Abiogenesis. L’origine de la vie. Voici donc un concept qui nous change des délires dystopiens et des critiques sociales qui fleurissent dans notre univers…Après tout, pourquoi ne pas chercher à comprendre d’où nous sommes venus pour comprendre ce que nous sommes devenus ? C’est sans doute une analogie qui colle à la peau du groupe KOREA, qui contrairement à ce que son nom semble indiquer, vient de Suède…

Stockholm 2003, c’est non l’origine de notre existence, mais bien celle de ce quatuor (Robert Bunke - basse,

Dennis Ehrnstén – batterie, Michael Ehrnstén – chant/claviers, et Johan Stigsson – guitare), au parcours pour le moins chaotique, qui avait pourtant réussi son entrée dans la cour des grands. Cinq ans pour sortir leur premier LP en 2008, For The Present Purpose, deux seulement pour nous offrir une suite, sous la forme de The Delirium Suite, et puis, le silence…Un silence de sept longues années, passées à faire je-ne-sais-quoi, puisque le combo reste assez peu disert sur le sujet. Mais sept années mises à profit pour un retour en force qui risque bien de faire plier l’opinion publique et la critique, qui seront certainement subjugués par tant de délicatesse musicale et de beauté harmonique.

Si les suédois citent volontiers les influences d’A PERFECT CIRCLE, NINE INCH NAILS, KATATONIA ou TOOL, leur univers est assez particulier, et se veut beaucoup plus abordable que les dédales psychologiques des groupes cités. On pourrait parler de façon générale d’un Metal alternatif, sans que l’expression ne se veuille trop vulgarisatrice, ou bien plus simplement d’un Rock vraiment souple, aux arrangements subtilement électroniques, qui ne crache pas sur quelques extensions progressives, sans tomber dans l’emphase.

 

Ayant jeté une oreille attentive sur leurs deux précédents longue-durée, je peux affirmer que Abiogenesis fait preuve d’une maturité incroyable, mais pas si étonnante que ça. Après sept ans de réflexion, les suédois sont enfin parvenus à trouver un son, le leur, en renouvelant leur approche sans la dénaturer. Ainsi, les fans reconnaîtront leur quatuor sans avoir à forcer l’oreille, même si la métamorphose est indéniable. On retrouve ce qui a fait la patte de cet ensemble hors-norme, qui a toujours refusé la facilité, mais qui se permet aujourd’hui une opération de séduction de masse, en nivelant les quelques aspérités qui restaient, pour verser dans un joli mélange de Pop-Rock, de Metal abrasif, et d’Alternatif progressif, qui cite dans les mêmes rimes DREAM THEATER (celui de « I Walk Beside You »), OPETH, THE KORDZ, mais aussi la scène US contemporaine, et quelques clins d’œil à HINDER, MARILLION, U2, et tant d’autres groupes qui gravitent en satellite autour de leur étoile. Etoile qui étrangement brille d’un feu ardent, comme si elle était en train de mourir…Car malgré sa thématique, Abiogenesis ne fait pas dans la gaieté. Musicalement, les propos sont sombres, mélancoliques, et quelque peu déprimés…Idéologiquement, les textes ne sont pas plus ouverts sur l’espoir, et versent dans la solitude, l’isolement, l’incompréhension, en gros, des obsessions d’une époque qui n’est pas vraiment à l’aise dans son histoire. Etrangement, et même si l’atmosphère générale reste chargée, il y a une sorte de joie qui émane de ce disque qui réfute tout principe d’évidence, et qui va chercher ses idées au plus profond de son moi intérieur. Sans parler d’introspection, on sent que les KOREA ont fait le bilan des années, pour dresser un constat personnel sans concession. Et ce processus inévitable a abouti à la genèse d’un album qui se démarque de la production actuelle, par sa volonté de ne pas se laisser coincer dans un style en particulier.

