Le Death Metal est-il un effort collectif ? A priori oui, le BM revendiquant fièrement la paternité du one-man-band, concept ô combien misanthrope, mais nécessaire à une introspection nihiliste. Et en dehors de l’Indus, genre approprié aux créations individuelles, on ne peut pas vraiment dire qu’il existe une option qui favorise le travail personnel, sans partage musical, et sans échange instrumental. Mais ce postulat valait surtout à une époque où le matériel d’enregistrement professionnel coutait encore horriblement cher, problématique soldée de tout compte depuis l’avènement de l’informatique, qui permet à moindre investissement de créer des œuvres tenant largement la comparaison avec les productions de gros studios. Alors finalement, non, le Death Metal ne résulte pas forcément d’un processus collectif, ce que nous démontre avec beaucoup d’abnégation Ian Covelli, seul à la barre de son propre navire SATAN'S BASEMENT depuis 2006. Qui est donc ce musicien mystérieux à la discographie somme toute assez riche, mais à la régularité erratique ? Un simple résident de Chicago, Illinois, prenant beaucoup de plaisir à explorer les bas-fonds de l’extrême comme son nom de baptême artistique semble le montrer. Notre hôte nous offre donc une visite guidée de la cave de Satan, et autant dire que la canfouine en question est plutôt du genre bordélique, aux rangements hétéroclites. Se réclamant d’un Death Metal méchamment torturé, SATAN'S BASEMENT s’est déjà répandu en exactions longue-durée, deux en deux années (Sludge Filled Wasteland en 2006 et Cerebral Apocalypse en 2007), avant de devenir un peu fainéant sur les bords et de ralentir le rythme, jusqu’à ne plus proposer que quelques titres à la volée. Nous étions sans nouvelles du bonhomme planqué dans les sous-sols du grand cornu depuis le split en compagnie de THE BAPTISM publié en 2012, et c’est avec une certaine curiosité que mes oreilles se sont penchées sur le barouf développé par Appeal to Your Denial.      

Barouf, le terme est sans doute un peu fort. D’une agression modérée mais aux déviances prononcées, ce troisième LP du parcours de l’américain est un genre d’ovni bricolé dans son coin, qui pratique une sorte de philosophie Crossover assez tordue. Si le fond de l’air est putride et résolument orienté vers les dérives d’un Death US assez typique (AUTOPSY), quoique subtilement inspiré par le sadisme anglais de la grande époque (BOLT THROWER), les arrangements et la direction artistique laissent plutôt interrogatif, l’homme sombrant parfois dans les affres d’un Sludge minutieusement industrialisé et extrêmement répétitif. Roboratif l’ensemble ? Quelque peu oui, un peu comme si la vague NOLA s’était soudainement prise de passion pour les débuts du Death Indus, et les pierres angulaires de GODFLESH et MEATHOOK SEED, sans vraiment oser plonger la tête la première dans la transgression. Le tout est animé de riffs plutôt sombres, assez passe-partout, de stridences qui arrachent les tympans, le tout propulsé par une boîte à rythmes au son assez maigrelet et automatisé. La voix de Ian, elle aussi plus ou moins étouffée, ne permet pas de tirer les choses au clair, et on ressort de l’écoute de cet effort avec plus de questions que de réponses. La production homemade, assez cachetée mais séduisante confère à l’exercice une patine assez hermétique, sinon mystérieuse, et si la plupart des morceaux ne laissent pas vraiment une empreinte durable dans la mémoire, ils titillent assez les neurones pour intriguer. Ainsi, « Death's Grasping Hand » ressemble à s’y méprendre à du ACID BATH repris par le Mitch Harris des années 90, tandis que l’ouverture « Mankind Deprived » évoque à merveille un IRON MONKEY coincé dans un cauchemar de biais des INTENSE MUTILATION. Pas mal de pistes à suivre donc, pour un créateur qui refuse la linéarité, mais qui n’évite pas la dispersion. Tout ça se veut original et fumant, mais reste encore un peu hésitant pour fédérer, même si l’on sent que l’instrumentiste/compositeur à les moyens de proposer des choses un peu plus cadrées, et puissantes.

Centré sur le diktat de l’industrie pharmaceutique et des producteurs d’opiacées, et sur la mainmise des grands groupes sur la santé publique (et tout l’égoïsme économique de ces derniers, merci Bayer…), Appeal to Your Denial est une affaire complexe qui prend souvent des airs de démo censée étaler le potentiel d’un artiste en devenir. En substituant la brutalité du Death par les sinuosités déviantes de l’Indus à intervalles réguliers, Covelli se joue des balises de style et construit le sien, tranquille, sans se soucier de l’opinion populaire. Tout ça aboutit parfois à de gentils pamphlets aux ambiances Punk (« Preying For The Poor », l’un des plus accrocheurs mais amateurs du lot), ou à des diptyques cédant enfin sous la pression d’une ultraviolence débridée («Your Doctor's Orders, Pt. I et Pt. II », ordonnance signée conjointement par BILE et BOLT THROWER). N’hésitant pas à imposer une sorte de lourdeur concave (« Doomed Medically Necessary »), s’accrochant aux dogmes Doom tout en gardant l’ADN du Death bien collé dans l’éprouvette, SATAN'S BASEMENT reste ce jeu de piste improbable qu’il a toujours été, se moquant des tendances et des modes pour proposer une copie bizarroïde, plus attachante que séduisante, mais révélatrice d’une volonté de s’extirper des codes usuels pour proposer des chemins de traverse plus riches. Il n’en reste pas moins que l’ensemble manque encore de conviction, de morceaux vraiment pertinents, et que souvent, on a le sentiment que le musicien s’est laissé porter par une inspiration un peu maigre pour laisser des riffs convenus faire le boulot sur de longues minutes. Il tient si fort à sa liberté qu’il se permet même une adaptation acoustique d’un de ses titres les plus féroces, qu’il entonne à la guitare Folk et qu’il déclame d’une voix de croque-mort. Conclusion illogique pour un album inclassable, mais il faudra quand même faire un peu de rangement dans la cave de Satan pour espérer convertir les brebis égarées.          

       

Titres de l'album:

                         1.Mankind Deprived

                         2.Doomed Medically Necessary

                         3.Preying for the Poor

                         4.Government Issued Negligence

                         5.Medicinal Mummification

                         6.Death's Grasping Hand

                         7.Your Doctor's Orders pt. I

                         8.Your Doctor's Orders pt. II

                         9.Mankind Deprived (Acoustic)

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/07/2018 à 18:26
68 %    79

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nachash

Phantasmal Triunity

Shed The Skin

We Of Scorn

Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En effet, un article a été publié (http://www.metalnews.fr/article/edit/la-tristesse-nous-empare-de-nouveau-avec-la-disparition-de-jill-janus-frontwoman-du-groupe-huntressripatteinte-de-longue-date-de-maladie-mentale-elle-saposest-donne-la-mort-a-laposexterieur-de-portland-dans-laposoregon-janus-(...)


Bizarre, pourtant j'ai vu un article à ce sujet sur le site et je ne le vois plus!


Je n'étais absolument pas au courant du suicide de Jill Janus.
Vous n'en avez même pas causé ici les gars...
Joli physique mais groupe totalement nul. Typiquement le genre de formation qui ne base son succès que sur la plastique d'un des membres...


Cet artwork est quand même pas beau, mais le titre live est excellent je trouve.


Beyond Creation*


... ou alors 5 circle-pits simultanés au Wacken !! Ah non pardon, c'est interdit...


Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super