Failed State

Pillärs

10/06/2022

Autoproduction

Molotov cocktail of Sludge, Crust, and Doom. Thrown from Cleveland, Ohio.

Lorsque je tombe sur une accroche pareille, je prends, sans réfléchir, et la majorité du temps, je fais bien. Mais les PILLÄRS n’en sont pas à leur coup d’essai, et peuvent déjà s’appuyer sur une solide réputation dans l’underground, réputation largement assez sérieuse pour que ce deuxième album soit traité avec l’attention qu’il mérite. Mais venir de Cleveland, c’est déjà une promesse, celle de ne pas farder la vérité pour la rendre moins hideuse, et présenter les faits avec une honnêteté un peu brutale. Et si la vie à Cleveland ressemble à cet album, alors autant dire qu’elle ressemble à un combat quotidien contre la misère, la solitude, et la pauvreté de l’âme.

Les PILLÄRS (Louis Knight – basse, Chadd Beverlin – batterie et Zach G – guitare/chant) ne sont pas du genre à vous filer une accolade franche pour vous souhaiter la bienvenue. Non, ils vous demandent crument et sans détour d’aller sortir la poubelle, et de vous trouver vous-même une bière tiède dans le frigo en panne. Aucune amitié n’est possible avant des années avec des gus pareils, qui depuis Abandoned en 2018 mélangent les genres pour créer le leur, à base d’ingrédients disparates, mais qui une fois secoués dans le shaker de l’ignominie donnent un breuvage sévère, épicé, et quelque peu amer en foie.

Mais après tout, on se ne vante pas de mélanger le Doom, le Sludge, le Crust et le Grind pour faire plaisir aux minettes lors de la foire annuelle de Cleveland. Pour s’en targuer, il faut bomber le torse en allant chercher ses allocations, et regarder son instrument comme un pauvre animal pris dans un piège mortel. Produit sèchement, attaqué comme une montagne à gravir rapidement, Failed State est un constat de société tout à fait crédible et juste, et un manifeste de violence sourde, mais pas aveugle. Les Etats-Unis, comme partout ailleurs, évoluent dans un bordel de borgne qui croit encore que les yuppies sont les derniers héros du vingtième siècle et que le capitalisme prévaut sur l’écologie. Alors, on fait tourner la bagnole au moteur fatigué pour se délecter du dioxyde de carbone, et on fait griller les saucisses sur le capot.

Grosse basse, riffs qui moulinent classique, chant beuglé comme à la parade des clébards qui hurlent à la mort, et le tout est emballé dans un concert d’arrangements glauques, qui rappellent parfois HAWKWIND, et qui utilisent les codes du Post-Hardcore, mais qui finalement, ne répondent qu’à une seule exigence : faire le plus de barouf possible pour oublier ce quotidien mortifère.

Bien évidemment pas aussi glauque et pesant qu’une livre de chair de Boston ou Portland, Cleveland peut quand même compter sur ces trois olibrius pour s’incruster sur le podium des villes polluées par l’horreur. Et Cleveland et les siens ont un code d’honneur : ne pas prendre les gens pour des cons en lâchant un pétard fatigué qu’on fait passer pour un attentat géant. Alors, en effet, il y a du Doom et du Sludge sur ce deuxième album. Pas mal de Hardcore aussi, une grosse louche de Crust, mais surtout, une envie de dépeindre un paysage désolé, avec des nuances de gris, de noir et de blanc. Cet album refuse toute couleur un peu trop prononcée, et se veut urbain, aussi urbain qu’une promenade de santé des UNSANE à New-York, ou qu’un traitement aux électrochocs de NEUROSIS.

« Empty Space », le morceau le plus long, est aussi le plus laid, le plus maladif, le plus lent, et le plus évolutif dans le surplace. Loin des fioritures de MASTODON et proche de la méthode Coué inversée de Scott Kelly, PILLÄRS joue le moite, le pénible, le pachydermique, même si ce titre semble bien isolé dans la violence ambiante.

Cette violence est donc multiple, rapide, véloce même, trichant avec les convenances pour foncer sur la route du désespoir, et lorsque l’intro en percussions de « Something » résonne, on se dit qu’il y a effectivement un truc qui cloche avec l’Amérique d’aujourd’hui. On pensait que les choses reviendraient à la normale une fois Trump retourné dans sa cage de singe, mais à époque différente, malaise identique. Et ce malaise est formidablement bien traduit en musique par un groupe sans espoir vain, et sans illusions addictives.

Tout ceci est donc très vilain et déprimant, mais franc. Et finalement, un seul genre colle à la peau des trois originaires de l’Ohio : le Hardcore. Un Hardcore qui visite tous ses enfants et petits-enfants, qui leur fait la bise et leur laisse les rennes, et qui pose la bonne question, toujours aussi gênante : « Will It Ever End » ?

Jamais je crois, mais autant se satisfaire de cette fin de route abrupte, au risque de gâcher les quelques années nous restant. Nous en avons assez profité comme ça, et tout a échoué. Disparaissons donc dans la dignité, si nous en sommes capables.  

                                                                                                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. War And Plague  

02. What Is Left        

03. GNAR

04. No Control          

05. Empty Space       

06. Something Wrong           

07. Failed State      

08. Will It Ever End


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 24/03/2023 à 17:19
82 %    364

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35