Kingdom of The Grave

Sigil

21/04/2017

Horror Pain Gore Death Productions

Horror Pain Gore Death Productions continue d’agrandir son cheptel avec la signature du groupe SIGIL, qui s’il ne révolutionnera pas forcément le petit monde du Metal extrême, apportera au moins sa grosse pierre à la crypte Death old-school qui commence à friser la taille d’une tour de Babel.

Texas donc, pour un premier album après une démo en 2014, et coup de maître dans la discipline de la révérence envers les anciens, avec un mélange plus subtil qu’il n’y paraît au prime abord.

Car loin de se contenter de se rouler dans la fange d’un Death primal et putride, les texans osent le Crossover Crust/Death, pour une grosse demi-heure de pression continue, qui laisse au tapis le sourire aux lèvres et un filet de sang coulant de la langue.

Gros uppercut donc pour ce quatuor qui ne se contente pas de frapper fort, mais aussi intelligemment, en diluant sa fascination pour la vague scandinave dans une grosse dose de Hardcore puissant venu de son propre pays.

Résultat ?

Une collection impressionnante de morceaux aussi graves que rapides, et aussi gras que limpides.

Quatuor donc (Alex Citrone – chant/guitare, Leda Ginestra – basse, Andy Bonney – guitare et Jeremy Hassel – batterie pour la configuration studio), à la date de formation inconnue, mais à l’inspiration ténue, qui pioche dans l’héritage du Death suédois des 90’s tout autant que dans le patrimoine Crust/Core US de ces dix dernières années. Un climat assez étrange se dégage donc de ce premier longue durée, Kingdom of The Grave, qui évoque tout autant un vieux cimetière rural américain qu’une côte scandinave désolée et plongée dans l’obscurité.

Les influences sont plus ou moins notables, et leur label se plait à les comparer à une mixture amalgamant la violence et la crudité de groupes comme ENTOMBED (période Wolverine Blues), DISCHARGE, DISMEMBER, TRAGEDY, HIS HERO IS GONE, ou ENTRAILS, ce qui ma foi n’est pas si éloigné que ça de la réalité, sans pour autant atténuer l’impact personnel de compositions qui font un peu ce qu’elles veulent.

Efficace, malin et vicieux, le quatuor n’avance pas totalement à découvert en nuançant son propos ténébreux d’impulsions généreuses, qui boostent des rythmiques assez explosives et affûtent des guitares déjà très effilées.      

 

Composé, interprété, et produit par SIGIL, mixé et masterisé par Travis Bonner aux Diamond Factory Recordings, et flanqué d’un artwork signé par Alex Citrone lui-même, Kingdom of The Grave, que le frontman décrit comme du « crusty, raw, crushing, D-beat Death Metal », n’est rien qu’autre qu’une énorme explosion de haine, se concentrant sur des thématiques de fond comme la dystopie du monde qui nous attend, l’occulte évidemment, le suicide, les brutalités policières et autres obsessions inhérentes à tout groupe extrême qui se respecte.

Avec pour nom de baptême un symbole magique représentant une intention et un désir, il est clair que SIGIL affirme son individualité tout en se fondant avec flair dans la masse des groupes revival Death de ces dernières années, sans pour autant chercher à tout prix à faire partie de leur caste déjà un peu trop cloisonnée. Les éléments Hardcore intégrés au contexte purement Death le sont avec clairvoyance, et aboutissent à un mélange détonnant de plusieurs styles qui finissent par n’en former qu’un seul, la SIGIL touch, qu’Alex une fois de plus décrit de façon tout à fait personnelle et précise :

« Je pense que les fans de Death Old-school vont vraiment aimer ce disque. Mais les fans de Punk et de Metal en général auront aussi quelque chose à se mettre sous la dent. J’ai composé la musique que je voulais entendre. ».

Et d’ailleurs, en bon créateur, Alex a composé tout le matériel avant même de monter un groupe, ce qui fait plus ou moins de SIGIL sa créature, et avouons qu’il l’a domestiquée avec fermeté pour la faire plier à ses désirs.

Sur une trame de fond découlant des exactions morbides de la scène Suédoise des 90’s (ENTOMBED, GRAVE, DISMEMBER, UNLEASHED), le compositeur n’a pas hésité à broder des motifs Crust qui allègent un peu le propos, et qui transforment ses compositions en machines de guerre rapides et agiles, sans dénaturer leur mécanisme d’origine.

Ce qui nous donne des morceaux à tiroirs, développant plusieurs thèmes sans perdre de leur cohérence, à l’image de n’importe quelle entrée dépassant les cinq minutes de ce Kingdom of The Grave, comme « Strange Aeons », au titre piqué au ENTOMBED de Clandestine, ou l’ouverture explosive « Death Unreal », pourtant très concrète malgré ce que son titre laisse présager.

Multiplicité des plans et cohésion d’incarnation, la dualité est tangible, mais fait justement le charme de ce premier LP qui loin d’avoir le cul entre deux chaises, a les fesses confortablement installées sur deux sièges, avec tout le confort que ça implique.

Il n’est ainsi pas rare de penser conjointement à un DISCHARGE contemporain tout autant qu’à un ENTOMBED à la vilénie un peu atténuée en écoutant un seul et même titre, comme le terrassant « Even The Gods Will Burn », qui avance sans pause en lâchant des riffs imposants.

Parfois plus direct et moins métissé (« Bloodvisions »), mais souvent complexe et alambiqué (le progressif et envoutant « Summoning Hate », qui ose les blasts et le riff macabre avant de tremper son Heavy mélodique dans un Death épidermique), plaçant même quelques arrangements de cordes aux mélodies de biais (« Kingdom Of The Grave », grandiloquent et au gimmick rythmique à la DIAMOND HEAD de «Am I Evil » version MARDUK, mais au corps allongé sur la table de dissection d’un DISMEMBER revenu des enfers pour de bon), Kingdom of The Grave est loin d’être un gigantesque cimetière d’idées, mais plutôt un alignement de caveaux et de cryptes contenant tous des secrets plus ou moins avouables musicalement.

Deathcore ? Surement pas, et une simple écoute au final accrocheur de « Death Won’t Kill Me » vous en convaincra sans forcer, avec son Heavy Death truffé de cassures rythmiques en breaks. Un peu CARCASS sur cet épilogue bien senti, SIGIL s’en sort avec plus que les honneurs pour avoir su transcender des influences classiques en inspiration légèrement novatrice.

Aussi Death qu’il n’est Hardcore, aussi Crust qu’il n’est Metal, Kingdom of The Grave vous offre une sale ballade passant entre les tombes des héros scandinaves et des anarchistes Hardcore américains, vous laissant fleurir la sépulture qui vous inspire, tout en vous guidant dans votre choix par des morceaux qui refusent le diktat et les lois.

Un groupe qui se résume par l’accroche ultime de son leader…

« Les fans d’Old-chool et de New-school trouveront dans SIGIL quelque chose à aimer »

Un groupe qui réunit les deux écoles ? Chiche !


Titres de l'album:

  1. Death Unreal
  2. Even the Gods Will Burn
  3. Lick the Blade
  4. Kingdom of the Grave
  5. Summoning Hate
  6. Strange Aeons
  7. Bloodvisions
  8. Death Won't Kill Me

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2017 à 14:31
70 %    442

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34

Hair-dressing Curiosity

Oui on ne peut pas leur retirer ça, ils ont souvent essayé de faire bouger les lignes et proposer une expérience live hors norme. Là dessus, ils ne se moquent pas des fans. Les set-list non figées en sont le premier exemple.
Un Maiden pourrait en prendre de la graîne. :-/

Q(...)

04/06/2020, 09:07

JérémBVL

Excellente chronique pour un excellent album !

03/06/2020, 18:17