Il est parfois très difficile de différencier le génie de la fumisterie. A l’écoute de certains albums, on se demande parfois si l’on est trop stupide pour appréhender la portée artistique d’une œuvre, ou si celle-ci nous prend pour des imbéciles en tentant de faire passer des idées erratiques et aléatoires pour des accomplissements avant-gardistes. Mais de temps à autre, on reste tellement dubitatif qu’on en devient incapable de formuler un avis final, laissant notre cerveau errer dans les limbes du doute, sans entrevoir une porte de sortie viable…C’est un peu le sentiment qui m’étreint ce matin après l’écoute du second album du one-man-project CAVERNLORD, qui s’il mérite bien son nom, ne se livre pas pour autant au petit jeu de l’aveu explicite. Et pour cause, puisque l’homme responsable de ce projet terre son inspiration dans la proverbiale et allégorique caverne, faisant preuve d’une misanthropie ultime, et protégeant son secret avec conviction, comme s’il était révélateur d’une vérité ultime que peu sont à même de comprendre. Dans les faits, CAVERNLORD n’est rien de plus ou de moins qu’un des concepts tordus de Nathaniel "Namtaräum" Leveck, activiste au sein du principal NATANAS, et qui régulièrement se permet quelques infidélités lorsqu’il s’estime trop fécond.  

Ce qui est assurément le cas depuis quelques années, puisqu’on retrouve l’homme et son pseudo derrière des formations comme HYDROGEN SULFIDE, KHYÆGHÜRR, SANDWICH FULL OF FUCK, TELERUMINATION et quelques autres aussi anecdotiques. Nathaniel est donc un musicien pas vraiment autodiscipliné, qui se répand en exactions toutes aussi brutales qu’étranges, dont CAVERNLORD incarne un genre d’acmé de bizarrerie et d’incongruité, en prônant le principe déviant de Heavy Psychedelic Sludge, s’apparentant parfois plus à une engeance très déformée de Doom psychédélique typé années 70, ou comme un genre d’Indie lo-fi biscornu, qu’un Nick Cave en cure dans un sanatorium aurait pu produire au plus haut de ses hallucinations nocturnes (« Lotion’s In The Bucket », qui ressemble à s’y méprendre à une alliance entre les tarés de FLIPPER ou de HALF GENTLEMEN en goguette avec des VIRGIN PRUNES encore plus azimutés que d’ordinaire…). 

Difficile de voir en cet essai une tentative de musique construite et agencée. Il faut plutôt y déceler le « génie » maléfique d’un instrumentiste/compositeur laissant divaguer son inspiration où bon lui semble, rassemblant à postériori les morceaux pour tenter d’y apporter une cohésion. C’est indéniablement étrange, parfois glauque, souvent nonsensique, et les « what the fuck ??? » risquent de fleurir à votre bouche une fois que vos oreilles auront trempé dans ce marigot poisseux. Trop lent pour être Black, trop rapide pour être Doom, trop libre pour se targuer d’une quelconque puissance Sludge, cet Ubiquitous Falsehood faisant suite à un premier effort éponyme à peu près du même tonneau surprend, dérange, irrite, agace, mais se veut unique en son genre, un peu dans une relation amour/haine avec le psychédélisme des 70’s qui se prendrait la tête avec une forme très larvée de Doom évanoui des années 80. On sent un léger parfum sudiste dans l’affaire, des accointances macabres (« Pink Slip », troublant sur sa fin de ses vocaux malsains)une palanquée de riffs à l’état larvaire qui parfois jouent la fausseté pour encore plus nous les briser (« Sorrow », si la tristesse est une rime dans le vide, alors la détresse vient de trouver son incarnation ultime), pour un résultat global aussi amateur qu’hypnotique. La question reste alors en suspens, à savoir si tous les musiciens du monde doivent à un moment donné brider leur inspiration pour se recentrer sur des thèmes un peu plus abordables, ou s’ils doivent s’expurger d’un trop plein d’idées pour passer à autre chose. Et les réponses ne se bousculent pas au portillon, spécialement lorsque l’absurde s’invite au banquet, offrant à certains titres des conclusions complètement à côté de la plaque, et aux antipodes de leur introduction. On a même parfois le sentiment assez désagréable d’avoir manqué un épisode, passant d’une litanie discordante à la BECK bourré (celui de ses albums autoproduits qui ne se sont jamais encombrés d’une quelconque logique), à un feulement agonisant d’un ABRUPTUM plus souffreteux que réellement menaçant… 

Et les litanies se répandent dans un air vicié, sans que l’on puisse vraiment savoir si la suffocation est due au manque d’air, ou au sadisme d’un tortionnaire qui ne nous épargne rien du début à la fin. Entre des complaintes vocales à faire passer un fantôme de Westminster pour un gentil diablotin de foire, et des arrangements spartiates qui confondent expérimentation avec jeu de hasard (« Lungs Of Swamp »), la valse avec beaucoup d’hésitation nous enivre comme un mauvais vin, même si la sincérité du bonhomme n’est pas à mettre en doute. Parfois, l’autodidacte se reprend un peu, et tente des choses un peu plus évolutives et ambiancées, comme ce bizarre « Man was the Lord of the Fire », presque incantatoire, qui découle sur un genre de cérémonie funèbre en apparat de messe noire, via « Caffeine and Boredom » qui sans le vouloir (ou peut-être que si…) symbolise à merveille les réactions suscitées par cette musique qui n’en est pas vraiment une… Ubiquitous Falsehood finalement se termine comme il avait commencé, par un « Bury The Dead » au Doom atmosphérique plus pénétrant que le reste des gestes, et qui pourrait laisser présager d’un avenir sombre propice à séduire les plus branques des amateurs de lenteur et d’oppression. Mais après avoir subi tant de douleur et de tergiversations, il est difficile de se raccrocher à cette ultime promesse, qui ne résume pas vraiment tout ce qui l’a précédé…Et par conclusion, j’en reviens donc à mon débat d’introduction, à savoir cette difficulté à dissocier le foutage de gueule du génie abstrait…Je me garderai bien d’opposer un jugement définitif à cette interrogation, et je vous laisserai maîtres de votre propre destin et opinion. Toujours est-il qu’entre trois défauts, Nathaniel "Namtaräum" Leveck laisse apparaître fugacement la moitié d’une qualité, et qu’il restera pour moi une énigme impénétrable, tout comme sa musique échappe à tout classement trop ferme dans le verbe.


Titres de l'album:

  1. Simple Cloven
  2. Penny for Your Thoughts
  3. Love Tunnel
  4. Lotion's in the Bucket
  5. Pink Slip
  6. Sorrow
  7. Lungs of Swamp
  8. Man was the Lord of the Fire
  9. Caffeine and Boredom
  10. Bury The Dead

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 14/03/2018 à 18:07
60 %    333

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)


Oui, il y a des festivals, plus la proximité de Toulouse où beaucoup de grosses tournées s'arrêtent. Mais le Midi c'est vaste comme définition, la situation n'est pas la même selon que tu seras metalleux à Bayonne ou Draguignan. Bref.