Tel un virus, Punir s’insinue dans l’organisme pour le contaminer, nous transformant en zombies sans âme déambulant dans le quotidien comme de pauvres bêtes sans but. Toujours concentré sur un Sludge aux proportions de plus en plus dantesques, le quintet ose cette fois-ci aller jusqu’au bout des choses, et s’acoquiner avec une forme très larvée de Death scandinave, celui de la HM-2, qui respire la mort par tous les porcs. Enregistré et mixé par Cyrille Gachet (YEAR OF NO LIGHT, THE GREAT OLD ONES, CHAOS ECHOES) aux studios Le Bon Accueil et Dick Doom de Rennes et Bordeaux, ce troisième LP fait preuve d’une étonnante maturité dans l’ignominie, et repousse les limites de ce qui restait acceptable en termes de Sludge. Sans accuser les cinq musiciens d’avoir trahi une cause dont ils se moquent, autant dire que ce troisième chapitre n’a gardé de son style d’origine que cette lenteur et cette puissance intrinsèque, que ces sept nouveaux morceaux adaptent à leur humeur. Le Sludge se retrouve donc mélangé à l’Indus, un peu dans une optique IN SLAUGHTER NATIVE, FETISH 69, TERRA TENEBROSA, acceptant d’être torturé par l’électronique, ou mixé dans un gigantesque raout au Death le plus morbide des années 90, celui des GRAVE et NIHILIST/ENTOMBED. On se retrouve donc en terre pas forcément connue, ou la seule variable à prendre en compte est votre résistance à la douleur Noisy, spécialement lorsque le groupe pousse tous les potards au maximum et fond ses influences. De fait, le final traumatique de « Second Soleil » est une véritable épiphanie de torture, avec ses guitares sonnant comme des basses traitées, sa rythmique partagée entre à-coups et stridences électroniques, son chant sous mixé surnageant dans des samples au désespoir patent. Il est donc inutile de vous fier à l’introduction majestueuse et pachydermique de « Ceinturon » pour jauger du potentiel d’un album qui va justement vous prendre pour des derviches tourneurs, et vous faire vriller en bourrique de ses changements de cap. Pourtant, en tant qu’intro, ce morceau à cheval entre Sludge et Death et intronisant le nouveau règne du Sludgy Death est un modèle du genre, développant un son à faire s’égorger entre eux une meute de gorets.

Dès cette entame, on sent que les porcins rennais n’ont pas l’intention de se laisser dicter leur conduite. Sur un tapis de riffs qu’on aurait pu trouver sous la fosse commune de Left Hand Path, le quintet provoque le D-Beat et le Crust aux agapes du Sludge, et c’est sans complexes qu’ils dérivent vers l’abomination totale de « Chien de Sang », qui suggère un tableau de meute dévorant à pleines dents le cadavre d’un pauvre renard. C’est sale, glauque, abrasif, profond dans le rendu, mais dégueulasse dans l’envie, et finalement, essentiel. Sans vouloir trahir l’effet de surprise consenti, je pourrais quand même vous préciser que les tendances Death sont de plus en plus affirmées, tout comme les plans drague Indus, qui finalement se voient dosés à part égales, aboutissant à une nouvelle mouvance, encore plus repoussante que les précédentes. FANGE parvient donc avec Punir à ridiculiser la concurrence mondiale des NAILS, PRIMITIVE MAN et autres VERMIN WOMB, et à se montrer à la hauteur de sa légende de ferme. Un LP qui s’écoute avec des bottes sur les oreilles et un masque sur le visage, sous peine de laisser ses tripes au creux d’un paillasson improvisé.        


Titres de l'album :

                       1. Ceinturon

                       2. Chien De Sang      

                       3. Les Boyaux De La Princesse

                       4. Opinel

                       5. Il Reconnaîtra Les Siens

                       6. Maintien De L’Ordre                      

                       7. Second Soleil

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 01/04/2019 à 17:59
88 %    389

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
01/04/2019, 18:40:53
Pas encore écouté celui-ci, mais ce groupe vaut le détour. Sale.

Simony
membre enregistré
01/04/2019, 21:53:41
Et bien plutôt intéressant ça !

JTDP
membre enregistré
02/04/2019, 17:26:56
Rarement la musique d'un groupe aura aussi bien collé à son nom...

Ajouter un commentaire


Derniers articles

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

AD VITAM INFERNAL / Interview

Jus de cadavre 19/05/2020

Beyond

mortne2001 18/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33

Humungus

"Symonyestungogol"...
AH AH AH !!! !!! !!!
Ca, cela va me faire mon dimanche bordel... ... ...

24/05/2020, 13:28

Moshimosher

Curieux de voir ce que ça peut donner...

24/05/2020, 03:04

grinder92

Cher Anonyme qui s'exprime sous l'IP 90.66.134.237 (par respect pour mon estimé collègue, je ne citerai pas ton pseudo), la liberté d'expression est une valeur chère à notre webzine, tout comme l'honnêteté dont nous essayons toujours de faire preuve. Nous ne sommes pas parfaits mais ne le cac(...)

23/05/2020, 16:37

Jus de cadavre

Euh...
Franchement là ?

23/05/2020, 14:56

Simonyestungogol

Quand on avoue ne rien connaitre au power melodique à part Strato et Gamma Ray et quon ose dire quon a jamais accroché à Angra, on se tait! Et on laisse un vrai amateur s'exprimer.

23/05/2020, 14:02

poybe

Après notre petite discussion de l'autre jour, je l'ai réécouté et j'ai pris un pied total et ce n'est pas que de la nostalgie ... en espérant que ta chronique permette à quelques uns de découvrir cette pépite.

22/05/2020, 21:32

JérémBVL

Encore un chef-d'œuvre !

22/05/2020, 08:49

Humungus

Jolie pochette...

22/05/2020, 08:29

MorbidOM

Y compris celle-là ?
(désolé je n'ai pas pu m'en empêcher, je suis déjà dehors...)

21/05/2020, 18:28

LeMoustre

Comme toute généralité, d'ailleurs

21/05/2020, 16:54

KaneIsBack

Pareil. Je suis curieux d'entendre Fernanda chanter sur du death.

21/05/2020, 15:48

MorbidOM

Deicide était chez Earache de "The Stench of Redemption" à "Till Death Do Us Part"

21/05/2020, 14:59