Chaque été, la TAF propose son festival "See You in the Pit", qui est précisément un cycle de plateau HardCore étalé sur deux mois. Agnostic Front est une tarte à la crème de la programmation de la salle, ils doivent venir à peu près chaque année, dès qu'ils mettent le pied en Europe. Comme je restais sur le souvenir d'une performance mitigée au Rockstore en 2007, je n'ai pas participé aux nombreuses occasions qui ont suivi. Cette fois, après un mois sans pouvoir rien faire et ayant dû même sacrifier System of A Down aux arènes (c'était un peu raté paraît-il donc moins de remords), j'ai voulu donner une seconde chance à l'ultime légende vivante du NYHC, dans une salle plus compacte.

Les Coreux sont fidèles et la régularité des passages n'entame pas leur envie. Le public était là, même si assez peu étaient passés par la prévente. Mais avec deux groupes seulement, ce n'était pas la peine de se précipiter dès l'ouverture du portail en tôle ondulée. Dans la moiteur lourde étouffant la cour, je me sentais légèrement décalé avec mes cheveux, mon t-shirt de Death Metal choisi trop vite et mon petit corps frêle vierge de tout tatouage ni piercing quelconque… Les deux groupes avaient apporté leur merch'.


DYS est un vieux groupe emblématique de la scène de Boston, dont la présence confirmait que les vieilles bisbilles entre les scènes des deux villes sont bien loin maintenant – taper  ensemble sur les Californiens, ça rapproche. Leur HC est effectivement bien à l'ancienne, très Punk Pop avec ce que cela implique de mélodie. Le chanteur maîtrise le français, ce qui lui a permis de faire passer encore mieux certaines explications de titres, sur des thèmes classiques du HardCore avec parfois des métaphores inattendues (la construction d'une église…) et l'emploi de "you know" à la place de chaque virgule. Malheureusement le collectif semble bien fatigué, l'interprétation molle et le batteur assez limité ne pouvaient pas emballer l'assistance, pourtant assez fournie et polie pour rester tout le long du set. Chacun se contenta de bouger un peu à sa place tandis que la set list plongeait de plus en plus dans le passé du groupe, jusqu'à l'avant-dernier titre qui déclencha enfin quelques coups d'épaule.

C'est très gênant de devoir être juste envers un groupe de gens sympathiques qui affiche trente-cinq ans d'engagement, mais on avait vu des premières parties plus captivantes.


AGNOSTIC FRONT, comme un autre père fondateur d'une autre scène, débarquait sur la bande-son de "The Good, the Bad and the Ugly" (mais l'extrait le plus célèbre). Excité, Vinnie Stigma sautait sur place en brandissant sa célèbre guitare arborant son nom en grand au dos et se signe même dans les dernières secondes de l'introduction (l'agnostique n'est pas l'athée…). La tournée couronnant l'anniversaire du groupe, le gang attaqua à fond un chapelet de tubes immortels. Comme ça, même moi j'avais l'impression de bien connaître le répertoire du groupe ! Au début les vocaux de Miret étaient pourtant encore moins audibles que sur album, et les chœurs bien plus avantageusement mixés.

AxFx tisse des liens forts et il n'est pas surprenant que Stigma aie rapidement rendu hommage à Fify, maître des lieux qui les a conviés tant de fois, comme il encourageait individuellement les moshers du pit, parvenu cette fois à ébullition instantanément, lorsqu'ils passaient à sa portée, sans oublier les trois mots de français universels. Plus à la blague, Miret retrouvait assez vite un mixage décent et préférait ne pas éterniser les pauses, en se limitant essentiellement à des harangues percutantes de routard intouchable des scènes. Clairement, le groupe est mieux à l'aise dans une petite salle que dans des dimensions même moyennes comme celle de ma première rencontre. Le pit était déchaîné de "My Life – My Way" à "Crucified" en passant par "For my Family". L'air de rien le quintet joue au poil, aussi bien qu'en studio en y ajoutant une envie belle à voir après tant d'aventures. Roger invita le public à chanter et bisser "Happy Birthday" pour son batteur, avant d'enchaîner aussitôt le chœur de "Gotta Go", effet garanti ! Un membre de Madball vint participer à un titre, avec sa casquette et ses cheveux longs je n'ai pas su le reconnaître, c'était peut-être Freddy Cricien, (vrai) petit frère, en personne… à ce niveau de proximité du cœur de ce qu'est le NYHC c'était bien possible. Quand Stigma fait le gorille musclé il est premier degré, mais c'est tellement le noyau de l'esprit HC old-school. En trois quarts d'heure, tout était dit et une reprise de "Blitzkrieg Pop" dédiée à chacun des (faux) frères Ramones acheva l'assistance rincée sur une touche de bonne humeur. Nous laissant sonnés sous une musique incongrue, le groupe se dispersa en un instant.


Evidemment je ne regretterai pas d'avoir vu ce dinosaure dans sa pleine mesure. Effacé le vieux souvenir ingrat ! Sans forcément profiter du reste du cycle, totalement HC, c'était une excellente préparation pour le festival de cet été. D'ailleurs, saluons celui qui était là après avoir fait un aller-retour en 24 heures à l'Obscene Extreme, juste pour une journée.


par RBD le 12/07/2017 à 08:12
   204

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Chthonic

Battlefields Of Asura

Cor Serpentii

Phenomankind

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.


Merci beaucoup !
Quel talent !


Merci beaucoup !
Quel talent !


@meloman , et si tu t’asseyai un peu sur tes doigts, ça te ferait du bien non ?
Et au passage va faire un tour ailleurs, pas besoin de pleureuses comme toi au propos totalement inutiles.


Excellente affiche également que voilà là !


@ meloman : euh... la bière "de la merde" une "idée stupide" ? On a pas les mêmes valeurs :D !
Faut se détendre hein... quand Opeth sortira quelques choses musicalement t'en fais pas on en parlera.


@Meloman: on se détend, pourquoi tant d'agressivité? Tu es certain de ne pas déjà avoir un gode Lordi coincé quelquepart?


Je vois le nom Opeth, je me dis que c'est une new musicale concernant le groupe en question...mais non ça parle de bières, bientôt le groupe sortira des godemichets à son effigie et vous vous empresserez de publier tout ça avec photo à l'appuie...évidemment.

J'appelle ça de la(...)


Merci pour ce récit très instructif, qui complète ce qu'on peut capter du processus en regardant les DVDs de studios-reports qui sont parfois joints aux albums. Effectivement une réactualisation s'imposait, tant l'évolution est allée vite.
On comprend comment le Metal extrême est devenu(...)


Superbe affiche une fois de plus ouais (BETHLEHEM !!!)...
Malheureusement, cette année, cela sera sans moi (sob).


Ouais, ça va saigner !