Abiogenesis. L’origine de la vie. Voici donc un concept qui nous change des délires dystopiens et des critiques sociales qui fleurissent dans notre univers…Après tout, pourquoi ne pas chercher à comprendre d’où nous sommes venus pour comprendre ce que nous sommes devenus ? C’est sans doute une analogie qui colle à la peau du groupe KOREA, qui contrairement à ce que son nom semble indiquer, vient de Suède…

Stockholm 2003, c’est non l’origine de notre existence, mais bien celle de ce quatuor (Robert Bunke - basse,

Dennis Ehrnstén – batterie, Michael Ehrnstén – chant/claviers, et Johan Stigsson – guitare), au parcours pour le moins chaotique, qui avait pourtant réussi son entrée dans la cour des grands. Cinq ans pour sortir leur premier LP en 2008, For The Present Purpose, deux seulement pour nous offrir une suite, sous la forme de The Delirium Suite, et puis, le silence…Un silence de sept longues années, passées à faire je-ne-sais-quoi, puisque le combo reste assez peu disert sur le sujet. Mais sept années mises à profit pour un retour en force qui risque bien de faire plier l’opinion publique et la critique, qui seront certainement subjugués par tant de délicatesse musicale et de beauté harmonique.

Si les suédois citent volontiers les influences d’A PERFECT CIRCLE, NINE INCH NAILS, KATATONIA ou TOOL, leur univers est assez particulier, et se veut beaucoup plus abordable que les dédales psychologiques des groupes cités. On pourrait parler de façon générale d’un Metal alternatif, sans que l’expression ne se veuille trop vulgarisatrice, ou bien plus simplement d’un Rock vraiment souple, aux arrangements subtilement électroniques, qui ne crache pas sur quelques extensions progressives, sans tomber dans l’emphase.

 

Ayant jeté une oreille attentive sur leurs deux précédents longue-durée, je peux affirmer que Abiogenesis fait preuve d’une maturité incroyable, mais pas si étonnante que ça. Après sept ans de réflexion, les suédois sont enfin parvenus à trouver un son, le leur, en renouvelant leur approche sans la dénaturer. Ainsi, les fans reconnaîtront leur quatuor sans avoir à forcer l’oreille, même si la métamorphose est indéniable. On retrouve ce qui a fait la patte de cet ensemble hors-norme, qui a toujours refusé la facilité, mais qui se permet aujourd’hui une opération de séduction de masse, en nivelant les quelques aspérités qui restaient, pour verser dans un joli mélange de Pop-Rock, de Metal abrasif, et d’Alternatif progressif, qui cite dans les mêmes rimes DREAM THEATER (celui de « I Walk Beside You »), OPETH, THE KORDZ, mais aussi la scène US contemporaine, et quelques clins d’œil à HINDER, MARILLION, U2, et tant d’autres groupes qui gravitent en satellite autour de leur étoile. Etoile qui étrangement brille d’un feu ardent, comme si elle était en train de mourir…Car malgré sa thématique, Abiogenesis ne fait pas dans la gaieté. Musicalement, les propos sont sombres, mélancoliques, et quelque peu déprimés…Idéologiquement, les textes ne sont pas plus ouverts sur l’espoir, et versent dans la solitude, l’isolement, l’incompréhension, en gros, des obsessions d’une époque qui n’est pas vraiment à l’aise dans son histoire. Etrangement, et même si l’atmosphère générale reste chargée, il y a une sorte de joie qui émane de ce disque qui réfute tout principe d’évidence, et qui va chercher ses idées au plus profond de son moi intérieur. Sans parler d’introspection, on sent que les KOREA ont fait le bilan des années, pour dresser un constat personnel sans concession. Et ce processus inévitable a abouti à la genèse d’un album qui se démarque de la production actuelle, par sa volonté de ne pas se laisser coincer dans un style en particulier.

