Cult of Grief

Septic Rot

25/05/2017

Autoproduction

Le temps est orageux, et le climat politique international un peu tendu. Bon. Alors, en guise de protestation passive, je me suis permis de glisser le premier EP d’une bande de New-yorkais un peu affolés dans les oreilles, histoire d’être ton sur ton.

Bonne pioche, le combo en question n’ayant pas la hargne dans ses poches.

Non, ces quatre-là auraient plutôt les poings serrés et les mâchoires aussi. Et dans le créneau d’un Powerviolence bien tassé, ce quatre titres est en passe de devenir une future référence.

SEPTIC ROT donc, quatre collègues (Kathi – basse/guitare, Josh – guitare, Tommy – batterie, et Kiki – chant), un simple Bandcamp avec cette seule réalisation au compteur, pas de page Facebook ni officielle, et une musique qui parle d’elle-même, enfin, qui hurle plutôt.

Sans friser les cimes de l’originalité, le quatuor tangue plutôt du côté Fast où il va sombrer, et fait preuve d’une belle énergie pour nous convaincre de son potentiel de véhémence.

Mais il est vrai que je ne suis pas le plus objectif des clients, puisque j’ai souvent avoué ma passion pour le Powerviolence au chant féminin. Et une fois de plus, je me suis laissé séduire par le timbre hystérique de Kiki, qui malmène son micro et ses cordes vocales pour se mettre à la hauteur d’un instrumental assez méchant. La rythmique cogne bien mais pas unilatéral, et si les riffs sont uber rapides, on en retient quand même quelques-uns, quand cette vocaliste de l’enfer les laisse un peu respirer.

Mais la bougresse ne manque pas de souffle et ne marque que peu de pauses. Mais elle ne fait que se mettre au diapason d’un EP qui joue sur l’effet de surprise et de violence, et qui propose des morceaux cohérents, mais suffisamment variés pour ne pas bailler.

Rien qui ne dépasse les deux minutes, et une sacrée malice d’avoir placé un des plus bourrus en ouverture. Dès ses premières secondes, « Ichor » laisse parler les blasts qui se vautrent dans une ambiance de folie, avant de laisser place à un Fastcore/Crust dru, qui lui-même ne rechigne pas à fricoter avec le Grind ou les stridences/dissonances Post Hardcore.

Pas mal de feedback donc, mais pas histoire de masquer la pauvreté musicale, plus par souci d’augmenter le niveau de chaos ambiant.

D’ailleurs, « Restless Dead » se cale sur la même ligne, avec usage d’un mid tempo bondissant histoire de provoquer un bon pogo/slam live.

L’osmose entre les musiciens est palpable (mais il semblerait qu’ils se connaissaient déjà avant l’aventure, dixit un usager de Facebook), et dès les morceaux plus conséquents, on sent que les mecs ont du métier Core derrière eux. Le pas ralentit un peu à l’occasion de « Langour », plus Hardcore sale que Fastcore qui crève la dalle, et la complémentarité des deux guitaristes Josh Gaon et Kathi Ko devient alors évidente. Et même si tout se barre en couille à l’occasion d’un break/refrain plus Grind qu’un tic de Mick Harris, la structure globale est logique, et la haine tenace.

« Hectabomb » se veut clôture qui laisse sur les rotules, avec excès de feedback et lourdeur oppressante, pour se rapprocher d’un Sludge maladif qui toutefois ne s’impose pas plus de quelques secondes.

Là est l’intérêt de ce groupe qui semble prendre un malin plaisir à mélanger et malaxer les styles pour se créer le sien, tout en gardant l’emprise sur une violence très concrète.

En écoutant un simple morceau, on peut penser à PRIMITIVE MAN, aux CLOSET WITCH, aux MELVINS, à la vague New-yorkaise bruitiste de la fin des 80’s, à la scène naissance de Seattle, enfin bref, à tout ce qui est abrasif et fait pour vous caresser dans le sens inverse des poils.

Mais sept minutes, ça passe évidemment un peu vite, et le rab’ vient à manquer. Et comme en plus la production sait rester crue mais bien épaisse, on le regrette d’autant plus.

En tout cas, saluons ce premier EP comme le majeur tendu par un nouveau groupe qui n’a pas l’intention de faire de la figuration, et qui confirme que New-York a su rester en prise avec les tendances extrêmes actuelles. Boston, Nashville, la Louisiane, Washington OK, mais quand même.

Tiens, l’orage est finalement passé sans éclater. Un truc que j’écoutais a dû lui faire trop d’ombre je suppose…


Titres de l'album:

  1. Ichor
  2. Restless Dead
  3. Langour
  4. Hectatomb

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/06/2017 à 17:33
70 %    529

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57

Simony

Après maintes écoutes de la bête, franchement pas déçu. C'est du pur FUNERAL ORCHESTRA ! Dans le genre glauque, sombre et franchement abyssal, difficilement égalable ces mecs là.

26/10/2020, 17:22

Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41