ALCEST, c’est un groupe à part. Si tant est que l’on puisse encore parler de groupe tant ce concept est intimement lié à celui de son auteur, compositeur et rêveur en chef, Neige. Revenu d’un lointain pays imaginaire, d’album en album, l’homme prend un malin plaisir à nous entraîner aux confins de sa mémoire, dessinant musicalement des panoramas oniriques, souvent terrifiants à l’orée de sa carrière, mais incroyablement apaisants depuis quelques années.

ALCEST est plus qu’un groupe finalement, et tout sauf un one man project. C’est un ailleurs, que finalement peu de gens peuvent décrire avec des mots précis, mais dans lequel ils se sentent en sécurité, affranchis des obligations modernes d’une routine de société qui les tue petit à petit.

Du BM abrasif des débuts, le projet est devenu une référence du Post. Post quoi d’ailleurs ? Post Black ? Post Rock ? Post tout court je pense, tant la musique est unique et au-delà de tout ce qui peut exister.

Les fans des débuts ont regretté amèrement et violemment l’émergence du Blackgaze de milieu de carrière, et n’ont pas compris cet éloignement vers le Shoegaze le plus paisible sur Shelter, sorti il y a deux ans. Ils ont senti le désir de Neige de s’éloigner de toute forme de violence et de brutalité pour privilégier des mélodies pleines et enrobées dans un manteau de délicatesse.

Chacun aura sa période préférée, son album préféré, mais avec Kodama, les choses ont encore changé. Non, Neige n’est pas versatile, il n’est pas d’humeur changeante, il est homme de ressenti et de sentiments. Et les sentiments, Kodama en fait sa part belle. Contradictoires, complémentaires, allusifs, profonds, tout est là. Il suffit d’écouter les six pistes de ce nouvel album pour comprendre qu’ALCEST ira toujours dans la direction que Neige a prédéfinie, qui n’est pas forcément le nord ou l’ouest que nous attendions.

« On » disait que ce cinquième longue durée serait un retour aux sources du Blackgaze, que le compositeur Parisien avait en quelque sorte initié il y a une dizaine d’années. On annonçait le retour des riffs tendus, des intermèdes repus, du métissage entre brutalité et zenitude. C’est en quelque sorte le cas, puisque Kodama est en effet un joli survol de la carrière du groupe, effleurant la surface de chaque incarnation pour en présenter une nouvelle.

Une nouvelle forme à l’image d’un Golem pacifique que Neige a rencontré il y a fort longtemps dans ses songes. Une créature hybride, aussi empathique que maléfique, et qui se déplace au gré du labyrinthe de mélodie tissé en toile d’araignée que son maître a créé pour lui. Ce labyrinthe, vous l’avez découvert à la fin du mois précédent. Il est ici, sous vos oreilles, et pourrait être ce que nous avons entendu de plus beau dans un style que finalement, personne ne peut vraiment nommer ni décrire. Le style ALCEST.

En écoutant les deux premières pistes de Kodama, vous aurez ce sentiment étrange d’avoir évolué dans un univers multiple, un peu comme si vous aviez visité le monde entier en quelques minutes. Il est certain que « Kodama », le title-track et « Eclosion », avec leurs presque vingt minutes de divagations musicales parviennent à recouper tellement d’univers et d’ambiances qu’on a l’impression très nette d’avoir digéré une œuvre entière, comme si Neige avait synthétisé en quelques instants les mondes de MONO, THE OCEAN, BURZUM, et tant d’autres qui ont un jour comme lui refusé les convenances et la politesse de création humble. Post Rock apaisé et contemplatif, Shoegaze, Blackgaze, voire Black tout court, ce nouvel album est plus qu’allusif envers des styles qu’ils contourne, il les reprend à son compte pour les sublimer et teinter la nuit d’une journée radieuse.

Qu’importe que les accroches promotionnelles vous affirment avec fierté qu’ALCEST s’est vu créditer d’honneurs dans la presse internationale, qu’importe que le groupe fut le premier à jouer dans les lieux sacrés des temples traditionnels Japonais, l’important n’est pas là, puisque ceci n’est que la conséquence d’un état de fait.

ALCEST est sacré, en tant que tel, et plus prosaïquement, sa musique est un dogme à elle seule. Mais un dogme qui ne commande rien, sinon la liberté de choix. Celui d’écouter, d’adhérer à une vision, et de la partager.

Mais Neige le reconnaît lui-même implicitement sur le fabuleux « Je Suis D’ailleurs ». Il le reconnaît à l’aide de guitares en volutes, en cercles concentriques, en vocaux hypnotiques. Il n’est pas d’ici et se moque bien de savoir ce qu’on pense de lui, et dans quelle catégorie on aime à le ranger. Il leur échappe toutes.

Alors il navigue à pensée et non à vue, il passe d’un Post Black très rêche à des harmonies introspectives qui n’ont rien de complaisant, Winterhalter multiplie les rythmiques pour s’adapter au point de vue et les deux hommes, via des arrangements de cocottes de guitare nous offrent une vue à 360 degrés sur leur univers. Un univers ouvert qui ne se ferme jamais, sauf si vous décidez d’en clore la porte.

Avec autant d’idées et de vignettes, Kodama paraît presque trop riche pour être assimilé en quelques écoutes. Et c’est effectivement impossible.

Il faut s’y plonger des jours durant pour en découvrir toute la richesse, ce qui en fait certainement un des albums les plus complexes du duo depuis des années.

Le plus complexe, mais aussi le plus simple à la fois. Il suffit d’oublier de comprendre, et d’apprendre à ressentir. L’intro de « Untouched » vous l’explique même à mots couverts. Intro aérée qui vous rappelle d’écouter les mots du vent qui souffle, percussions qui singent les battements de votre cœur, vocaux éthérés qui vous plongent dans un demi sommeil, et puis cette mélodie simple et pure, sortie de nulle part, qui vous envahit l’esprit. C’est viscéral, mais expurgé de toute complication d’analyse. Ça ne s’analyse pas, tout simplement…

Après cette pause brève et primale, « Oiseaux de Proie » reprend les codes des premiers morceaux, avec ses crescendos de percussions qui découlent sur des moments de terreur BM pure, qui rappellent les débuts de l’aventure, avant qu’une guitare en écho à la David Gilmour ne ramène la paix à la surface de l’âme. L’outro « Onyx », sorte d’épilogue Ambient grondant ne fait qu’offrir une conclusion ouverte à l’affaire Kodama. Que pourra-il se passer ensuite ?

La même chose que maintenant, qu’avant ? L’inconnu ?

Oui, le retour dans ce pays imaginaire que Neige n’aura jamais fini de nous décrire, comme une sorte de Midian de la paix, avec des créatures bienveillantes et un sentiment de protection et d’insécurité conjoints.

Kodama, c’est l’esprit de l’arbre, mais aussi l’écho. Celui qu’a trouvé la culture Japonaise dans le cœur de Neige. C’et sa version de la désincarnation, de l’extraction terrestre vers un monde externe, qui existe ou pas, ou seulement dans la tête de ceux qui veulent bien y croire. Et sous son illustration signée par le duo Fortifem se cache une des plus belles adaptations de la culture du soleil levant à des normes musicales Européennes, qui finalement, pourraient bien âtre asiatiques aussi, pour peu que l’on connaisse certains groupes locaux. C’est une envie d’ailleurs, c’est l’affirmation d’une unicité. Celle d’un artiste qui a depuis longtemps renié les obligations commerciales pour se concentrer sur l’essentiel.

 Les sentiments, l’ouverture d’esprit, et la liberté. Reposez-vous aussi sous l’esprit de l’arbre. Il ne vous cachera rien de la réalité, mais vous en proposera une alternative poétique.


Titres de l'album

  1. Kodama
  2. Eclosion
  3. Je Suis D'Ailleurs
  4. Untouched
  5. Oiseaux De Proie
  6. Onyx


Site Oficiel




par mortne2001 le 13/10/2016 à 10:56
90 %    453

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.