Le Death Metal est-il un effort collectif ? A priori oui, le BM revendiquant fièrement la paternité du one-man-band, concept ô combien misanthrope, mais nécessaire à une introspection nihiliste. Et en dehors de l’Indus, genre approprié aux créations individuelles, on ne peut pas vraiment dire qu’il existe une option qui favorise le travail personnel, sans partage musical, et sans échange instrumental. Mais ce postulat valait surtout à une époque où le matériel d’enregistrement professionnel coutait encore horriblement cher, problématique soldée de tout compte depuis l’avènement de l’informatique, qui permet à moindre investissement de créer des œuvres tenant largement la comparaison avec les productions de gros studios. Alors finalement, non, le Death Metal ne résulte pas forcément d’un processus collectif, ce que nous démontre avec beaucoup d’abnégation Ian Covelli, seul à la barre de son propre navire SATAN'S BASEMENT depuis 2006. Qui est donc ce musicien mystérieux à la discographie somme toute assez riche, mais à la régularité erratique ? Un simple résident de Chicago, Illinois, prenant beaucoup de plaisir à explorer les bas-fonds de l’extrême comme son nom de baptême artistique semble le montrer. Notre hôte nous offre donc une visite guidée de la cave de Satan, et autant dire que la canfouine en question est plutôt du genre bordélique, aux rangements hétéroclites. Se réclamant d’un Death Metal méchamment torturé, SATAN'S BASEMENT s’est déjà répandu en exactions longue-durée, deux en deux années (Sludge Filled Wasteland en 2006 et Cerebral Apocalypse en 2007), avant de devenir un peu fainéant sur les bords et de ralentir le rythme, jusqu’à ne plus proposer que quelques titres à la volée. Nous étions sans nouvelles du bonhomme planqué dans les sous-sols du grand cornu depuis le split en compagnie de THE BAPTISM publié en 2012, et c’est avec une certaine curiosité que mes oreilles se sont penchées sur le barouf développé par Appeal to Your Denial.      

Barouf, le terme est sans doute un peu fort. D’une agression modérée mais aux déviances prononcées, ce troisième LP du parcours de l’américain est un genre d’ovni bricolé dans son coin, qui pratique une sorte de philosophie Crossover assez tordue. Si le fond de l’air est putride et résolument orienté vers les dérives d’un Death US assez typique (AUTOPSY), quoique subtilement inspiré par le sadisme anglais de la grande époque (BOLT THROWER), les arrangements et la direction artistique laissent plutôt interrogatif, l’homme sombrant parfois dans les affres d’un Sludge minutieusement industrialisé et extrêmement répétitif. Roboratif l’ensemble ? Quelque peu oui, un peu comme si la vague NOLA s’était soudainement prise de passion pour les débuts du Death Indus, et les pierres angulaires de GODFLESH et MEATHOOK SEED, sans vraiment oser plonger la tête la première dans la transgression. Le tout est animé de riffs plutôt sombres, assez passe-partout, de stridences qui arrachent les tympans, le tout propulsé par une boîte à rythmes au son assez maigrelet et automatisé. La voix de Ian, elle aussi plus ou moins étouffée, ne permet pas de tirer les choses au clair, et on ressort de l’écoute de cet effort avec plus de questions que de réponses. La production homemade, assez cachetée mais séduisante confère à l’exercice une patine assez hermétique, sinon mystérieuse, et si la plupart des morceaux ne laissent pas vraiment une empreinte durable dans la mémoire, ils titillent assez les neurones pour intriguer. Ainsi, « Death's Grasping Hand » ressemble à s’y méprendre à du ACID BATH repris par le Mitch Harris des années 90, tandis que l’ouverture « Mankind Deprived » évoque à merveille un IRON MONKEY coincé dans un cauchemar de biais des INTENSE MUTILATION. Pas mal de pistes à suivre donc, pour un créateur qui refuse la linéarité, mais qui n’évite pas la dispersion. Tout ça se veut original et fumant, mais reste encore un peu hésitant pour fédérer, même si l’on sent que l’instrumentiste/compositeur à les moyens de proposer des choses un peu plus cadrées, et puissantes.

Centré sur le diktat de l’industrie pharmaceutique et des producteurs d’opiacées, et sur la mainmise des grands groupes sur la santé publique (et tout l’égoïsme économique de ces derniers, merci Bayer…), Appeal to Your Denial est une affaire complexe qui prend souvent des airs de démo censée étaler le potentiel d’un artiste en devenir. En substituant la brutalité du Death par les sinuosités déviantes de l’Indus à intervalles réguliers, Covelli se joue des balises de style et construit le sien, tranquille, sans se soucier de l’opinion populaire. Tout ça aboutit parfois à de gentils pamphlets aux ambiances Punk (« Preying For The Poor », l’un des plus accrocheurs mais amateurs du lot), ou à des diptyques cédant enfin sous la pression d’une ultraviolence débridée («Your Doctor's Orders, Pt. I et Pt. II », ordonnance signée conjointement par BILE et BOLT THROWER). N’hésitant pas à imposer une sorte de lourdeur concave (« Doomed Medically Necessary »), s’accrochant aux dogmes Doom tout en gardant l’ADN du Death bien collé dans l’éprouvette, SATAN'S BASEMENT reste ce jeu de piste improbable qu’il a toujours été, se moquant des tendances et des modes pour proposer une copie bizarroïde, plus attachante que séduisante, mais révélatrice d’une volonté de s’extirper des codes usuels pour proposer des chemins de traverse plus riches. Il n’en reste pas moins que l’ensemble manque encore de conviction, de morceaux vraiment pertinents, et que souvent, on a le sentiment que le musicien s’est laissé porter par une inspiration un peu maigre pour laisser des riffs convenus faire le boulot sur de longues minutes. Il tient si fort à sa liberté qu’il se permet même une adaptation acoustique d’un de ses titres les plus féroces, qu’il entonne à la guitare Folk et qu’il déclame d’une voix de croque-mort. Conclusion illogique pour un album inclassable, mais il faudra quand même faire un peu de rangement dans la cave de Satan pour espérer convertir les brebis égarées.          

       

Titres de l'album:

                         1.Mankind Deprived

                         2.Doomed Medically Necessary

                         3.Preying for the Poor

                         4.Government Issued Negligence

                         5.Medicinal Mummification

                         6.Death's Grasping Hand

                         7.Your Doctor's Orders pt. I

                         8.Your Doctor's Orders pt. II

                         9.Mankind Deprived (Acoustic)

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/07/2018 à 18:26
68 %    104

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)