Pourtant, autant vous prévenir de suite, Abiogenesis est aussi difficile d’accès qu’il n’est facile à apprécier. En choisissant de ne pas choisir, les suédois vont sans doute s’aliéner une grosse partie d’un public potentiel, qui restera de marbre face à leurs expérimentations sonores. Et après la courte mais sublime intro « Compass » qui pourrait vous aiguiller à tort sur la piste d’un Progressif ambitieux, « Fanatic » continue de brouiller les cartes de son énorme riff alternatif, qui rappelle la vague des groupes Electro-synthétiques de l’orée des années 2000. Mais dès « Exodus », le tableau se trouble, et les sens sont altérés. On ne sait plus à quel son se vouer tant la diversité se veut reine sur ce troisième album, aussi cohérent qu’il n’est versatile. Le concept aidant, KOREA emprunte des vocables différents pour créer son propre espéranto, et ainsi, s’adresser à l’humanité en globalité. On ne peut s’empêcher de penser à une version expurgée de KATATONIA, confrontée à la délicatesse d’un MARILLION en pleine possession de ses moyens, le tout traduit dans un langage presque Pop qui ne rechigne pas à museler les guitares sans les faire taire. Mais en une heure de jeu, le groupe a largement le temps de vous convaincre de la pertinence de son optique, tout en risquant de vous perdre au hasard de ses déambulations, qui lui font parfois prendre des directions assez surprenantes (« Stand Down », très électronique, et révélateur d’une inspiration NINE INCH NAILS indéniable), et qui pourront même se révéler choquantes pour certains d’entre vous.

En utilisant des instruments contre leur nature même, le quatuor sort des sons assez intrigants, qui parfois s’unissent dans un même désir expressif, à équidistance d’un Rock moderne décomplexé et d’un Progressif simplifié (« Downfall »), sans pour autant négliger les harmonies les plus simples et les plus pures, qu’ils passent au prisme de leur exigence artistique (« Corner of My Own », loin du Metal, et pas si proche du Rock que ça…). Des titres parfois soulignés d’une incongruité cocasse (« Do You Want My Lawnmower », trois petites minutes pour un single qui n’en est pas un), de longues suites euphoriques qui profitent d’un up tempo pour enfin nous faire bouger sans regrets (« Terminal Velocity »), et quelques affinités avec un VATTNET VISKAR moins perdu dans l’espace que concentré sur une terre qu’ils n’auraient jamais dû quitter (« New Horizon », et sa basse redoutable dans les déliés). Le tout s’achève dans un rêve de chœurs entremêlés, qui nous laissent sur une impression ambivalente, pas certains de ce que nous avons entendu, mais repus d’une générosité aussi abstraite que constatable (« Polarity », un peu QUEENSRYCHE expérimental, au clavier plus prédominant que la guitare).

En gros, un voyage aux confins de la création, qui ressemble autant à un regard en arrière qu’une projection astrale dans un futur qui ne nous sera pas forcément favorable…

KOREA aura pris son temps pour continuer son histoire, tout en dressant le bilan de la nôtreMais cette absence prolongée leur aura fait comprendre que le moins est parfois le plus, mais que l’inverse est aussi vrai. Et Abiogenesis, de toute sa richesse maculée d’ascétisme instrumental se révèle album complexe, qui donne le sentiment d’avoir fait le minimum en donnant le maximum, alors même qu’il est assemblé de couches sonores superposées beaucoup plus denses qu’une simple écoute ne le traduit. De là à la considérer comme source de toute inspiration musicale, il y a un pas de géant que je ne franchirai pas. Mais célébrons comme il se doit le retour d’un des groupes les plus énigmatiques de Suède, qui je l’espère, ne retournera pas dans l’anonymat. Ils méritent bien mieux que ça.


Titres de l'album:

  1. Compass
  2. Fanatic
  3. Exodus
  4. Thought Pattern
  5. Abyss
  6. Corner Of My Own
  7. Do You Want My Lawnmower
  8. Downfall
  9. New Horizon
  10. Stand Down
  11. Orbiting The Void
  12. Terminal Velocity
  13. Polarity

Facebook officiel


par mortne2001 le 26/09/2017 à 18:05
88 %    660

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Uneven Structure + Mobius

18/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

+ Valley Of The Sun + Dirty Raven

18/09 : Supersonic, Paris (75)

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Photo Stream

Derniers coms

Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...


Bien vu ! Razor que j'ai découvert honteusement il y a peu seulement. Verdict sans appel : la grosse volée !