Israël, terre promise. Oui d’accord, mais aussi terre promise semble-t-il pour des groupes qui s’adonnent aux joies du Hardcore salement corsé, et qui se regroupent pour former une communauté aux forces unies et à la puissance bénie.

Ainsi, le label local DIY Shalosh Cult recense quelques ensembles susceptibles de séduire les plus agressifs des coreux d’aujourd’hui, en promouvant le travail de BARREN HOPE, PARVE, ZAGA ZAGA et en faisant une pub externe pour d’autres combos méritants, dont les fameux DIEKVAR dont je m’apprête à vous entretenir en cette fin de matinée.

Les DIEKVAR sont donc cinq (Nimrod, Gil, Yavin, Ofri, Aviv), se sont formés en décembre 2015, inhalent de la pourriture et exhalent de la haine, et nous proposent donc en ce mois de juin leurs vues sur un Powerviolence franc et massif, qui n’a strictement rien à envier à celui de leurs homologues américains.

Leurs influences/références avouées ? PIG DESTROYER, SLAYER, IRON LUNG, MAGRUDERGRIND, SMARTUT KAHOL-LAVAN, DIR YASSIN, DROPDEAD, ce qui vous permet avant même de les avoir écoutés de les situer dans un créneau balisé…mais pas tant que ça.

Premier EP donc, qui tourne rond en neuf minutes pour neuf morceaux, et qui fait preuve d’une sale énergie Powerviolence, qui ne rechigne pas à tâter du Hardcore plus traditionnel, tout comme d’un Fastcore fast et contextuel.

En gros, beaucoup de violence, évidemment, mais aussi une technique pointue qui leur permet d’accumuler un nombre conséquent de breaks qui dynamisent l’écoute de cet EP, qui s’avère parfait de bout en bout dans son créneau extrême.

Pas de grosses surprises, on évolue en terrain connu et découvert, même si les israéliens se permettent quelques arrangements bien sombres qui les font parfois pencher du côté Dark où ils risquent de tomber (« דבש », désolé, pas de traduction à vous offrir).

En rajoutant quelques comparaisons sur la route, je pourrais placer les noms de GETS WORSE, PLEASURE CROSS, WEEKEND NACHOS (en moins second degré) ou les RAZORHEADS, mais avouons tout de go que les DIEKVAR s’en sortent très bien par eux-mêmes, sans avoir besoin de chaperon.

La brièveté est de mise. Les morceaux ne dépassent jamais les quatre-vingt-dix secondes d’usage, et comme souvent, le dernier chapitre joue les prolongations en ralentissant le tempo, pour offrir une ultime digression Induscore très convenable, et lourde comme un dimanche d’été orageux.

Le son de cet EP est en tous points remarquable, avec une dynamique globale qui donne de l’ampleur aux graves sans trop bouffer les médiums, et le niveau technique est largement au-dessus de la moyenne, ce qui permet au quintette de développer certaines idées en dehors de leur contexte. Et si l’ouverture «מת » (toujours pas de traduction, désolé) étale tous les arguments à venir en démultipliant les tempi, les breaks et autres riffs accumulés, c’est pour mieux vous enserrer dans leur étau.

Pas de déviation soudaine, le cheminement est logique, même si l’ambiance générale est salement plombée, même pour un effort Powerviolence classique.

On atteint d’ailleurs des pics d’intensité dans la brutalité, comme le démontre assez rudement «אספלט » (toujours pas, non), qui s’autorise même un plan salement efficace à son terme, bondissant d’un groove très gras qui reste dans la tête.

Ça hurle, le chant est doublé, et finalement, la débauche d’énergie tourne parfois à l’hystérie collective, tant l’emphase sur la crudité est appuyée sans retenue.

Mais tout ceci reste diablement cohérent, sans se départir d’une folie générique vraiment euphorisante (« דבש », joli catalogue de sévices, avec passage Hurtcore offert par la maison).

Grâce à l’allant des DIEKVAR, on découvre donc une scène israélienne qui a beaucoup à offrir, et qui a tout compris aux préceptes Hardcore contemporains.

Un Powerviolence qui se distingue par sa créativité et son refus de se brider, tout en tenant fermement en main le garde-fou de la logique et de l’efficacité.

De plus, cet EP vous est offert gratuitement sur le Bandcamp du groupe, décidément très généreux, ce qui vous permettra de les découvrir à moindre frais, sans pour autant vous empêcher d’avoir l’âme et le portefeuille généreux.

Ce genre d’initiative mérite d’être récompensé, et nos yeux et oreilles sont maintenant tournés vers Israël, dont nous attendons beaucoup en termes Core pour les années à venir.


Titres de l'album:

  1. מת
  2. רצונות-מציאות
  3. אספלט
  4. אפס
  5. דבש
  6. אני אמות לבד
  7. עוד קבר
  8. לא חלום
  9. אללא דיכבר

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 05/07/2017 à 14:03
75 %    223

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)