A Tale of Fire

Omnivide

22/03/2024

Autoproduction

OMNIVIDE est né des cendres du tribute band SUNBIRD, qui rendait hommage au génie créatif d’OPETH. Mais comme souvent dans le cas de musiciens s’appropriant le répertoire d’autrui pour exister, l’envie de proposer quelque chose de plus personnel s’est manifestée, et a entraîné les musiciens sur un chemin plus intime, et surtout, plus en phase avec leurs qualités personnelles. Ceci étant dit, même en abandonnant sa passion première, OMNIVIDE n’a pas effectué un virage à quatre-vingt-dix degrés. Car ce premier album exhale encore un parfum OPETH très prononcé, même si les références se sont élargies pour intégrer des préoccupations plus violentes.

De fait, inutile de vous attendre à un succédané d’In Cauda Venenum. Bien que toujours proche de ses racines, OMNIVIDE est considérablement plus agressif que son illustre modèle (du moins dans sa version la plus récente), et ce premier album se pose dans une logique de Death Metal progressif, incorporant des éléments symphoniques, des traces fugaces de Black Metal, pour un résultat aux ambitions conséquentes.

Le Canada peut donc être fier de ses rejetons, qui avec A Tale of Fire embrasent le cœur des fans de musique aussi brutale que complexe, aussi directe qu’alambiquée, et aussi puissante que pleine de nuances. Alex Cormier (basse), Nicolas Pierre Boudreau (guitare), Samuel Frenette (guitare/chant), Samuel Lavoie (claviers), et Marc-André Richard (batterie) prouvent en huit morceaux que l’on peut s’affranchir de ses mentors, sans trahir sa passion ni perdre en sincérité. Et les premières mesures de « Clarity » sont justement là pour mettre les choses au clair dès le départ. Une foultitude de riffs, des cassures nettes et sans bavures, une énergie incroyable, pour un premier disque impressionnant de maturité et de plaisir.

Sans aller jusqu’à chercher un parangon de technique et de complexité, le quintet parvient tout de même à transcender les vieux principes du Death progressif des années 2000. Basé sur un principe de rythmique versatile et de mélodies affrontant des hurlements graves et graveleux, A Tale of Fire est un bûcher des vanités transformant en cendres la fidélité aveugle d’hier pour mieux se concentrer sur une personnalité unique et qui s’exprime par le biais d’un nombre incroyable de plans.

Dense, mais intelligible. Voici une constatation honnête après avoir multiplié les écoutes, qui évidemment ne révèlent pas sans effort toutes les intentions d’un groupe qui a plus d’un arrangement dans sa poche. Si le respect du tracklisting permet de saisir l’œuvre dans sa globalité logique, un petit test en doigts de pieds trempés dans l’eau peut être effectué, en plongeant dans les affres de « Desolate », morceau qui porte son titre à merveille.

Contenant plus d’idées que la discographie intégrale de certains groupes moins motivés, ce morceau est en quelque sorte l’exemple type de la démarche des canadiens, qui n’aiment rien tant que construire des labyrinthes pour mieux vous y piéger. Et alors que les murs se décalent, que les interstices se remplissent, et que la sortie semble de plus en plus difficile à trouver, OMNIVIDE se réjouit de cette errance pour mieux imposer sa patte grandiloquente, et digne d’une BO gothique réconciliant le Mélodeth suédois et le Death progressif des nineties.

Très proche de la brutalité la plus outrancière, A Tale of Fire s’amuse à jouer avec les extrêmes pour proposer un entre-deux fascinant. Et tout y passe, avec un naturel déconcertant. Techno-Thrash, Death progressif, Black inextricable, et Heavy Metal fluide et harmonieux, pour mieux doser les ingrédients et éviter la catégorisation immédiate. Car vous l’aurez compris, le but du jeu n’est pas de se labelliser indirectement, mais justement d’échapper à toutes les étiquettes sans vraiment le vouloir.

« A Tale of Fire », bousculant comme un Black scandinave forestier, pousse tous les compteurs dans le rouge, et souligne la précision d’une production exemplaire. Production précise et claire qui permet aux nombreux soli de percer l’armure qui nous sert d’âme, et d’apprécier le travail d’un guitariste qui sait mettre son talent au service du collectif.

Et malgré sa densité et son épaisseur, A Tale of Fire ne saoule jamais de sa prétention. Ce qui n’est pas défi facile à relever lorsqu’on se lance à corps perdu dans un opéra Death au livret ensanglanté, et aux actes barbares et évocateurs. Death opératique ? La formule peut séduire, mais la réalité des faits est toute autre. OMNIVIDE est plutôt un anti trou noir qui redistribue l’énergie au lieu de l’avaler, et donne naissance à des étoiles brillantes illuminant le ciel de ce mois de janvier terne et pluvieux.

Si les arrangements de cordes sentent bon le synthé un peu maladroit, les guitares rattrapent le coup, et nous offrent un véritable festival de sur-mesure, allant jusqu’à tâter de l‘ibère sur l’intro de « Holy Killer » (le single lâché en avant-première). Les atmosphères très travaillées, la complémentarité de musiciens qui s’entendent comme prodiges au conservatoire, les prouesses personnelles embellissant encore plus le tableau général, OMNIVIDE  n’a pas lésiné sur les moyens, et se réserve une carrière qu’on pressent exemplaire.

Pas encore affranchi de l’admiration OPETH, OMNIVIDE en propose une alternative très crédible, qui nous renvoie aux jeunes années de Mikael Åkerfeldt. Ce qui n’est évidemment pas donné à tout le monde. 

 

             

Titres de l’album:

01. Clarity

02. Opulence

03. Desolate

04. A Tale of Fire

05. Cosmic Convergence

06. Holy Killer

07. Death Be Not Proud

08. Stoned Dragon


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/03/2024 à 16:35
88 %    285

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35