Le Death Metal est-il un effort collectif ? A priori oui, le BM revendiquant fièrement la paternité du one-man-band, concept ô combien misanthrope, mais nécessaire à une introspection nihiliste. Et en dehors de l’Indus, genre approprié aux créations individuelles, on ne peut pas vraiment dire qu’il existe une option qui favorise le travail personnel, sans partage musical, et sans échange instrumental. Mais ce postulat valait surtout à une époque où le matériel d’enregistrement professionnel coutait encore horriblement cher, problématique soldée de tout compte depuis l’avènement de l’informatique, qui permet à moindre investissement de créer des œuvres tenant largement la comparaison avec les productions de gros studios. Alors finalement, non, le Death Metal ne résulte pas forcément d’un processus collectif, ce que nous démontre avec beaucoup d’abnégation Ian Covelli, seul à la barre de son propre navire SATAN'S BASEMENT depuis 2006. Qui est donc ce musicien mystérieux à la discographie somme toute assez riche, mais à la régularité erratique ? Un simple résident de Chicago, Illinois, prenant beaucoup de plaisir à explorer les bas-fonds de l’extrême comme son nom de baptême artistique semble le montrer. Notre hôte nous offre donc une visite guidée de la cave de Satan, et autant dire que la canfouine en question est plutôt du genre bordélique, aux rangements hétéroclites. Se réclamant d’un Death Metal méchamment torturé, SATAN'S BASEMENT s’est déjà répandu en exactions longue-durée, deux en deux années (Sludge Filled Wasteland en 2006 et Cerebral Apocalypse en 2007), avant de devenir un peu fainéant sur les bords et de ralentir le rythme, jusqu’à ne plus proposer que quelques titres à la volée. Nous étions sans nouvelles du bonhomme planqué dans les sous-sols du grand cornu depuis le split en compagnie de THE BAPTISM publié en 2012, et c’est avec une certaine curiosité que mes oreilles se sont penchées sur le barouf développé par Appeal to Your Denial.      

Barouf, le terme est sans doute un peu fort. D’une agression modérée mais aux déviances prononcées, ce troisième LP du parcours de l’américain est un genre d’ovni bricolé dans son coin, qui pratique une sorte de philosophie Crossover assez tordue. Si le fond de l’air est putride et résolument orienté vers les dérives d’un Death US assez typique (AUTOPSY), quoique subtilement inspiré par le sadisme anglais de la grande époque (BOLT THROWER), les arrangements et la direction artistique laissent plutôt interrogatif, l’homme sombrant parfois dans les affres d’un Sludge minutieusement industrialisé et extrêmement répétitif. Roboratif l’ensemble ? Quelque peu oui, un peu comme si la vague NOLA s’était soudainement prise de passion pour les débuts du Death Indus, et les pierres angulaires de GODFLESH et MEATHOOK SEED, sans vraiment oser plonger la tête la première dans la transgression. Le tout est animé de riffs plutôt sombres, assez passe-partout, de stridences qui arrachent les tympans, le tout propulsé par une boîte à rythmes au son assez maigrelet et automatisé. La voix de Ian, elle aussi plus ou moins étouffée, ne permet pas de tirer les choses au clair, et on ressort de l’écoute de cet effort avec plus de questions que de réponses. La production homemade, assez cachetée mais séduisante confère à l’exercice une patine assez hermétique, sinon mystérieuse, et si la plupart des morceaux ne laissent pas vraiment une empreinte durable dans la mémoire, ils titillent assez les neurones pour intriguer. Ainsi, « Death's Grasping Hand » ressemble à s’y méprendre à du ACID BATH repris par le Mitch Harris des années 90, tandis que l’ouverture « Mankind Deprived » évoque à merveille un IRON MONKEY coincé dans un cauchemar de biais des INTENSE MUTILATION. Pas mal de pistes à suivre donc, pour un créateur qui refuse la linéarité, mais qui n’évite pas la dispersion. Tout ça se veut original et fumant, mais reste encore un peu hésitant pour fédérer, même si l’on sent que l’instrumentiste/compositeur à les moyens de proposer des choses un peu plus cadrées, et puissantes.

Centré sur le diktat de l’industrie pharmaceutique et des producteurs d’opiacées, et sur la mainmise des grands groupes sur la santé publique (et tout l’égoïsme économique de ces derniers, merci Bayer…), Appeal to Your Denial est une affaire complexe qui prend souvent des airs de démo censée étaler le potentiel d’un artiste en devenir. En substituant la brutalité du Death par les sinuosités déviantes de l’Indus à intervalles réguliers, Covelli se joue des balises de style et construit le sien, tranquille, sans se soucier de l’opinion populaire. Tout ça aboutit parfois à de gentils pamphlets aux ambiances Punk (« Preying For The Poor », l’un des plus accrocheurs mais amateurs du lot), ou à des diptyques cédant enfin sous la pression d’une ultraviolence débridée («Your Doctor's Orders, Pt. I et Pt. II », ordonnance signée conjointement par BILE et BOLT THROWER). N’hésitant pas à imposer une sorte de lourdeur concave (« Doomed Medically Necessary »), s’accrochant aux dogmes Doom tout en gardant l’ADN du Death bien collé dans l’éprouvette, SATAN'S BASEMENT reste ce jeu de piste improbable qu’il a toujours été, se moquant des tendances et des modes pour proposer une copie bizarroïde, plus attachante que séduisante, mais révélatrice d’une volonté de s’extirper des codes usuels pour proposer des chemins de traverse plus riches. Il n’en reste pas moins que l’ensemble manque encore de conviction, de morceaux vraiment pertinents, et que souvent, on a le sentiment que le musicien s’est laissé porter par une inspiration un peu maigre pour laisser des riffs convenus faire le boulot sur de longues minutes. Il tient si fort à sa liberté qu’il se permet même une adaptation acoustique d’un de ses titres les plus féroces, qu’il entonne à la guitare Folk et qu’il déclame d’une voix de croque-mort. Conclusion illogique pour un album inclassable, mais il faudra quand même faire un peu de rangement dans la cave de Satan pour espérer convertir les brebis égarées.          

       

Titres de l'album:

                         1.Mankind Deprived

                         2.Doomed Medically Necessary

                         3.Preying for the Poor

                         4.Government Issued Negligence

                         5.Medicinal Mummification

                         6.Death's Grasping Hand

                         7.Your Doctor's Orders pt. I

                         8.Your Doctor's Orders pt. II

                         9.Mankind Deprived (Acoustic)

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/07/2018 à 18:26
68 %    339

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Lindemann

21/02 : L'olympia, Paris (75)

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

Photo Stream

Derniers coms

Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !