Ne vous inquiétez pas, si un album détonne, s’il ne sonne comme personne, s’il est barge comme Mike Patton en pleine crise de bouddhisme aigue, s’il est aussi inclassable qu’un vieux dossier de la sécu, il est pour moi. Et le pire, c’est que je fais parfaitement exprès. Au sein de la rédaction pointue de Metalnews, personne n’a jamais dit que le poids des OVNIS m’incombait, je l’ai choisi sciemment, et en plus, j’adore ça. Plus c’est barré, plus je fonds, plus je défends, plus je me fends, et plus je défonce. Alors lorsque la nouvelle tomba sur mon téléscripteur personnel (oui, je travaille toujours à Cognacq-Jay, à vous les studios) de la prochaine sortie des américains de SNAKEFEAST, mon sang ne fit qu’un tour, et j’abandonnais mes labours pour me jeter dessus, histoire de vous en entretenir juste après. Car je ne doutais pas de sa haute teneur en imprévisibilité, moi qui étais déjà rompu à l’exercice de The Pythoness, leur premier long paru en 2015. Ce premier jet m’avait introduit au monde biscornu d’un trio de malotrus, qui pensaient alors pouvoir se passer de guitare pour jouer du Metal extrême. Et le pire est que non seulement ils n’avaient pas tort, mais en sus, ils avaient raison. C’est donc en configuration trio + musicien additionnel que les originaires de Baltimore, Maryland (un coucou à John Waters) avaient entamé leur carrière discographique, avant de réaliser qu’un homme permanent à la responsabilité des anches était un choix judicieux. C’est donc en quartet opérationnel et officiel que les brigands nous en reviennent aujourd’hui, avec au casting Carson Korman (basse), Dave Cavalier (batterie), Aran Keating (saxophone) et Phil Doccolo (cris, hurlements, bruits étranges, textures), pour un second long métrage pour les oreilles, intitulé In Chaos, Solace. Et dire qu’il pousse l’expérimentation encore plus loin que son aîné est d’un euphémisme le confinant à la naïveté touchante.

Certes, mais le mélange de Jazz et de Metal extrême, on connaît déjà. On pourrait évidemment citer PAINKILLER, le plus barré de tous, sans qu’il ne représente pour autant la balise ultime. D’autant plus que les SNAKEFEAST ont une approche plus ou moins divergente qui les rapprocherait plus d’une osmose tacite entre les BADBADNOTGOOD et ZEUS, tout en s’accordant une optique résolument personnelle dans le traitement des vocaux…abominables. Car en effet, plus qu’un chanteur, Phil Doccolo s’apparenterait plus à un hurleur de fond, dans une optique sous-mixée d’un John Tardy sévèrement grippé, qu’à un chanteur à proprement parler, ce que confirment d’ailleurs les musiciens eux-mêmes.

« Nous avons commencé par traiter le saxo comme un chanteur, et le chant comme un élément textural. »

Et en effet, à l’écoute des huit courtes pistes de cet In Chaos, Solace, on sent très bien que les interventions d’Aran Keating tiennent plus de l’occupation d’espace en termes d’arrangement instrumental que de volutes suraiguës héritées du Free-Jazz, ce qui rassurera certainement les plus craintifs d’entre vous. Mais que les amateurs de sensations fortes ne s’inquiètent pas, avec leur cocktail de Jazz, de Grind, de Post Hardcore et de Metal extrême en général, les bargeots de Baltimore ont encore de quoi combler les plus flingués. Ce qu’ils font d’ailleurs avec un certain flair, qui ne leur permet toutefois pas d’éviter toutes les erreurs inhérentes à une expérimentation un peu trop libre.

Si le Free-Jazz en tant que tel permet toutes les improvisations possibles sans paraitre hésitant ou redondant, le Free-extrême est plus contraignant, et supporte assez mal la redite. D’une idée de jam de base émergent donc des sons qui sont cohérents, mais pas toujours fascinants. On sent que le groupe a trouvé une formule qui lui convient et qu’il a tendance à en abuser de morceau en morceau. Ainsi, si les premiers intriguent, dérangent, obsèdent ou arrangent, les suivants se contentent la plupart du temps de copier l’écriture pour tomber dans la paraphrase, et la surprise finit par se transformer en lassitude, alors même que l’album ne dure qu’une demi-heure. Mauvais signe donc, imputable à une complaisance au niveau compositions, qui auraient exigé plus de rigueur pour se montrer à la hauteur des performances individuelles. Celles-ci sont notables, quel que soit le secteur, même si c’est évidemment la section rythmique qui retient le plus l’attention, avec son mélange de fulgurances Grind et de temporisations Jazz. Se livrant à un numéro d’équilibristes constant, dans une optique que les DILLINGER ESCAPE PLAN auraient pu prôner il y a quelques années, la paire Carson Korman/Dave Cavalier nous enchante de sa précision, alternant avec bonheur la fluidité d’un jeu coulé, et la puissance d’une attaque percutée, qui peine toutefois à cacher les systématismes d’interprétation, et les dissonances à répétition. Et même si les grognements à la Mike Patton/Glen Benton de Phil sont souvent savoureux, et si les stries immédiates de Keating se tamisent parfois d’un velouté purement Jazz, ce sont finalement les morceaux les plus contrastés et ambiancés qui remportent l’adhésion (« Coven », à l’atmosphère suintante et aux déhanchés malsains), offrant une cassure bienvenue dans un schéma un peu trop bien huilé. Sans parler de pilotage automatique, le quartet se laisse souvent aller à la facilité, et prend un peu trop de distance avec la rigueur qu’on est en droit d’attendre de musiciens de cette trempe.

Mais si les griefs sont formulables et valides, il n’en reste pas moins qu’In Chaos, Solace propose un spectacle hors-normes, en convergence des multiples influences/références du groupe, parcourant un spectre large allant du Jazz smooth au Grind qui mousse. D’ailleurs, la fin de l’album se veut plus facilement assimilable que sa première moitié, encore un peu trop répétitive. Un titre comme « Era » aurait d’ailleurs pu trouver sa place sur un LP de FANTOMAS, tandis que le final « Ogre Battle » permet enfin de se soulager autour d’un thème vraiment porteur, aux motifs plus catchy que d’ordinaire. On attendra donc de la suite des évènements qu’elle aère un peu plus l’espace, et qu’elle puisse profiter des indéniables talents individuels pour épaissir le collectif, encore un peu mince au niveau inspiration, mais stimulant au niveau des respirations. Un peu trop exutoire personnel pour séduire l’extérieur, mais une introspection intéressante pour un avenir qu’on souhaite moins retranché sur lui-même. L’originalité certes, mais pas au détriment de l’efficacité.


Titres de l'album:

  1. Pyre
  2. Shroud
  3. Itch
  4. Ruin
  5. Tome
  6. Coven
  7. Era
  8. Ogre Battle

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2018 à 18:57
70 %    94

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Abortion

All You Need Is Hate (2017-2018)

Hostia

Hostia

Motor City Mayhem

Shitfaced and Outta Luck

Injector

Stone Prevails

Human Cull

Revenant

Nervosa

Downfall of Mankind

Mx

A Circus Called Brazil

Panegyrist

Hierurgy

Unending Fury

Negative Peace

Infrared

Saviours

Kaya

Life Is Trivial

Monument

Hellhound

Imperium

Beyond the Stars

Zoebeast

Zoebeast

Trauma

As the World Dies

Nequient

Wolves at the Door

Discomfort

Fear

Suffocation Of Soul

Macabre Sentence

Unitra

Lock Up Your Daughters

Conviction

youpimatin / 18/06/2018
Doom Metal

Bastard Grave [SWE] / Destroyed Bastards

Simony / 15/06/2018
Death Metal

Tour-Report VERDUN : Russia Tour 2018 !

Jus de cadavre / 13/06/2018
Tournée

Young Gods + Horskh + Wheelfall + Thot

RBD / 12/06/2018
Post Rock

Welcome To Inferno I

Jus de cadavre / 08/06/2018
Death Metal

Concerts à 7 jours

Crowbar + Europe + Malemort

22/06 : Clisson, Clisson (44)

+ Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Overcharger + Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Avenged Sevenfold + Watain + Oranssi Pazuzu

23/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Plebeian Grandstand + The Bronx

24/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Sublind

26/06 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Hell Gate + Je + Anozel

29/06 : Le Riveter, Nancy (54)

Fractal Universe + Soulfly

29/06 : La Souris Verte, Epinal (88)

Photo Stream

Derniers coms

Hâte de lire ton retour sur Demolition Hammer !


Un certain Iver est le remplaçant...


Aaaah, oui l'équipe est sur place et bien évidemment c'est le programme de demain vendredi et non d'aujourd'hui jeudi... œil de lynx Humungus... œil de lynx !


(...) s le contredire hein !


Bon ITW et surtout bon groupe.
Hâte d'entendre ça moi aussi sur album avec un "vrai" son. Même si celui des deux premières réalisations était plus que convenable en ce qui me concerne.
Perso, je ne trouve pas que CONVICTION soit aussi référencé à CATHEDRAL mais bon... Si l eMa(...)


Aujourd'hui ???
Vous êtes donc si impatient que ça les gars hé hé hé !


Je les ai vues il y a deux ans. Il y avait encore de la fraîcheur. Le style n'a pas fondamentalement changé à ce que je vois, ce thrash à l'allemande un peu kitsch.


Ah le blaireau que je suis... en effet 18€ c'était plus que donné. Merci de votre vigilance cher Humungus.
En tout cas, possible que j'y sois, affiche ultra alléchante. Et pour ceux qui veulent plus d'infos sur ce fest, rendez-vous en page agenda concerts.


Erratum cher Simony :
18 euros la place... Si seulement !
Le billet est à environ 35 euros. Ce qui est déjà peu au vu de la programmation.
J'en profite d'ailleurs pour mettre également en exergue SADISTIC INTENT et TOXIC HOLOCAUST présents eux aussi sur ce fest.


Perso j'avais plus entendu parlé du groupe depuis The Waiting Room de 2011, j'étais persuadé que le groupe avait splitté d'ailleurs. Content de voir que ce n'est pas le cas.


Excellent, merci pour le partage. Un groupe qui a su se créer sa propre identité. J'aime beaucoup ce dernier album


Je vais aller découvrir ça sans faute ! Du Doom trad ça cours pas les rues en France !


Certainement la meilleure affiche que ce fest n'ait jamais connue...


Doivent être content les gars...
Exactement ce qu'ils recherchent depuis des années :
Le mainstream...
Et donc les ventes...
Et donc la tune.


ISON pas honte !


Fut un temps où une expédition punitive plus tard largement romancée dans un bouquin aurait été menée ! Hi hi hi


"Merci de m’avoir lu"...
Merci d'avoir écrit surtout !
J'adore vraiment toutes ces histoires de tournées in situ.
Alors groupes de France et de Navarre, n'hésitez surtout pas à suivre le conseil de grinder92... ... ...


mouais... pour un groupe de black je pensais que ce genre de problémes se réglaient directement entre eux via un bon coup de surin et pas par label et avocats interposés. Tout fout l'camp ma bonne dame !


lamentable d'associer le metal à cette daube de jeu video... désolant


Les copains ! Cela fut encore bien plus folklorique que les échos que j'ai eu de vive voix.