Moonspell - Tour 2016

Moonspell

Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (France)

du 16/12/2016 au 16/12/2016

MOONSPELL célébre en 2016 les 20 ans de l'album Irreligious qui figure parmi les classiques du groupe mais également de la scène Dark Goth Metal dont les Portugais sont l'une des figures emblématiques. 9 dates ont donc été calées en France et en Espagne en cette fin d'année pour que le groupe le joue intégralement sur scène, accompagné de quelques titres issus du reste du répertoire, on y reviendra. En ce vendredi 16 décembre, le passé a repris vie sans pour autant la sensation d'avoir un retour dans le passé à proprement parlé.

 Quelques têtes que l'on a pas vraiment l'habitude de voir ici montrent que l'affiche est plutôt exceptionnelle. En effet, si MOONSPELL était passé il y a 5 ans dans le cadre d'un festival sur Nancy, aujourd'hui l'ambiance va être plus intimiste.




Trois groupes sont à l'affiche ce soir et ce sont les Français de VOLKER qui ouvrent les hostilités avec un Rock'n'roll assez malsain que l'on pourrait appeler Cold Dark Rock'N'Roll. Composé de membres d'OTARGOS et de l'ancienne chanteuse de NOEIN, Jen NYX, le groupe s'affirme et montre qu'il sait tenir une scène. Il est vrai que l'attitude très affriolante de la chanteuse met en émoi les premiers rangs, la demoiselle sait en jouer avec des poses lascives, des contacts avec les mâles du premier rang et une tenue plutôt aguicheuse. Mes craintes sont justement basées là-dessus, que le discours soit creux et que les Bordelais ne mise que sur la présence de Jen. Alors si on ne peut nier que sa présence est un plus indéniable, il rampe derrière une ambiance malsaine avec des riffs parfois dissonants. Les titres sont directs et fonctionnent bien même si l'alternance vocale est d'un commun, la musique, elle, navigue entre Hard Rock bien burné et Sludge. La salle répond plus que positivement à la prestation de VOLKER qui quitte la scène sur un "Raven" bien écrasant et sur lequel Jen se donne à fond, vide ses dernières cartouches, puisque la tournée se finit ici. Le groupe devrait publier son premier album très prochainement...

Setlist VOLKER : Freaky B / Bitch / Obey ! / Black S / Would You / Negative Wave / Raven

 

La scène se vide puisque le kit de batterie de VOLKER est enlevé, pour laisser place à une scène dépouillée, DER WEG EINER FREIHEIT opère en trio et sans aucun artifice. Quelques personnes sont clairement là pour les Allemands et on va très vite comprendre pourquoi. Je m'étais arrêté au premier album éponyme mais depuis le groupe s'est fendu de 2 albums supplémentaires dont le petit dernier, Stellar, sorti en 2015. Première observation, les Allemands jouent à 2 guitares et sans basse, dans la plus pure tradition du Black old-school même si cela semble plus être par défaut qu'autre chose puisque Giuliano Barbieri a quitté le groupe cette année. Le parallèle avec DISSECTION est toujours d'actualité avec cette dualité entre moment calme et mélodique et un Black Metal fortement mélancolique où le blast est roi mais surtout où les guitares tissent des mélodies à deux guitares. "Ruhe" issu du premier album ou "Requiem" du dernier envoient du lourd et si des problèmes de micro sur le premier titre gâche cet set ultra carré et puissant, Nikita Kamprad ne se démonte pas et s'époumone littéralement. Les Allemands ont marqué des points auprès d'un public qui commence à bien garnir cette salle désormais.


En effet, si on peut regretter que ce concert n'affiche pas complet, on remarque tout de même que les 3 quarts de la salle sont garnis et c'est loin de sonner vide durant la prestation d'un MOONSPELL qui va littéralement mettre le feu après un changement de plateau assez rapide.

Avec l'introduction lancée, "Perverse... Almost Religious", Fernando Ribeiro annonce la couleur dans un français plutôt bon, ce soir c'est l'album Irreligious qui va être joué entièrement. Explosion d'un public qui semble découvrir la nouvelle, il faut dire que ça n'a pas été très clairement annoncé sur l'affiche, personnellement, c'est en me renseignant sur les précédentes dates que j'ai appris cette nouvelle. Logiquement "Opium" déboule ensuite, le classique du groupe lance le show de manière magistrale et la présence du grand chanteur en impose sérieusement. Idem pour "Awake", "Ruin & Misery" et surtout sur "Raven Claws". L'interprétation est impeccable, Fernando Ribeiro est habité et vit ses paroles pourtant écrites il y a 20 ans déjà. "Mephisto" et "Herr Spiegelmann" referment ce chapitre Irreligious et les Portugais enchainent directement sur des titres de Wolfheart qui entrainent une grosse participation d'un public conquis, mon voisin concédant même qu'il avait la gaule, ne cherchant pas spécialement à vérifier je change un peu de coin pour "Vampiria" qui prend une dimension exceptionnelle sur scène, le chanteur ayant revêtu une cape avec un jeu de lumière très rouge pour une ambiance réussie.

MOONSPELL nous rappelle ensuite, qu'à ses débuts le Folk avait une place prépondérante dans sa musique et nous envoie "Lua D'Inverno" et "Ataegina" issus du premier album, le public danse et chante, Pedro Paixao se relâche un peu en faisant quelques pas de danse avec Fernando et puis le groupe redevient noir avec un "Alma Mater" annoncé comme le dernier titre du groupe... avant les rappels (c'est le dernier titre pour ce soir... enfin avant les encores - lâche Fernando fier de sa phrase). Pourtant, les rappels ne sont pas feints et le public présent ce soir en veut encore et lorsque le groupe revient sur scène c'est pour nous jouer quelques titres plus récents dont "Breathe", "Extinct" ou "Night Eternal" et si ces titres sont absolument magnifiques, on remarque tout de même que l'ambiance et le rythme est assez proche, dommage car jusque là, tout était parfait de la part du groupe, mais on ne boude pas notre plaisir pour autant. Heureusement, MOONSPELL ne nous laissera pas repartir sans avoir totalement joué l'album Irreligious et nous envoie un "Full Moon Madness" toujours aussi impeccable. Fernando Ribeiro donne de la voix et vit là encore ce titre aux allures de classique parmis les classiques, le public se lâche également. Après 1h30 de show, les Portugais ne peuvent pas laisser espérer d'autres rappels puisqu'aussitôt une musique 80's retentie dans la salle et des petits culs à peine majeurs se dandinent dans la salle avec des mâles trop bien coiffés pour penser qu'ils étaient là pour le concert de ce soir. Cependant, le groupe au complet reste un long moment sur le devant de la scène à serrer des pinces, remercier, donner quelques médiators pour une soirée des plus réussies.

Setlist MOONSPELL : Perverse... Almoust Religious / Opium / Awake ! / For A Taste Of Eternity / Ruin & Misery / A Poisoned Gift / Raven Claws / Mephisto / Herr Spiegelmann / Vampiria / Lua d'Inverno / Ataegina / Alma Mater / Breathe (Until We Are No More) / Extinct / Night Eternal / Full Moon Madness


On aura remarqué que depuis quelques temps le standing de la salle est monté d'un cran, autrefois le point de chute des groupes de Heavy de seconde zone, Chez Paulette est devenue une salle alternative à l'offre des salles de Nancy (située à 15 minutes) qui commencent à se faire rare. Nous sommes déjà venus chez Paulette et nous y reviendrons, c'est certain.

