The Witching Hour

Lesbian Bed Death

03/09/2021

Psychophonic Records

Je ne vais pas me la jouer, le nom du groupe et la superbe pochette de ce nouvel album ont beaucoup joué dans l’existence même de cette chronique. D’instinct, j’évite viscéralement tout ce qui est accolé du terme « gothique », tant le mot est galvaudé depuis le premier cauchemar de Peter Murphy. Tout est gothique ou plus ou moins de nos jours, et il suffit parfois de porter des New-Rock et d’avoir deux ou trois poupées Monster High pour se proclamer comme tel. Et croyez-moi, les poufs gothiques made in Facebook, j’ai passé l’âge et le seuil de tolérance. Ainsi, les LESBIAN BED DEATH, malgré leur iconographie plus que sympathique et leur nom évoquant les troubles sexuels des lesbiennes qui après quelques années de partage de lit ne se désirent plus, partaient avec un sérieux handicap. Pourtant, le groupe de Stoke-On-Trent peut se targuer d’une discographie abondante, et d’une crédibilité indéniable dans le milieu. En totale indépendance, le combo anglais à la chanteuse au joli minois a donc produit une œuvre conséquente, avec pas moins de sept albums en quinze ans d’existence.

Toujours mené par Mr Peach et son propre label, LESBIAN BED DEATH est l’archétype du groupe en trompe l’œil, qui attire d’abord les mirettes avant d’en mettre plein les oreilles, dans un créneau qui supporte très bien la médiocrité, et les fêtes d’Halloween de pacotille avec déco en plastique et squelettes la Foir’fouille. Qu’on aime on qu’on n’aime pas le Rock gothique moderne à inclinaison Metal, il convient de reconnaitre les facultés de composition d’un groupe qui sait encore ce que le terme « tube » veut dire, et qui adapte son ramage à son plumage. Pourtant, avec pas moins de quatorze titres pour une heure de jeu, The Witching Hour célèbre les sorcières en grandes pompes, et titille le spectre de la redondance avec insistance. Entre d’autres mains, cette heure de musique aurait sonné comme le rappel battu par le coroner du coin, après minuit, mais les anglais ont plus d’un tour dans leur sac, et savent varier les tours pour avoir des bonbons.

Pour qui les connaît et les suit depuis des années, The Witching Hour ne fera pas tâche dans leur parcours. Cet album, septième du nom, est un modèle d’intelligence ludique et de modestie créative. Basé sur un principe simple de Pop jouée Rock et Metal, cet album propose des arrangements sympathiques, des atmosphères sexy et morbides, et surtout, une bonne pelletée de tubes qu’on se reprend à siffloter des heures après écoute. Entre syncopes sensuelles et fête foraine pour vampires sympathiques, LESBIAN BED DEATH est une célébration hédoniste d’un mode de vie moderne, et d’une tolérance qui éclate à chaque sillon numérique. La voix incroyablement acidulée et juvénile de Sienna Venom est comme une sucette sucrée pour les oreilles, et la rythmique de Aaron Samedi martèle juste ce qu’il faut pour ne pas perdre le tempo.

On pense à une version beaucoup plus sage et consensuelle des diaboliques STOLEN BABIES, sans ce maudit accordéon, mais aussi à un WHITE ZOMBIE des débuts, plus euphorique, et à pas mal de combo Riot des années 90. Du plaisir donc, et des chansons que BLONDIE aurait pu composer avec un état d’esprit moins arty. Quelques réminiscences teen d’une Katie Jane Garside décapitant ses poupées avec un sadisme achevé, et surtout, de la musique, de la très bonne musique, à l’image de ce « Breakfast at Tisiphone’s » au riff redondant comme un ballon gonflé à l’hélium.

On aurait évidemment pu souhaiter un écrémage plus poussé, histoire de se débarrasser de cette couche de crème un peu épaisse qui stagne au sommet de l’album. Tous les morceaux ne sont pas indispensables, mais ils forment assemblés une symphonie d’exubérance qu’il serait injuste de critiquer. D’autant que la guitare de Mr Peach ne chôme pas, et tronçonne dans le gras sur nappage de chœurs diaboliques (« Bring out Your Dead »). Le leader du groupe n’a pas fait semblant au moment de composer, et lâche les watts pour une fiesta punky en diable, avec sorcières en string et infirmières au décolleté généreux.

Un peu Alternatif sur les bords, parfois Néo, avec une légère inspiration MANSON lorsque le climat se tend et devient plus tribal et élastique (« Mirror Demon »), The Witching Hour est un Bloody Mary répété cinq fois face à un miroir déformé dans une vielle masure à deux doigts de la démolition, et prône des valeurs de plaisir fugace qu’on oublie trop souvent en vieillissant. Mais même à cinquante ans presque tapés, un truc aussi up que « Molly Leigh » donne des fourmis dans les mollets, et « Chucky » nous donne envie de ressortir les poupées horror du placard pour jouer à un jeu de massacre grandeur nature.

Bien équilibré, ce septième tome des aventures anglaises se savoure piquant, légèrement CULT sur les bords du bâton (« Sugar-Coated Terror »), l’âme parfois plus romantique et radiophonique (« Devil Woman »), et enregistré en plein COVID en trio avec l’aide de l’ami Steve Lethal pour la basse et les soli, reste d’une solidité et d’une exubérance exemplaires. La Toussaint approchant à grands pas, LESBIAN BED DEATH la célèbre avec un peu d‘avance, et vous promet une fête du tonnerre. Préparez vos déguisements.

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Scorpion

02. Breakfast at Tisiphone’s

03. Sabrina

04. The Witching Hour

05. Bring out Your Dead

06. Toxic

07. Mirror Demon

08. Molly Leigh

09. Vampires

10. Chucky

11. Sugar-Coated Terror

12. Tears of the Gods

13. Thirteen Steps to the Gallows

14. Devil Woman


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/04/2022 à 15:32
78 %    101

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32

Simony

J'ai arrêté de suivre le groupe lors de la sortie de United Abominations que je trouve terriblement poussif pour arriver sur du bourrinage sans âme (tout comme le TESTAMENT, KREATOR, DEATH ANGEL, ajoutez ici n'importe quel nom d'un groupe de Thrash des '80s (...)

24/06/2022, 12:36

Chemikill

Super bon

24/06/2022, 12:24

Buck Dancer

Rien de nouveau sous les riffs ( Dystopia/Black Friday /Rust in Peace.... Whiplash, ah non, trompé de groupe) mais putain, comment ça envoie \m/ La seconde partie est vraiment énorme. Vivement la suite. 

24/06/2022, 10:55

Deathcotheque

Une tournée ou un évènement spécial pour les 20 ans du groupe ? Ca serait dommage d'en rester là après le dernier EP qui est tout bonnement excellent !

23/06/2022, 23:54

Arioch91

De prime abord, j'ai l'impression d'entendre toujours la même chanteuse sur les 5.Aucune ne se distingue de ses copines.Anneke n'est pas prête d'avoir une concurrente.Je passe mon tour.

23/06/2022, 20:42

Sphincter Desecrator

Moi j'aime MANOWAR!   J'aime leur attitude de trou du cul, et surtout j'adore leur musique.@ Sa(...)

23/06/2022, 20:11

RBD

Et dire que c'est le premier groupe que j'ai vu jouer à la reprise des concerts à la rentrée 2021. Je me demande si les collaborations avec Igorrr n'ont pas donné envie à J-B Le Bail de faire d'autres choses moins extrêmes dans l'a(...)

23/06/2022, 16:13

Satan

Manowar, le seul groupe à braquer tous les promoteurs de la planète. Avec un égo si surdoimensionné, rien d'étonnant dans le fond même si c'est aussi risible que leur musique.

23/06/2022, 13:01