Quatrième album pour les cousins allemands de DUST BOLT, et une menace planant au-dessus de leurs têtes ébouriffées. Allaient-ils confirmer le potentiel dégagé sur leurs trois premières œuvres, et surtout, entériner les phénoménales capacités étalées par leur miraculeux Mass Confusion, publié en 2016 ? La question restait en suspens, et ayant été témoin il y a trois ans de l’explosion de leur talent, je me demandais à juste titre si les émotions suscitées par ce troisième chapitre allaient être transcendées par le quatrième, ce Trapped In Chaos que Napalm Records distribue une fois de plus, paraphant de leur plume la confiance placée en ce quatuor déchaîné. Et le résultat des courses est assez surprenant, puisque les originaires de Bavière ont choisi le changement marqué dans la continuité assumée, nous assommant d’un regain de noirceur et de pesanteur, au lieu d’exagérer les choses côté cadence et de sombrer dans la parodie de violence. Et si seul le temps rendra le jugement que tout un chacun attend, il est objectif de préciser que cette nouvelle offrande se démarque quelque peu du répertoire déjà fourni des allemands, sans dénoter dans leur volonté d’aller de l’avant. Se situant toujours dans une veine mitoyenne de Thrash classique et plus moderne, les DUST BOLT jouent crânement la carte de la sécurité légèrement déviée, et nous balancent sans remord une nouvelle cargaison de moments forts, certes, moins prononcés que jusqu’à lors, mais toujours aussi intenses, d’une approche un peu différente. Pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire, sachez que ce quartet (Lenny Bruce - chant/guitare, Nico Rayman - batterie, Ben Muenzel - basse et Flo Dehn - guitare) s’est formé en 2006 du côté de Landsberg am Lech, et qu’il a eu le temps depuis de nous offrir quatre longue-durée, les deux précités, augmentés d’un début de carrière marqué par les soubresauts de Violent Demolition en 2012 et Awake The Riot en 2014.

Disposant donc d’un capital sympathie au maximum, les DUST BOLT sonnent à nouveau la charge, restant dans un domaine d’influence nationale, qui n’hésite toutefois pas à lorgner de l’autre côté de l’Atlantique pour carburer. On retrouve sur ce quatrième opus tout ce qui a fait le charme brut de la bande, ces rythmiques au biseau, ces impulsions marteau, ces riffs qui découpent les rideaux, et ce chant plus ou moins atypique et tout sauf bateau, soit la quintessence d’un art ancestral. Et si ces musiciens ne renient en rien leur propre héritage d’outre-Rhin, ils piochent aussi dans le patrimoine américain, histoire d’affiner leur approche massive, et de distiller des parties plus minces que la moyenne, s’éloignant par-là du radicalisme des SODOM, DESTRUCTION et autres gloires germaines. Et sans aller jusqu’à tutoyer les cimes de professionnalisme des rois du recyclage vintage, les VEKTOR, POWER TRIP et autres et assimilés, Trapped In Chaos s’affirme encore une fois comme un sérieux challenger, sans forcer, et en transformant une matière riche pour proposer des morceaux vraiment ciselés, mais assez sauvages pour bousculer. Pas vraiment de révolution depuis 2016, mais une tendance à l’alourdissement et à l’assombrissement, les mélodies se drapant souvent de ténèbres subtiles, renforçant le côté mature de ces jeunes chiens fous, et se rapprochant même parfois de l’équilibre très stable trouvé par les HEATHEN d’Evolution Of Chaos, avec une cadence d’abattage bien plus rapide. Nous sommes donc rassurés sur le potentiel de brutalité de cette nouvelle livrée, même si plus de morceaux se plaisent à prôner un mid tempo plus ou moins inhabituel, mais toujours aussi solide, se rapprochant de l’EXODUS de la fin des années 90 et des années 2000.

Et même si le fond s’est un peu raidi et refroidi, les mosh-parts sont toujours aussi appréciables, et le groupe n’a pas abandonné ses prétentions de distraction pour s’acheter une conduite. Disons simplement qu’ils ont renforcé les fondations, et qu’ils ont condamné certaines fenêtres menant sur l’extérieur, pour instaurer un climat plus oppressant et poisseux, ce qu’un titre aussi ambivalent que « Killing Time » confirme de sa dualité vélocité/puissance. Mais les bougres sont toujours aussi doués lorsqu’il faut faire parler la poudre sans atomiser l’harmonie, et « The Fourth Strike » d’avouer une admiration pour le TESTAMENT le plus cru, avec quelques petites fioritures rythmiques à la Tom Hunting, et une folie ambiante toujours aussi patente. A la rigueur, et puisqu’il faut bien tirer des conclusions, il conviendra d’admettre que Trapped In Chaos a réussi la synthèse parfaite entre les jeunes années et l’entrée dans un âge plus avancé, sans laisser de côté la fougue, mais la mâtinant d’un soupçon de stabilité. De fait, et puisqu’il faut bien être objectif, ce quatrième LP fait à court terme moins d’effet que son prédécesseur, mais risque de s’imposer sur la durée, laissant loin derrière les deux premiers efforts du groupe, encore un peu trop gauches et empruntés. Ceci dit, pas d’inquiétude à avoir, puisque les quatre pistoleros allemands laissent encore tomber les douilles avec générosité, même lorsque le tir de barrage se transforme en piège de sniper à la tombée de la nuit. Aussi convaincants en version rapide qu’en terrain lourd, les DUST BOLT jouent la carte de la patience du jeu du chat et de la souris, et se tapissent, surgissent, tirent et tuent avec efficience, et « Dead Inside » d’illustrer en musique une sorte de version Thrash de The Walking Dead, auquel son titre fait référence. Guitares compactes, axe basse/batterie en pleine osmose, et chant hargneux, pour une valse sans hésitation. Du beau travail.

Evidemment, l’histoire de la Ruhr et de la Bay Area les intéresse toujours autant, et cette fascination en génuflexion se matérialise par des intermèdes plus francs et moins déviants (« The Bad Ad »), mais en 2019, les allemands ne foncent plus sans réfléchir, et acceptent de perdre une poignée de fans de l’instant au profit d’esthètes du temps. C’est à eux que s’adresse directement le superbe morceau de clôture « Another Day In Hell », power-ballad en crescendo que les METAL CHURCH et TESTAMENT adouberaient sans hésiter, et qui représente une conclusion tout à fait pertinente pour un album qui n’hésite pas à ne pas vraiment choisir. Transition entre l’adolescence furieuse et l’âge adulte aux responsabilités à assumer, Trapped In Chaos offre le meilleur des deux mondes, et nous présente un visage plus mur et aux traits plus marqués, un peu à l’image du SLAYER de South Of Heaven, lorsque les américains n’avaient plus peur de réduire le tempo pour marquer au fer chaud. Et on sent clairement ce parrainage indirect, mais aussi celui d’autres ensembles moins importants comme EXUMER sur des segments comme « Shed My Skin », ce qui ne nous évite nullement les confrontations plus frontales et brutales, à l’image du diabolique « Rhythm To My Madness », petit chef d’œuvre de construction évolutive, avec en exergue une basse mutine. Quelque chœurs épars savamment placés, quelques soli qui détonnent en jazzy, et l’affaire est pliée. Il faudra peut-être un peu de temps pour s’y habituer, mais en optant pour une voie moins facile, les DUST BOLT ont fait le bon choix et évitent l’écueil de la redondance à outrance. Moins instinctif mais plus construit, Trapped In Chaos permet donc aux allemands de rester au sommet, et de s’affirmer comme l’un des descendants les plus méritants de la vague Thrash historique. Et l’avenir reste pour l’instant en suspens, les musiciens nous ayant prouvé qu’ils étaient capables d’évoluer, et sans doute un jour, de devenir une référence à part entière par eux-mêmes.        

 

Titres de l’album :

                        1.The Fourth Strike

                        2.Dead Inside

                        3.The Bad Ad

                        4.Bloody Rain

                        5.Rhythm To My Madness

                        6.Shed My Skin

                        7.Killing Time

                        8.Trapped In Chaos

                        9.Another Day In Hell

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 11/03/2019 à 14:22
90 %    177

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
12/03/2019 à 13:29:56
Vus il y a quelques années. Ils avaient une bonne pêche, un chant un peu faible et un Thrash entre Vio-lence, les premiers Anthrax et Death Angel. Cela faisait très 'Ricain pour un groupe Thrash Allemand.

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes