Finalement, l’histoire des RIVERDOGS est assez amusante. Un petit groupe de presque inconnus qui demandent à Vivian Campbell, alors ex WHITESNAKE, DIO, SWEET SAVAGE de produire leur démo, et qui se retrouvent en studio à ses côtés, en tant que musicien, pour enregistrer un premier album éponyme…Le genre de truc qui n’arrive quand même pas tous les jours….

Depuis, ils ont tous fait de la route, beaucoup même, puisque vingt-sept ans séparent l’éponymie de la Californie, un peu plus d’un quart de siècle, qui aura permis à Vivian de trouver son groupe d’adoption en DEF LEPPARD, et qui aura offert une jolie carrière de de producteur à Nick Brophy.

Alors, de quoi se plaindre finalement ? Que cet album d’origine n’ait pas marché, se heurtant à la sale image Hair Metal de l’époque, image qui collait à la peau du groupe alors même que leur musique en était aussi éloignée que Lemmy d’un tube de rouge à lèvres ?

Je ne pense pas que qui que ce soit regrette quoi que ce soit. Certes, l’échec était sans doute dur à avaler à l’époque, mais tout le monde a fini par trouver sa voie, et en définitive, les RIVERDOGS sont toujours là en 2017, à jouer ensemble dans une quasi configuration d’origine, pour un quatrième album studio (plus deux live).

On retrouve donc aux commandes de ce nouvel atterrissage Vivian Campbell évidemment, mais aussi Nick Brophy (basse, chœurs), Rob Lamothe (chant, guitare) et Marc Danzeisen (batterie), six ans après leur dernier passage sur le tarmac de nos vies avec World Gone Mad.

Depuis, le monde est vraiment devenu fou, mais ils ont visiblement su garder la tête froide…

RIVERDOGS n’a jamais vraiment déçu, il convient de mettre les choses au point. Pour plusieurs raisons, toutes valables et patentes, dont la qualité de leurs compositions n’est pas la moindre.

Mais ce « petit » groupe a intelligemment su le rester, comme s’il n’était qu’un éternel side-project pour ses membres (ce qu’il est d’ailleurs sans doute), et a su rester dans nos cœurs comme une jolie anecdote qu’on aime à se remémorer de temps en temps, un passage du temps qui caresse le cœur comme une carte postale reçue sans s’y attendre.

Et la carte que le quatuor nous envoie de California est agréable à lire, jolie à regarder, mais surtout, superbe et un poil nostalgique à écouter. Le style n’a pas changé, toujours à cheval entre le Hard-Rock, le Blues, le Grunge et l’Alternatif, et le talent des musiciens est intact. Mieux, il s’est bonifié avec le temps, et la voix de Rob a même gagné en maturité ce qu’elle a perdu en illusions.

Ce mélange de genres, d’hommes, d’influences et d’horizons aboutit peut-être au meilleur carnet de voyage de la carrière des RIVERDOGS, qui sans tomber dans le piège du rétroviseur qu’on regarde un peu trop, font un bilan de leur passé tout en se tournant vers un avenir toujours aussi imprévisible.

Une route, une voiture, les cheveux dans le vent, et encore pas mal d’années à jouer…Un programme qui vous plait non ?

Inutile de chercher à comparer, puisque tous les albums de la formation sont reliés par un fil rouge qui garde une cordée un peu lâche pour ne pas casser. Les allusions à World Gone Mad sont évidentes, malgré les six années qui séparent les deux LP, et on peut même en étant attentif retrouver le souffle de liberté qui aérait Riverdogs en 1990, avant que la vague MTV/Seattle n’emporte tout sur son passage.

La guitare de Vivian, moins bridée et standardisée que dans DEF LEPPARD s’enflamme, et fait feu de tout bois, taquinant le Blues et l’incrustant dans le Rock, tandis que la voix si veloutée de Rob survole les accords et les rythmiques avec un subtil mélange de douceur et d’apprêté. Mariage magique qui unit dans une étreinte unique ce que le Rock peut nous offrir de plus sincère, California est une nuit de noces qui voit les corps se coller pour sentir leur peau se fondre, dans un élan sensuel que « The Heart Is A Mindless Bird » honore de ses fulgurances bluesy.

Rien de foncièrement différent, pas grand-chose d’original, mais une unité entre quatre musiciens qui fait plaisir à entendre et qui nous rappelle que le Hard est avant tout Rock, et qu’il peut aussi se vouloir alternatif sans trahir une cause qui de toute façon, n’existe pas vraiment.

Saluons de fait cette sublime production qui laisse les instruments respirer, et qui braque les projecteurs sur cette fameuse guitare sans laisser la rythmique dans l’ombre. Vivian n’a jamais joué aussi libre, et multiplie les approches, tentant même le coup d’un énorme mouvement de bassin grungy sur « Searching For A Signal », que Rob atténue de ses volutes vocales nuancées.

Du beau travail, mais avant tout énormément de sincérité, qui pourrait même nous faire oublier que la fin des années 80 c’était il y a…fort longtemps. Nous y replonger ?

Une idée qui semble la bonne…et partagée par sir Campbell lui-même.

« Je pense que nous avons réussi à faire un album qui a les mêmes repères, l’intégrité et la force émotionnelle de nos débuts. Le fait que nous soyons restés de si bons amis pendant toutes ces années n’a fait qu’ajouter du bonheur à cette expérience que fut l’enregistrement de ce disque ».

Alors, cette California, se souvient-elle de sa période bénie ? Oui, mais pas celle à laquelle vous pensez, même si « American Dream » y fait largement allusion de son riff joyeux et de sa rythmique up. Cette Californie est moins tape à l’œil, et plus bluesy, attendant patiemment le coucher du soleil sur ses rues en deuil des fêtes d’antan (« The Revolution Starts Tonight »). Le trottoir du Roxy n’est plus aussi encombré, et les cordes vibrent plus roots que sleaze, se remémorant même le passé SNAKE de leur héros frisé (« Something Inside »). On pourra l’accuser d’être encore un peu trop Rock dans une époque qui se veut lissée et policée, mais finalement, les soli jusqu’au bout de la nuit sont toujours aussi hurlant qu’avant, simplement plus humains que starisés (« You’re Too Rock’n’Roll »).

Il pourrait même y avoir dix-mille raisons de l’aimer encore, ne serait-ce que parce qu’elle est encore capable d’oublier qu’elle a été une industrie comme une autre (« Ten Thousand Reasons »), ou de ranimer la flamme de ses origines hispaniques chaloupées (« Catalina », subtile mélange de chaleur mexicaine et d’AOR de la West-coast).

Mais s’il ne restait qu’une seule option pour se jeter dans ses bras, ce sera celle-là, cet album des RIVERDOGS, qui en décidant de rester eux-mêmes, et humbles, viennent de signer leur meilleur album depuis leurs débuts, et peuvent enfin regarder le destin en face. Ce destin capricieux qui les a autrefois rejetés, et qui aujourd’hui en a fait des héros discrets.

Alors, on vous attend, là-bas, sous le soleil. Car à force de ne vouloir être que ce qu’on est, on finit par devenir plus que ce qu’on aurait espéré.


Titres de l'album:

  1. American Dream
  2. The Revolution Starts Tonight
  3. Something Inside
  4. Golden Glow
  5. You're Too Rock n'Roll
  6. The Heart Is A Mindless Bird
  7. Searching For a Signal
  8. Welcome To The New Disaster
  9. Ten Thousand Reasons
  10. Catalina
  11. I Don't Know Anything

Site officiel


par mortne2001 le 31/07/2017 à 17:45
90 %    327

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pfiouuuu !
Et oui 20 ans...
Effectivement, album qui avait divisé (une fois de plus !) le petit monde ostracisant du Black Metal.
J'étais bien plus élitiste et "Trve" à l'époque (aaaaaahhh la jeunesse !) mais ayant déjà une certaine ouverture d'esprit, j'avais adoré cet alb(...)


Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!