Ne vous inquiétez pas, si un album détonne, s’il ne sonne comme personne, s’il est barge comme Mike Patton en pleine crise de bouddhisme aigue, s’il est aussi inclassable qu’un vieux dossier de la sécu, il est pour moi. Et le pire, c’est que je fais parfaitement exprès. Au sein de la rédaction pointue de Metalnews, personne n’a jamais dit que le poids des OVNIS m’incombait, je l’ai choisi sciemment, et en plus, j’adore ça. Plus c’est barré, plus je fonds, plus je défends, plus je me fends, et plus je défonce. Alors lorsque la nouvelle tomba sur mon téléscripteur personnel (oui, je travaille toujours à Cognacq-Jay, à vous les studios) de la prochaine sortie des américains de SNAKEFEAST, mon sang ne fit qu’un tour, et j’abandonnais mes labours pour me jeter dessus, histoire de vous en entretenir juste après. Car je ne doutais pas de sa haute teneur en imprévisibilité, moi qui étais déjà rompu à l’exercice de The Pythoness, leur premier long paru en 2015. Ce premier jet m’avait introduit au monde biscornu d’un trio de malotrus, qui pensaient alors pouvoir se passer de guitare pour jouer du Metal extrême. Et le pire est que non seulement ils n’avaient pas tort, mais en sus, ils avaient raison. C’est donc en configuration trio + musicien additionnel que les originaires de Baltimore, Maryland (un coucou à John Waters) avaient entamé leur carrière discographique, avant de réaliser qu’un homme permanent à la responsabilité des anches était un choix judicieux. C’est donc en quartet opérationnel et officiel que les brigands nous en reviennent aujourd’hui, avec au casting Carson Korman (basse), Dave Cavalier (batterie), Aran Keating (saxophone) et Phil Doccolo (cris, hurlements, bruits étranges, textures), pour un second long métrage pour les oreilles, intitulé In Chaos, Solace. Et dire qu’il pousse l’expérimentation encore plus loin que son aîné est d’un euphémisme le confinant à la naïveté touchante.

Certes, mais le mélange de Jazz et de Metal extrême, on connaît déjà. On pourrait évidemment citer PAINKILLER, le plus barré de tous, sans qu’il ne représente pour autant la balise ultime. D’autant plus que les SNAKEFEAST ont une approche plus ou moins divergente qui les rapprocherait plus d’une osmose tacite entre les BADBADNOTGOOD et ZEUS, tout en s’accordant une optique résolument personnelle dans le traitement des vocaux…abominables. Car en effet, plus qu’un chanteur, Phil Doccolo s’apparenterait plus à un hurleur de fond, dans une optique sous-mixée d’un John Tardy sévèrement grippé, qu’à un chanteur à proprement parler, ce que confirment d’ailleurs les musiciens eux-mêmes.

« Nous avons commencé par traiter le saxo comme un chanteur, et le chant comme un élément textural. »

Et en effet, à l’écoute des huit courtes pistes de cet In Chaos, Solace, on sent très bien que les interventions d’Aran Keating tiennent plus de l’occupation d’espace en termes d’arrangement instrumental que de volutes suraiguës héritées du Free-Jazz, ce qui rassurera certainement les plus craintifs d’entre vous. Mais que les amateurs de sensations fortes ne s’inquiètent pas, avec leur cocktail de Jazz, de Grind, de Post Hardcore et de Metal extrême en général, les bargeots de Baltimore ont encore de quoi combler les plus flingués. Ce qu’ils font d’ailleurs avec un certain flair, qui ne leur permet toutefois pas d’éviter toutes les erreurs inhérentes à une expérimentation un peu trop libre.

