Cult of Grief

Septic Rot

25/05/2017

Autoproduction

Le temps est orageux, et le climat politique international un peu tendu. Bon. Alors, en guise de protestation passive, je me suis permis de glisser le premier EP d’une bande de New-yorkais un peu affolés dans les oreilles, histoire d’être ton sur ton.

Bonne pioche, le combo en question n’ayant pas la hargne dans ses poches.

Non, ces quatre-là auraient plutôt les poings serrés et les mâchoires aussi. Et dans le créneau d’un Powerviolence bien tassé, ce quatre titres est en passe de devenir une future référence.

SEPTIC ROT donc, quatre collègues (Kathi – basse/guitare, Josh – guitare, Tommy – batterie, et Kiki – chant), un simple Bandcamp avec cette seule réalisation au compteur, pas de page Facebook ni officielle, et une musique qui parle d’elle-même, enfin, qui hurle plutôt.

Sans friser les cimes de l’originalité, le quatuor tangue plutôt du côté Fast où il va sombrer, et fait preuve d’une belle énergie pour nous convaincre de son potentiel de véhémence.

Mais il est vrai que je ne suis pas le plus objectif des clients, puisque j’ai souvent avoué ma passion pour le Powerviolence au chant féminin. Et une fois de plus, je me suis laissé séduire par le timbre hystérique de Kiki, qui malmène son micro et ses cordes vocales pour se mettre à la hauteur d’un instrumental assez méchant. La rythmique cogne bien mais pas unilatéral, et si les riffs sont uber rapides, on en retient quand même quelques-uns, quand cette vocaliste de l’enfer les laisse un peu respirer.

Mais la bougresse ne manque pas de souffle et ne marque que peu de pauses. Mais elle ne fait que se mettre au diapason d’un EP qui joue sur l’effet de surprise et de violence, et qui propose des morceaux cohérents, mais suffisamment variés pour ne pas bailler.

Rien qui ne dépasse les deux minutes, et une sacrée malice d’avoir placé un des plus bourrus en ouverture. Dès ses premières secondes, « Ichor » laisse parler les blasts qui se vautrent dans une ambiance de folie, avant de laisser place à un Fastcore/Crust dru, qui lui-même ne rechigne pas à fricoter avec le Grind ou les stridences/dissonances Post Hardcore.

Pas mal de feedback donc, mais pas histoire de masquer la pauvreté musicale, plus par souci d’augmenter le niveau de chaos ambiant.

D’ailleurs, « Restless Dead » se cale sur la même ligne, avec usage d’un mid tempo bondissant histoire de provoquer un bon pogo/slam live.

L’osmose entre les musiciens est palpable (mais il semblerait qu’ils se connaissaient déjà avant l’aventure, dixit un usager de Facebook), et dès les morceaux plus conséquents, on sent que les mecs ont du métier Core derrière eux. Le pas ralentit un peu à l’occasion de « Langour », plus Hardcore sale que Fastcore qui crève la dalle, et la complémentarité des deux guitaristes Josh Gaon et Kathi Ko devient alors évidente. Et même si tout se barre en couille à l’occasion d’un break/refrain plus Grind qu’un tic de Mick Harris, la structure globale est logique, et la haine tenace.

« Hectabomb » se veut clôture qui laisse sur les rotules, avec excès de feedback et lourdeur oppressante, pour se rapprocher d’un Sludge maladif qui toutefois ne s’impose pas plus de quelques secondes.

Là est l’intérêt de ce groupe qui semble prendre un malin plaisir à mélanger et malaxer les styles pour se créer le sien, tout en gardant l’emprise sur une violence très concrète.

En écoutant un simple morceau, on peut penser à PRIMITIVE MAN, aux CLOSET WITCH, aux MELVINS, à la vague New-yorkaise bruitiste de la fin des 80’s, à la scène naissance de Seattle, enfin bref, à tout ce qui est abrasif et fait pour vous caresser dans le sens inverse des poils.

Mais sept minutes, ça passe évidemment un peu vite, et le rab’ vient à manquer. Et comme en plus la production sait rester crue mais bien épaisse, on le regrette d’autant plus.

En tout cas, saluons ce premier EP comme le majeur tendu par un nouveau groupe qui n’a pas l’intention de faire de la figuration, et qui confirme que New-York a su rester en prise avec les tendances extrêmes actuelles. Boston, Nashville, la Louisiane, Washington OK, mais quand même.

Tiens, l’orage est finalement passé sans éclater. Un truc que j’écoutais a dû lui faire trop d’ombre je suppose…


Titres de l'album:

  1. Ichor
  2. Restless Dead
  3. Langour
  4. Hectatomb

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/06/2017 à 17:33
70 %    470

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00

Buck Dancer

Excellente réinterprétation de " The end of dormancy", peut-être le meilleur morceau de " The wake"

"Point the finger" très bon morceau du dernier Body Count, mais où est passé la chronique ?!

24/05/2020, 14:53

JérémBVL

#JeSuisSimony

24/05/2020, 14:33