Vous êtes jeune, vous squattez chez votre grand frère pour le week-end ou les vacances, et dans un élan oisif intense, vous fouillez dans sa collection de tapes qui traîne dans les cartons depuis dix ans. Vous écrémez la découverte, mettant de côté les trucs dupliqués et les albums connus, lorsque vous touchez du doigt un boitier un peu plus froid que les autres, poussiéreux, à l’iconographie digne d’une Xerox des années 80. Et là, le Graal, la vie éternelle, la surprise mortelle, vous êtes persuadé d’avoir déniché le trésor absolu, la démo que personne n’a connue, dont personne ne se souvient, exhumée des cavernes du passé par un hasard heureux. Délecté par l’odeur alléché, vous glissez la pépite dans la boom-box fatiguée mais toujours vaillante pour peu qu’on lui fasse manger quatre nouvelles piles, et vous vous voyez conforté dans votre certitude, celle d’avoir mis la main sur un groupe unique, fondé entre 1983 et 1985, et que le destin  a remisé sur les étagères de l’oubli. Tout, de la jaquette aux pseudos des musiciens, en passant par leur apparence, et surtout, en s’arrêtant sur la production et la composition vous conforte dans l’idée que ce quatuor s’est perdu en route, et que le temps et la chance ont fini par rattraper. Et vous aurez quelque part raison, même si vous avez tort. Raison, parce que tous les indices laissés vous entraînaient sur la piste de la nostalgie morbide. Tort, parce que factuellement, le groupe en question n’existe que depuis trois ans, et que cette fameuse démo tape n’a été distribuée qu’en 2017, par les moyens du bord, et à une échelle plus que réduite. Là est donc le tour de force accompli par les NECROGOSTO, qui des entrailles de leur enfer sud-américain sont parvenus à nous duper de leur époque et de leurs références. Et faites-moi confiance, un tour pendable pareil n’est pas donné à tout le monde.

La vague old-school actuelle, qu’elle se concentre sur le BM, le Death, le Thrash ou autre chose, n’a qu’une idée en tête. Nous faire croire que, nous laisser à penser que, malgré que. Et si parfois, le tour de passe-passe vintage marche à plein régime, la plupart du temps, personne n’est dupe et tout le monde sait faire la différence entre l’inné et l’acquis. Et si Nuclear War Now se frotte les mains de son opération tromperie, c’est à juste titre, puisque leur nouvelle réalisation risque fort de feinter les spécialistes de la cause extrême, pour peu que ces derniers soient un peu étourdis quant à la date de sortie du produit. Sorti il y a un an et demi à compte d’auteur, au format bande et à soixante-six exemplaires, cette première démo des brésilien de NECROGOSTO est une petite merveille d’authenticité à elle seule. Entendons-nous bien sur le propos, les louanges énoncés en amont ne sont dus qu’à cette force de persuasion temporelle, et à ce mimétisme culturel, et non aux qualités intrinsèques d’un combo que rien ne vient différencier des plus modestes vociférateurs de l’histoire. Mais pour peu qu’on ferme les yeux sur les informations prodiguées par le label, on pourrait facilement croire que cette cassette a été à l’époque signée sous licence par Cogumelo Records, et rééditée en CD aux alentours de la fin des années 80. Et les quatre bestiaux se servant comme ils peuvent de leurs instruments ne cachent en rien cette fascination pour les exactions de leurs aînés, puisqu’ils en reconnaissent la paternité sur leurs pages officielles. C’est donc avec grand plaisir que nous acceptons d’être introduits (pas trop profondément quand même…) à Tom Nuctemeron Perpetual Disorder (basse), BB Crazy (batterie), Perversor of the Holy Order (guitare) et Bestial Goat of Abominations and Reverbered Chaos of Morbid Screams (chant, bravo), qui avec force grimaces et un corpsepaint à faire sortir Dead de sa tombe nous enthousiasment de leur Thrash blackisé ou de leur Black thrashisé (selon les options), le tout en cinq véritables morceaux et deux intermèdes ambiancés.

