Kodama

Alcest

30/09/2016

Prophecy Productions

ALCEST, c’est un groupe à part. Si tant est que l’on puisse encore parler de groupe tant ce concept est intimement lié à celui de son auteur, compositeur et rêveur en chef, Neige. Revenu d’un lointain pays imaginaire, d’album en album, l’homme prend un malin plaisir à nous entraîner aux confins de sa mémoire, dessinant musicalement des panoramas oniriques, souvent terrifiants à l’orée de sa carrière, mais incroyablement apaisants depuis quelques années.

ALCEST est plus qu’un groupe finalement, et tout sauf un one man project. C’est un ailleurs, que finalement peu de gens peuvent décrire avec des mots précis, mais dans lequel ils se sentent en sécurité, affranchis des obligations modernes d’une routine de société qui les tue petit à petit.

Du BM abrasif des débuts, le projet est devenu une référence du Post. Post quoi d’ailleurs ? Post Black ? Post Rock ? Post tout court je pense, tant la musique est unique et au-delà de tout ce qui peut exister.

Les fans des débuts ont regretté amèrement et violemment l’émergence du Blackgaze de milieu de carrière, et n’ont pas compris cet éloignement vers le Shoegaze le plus paisible sur Shelter, sorti il y a deux ans. Ils ont senti le désir de Neige de s’éloigner de toute forme de violence et de brutalité pour privilégier des mélodies pleines et enrobées dans un manteau de délicatesse.

Chacun aura sa période préférée, son album préféré, mais avec Kodama, les choses ont encore changé. Non, Neige n’est pas versatile, il n’est pas d’humeur changeante, il est homme de ressenti et de sentiments. Et les sentiments, Kodama en fait sa part belle. Contradictoires, complémentaires, allusifs, profonds, tout est là. Il suffit d’écouter les six pistes de ce nouvel album pour comprendre qu’ALCEST ira toujours dans la direction que Neige a prédéfinie, qui n’est pas forcément le nord ou l’ouest que nous attendions.

« On » disait que ce cinquième longue durée serait un retour aux sources du Blackgaze, que le compositeur Parisien avait en quelque sorte initié il y a une dizaine d’années. On annonçait le retour des riffs tendus, des intermèdes repus, du métissage entre brutalité et zenitude. C’est en quelque sorte le cas, puisque Kodama est en effet un joli survol de la carrière du groupe, effleurant la surface de chaque incarnation pour en présenter une nouvelle.

Une nouvelle forme à l’image d’un Golem pacifique que Neige a rencontré il y a fort longtemps dans ses songes. Une créature hybride, aussi empathique que maléfique, et qui se déplace au gré du labyrinthe de mélodie tissé en toile d’araignée que son maître a créé pour lui. Ce labyrinthe, vous l’avez découvert à la fin du mois précédent. Il est ici, sous vos oreilles, et pourrait être ce que nous avons entendu de plus beau dans un style que finalement, personne ne peut vraiment nommer ni décrire. Le style ALCEST.

En écoutant les deux premières pistes de Kodama, vous aurez ce sentiment étrange d’avoir évolué dans un univers multiple, un peu comme si vous aviez visité le monde entier en quelques minutes. Il est certain que « Kodama », le title-track et « Eclosion », avec leurs presque vingt minutes de divagations musicales parviennent à recouper tellement d’univers et d’ambiances qu’on a l’impression très nette d’avoir digéré une œuvre entière, comme si Neige avait synthétisé en quelques instants les mondes de MONO, THE OCEAN, BURZUM, et tant d’autres qui ont un jour comme lui refusé les convenances et la politesse de création humble. Post Rock apaisé et contemplatif, Shoegaze, Blackgaze, voire Black tout court, ce nouvel album est plus qu’allusif envers des styles qu’ils contourne, il les reprend à son compte pour les sublimer et teinter la nuit d’une journée radieuse.

Qu’importe que les accroches promotionnelles vous affirment avec fierté qu’ALCEST s’est vu créditer d’honneurs dans la presse internationale, qu’importe que le groupe fut le premier à jouer dans les lieux sacrés des temples traditionnels Japonais, l’important n’est pas là, puisque ceci n’est que la conséquence d’un état de fait.

ALCEST est sacré, en tant que tel, et plus prosaïquement, sa musique est un dogme à elle seule. Mais un dogme qui ne commande rien, sinon la liberté de choix. Celui d’écouter, d’adhérer à une vision, et de la partager.

Mais Neige le reconnaît lui-même implicitement sur le fabuleux « Je Suis D’ailleurs ». Il le reconnaît à l’aide de guitares en volutes, en cercles concentriques, en vocaux hypnotiques. Il n’est pas d’ici et se moque bien de savoir ce qu’on pense de lui, et dans quelle catégorie on aime à le ranger. Il leur échappe toutes.

Alors il navigue à pensée et non à vue, il passe d’un Post Black très rêche à des harmonies introspectives qui n’ont rien de complaisant, Winterhalter multiplie les rythmiques pour s’adapter au point de vue et les deux hommes, via des arrangements de cocottes de guitare nous offrent une vue à 360 degrés sur leur univers. Un univers ouvert qui ne se ferme jamais, sauf si vous décidez d’en clore la porte.

Avec autant d’idées et de vignettes, Kodama paraît presque trop riche pour être assimilé en quelques écoutes. Et c’est effectivement impossible.

Il faut s’y plonger des jours durant pour en découvrir toute la richesse, ce qui en fait certainement un des albums les plus complexes du duo depuis des années.

Le plus complexe, mais aussi le plus simple à la fois. Il suffit d’oublier de comprendre, et d’apprendre à ressentir. L’intro de « Untouched » vous l’explique même à mots couverts. Intro aérée qui vous rappelle d’écouter les mots du vent qui souffle, percussions qui singent les battements de votre cœur, vocaux éthérés qui vous plongent dans un demi sommeil, et puis cette mélodie simple et pure, sortie de nulle part, qui vous envahit l’esprit. C’est viscéral, mais expurgé de toute complication d’analyse. Ça ne s’analyse pas, tout simplement…

Après cette pause brève et primale, « Oiseaux de Proie » reprend les codes des premiers morceaux, avec ses crescendos de percussions qui découlent sur des moments de terreur BM pure, qui rappellent les débuts de l’aventure, avant qu’une guitare en écho à la David Gilmour ne ramène la paix à la surface de l’âme. L’outro « Onyx », sorte d’épilogue Ambient grondant ne fait qu’offrir une conclusion ouverte à l’affaire Kodama. Que pourra-il se passer ensuite ?

La même chose que maintenant, qu’avant ? L’inconnu ?

Oui, le retour dans ce pays imaginaire que Neige n’aura jamais fini de nous décrire, comme une sorte de Midian de la paix, avec des créatures bienveillantes et un sentiment de protection et d’insécurité conjoints.

Kodama, c’est l’esprit de l’arbre, mais aussi l’écho. Celui qu’a trouvé la culture Japonaise dans le cœur de Neige. C’et sa version de la désincarnation, de l’extraction terrestre vers un monde externe, qui existe ou pas, ou seulement dans la tête de ceux qui veulent bien y croire. Et sous son illustration signée par le duo Fortifem se cache une des plus belles adaptations de la culture du soleil levant à des normes musicales Européennes, qui finalement, pourraient bien âtre asiatiques aussi, pour peu que l’on connaisse certains groupes locaux. C’est une envie d’ailleurs, c’est l’affirmation d’une unicité. Celle d’un artiste qui a depuis longtemps renié les obligations commerciales pour se concentrer sur l’essentiel.

 Les sentiments, l’ouverture d’esprit, et la liberté. Reposez-vous aussi sous l’esprit de l’arbre. Il ne vous cachera rien de la réalité, mais vous en proposera une alternative poétique.


Titres de l'album

  1. Kodama
  2. Eclosion
  3. Je Suis D'Ailleurs
  4. Untouched
  5. Oiseaux De Proie
  6. Onyx


Site Oficiel




par mortne2001 le 13/10/2016 à 10:56
90 %    616

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Orphan

"c'est" - "ces" / "groupe" - "groupes" / "ame" - "âme" / "voila" - "voilà" / "ca" - "ça"(chaud les fautes...)

22/04/2021, 12:40

Orphan

22/04/2021, 12:36

Orphan

Rhan....c'est groupe à chanteuse sans ame bordel....Voila ce que ca fait du Karine Ferri metal

22/04/2021, 12:31

Orphan

Exactement !C'est pas tant la nostalgie de retrouver un black sans concession, mais celle d'un plaisir coupable d'etre face à une vraie pureté dans l'execution.un bon 95% pour moi  

22/04/2021, 12:22

Humungus

Et oui...Bizarrement HATE FOREST fait du HATE FOREST.Et c'est bien tout ce que je voulais.

22/04/2021, 10:06

Humungus

Farpait !S''il est aussi bon que "The dirt", cela nous changera des merdes habituelles dont ils nous abreuvent...

22/04/2021, 10:00

Gargan

Comme quoi, on ne vit pas les albums de la même manière, je crois que demanufacture serait dans mon top 10 quand-tu-t-echoues-sur-une-île-fortuitement-mais-avec-une-selection-drastique-et-top-en-esperant-que-le-lait-de-cocotier-te-fournisse-du-jus-(lol)-pour-ta-chaine-hifi-elle(...)

22/04/2021, 09:09

Pomah

Pas mal putain

21/04/2021, 19:54

Humungus

"Pire que GUNS N' ROSES" ?!?!Tu pousses là Hoover hé hé hé...

21/04/2021, 10:10

Humungus

Oh mais je ne sais que trop bien que les premiers DIMMU sont typés "vrai"...(Une fois de plus, mon intervention précédente n'était en réalité que boutade chers amis)Mais même à l'époque de leurs sortie(...)

21/04/2021, 10:07

Humungus

Putain...Après la box "Paranoid" et "Vol 4", encore une qu'il va me falloir acheter...Font chier à en sortir autant bordel ! J'suis pas Crésus moi merde !PS : Par contre, j'comprends pas trop leur façon(...)

21/04/2021, 10:02

Hoover

Je ne comprendrai jamais l'intérêt pour ce groupe. Pour moi tout l'apport de Fear Factory tient en deux ou trois morceaux sur Demanufacture plutôt sympathiques en dépit d'une durée de vie très faible (vraiment le genre dont je me désin(...)

21/04/2021, 08:29

Arioch91

Bien plus convainquant sur album que sur l'EP partagé avec Vektor.Ca donne envie de s'y pencher !Merci pour la chro :)

21/04/2021, 08:25

Hoover

Le black n'est certainement pas mort car il y a énormément de gens qui y sont extrêmement attachés et continuent à le faire vivre, et j'ai énormément de respect pour eux. Par contre pour quelqu'un comme moi dont les goûts dans l(...)

21/04/2021, 08:23

Hoover

L'album que j'aime le moins des 7 premiers Sabbath: c'est vraiment pas fait pour moi!

21/04/2021, 08:15

Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49