Horror Pain Gore Death Productions continue d’agrandir son cheptel avec la signature du groupe SIGIL, qui s’il ne révolutionnera pas forcément le petit monde du Metal extrême, apportera au moins sa grosse pierre à la crypte Death old-school qui commence à friser la taille d’une tour de Babel.

Texas donc, pour un premier album après une démo en 2014, et coup de maître dans la discipline de la révérence envers les anciens, avec un mélange plus subtil qu’il n’y paraît au prime abord.

Car loin de se contenter de se rouler dans la fange d’un Death primal et putride, les texans osent le Crossover Crust/Death, pour une grosse demi-heure de pression continue, qui laisse au tapis le sourire aux lèvres et un filet de sang coulant de la langue.

Gros uppercut donc pour ce quatuor qui ne se contente pas de frapper fort, mais aussi intelligemment, en diluant sa fascination pour la vague scandinave dans une grosse dose de Hardcore puissant venu de son propre pays.

Résultat ?

Une collection impressionnante de morceaux aussi graves que rapides, et aussi gras que limpides.

Quatuor donc (Alex Citrone – chant/guitare, Leda Ginestra – basse, Andy Bonney – guitare et Jeremy Hassel – batterie pour la configuration studio), à la date de formation inconnue, mais à l’inspiration ténue, qui pioche dans l’héritage du Death suédois des 90’s tout autant que dans le patrimoine Crust/Core US de ces dix dernières années. Un climat assez étrange se dégage donc de ce premier longue durée, Kingdom of The Grave, qui évoque tout autant un vieux cimetière rural américain qu’une côte scandinave désolée et plongée dans l’obscurité.

Les influences sont plus ou moins notables, et leur label se plait à les comparer à une mixture amalgamant la violence et la crudité de groupes comme ENTOMBED (période Wolverine Blues), DISCHARGE, DISMEMBER, TRAGEDY, HIS HERO IS GONE, ou ENTRAILS, ce qui ma foi n’est pas si éloigné que ça de la réalité, sans pour autant atténuer l’impact personnel de compositions qui font un peu ce qu’elles veulent.

Efficace, malin et vicieux, le quatuor n’avance pas totalement à découvert en nuançant son propos ténébreux d’impulsions généreuses, qui boostent des rythmiques assez explosives et affûtent des guitares déjà très effilées.      

 

Composé, interprété, et produit par SIGIL, mixé et masterisé par Travis Bonner aux Diamond Factory Recordings, et flanqué d’un artwork signé par Alex Citrone lui-même, Kingdom of The Grave, que le frontman décrit comme du « crusty, raw, crushing, D-beat Death Metal », n’est rien qu’autre qu’une énorme explosion de haine, se concentrant sur des thématiques de fond comme la dystopie du monde qui nous attend, l’occulte évidemment, le suicide, les brutalités policières et autres obsessions inhérentes à tout groupe extrême qui se respecte.

Avec pour nom de baptême un symbole magique représentant une intention et un désir, il est clair que SIGIL affirme son individualité tout en se fondant avec flair dans la masse des groupes revival Death de ces dernières années, sans pour autant chercher à tout prix à faire partie de leur caste déjà un peu trop cloisonnée. Les éléments Hardcore intégrés au contexte purement Death le sont avec clairvoyance, et aboutissent à un mélange détonnant de plusieurs styles qui finissent par n’en former qu’un seul, la SIGIL touch, qu’Alex une fois de plus décrit de façon tout à fait personnelle et précise :

« Je pense que les fans de Death Old-school vont vraiment aimer ce disque. Mais les fans de Punk et de Metal en général auront aussi quelque chose à se mettre sous la dent. J’ai composé la musique que je voulais entendre. ».

Et d’ailleurs, en bon créateur, Alex a composé tout le matériel avant même de monter un groupe, ce qui fait plus ou moins de SIGIL sa créature, et avouons qu’il l’a domestiquée avec fermeté pour la faire plier à ses désirs.

Sur une trame de fond découlant des exactions morbides de la scène Suédoise des 90’s (ENTOMBED, GRAVE, DISMEMBER, UNLEASHED), le compositeur n’a pas hésité à broder des motifs Crust qui allègent un peu le propos, et qui transforment ses compositions en machines de guerre rapides et agiles, sans dénaturer leur mécanisme d’origine.

Ce qui nous donne des morceaux à tiroirs, développant plusieurs thèmes sans perdre de leur cohérence, à l’image de n’importe quelle entrée dépassant les cinq minutes de ce Kingdom of The Grave, comme « Strange Aeons », au titre piqué au ENTOMBED de Clandestine, ou l’ouverture explosive « Death Unreal », pourtant très concrète malgré ce que son titre laisse présager.

Multiplicité des plans et cohésion d’incarnation, la dualité est tangible, mais fait justement le charme de ce premier LP qui loin d’avoir le cul entre deux chaises, a les fesses confortablement installées sur deux sièges, avec tout le confort que ça implique.

Il n’est ainsi pas rare de penser conjointement à un DISCHARGE contemporain tout autant qu’à un ENTOMBED à la vilénie un peu atténuée en écoutant un seul et même titre, comme le terrassant « Even The Gods Will Burn », qui avance sans pause en lâchant des riffs imposants.

Parfois plus direct et moins métissé (« Bloodvisions »), mais souvent complexe et alambiqué (le progressif et envoutant « Summoning Hate », qui ose les blasts et le riff macabre avant de tremper son Heavy mélodique dans un Death épidermique), plaçant même quelques arrangements de cordes aux mélodies de biais (« Kingdom Of The Grave », grandiloquent et au gimmick rythmique à la DIAMOND HEAD de «Am I Evil » version MARDUK, mais au corps allongé sur la table de dissection d’un DISMEMBER revenu des enfers pour de bon), Kingdom of The Grave est loin d’être un gigantesque cimetière d’idées, mais plutôt un alignement de caveaux et de cryptes contenant tous des secrets plus ou moins avouables musicalement.

Deathcore ? Surement pas, et une simple écoute au final accrocheur de « Death Won’t Kill Me » vous en convaincra sans forcer, avec son Heavy Death truffé de cassures rythmiques en breaks. Un peu CARCASS sur cet épilogue bien senti, SIGIL s’en sort avec plus que les honneurs pour avoir su transcender des influences classiques en inspiration légèrement novatrice.

Aussi Death qu’il n’est Hardcore, aussi Crust qu’il n’est Metal, Kingdom of The Grave vous offre une sale ballade passant entre les tombes des héros scandinaves et des anarchistes Hardcore américains, vous laissant fleurir la sépulture qui vous inspire, tout en vous guidant dans votre choix par des morceaux qui refusent le diktat et les lois.

Un groupe qui se résume par l’accroche ultime de son leader…

« Les fans d’Old-chool et de New-school trouveront dans SIGIL quelque chose à aimer »

Un groupe qui réunit les deux écoles ? Chiche !


Titres de l'album:

  1. Death Unreal
  2. Even the Gods Will Burn
  3. Lick the Blade
  4. Kingdom of the Grave
  5. Summoning Hate
  6. Strange Aeons
  7. Bloodvisions
  8. Death Won't Kill Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2017 à 14:31
70 %    355

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)


Perso je trouve les premieres années de Rock Hard vraiment excellente, apres le magazine n'a plus innové.


J'ai acheté Metallian il y a quelques mois. Des années que je n'avais acheté un magazine papier. J'y ai lu 3 ou 4 interviews corrects (les groupes que j'aime). Ce torchon, bien fichu, a toujours le chic pour interviewer les groupes les plus nazes de la scène métal. Il empeste toujours l'extensi(...)


S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0