Je parlais de références et d’influences, les leurs sont une évidence. Elles sont écrites en lettres de sang virtuelles sur leur page Facebook, et les SARCOFAGO, BEHERIT, MYSTIFIER, BLASPHEMY, HELLHAMMER, HOLOCAUSTO, MUTILATOR, IMPALED NAZARENE, TERVEET KÄDET, DARKTHRONE, VULCANO, RAZOR, NECROBUTCHER, BLOOD, INSULTER, MAYHEM, SODOM, SLAYER, BRIGADA DO ÓDIO, SEXTRASH et autres défenseurs de la cause animale de se disputer le parrainage d’un groupe qui leur doit tout, et qui assume. Outre donc un son à faire vomir de tristesse nostalgique les frangins Cavalera et Tom Angelripper de SODOM, une jaquette à faire sourire toutes les imprimantes laser de la création, et des sobriquets à donner des couleurs vives au faciès de n’importe quel fondateur du mouvement Black norvégien, les compositions qui animent les vingt petites minutes de cette première démo, pour l’instant sans suite, sont aussi des indices patent de l’amour que portent ces brésiliens à la vague extrême nationale des années 80. Loin d’être de pauvres manchots incapables de jouer autre chose qu’une croche mal placée et sous accordée, nos amis de São Paulo sont de véritables esthètes du mimétisme, et reproduisent à l’identique tous les plâtres déjà essuyés par les formations précitées. Riffs qui empestent les linceuls moisis, rythmique primaire qui souvent dégénère et qui manque quelques temps, grosse basse ultra-distordue qui pue du cul, et évidemment, un chant satanique mixé en arrière-arrière plan, ressassant des histoires d’horreur à deux sous, pour le plus grand frisson des vieux matous que nous sommes au fond de nous. Un genre de messe noire casher qui utilise les bons candélabres, le même vieux bouc défrisé, et la même iconographie à base de vulgarité et de vierges dénudées, pour un sabbat qui embaume l’espace-temps de sa crédibilité. Mais alors, finalement, que penser d’une démo qui s’évertue sur tout son timing à recréer des ambiances largement éventées depuis l’invention du solfège et du progrès ? Telle est la question à laquelle vous devrez répondre pour juger de la pertinence du projet.

Le groupe n’ayant pour le moment produit que cette unique cassette, impossible de se baser sur une quelconque évolution pour émettre une opinion. Mais en se référant aux chansons proposées, inutile de cacher que le concept d’imitation, aussi peu progressiste soit-il, est jouissif, tant il nous replonge dans les affres de l’orgasme du tape-trading, et des découvertes de groupes tous plus méconnus et méchants les uns que les autres. Véritable bain de jouvence en forme de gimmick d’outrance, Necrogosto est justement un deal conclu con gusto, qui se savoure chaud, et un secret qu’on partage entre initiés. Une façon sympathique de rétrograder sans rétropédaler, et de retrouver des sensations cachées. De fait, on se cogne de savoir si le groupe va insister, persister, ou bifurquer, puisqu’en tant que telle, cette démo vaut son pesant de pourri. Et outre cette sortie sur Nuclear Now, la bande est aussi disponible en CD via les Resistencia Bestial, ABC Terror & Resistencia Underground, et en doublon tape chez les polonais de Chapel Records. Un conseil, achetez-là, et faites le test avec un ami dans la cinquantaine, qui a connu en temps et heure les gloires nationales. Observez sa réaction. Le jeu peut en valoir la chandelle.   

 

Titres de l’album :

                           1.Intro

                           2.Ritual of Decay

                           3.Crush Salomon's Temple

                           4.Blasphemous Upheaval

                           5.Rise of Succubus

                           6.Paths of Abomination

                           7.Outro

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 14/03/2019 à 17:11
78 %    148

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes