Il est parfois très difficile de différencier le génie de la fumisterie. A l’écoute de certains albums, on se demande parfois si l’on est trop stupide pour appréhender la portée artistique d’une œuvre, ou si celle-ci nous prend pour des imbéciles en tentant de faire passer des idées erratiques et aléatoires pour des accomplissements avant-gardistes. Mais de temps à autre, on reste tellement dubitatif qu’on en devient incapable de formuler un avis final, laissant notre cerveau errer dans les limbes du doute, sans entrevoir une porte de sortie viable…C’est un peu le sentiment qui m’étreint ce matin après l’écoute du second album du one-man-project CAVERNLORD, qui s’il mérite bien son nom, ne se livre pas pour autant au petit jeu de l’aveu explicite. Et pour cause, puisque l’homme responsable de ce projet terre son inspiration dans la proverbiale et allégorique caverne, faisant preuve d’une misanthropie ultime, et protégeant son secret avec conviction, comme s’il était révélateur d’une vérité ultime que peu sont à même de comprendre. Dans les faits, CAVERNLORD n’est rien de plus ou de moins qu’un des concepts tordus de Nathaniel "Namtaräum" Leveck, activiste au sein du principal NATANAS, et qui régulièrement se permet quelques infidélités lorsqu’il s’estime trop fécond.  

Ce qui est assurément le cas depuis quelques années, puisqu’on retrouve l’homme et son pseudo derrière des formations comme HYDROGEN SULFIDE, KHYÆGHÜRR, SANDWICH FULL OF FUCK, TELERUMINATION et quelques autres aussi anecdotiques. Nathaniel est donc un musicien pas vraiment autodiscipliné, qui se répand en exactions toutes aussi brutales qu’étranges, dont CAVERNLORD incarne un genre d’acmé de bizarrerie et d’incongruité, en prônant le principe déviant de Heavy Psychedelic Sludge, s’apparentant parfois plus à une engeance très déformée de Doom psychédélique typé années 70, ou comme un genre d’Indie lo-fi biscornu, qu’un Nick Cave en cure dans un sanatorium aurait pu produire au plus haut de ses hallucinations nocturnes (« Lotion’s In The Bucket », qui ressemble à s’y méprendre à une alliance entre les tarés de FLIPPER ou de HALF GENTLEMEN en goguette avec des VIRGIN PRUNES encore plus azimutés que d’ordinaire…). 

Difficile de voir en cet essai une tentative de musique construite et agencée. Il faut plutôt y déceler le « génie » maléfique d’un instrumentiste/compositeur laissant divaguer son inspiration où bon lui semble, rassemblant à postériori les morceaux pour tenter d’y apporter une cohésion. C’est indéniablement étrange, parfois glauque, souvent nonsensique, et les « what the fuck ??? » risquent de fleurir à votre bouche une fois que vos oreilles auront trempé dans ce marigot poisseux. Trop lent pour être Black, trop rapide pour être Doom, trop libre pour se targuer d’une quelconque puissance Sludge, cet Ubiquitous Falsehood faisant suite à un premier effort éponyme à peu près du même tonneau surprend, dérange, irrite, agace, mais se veut unique en son genre, un peu dans une relation amour/haine avec le psychédélisme des 70’s qui se prendrait la tête avec une forme très larvée de Doom évanoui des années 80. On sent un léger parfum sudiste dans l’affaire, des accointances macabres (« Pink Slip », troublant sur sa fin de ses vocaux malsains)une palanquée de riffs à l’état larvaire qui parfois jouent la fausseté pour encore plus nous les briser (« Sorrow », si la tristesse est une rime dans le vide, alors la détresse vient de trouver son incarnation ultime), pour un résultat global aussi amateur qu’hypnotique. La question reste alors en suspens, à savoir si tous les musiciens du monde doivent à un moment donné brider leur inspiration pour se recentrer sur des thèmes un peu plus abordables, ou s’ils doivent s’expurger d’un trop plein d’idées pour passer à autre chose. Et les réponses ne se bousculent pas au portillon, spécialement lorsque l’absurde s’invite au banquet, offrant à certains titres des conclusions complètement à côté de la plaque, et aux antipodes de leur introduction. On a même parfois le sentiment assez désagréable d’avoir manqué un épisode, passant d’une litanie discordante à la BECK bourré (celui de ses albums autoproduits qui ne se sont jamais encombrés d’une quelconque logique), à un feulement agonisant d’un ABRUPTUM plus souffreteux que réellement menaçant… 

Et les litanies se répandent dans un air vicié, sans que l’on puisse vraiment savoir si la suffocation est due au manque d’air, ou au sadisme d’un tortionnaire qui ne nous épargne rien du début à la fin. Entre des complaintes vocales à faire passer un fantôme de Westminster pour un gentil diablotin de foire, et des arrangements spartiates qui confondent expérimentation avec jeu de hasard (« Lungs Of Swamp »), la valse avec beaucoup d’hésitation nous enivre comme un mauvais vin, même si la sincérité du bonhomme n’est pas à mettre en doute. Parfois, l’autodidacte se reprend un peu, et tente des choses un peu plus évolutives et ambiancées, comme ce bizarre « Man was the Lord of the Fire », presque incantatoire, qui découle sur un genre de cérémonie funèbre en apparat de messe noire, via « Caffeine and Boredom » qui sans le vouloir (ou peut-être que si…) symbolise à merveille les réactions suscitées par cette musique qui n’en est pas vraiment une… Ubiquitous Falsehood finalement se termine comme il avait commencé, par un « Bury The Dead » au Doom atmosphérique plus pénétrant que le reste des gestes, et qui pourrait laisser présager d’un avenir sombre propice à séduire les plus branques des amateurs de lenteur et d’oppression. Mais après avoir subi tant de douleur et de tergiversations, il est difficile de se raccrocher à cette ultime promesse, qui ne résume pas vraiment tout ce qui l’a précédé…Et par conclusion, j’en reviens donc à mon débat d’introduction, à savoir cette difficulté à dissocier le foutage de gueule du génie abstrait…Je me garderai bien d’opposer un jugement définitif à cette interrogation, et je vous laisserai maîtres de votre propre destin et opinion. Toujours est-il qu’entre trois défauts, Nathaniel "Namtaräum" Leveck laisse apparaître fugacement la moitié d’une qualité, et qu’il restera pour moi une énigme impénétrable, tout comme sa musique échappe à tout classement trop ferme dans le verbe.


Titres de l'album:

  1. Simple Cloven
  2. Penny for Your Thoughts
  3. Love Tunnel
  4. Lotion's in the Bucket
  5. Pink Slip
  6. Sorrow
  7. Lungs of Swamp
  8. Man was the Lord of the Fire
  9. Caffeine and Boredom
  10. Bury The Dead

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/03/2018 à 18:07
60 %    104

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Birds In Row

We Already Lost The World

Deadline

Nothing Beside Remains

Faustcoven

In The Shadow Of Doom

Confessor Ad

Too Late To Pray

Invocation Spells

Spread Cruelty in the Abyss

Ultra-violence

Operation Misdirection

Droid

Terrestrial Mutations

Witchfyre

Grimorium Verum

Haunt

Burst Into Flame

Funeral Mist

Hekatomb

Tremonti

A Dying Machine

Truchło Strzygi

Pora Umierać

Dee Snider

For The Love Of Metal

Sadraen

Orphan Lord

Drawn And Quartered

The One Who Lurks

Outline

Fire Whiplash

Silence Of The Abyss

Silence Of The Abyss

Lykhaeon

Ominous Eradication of Anguished Souls

Boar

Poséidon

Kingdom

Putrescent Remains Of The Dead Ground

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Dimanche

JérémBVL / 16/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Samedi

JérémBVL / 15/08/2018
Alcatraz Festival

Alcatraz Hard Rock & Metal Festival - Vendredi

JérémBVL / 14/08/2018
Alcatraz Festival

Nervosa + Sekator

RBD / 11/08/2018
Black Thrash Metal

Phoenix in Flames + Black Bart

grinder92 / 07/08/2018
Black Bart

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Avec plaisir! Et franchement si l'affiche de l'an prochain te botte n'hésite pas!


Prochain record : 500 bassistes qui jouent simultanément les parties de basse de "And Justice for All".


Bientôt ils vont faire 400 chanteurs en même temps qui chantent "Hammer Smashed Face"


Pour ma part j'en ai compté que 456 !


Là on est vraiment dans une totale ineptie ! Car en allant au bout de la logique, effectivement comment vérifie-t-on que chacun joue? (tout à fait Simony !). Et puis la vidéo ne montre absolument rien, donc on reste dans l’inutilité jusqu'au bout...


Annulé, j'ai vu Jean Michel tout au fond à droite qui faisait semblant de jouer. Honte à toi Jean Michel ! Et pour ton information Sylvie, tu étais à contre-temps sur tout le morceau... j'ai les pistes de chacun de toute façon.... y a pas de quoi vous applaudir. :-)


Repose en paix mon cher frère tu es et restera dans mon cœur à jamais mais on se retrouvera vite la haut je l'espère je t'aime


Bizarrement je trouve un petit feeling Deicide sur ce morceau. Le chant peut être...


Merci pour ce report JérémBVL !
Les photos et le descriptif du fest font que j'me laisserai bien tenter aussi l'an prochain... A voir l'affiche 2019 donc...

PS : Putain ! Louper EXHORDER pour un changement de running order inopiné... J'en aurai bouffer mon slip moi bordel !!!


oh oui oh oui oh oui !!!


Fébrilité bordel !!! L'album que j'attends le plus cette année !!!


J'ai écouté ce morceau pour la première fois il y une semaine ou deux ( m'étant jamais intéressé au groupe). Effectivement très bon morceau.


World... était mauvais


On dirait du Morbid Angel ! Super


Hé ben... Ça fait pas mine ce morceau ! Beaucoup plus Death Metal que Grindcore par contre...


RIP ! Un putain de titre culte !


Merci beaucoup Bones! La suite arrive demain!
Sinon entièrement d'accord avec toi pour la fluidité aux différents stands/WC!
C'est un festival agréable à vivre mais les prix sont assez hallucinants, je ne suis pas allé en festival depuis un moment mais je me rappelle pas de prix au(...)


@beliath : C'est bien pour ça que j'ai mis "selon les dires de Nergal" Parce que je me doutais d'un truc louche ;)
Après je comprend qu'il puisse avoir besoin de justifier ce titre le père Nergal, car au premier coup d’œil, on pense plus à un titre d'album de groupe gothico-ado-marilyn(...)


Un super petit fest qui gagnerait à être connu !
Super affiche, circulation fluide, jamais plus d'une minute d'attente aux jetons, à la bouffe, aux bars ou aux toilettes. J'avais jamais vu ça ! :-))))
Putain ça change des queues interminables au Hellfest ou au Download !


"Celui-ci s'intitulera I Loved You At Your Darkest et sortira le 5 octobre prochain via Nuclear Blast. Ce titre est tiré d'un verset de la Bible selon les dires de Nergal. "C'est même une citation du Christ lui-même" ajoute t-il." FAIL !

C'est ni de Jésus, ni même dans la Bible, du(...)