Si le Free-Jazz en tant que tel permet toutes les improvisations possibles sans paraitre hésitant ou redondant, le Free-extrême est plus contraignant, et supporte assez mal la redite. D’une idée de jam de base émergent donc des sons qui sont cohérents, mais pas toujours fascinants. On sent que le groupe a trouvé une formule qui lui convient et qu’il a tendance à en abuser de morceau en morceau. Ainsi, si les premiers intriguent, dérangent, obsèdent ou arrangent, les suivants se contentent la plupart du temps de copier l’écriture pour tomber dans la paraphrase, et la surprise finit par se transformer en lassitude, alors même que l’album ne dure qu’une demi-heure. Mauvais signe donc, imputable à une complaisance au niveau compositions, qui auraient exigé plus de rigueur pour se montrer à la hauteur des performances individuelles. Celles-ci sont notables, quel que soit le secteur, même si c’est évidemment la section rythmique qui retient le plus l’attention, avec son mélange de fulgurances Grind et de temporisations Jazz. Se livrant à un numéro d’équilibristes constant, dans une optique que les DILLINGER ESCAPE PLAN auraient pu prôner il y a quelques années, la paire Carson Korman/Dave Cavalier nous enchante de sa précision, alternant avec bonheur la fluidité d’un jeu coulé, et la puissance d’une attaque percutée, qui peine toutefois à cacher les systématismes d’interprétation, et les dissonances à répétition. Et même si les grognements à la Mike Patton/Glen Benton de Phil sont souvent savoureux, et si les stries immédiates de Keating se tamisent parfois d’un velouté purement Jazz, ce sont finalement les morceaux les plus contrastés et ambiancés qui remportent l’adhésion (« Coven », à l’atmosphère suintante et aux déhanchés malsains), offrant une cassure bienvenue dans un schéma un peu trop bien huilé. Sans parler de pilotage automatique, le quartet se laisse souvent aller à la facilité, et prend un peu trop de distance avec la rigueur qu’on est en droit d’attendre de musiciens de cette trempe.

Mais si les griefs sont formulables et valides, il n’en reste pas moins qu’In Chaos, Solace propose un spectacle hors-normes, en convergence des multiples influences/références du groupe, parcourant un spectre large allant du Jazz smooth au Grind qui mousse. D’ailleurs, la fin de l’album se veut plus facilement assimilable que sa première moitié, encore un peu trop répétitive. Un titre comme « Era » aurait d’ailleurs pu trouver sa place sur un LP de FANTOMAS, tandis que le final « Ogre Battle » permet enfin de se soulager autour d’un thème vraiment porteur, aux motifs plus catchy que d’ordinaire. On attendra donc de la suite des évènements qu’elle aère un peu plus l’espace, et qu’elle puisse profiter des indéniables talents individuels pour épaissir le collectif, encore un peu mince au niveau inspiration, mais stimulant au niveau des respirations. Un peu trop exutoire personnel pour séduire l’extérieur, mais une introspection intéressante pour un avenir qu’on souhaite moins retranché sur lui-même. L’originalité certes, mais pas au détriment de l’efficacité.


Titres de l'album:

  1. Pyre
  2. Shroud
  3. Itch
  4. Ruin
  5. Tome
  6. Coven
  7. Era
  8. Ogre Battle

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2018 à 18:57
70 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Black Swan

Shake the World

Ævangelist

Nightmarecatcher

Darkult

Darkult

Sons Of Morpheus

The Wooden House Session

Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Deadline + Iron Kingdom + Jades

04/03 : Le Klub, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

L'info vous avez du la lire sur le scribe du rock il me semble qu'il y a une interview.
https://www.webzinelescribedurock.com/2020/02/ultime-eclat-glaciation-entretien.html

Après franchement suis vraiment pas fan du groupe ...


Bon…
Alors je l'ai donc enfin gouté ce nouvel album.
C'est très bien fait... Bien construit… La prod est effectivement au petit oignon… ... ...
Mais est-ce que cela ne l'ait pas trop justement ? Car putain, y'a vraiment rien là-dedans qui me fasse frémir un tant soit peu (...)


Oh là là Blind... Faut pas prendre la mouche comme ça…
Ma réponse ne se voulait absolument pas acerbe : Cf. "Ton intervention (très gentille au demeurant...)".
Putain… Pour une fois que j'étais tout aimable… Cela m'apprendra tiens !


J'en attendais rien, et c'est vraiment très bon. Le chant est toujours aussi puissant.


Merci pour vos réponses les amis.


@Humungus: Désolé d'avoir voulu te renseigner et d'ignorer que tu sais ce qu'est un patch. La prochaine fois, t'inquiète, je m'abstiendrai.


@Sinii : en effet, c'est ce que j'ai pu lire également (malheureusement je ne sais plus où...)


Tu m'étonnes. Je note la cover réussie de cet album en attendant d'en entendre un premier extrait.


C'est pas le gars de Deathcode Society qui a composé le nouvel album?
Je crois avoir lu ça quelque part...


Grande nouvelle. 2020 sera scène extrême française ou ne sera pas !


Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !