Vous connaissez le principe de violence rapide et gratuite ? Non ? Bon alors imaginez. Vous êtes dans une pièce, tranquille, ne demandant rien à personne, et tout à coup, vous voyez quelqu’un se lever pour en coller une bonne (genre rouste de compète) à un pauvre quidam qui n’avait certainement rien fait pour mériter ça. Délit de faciès, accès de fièvre vengeresse, peu importe, mais les coups portés sont nombreux, et laissent la victime à terre, K.O pour le compte.

Ce genre de scène, je l’ai vécu, et je ne souhaite le spectacle à personne. Mais si d’aventure, vous désireriez en connaître les effets sans avoir à vous abimer les yeux, alors le premier LP des tarés belges de SEVENTH CIRCLE fera parfaitement l’affaire.

D’ailleurs, il est emballé dans un titre faussement zen qui nous promet l’accession à un niveau supérieur de conscience, alors même qu’il fait appel aux plus primaux de nos sens. Pas roublard ça peut-être ? Mais on connaît bien la propension des coreux belges pour prendre nos sens à revers. Et je ne vais certainement pas me fatiguer ici à en reproduire les exemples les plus/moins probants ou les plus/moins violents.

Mais dans cette dernière liste, ajoutez quand même ce « LP » de dix-huit minutes, Voluntary Torture, au moins, ça vous occupera bande de feignasses.

SEVENTH CIRCLE, c’est une formation en rangs étendus (Ward – basse, Jeroen & Kenny – guitares, Marvin – batterie et Thomas – chant), née en 2013, et qui a déjà répandu ses déflagrations dans toute l’Europe via une poignée de sorties (Demo 2013, Seventh Circle et Not Worth Saving, 2014 et 2015, EP), toutes aussi viscérales que brutales. Mais qui irait s’en plaindre après tout, alors que la violence nous entoure chaque jour un peu plus de ses menaces diverses ?

Certainement pas moi, pas plus que les fans de NAILS, FULL OF HELL ou TRAP THEM.

Des suiveurs de plus ? Un simple nom à ajouter à un parchemin qui déborde déjà de son encre baveuse ? Non, surement pas, puisque le quintette propose un premier jet presque longue durée d’une intensité et d’une brutalité rare, qui ne rechigne pourtant pas à écraser le rythme pour atteindre les profondeurs abyssales d’un crad’ Sludge et d’un Blackened Core salement maladif.

Avec une prod’ faisant la part belle à des guitares over saturées et un chant qui s’égosille comme un vilain diable, Voluntary Torture mérite son titre à chaque intervention, et pourtant, représente la quintessence délicieuse d’une violence toute US transposée dans un cadre belge idoine.

Les références, outre celles citées ne manquent pas, BRUTAL TRUTH, ALL PIGS MUST DIE et certainement des dizaines d’autres, mais inutile de toutes les recenser pour apprécier à sa juste valeur cette gigantesque rouste instantanée que le quintette nous prépare depuis quatre années.

En douze titres la plupart du temps lapidaires, ce premier LP est d’une rare densité, et tient largement la route, même si les sorties de piste menacent à chaque instant. En choisissant de se placer à équidistance de la brutalité et de la jovialité (si le terme peut être employé sans devenir grotesque), les SEVENTH CIRCLE empruntent tout autant à la scène Noisy Crust qu’au mouvement Powerviolence le plus expansif, tout en multipliant les allusions et emprunts au Grind, au Hardcore, et en traitant le tout d’une vision Punk instinctive et épidermique. Alors, la valse commence fort, et fait tanguer de tous les côtés sans montrer de signe de fatigue. Et entre les trucs durant à peine une poignée de secondes et faisant la part belle au Crust le plus impitoyable, et les digressions un peu plus patientes et processionnelles qui imposent la lourdeur maladive dans votre cerveau déjà bien perverti, le balancement donne la nausée, mais on en redemande, parce que c’est encore plus efficace qu’une grosse calotte dans la face (l’enchaînement impitoyable entre « Godless » et « Comforting Nothing », qui est vraiment un des trucs les plus vilains et velus que j’ai entendus depuis longtemps) 

Mais cette ambivalence entre rapidité extrême et pesanteur qui ne l’est pas moins suggère que les pointures du genre ont encore du souci à se faire avec l’émergence royale de ces « nouveaux venus », qui ne respectent rien, et surtout pas la hiérarchie qu’on voudrait leur imposer. De fait, ils ne se mouchent pas du coude et nous balancent la sauce via des saillies aussi sanglantes que démentes (« Empty Caskets », NAILS a vraiment du souci à se faire), mais aussi des interludes beaucoup plus éprouvants et graves (« Spinesnapper », là c’est quand même encore plus glauque qu’une matinée à glander du côté d’Ath sans rien avoir à faire…).

En gros, le pire des trois mondes, entre Hardcore vraiment sale, Crust implacable et Darkened Core avec cadavres dans le placard, pour même pas vingt minutes de supplice gravissime qui mixe les références et les régurgite d’un crachat méprisant, mais à la portée assez conséquente.

Chant évidemment grave et rauque, paire de guitaristes qui cherchent l’unisson dans l’embaumement de saison, et section rythmique qui s’adapte aux oraisons, en partant de l’ultraviolence pour se planter dans l’oppression la plus sanglante.

Voluntary Torture est un LP qui nous rappelle que quand le héros se fait choper par les vilains, c’est souvent pour passer un sale quart d’heure. Sauf qu’ici, la scène est racontée du point de vue des bandits, qui ne le laisseront sans doute jamais partir. Ou alors, avec des souvenirs de plaies et d’hématomes plein la tête et le reste.

Vos plaies à vous se situeront plus volontiers du côté des tympans que ce premier album malmène dix-huit minutes durant, et qui finissent par bourdonner le reste de la journée.

Violence gratuite ?

Mais tout à fait, et les belges le revendiquent. Il n’y a aucun mal à vous faire du mal après tout.


Titres de l'album:

  1. Godless
  2. Comforting Nothing
  3. Empty Caskets
  4. Eye of The Noose
  5. Addict
  6. Deathtrap
  7. Desecration
  8. Spinesnapper
  9. Coward
  10. Buried In Shit
  11. Slightly Violent Thoughts
  12. Voluntary Torture

Facebook officiel


par mortne2001 le 16/08/2017 à 18:34
75 %    99

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Golgothan Remains

Perverse Offerings to the Void

Empress

Reminiscence

Kera

Hysteresis

Morbid Reich

An Endless Heretic Advocacy

Voodoo Circle

Raised on Rock

Ataraxy

Where All Hope Fades

3sixty

Truestories

Xenoblight

Procreation

Doomster Reich

Drug Magick

Kleptocracy

Kleptocracy

Hecate

Une Voix Venue d'Ailleurs

Mind Awake

Pressure

Plague

Plague

Knelt Rote

Alterity

Disastrous Murmur

Skinning Beginning (1989-1991)

Obscene

Sermon to the Snake

Lurker Of Chalice

Lurker of Chalice

Cryptivore

Unseen Divinity

Ossuarium

Calcified Trophies of Violence

Mother Misery

Megalodon

Interview Fabien W. Furter (WHEELFALL)

youpimatin / 13/02/2018
Indus

Interview du groupe BLACK REAPER (Chine)

Jus de cadavre / 01/02/2018
Black Death Metal

Trisomie 21

RBD / 29/01/2018
Electro

Interview Mad et PYM (DeadMen)

youpimatin / 22/01/2018
Post Rock

Concerts à 7 jours

Asenblut + Angantyr + Ereb Altor

23/02 : Le Blogg, Lyon (69)

Asenblut + Lappalainen + Belenos

24/02 : La Ferme Du Buisson, Noisiel ()

+ Atrystos + War Inside

24/02 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Therion + Imperial Age + Null Positiv

28/02 : Espace Julien, Marseille (13)

Photo Stream

Derniers coms

"le bras"


"le bras"


Rappelez-vous il y a 4 ans , Phil Anselsmo qui boit une bouteille de vin blanc, fait le salut olympique et hurle: "Whithe power" le brad tendu...C'est du mauvais goût à la Sout Park, mais de là à y voiir un extrémiste faut être aussi con que de Hass!

https://ibb.co/dRS8iH


MorbidOM & Jus de cadavre + 1 bordel !
Pas trop de couilles au cul le père Dude hein !
(Et oui Simony, j'ose totalement juger le loustic sans pour autant le connaître personnellement hé hé hé)
Comme dit précédemment, cette histoire date de 10 plombes et tout le monde dans le(...)


*droite et *on n'a plus... c'est vraiment trop con ces oublis... surtout en fin de course...