Je suis capricorne. Oui, l’astrologie et le Metal ne font généralement pas bon ménage, mais dans la cadre de cette chronique, la science des astres à son importance. Car les capricornes sont connus pour être légèrement moody sur les bords, et ce ne sont pas mes connaissances qui vont me contredire. Mais « Capricorn », c’est aussi le titre d’un morceau de MOTORHEAD, et l’assurance quelque part, de relier tout ça au Rock n’Roll. C’est en tout cas ce qu’ont dû se dire les suédois de CAPRICORN au moment d’opter pour ce baptême, eux qui justement prônent un énième retour aux sources des vannes de notre musique préférée. Pas grand-chose à raconter à propos de leur histoire, puisque ce Soul Engine semble être leur première œuvre sortie à compte d’auteur sur un label créé pour l’occasion, mais la musique qui anime les pistes de ce premier jet à elle la qualité des approches scandinaves du genre, alternant avec bonheur les influences seventies et les références eighties, enrobant le tout dans une production qui fait la jonction entre les deux décennies. Présenté comme une rock n' roll extravaganza, Soul Engine se plaît donc à imaginer un terrain d’entente entre l’Amérique grandiose des seventies et la Suède en folie du nouveau siècle, se permettant même des détours réguliers vers la case référentielle anglaise de toutes les modes, pour agrémenter son Hard Rock teigneux d’une touche de classe et de classicisme le rendant parfaitement irrésistible. Etant parfaitement conscients de leur statut d’icônes modernes venant d’un pays qui accouche de superstars au même rythme que la perfide Albion des sixties, les CAPRICORN ne perdent pas de temps à tourner autour du pot, et lâchent les guitares dès l’entame de ce premier album, histoire de bien poser le contexte. Lequel ? Celui d’un Hard Rock formel, aux contours Classic Rock, devant tout autant aux THIN LIZZY qu’aux plus grands explorateurs scandinaves de ces quinze dernières années.

Rien de surprenant dans les faits, mais du très efficace dans le fond. Un son rond qui permet d’apprécier à plein volume sans risquer la surdité, des musiciens agiles et démonstratifs, et surtout, des ambiances multiples passant du multicolore en bulle de savon à de l’intimiste de fin de saison. On pense à un mélange entre les BLACK CROWES, PRISTINE et les ROYAL REPUBLIC, lorsque l’euphorie prend le dessus, bien que les suédois ne se laissent jamais aller au petit jeu du mixage putassier entre Pop, Disco et Rock. Pour eux, c’est bien ce dernier qui leur a servi de mètre étalon, que l’énergie nous décolle le front (« Wild Heart Angels »), ou qu’elle nous love au creux de l’épaule d’une bien-aimé qui en a assez de traîner à côté du tour bus (« Solid Ground », un peu GRAVEYARD, un peu STONES, un peu southern, mais complètement irrésistible). Rien qui ne remette en cause la hiérarchie du Hard mondial, mais de quoi passer un excellent moment en compagnie de musiciens qui connaissent leur taf, et qui parviennent toujours par je-ne-sais-quel miracle à trouver le riff accrocheur qui vous enthousiasmera à toute heure. Allant pour la plupart du temps à l’essentiel d’une rythmique binaire qui soutient d’un tempo de fer des guitares bonnes à tout faire, Soul Engine se veut symptomatique de cet art scandinave pour transformer en or tout le plomb qu’il peut trouver, nous fédérant d’un refrain complètement addictif avant de nous ruiner d’un lick gluant et rassérénant. Chaque titre étant un hit en puissance, chacun fera son marché selon son humeur du moment, mais en toute objectivité, difficile de résister à des trucs aussi immédiats et efficaces que « (Fight) Another Day » ou « She Loves the Thunder », qui trouve le juste milieu entre les BACKYARD BABIES, KISS et THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA.

Ça déroule, ça roule et ça n’amasse pas mousse, puisque tout passe dans un souffle épique semblant sortir de cet ampli vintage oublié dans un champ. Les soli, propres mais authentiques, qui se rendent la politesse comme à la grande époque des duellistes sudistes ou nordiques (THIN LIZZY, encore) agrémentent des titres à la simplicité exemplaire d’une petite touche de folie de l’enfer, et si certains regretteront la production un peu propre mais terriblement nationale (c’est vraiment la trademark de ce pays d’assouplir les fréquences et le grain pour que les tympans soient encore en bon usage le lendemain), d’autres y verront au contraire une facilité déconcertante pour incruster le passé dans le présent sans perdre en crédibilité. Parfois un peu punky Glam (« This Time »), mais Rock jusqu’au bout du médiator, les CAPRICORN ne font pas durer le plaisir pour rien, et savent s’arrêter lorsque le jus peine à couler. Et pour une fois qu’un combo obsédé par le passé ne se contente pas de piller le ZEP ou le SAB, nul ne va chialer, d’autant plus que ces binaires bondissants ont de quoi satisfaire même les plus exigeants (« All or Nothing »). Alternant avec bonheur les assauts de bonne humeur et les modulations plus fouillés, les suédois varient leur approche et avancent sans reproche, nous cueillant au détour d’un petit matin un peu cotonneux (« Wildfire », qui sent bon aussi le feu de bois sur la plage, avec son refrain un peu passé), ou twistant le Blues pour le rendre moins bleu et plus boogie (« Misfit Kid », une délinquance juvénile pleine de morgue et de provocation), Soul Engine joue l’âme sur du velours, et nous soigne le cœur de ses envies d’authenticité.

Sans craindre la redite, ce premier album ose un final en mode émotion, avec un « Desolation Times » qui s’il n’est pas le « Desolation Row » de Dylan partage la même tendresse pour les expressions sincères, et nous laisse sur une note un peu douce-amère. Dommage par contre que le manque d’infos empêche d’en savoir un peu plus sur ce groupe attachant, mais faites-moi confiance. Malgré mon caractère ombrageux de capricorne ascendant capricorne (oui, j’insiste en plus), si je me suis laissé amadouer par cette façon de rester positif tout en acceptant la mélancolie, vous pouvez le faire aussi. CAPRICORN, un groupe né sous une bonne étoile et qui aime dormir dessous. L’essence même d’une vie de bohème et d’une passion pour le Rock n’Roll non ?    

  

Titres de l’album :

                          1 Wild Heart Angels

                          2 (Fight) Another Day

                          3 She Loves the Thunder

                          4 This Time

                          5 Solid Ground

                          6 All or Nothing

                          7 Wildfire

                          8 Misfit Kid

                          9 Desolation Times

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/08/2019 à 17:31
85 %    219

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)