Pourtant, autant vous prévenir de suite, Abiogenesis est aussi difficile d’accès qu’il n’est facile à apprécier. En choisissant de ne pas choisir, les suédois vont sans doute s’aliéner une grosse partie d’un public potentiel, qui restera de marbre face à leurs expérimentations sonores. Et après la courte mais sublime intro « Compass » qui pourrait vous aiguiller à tort sur la piste d’un Progressif ambitieux, « Fanatic » continue de brouiller les cartes de son énorme riff alternatif, qui rappelle la vague des groupes Electro-synthétiques de l’orée des années 2000. Mais dès « Exodus », le tableau se trouble, et les sens sont altérés. On ne sait plus à quel son se vouer tant la diversité se veut reine sur ce troisième album, aussi cohérent qu’il n’est versatile. Le concept aidant, KOREA emprunte des vocables différents pour créer son propre espéranto, et ainsi, s’adresser à l’humanité en globalité. On ne peut s’empêcher de penser à une version expurgée de KATATONIA, confrontée à la délicatesse d’un MARILLION en pleine possession de ses moyens, le tout traduit dans un langage presque Pop qui ne rechigne pas à museler les guitares sans les faire taire. Mais en une heure de jeu, le groupe a largement le temps de vous convaincre de la pertinence de son optique, tout en risquant de vous perdre au hasard de ses déambulations, qui lui font parfois prendre des directions assez surprenantes (« Stand Down », très électronique, et révélateur d’une inspiration NINE INCH NAILS indéniable), et qui pourront même se révéler choquantes pour certains d’entre vous.

En utilisant des instruments contre leur nature même, le quatuor sort des sons assez intrigants, qui parfois s’unissent dans un même désir expressif, à équidistance d’un Rock moderne décomplexé et d’un Progressif simplifié (« Downfall »), sans pour autant négliger les harmonies les plus simples et les plus pures, qu’ils passent au prisme de leur exigence artistique (« Corner of My Own », loin du Metal, et pas si proche du Rock que ça…). Des titres parfois soulignés d’une incongruité cocasse (« Do You Want My Lawnmower », trois petites minutes pour un single qui n’en est pas un), de longues suites euphoriques qui profitent d’un up tempo pour enfin nous faire bouger sans regrets (« Terminal Velocity »), et quelques affinités avec un VATTNET VISKAR moins perdu dans l’espace que concentré sur une terre qu’ils n’auraient jamais dû quitter (« New Horizon », et sa basse redoutable dans les déliés). Le tout s’achève dans un rêve de chœurs entremêlés, qui nous laissent sur une impression ambivalente, pas certains de ce que nous avons entendu, mais repus d’une générosité aussi abstraite que constatable (« Polarity », un peu QUEENSRYCHE expérimental, au clavier plus prédominant que la guitare).

En gros, un voyage aux confins de la création, qui ressemble autant à un regard en arrière qu’une projection astrale dans un futur qui ne nous sera pas forcément favorable…

KOREA aura pris son temps pour continuer son histoire, tout en dressant le bilan de la nôtreMais cette absence prolongée leur aura fait comprendre que le moins est parfois le plus, mais que l’inverse est aussi vrai. Et Abiogenesis, de toute sa richesse maculée d’ascétisme instrumental se révèle album complexe, qui donne le sentiment d’avoir fait le minimum en donnant le maximum, alors même qu’il est assemblé de couches sonores superposées beaucoup plus denses qu’une simple écoute ne le traduit. De là à la considérer comme source de toute inspiration musicale, il y a un pas de géant que je ne franchirai pas. Mais célébrons comme il se doit le retour d’un des groupes les plus énigmatiques de Suède, qui je l’espère, ne retournera pas dans l’anonymat. Ils méritent bien mieux que ça.


Titres de l'album:

  1. Compass
  2. Fanatic
  3. Exodus
  4. Thought Pattern
  5. Abyss
  6. Corner Of My Own
  7. Do You Want My Lawnmower
  8. Downfall
  9. New Horizon
  10. Stand Down
  11. Orbiting The Void
  12. Terminal Velocity
  13. Polarity

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/09/2017 à 18:05
88 %    591

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)