Merci à Luis et à Miguel Gaspar pour leur accueil et leur disponibilité.


par Simony le 21/12/2016 à 08:00
   561

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Dusk...And Her Embrace

JérémBVL 25/05/2020

Indecent & Obscene

Baxter 23/05/2020

Programmed

mortne2001 22/05/2020

Sodomizing The Archedangel

JérémBVL 22/05/2020

Dawn of Dreams

mortne2001 20/05/2020

Concerts à 7 jours
Blue Oyster Cult 02/06 : Le Trianon, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
asqer

La partie metal est plutot mauvaise. Du power sympho pompeux matiné de pseudo folk...

28/05/2020, 23:44

asqer

super originale la pochette

28/05/2020, 23:40

NecroKosmos

Belle chronique avec laquelle je suis tout à fait en adéquation. Hélas, cette excellente formation est passée inaperçue à l'époque. Mais, non seulement ce groupe n'est pas apparu au bon moment et il faut avouer qu'il lui manquait tout de même un p'tit quelque chose en plus pour vraiment se d(...)

28/05/2020, 21:18

Jus de cadavre

Ouah ! La branlée ! Un énorme merci pour la découverte, je ne connaissais même pas de nom cette tuerie intégrale... C'est maintenant corrigé.
Le Metal Extreme au sens noble. Putain que c'est bon !

28/05/2020, 15:58

Simony

Au risque de créer la polémique car je sais que le début de carrière des gars est intouchable dans le milieu Métal, c'est le seul album du groupe que je peux écouter entièrement sans grincements de dents... Kings Of Metal est trop calibré US pour moi et je ne parle même pas du Louder Than H(...)

28/05/2020, 15:53

Moshimosher

Album de qualité, pour sûr ! :)

28/05/2020, 12:06

Metalhead

Magnifique chronique pour un non moins excellent et étonnant album, parfaite combinaison d'un folk rafraîchissant et d'un metal aussi traditionnel que terriblement efficace. Monumental !

28/05/2020, 11:36

Gargan

A peu près la même histoire, ado à l'époque et ce digi noir m'intriguait dans les bacs (il fut ruiné par une promenade nocturne en voiture dans un marais inondé, mais c'est une autre histoire !). Les premiers instants avec l''incendie puis le cri perçant introducteur m'avaient vraiment impre(...)

28/05/2020, 11:04

recber

C'est plus Currie d'anus faisandé que curry d'agneau là pour le coup.

27/05/2020, 19:14

LeMoustre

Excellente nouvelle.

27/05/2020, 07:42

Simony

Voilà un retour dans le passé qui laisse bien des regrets quand à l'orientation et le chemin suivi par ce groupe et Anneke.

26/05/2020, 21:15

Buck Dancer

Quelle claque j'ai pris à l'époque avec cet album ! Entre "Skinfather" et son break imparable ou un "Dreaming in red" magnifique, Dismember est vite devenu un de mes groupes fétiches.
J'ai aussi pu les voir à ce moment là, à l'Elysée montmartre, en premiere partie de Morbid Angel (Gra(...)

26/05/2020, 19:38

Yolo

Album de l'année pour ma part, comme à chacun de leurs albums.

26/05/2020, 18:43

Buck Dancer

Superbe Setlist qui était à la demande des fans, je crois.

26/05/2020, 18:07

JérémBVL

Enorme surprise, ça va être l'album de l'été!

25/05/2020, 13:44

Gargan

Ep suivant avec les tubes "Respect social distanciation", "keep your mask before I call the cops", "fucking conspiracist", "Vaccinate or eliminate" !

25/05/2020, 10:51

Listing Monstercity

Ahhh, cet album de Cancer... :-) Je l'avais justement dépoussiéré il y a 15 jours. Que de souvenirs ! Ca faisait plaisir à l'époque de retrouver James Murphy après sa mise à la porte de Death (quel gâchis !). Je trouve que ce type n'a pas du tout eu la carrière qu'il méritait (sans parler (...)

24/05/2020, 20:36

Buck Dancer

El Gringo, le nouveau café de Jacques Bave.

24/05/2020, 19:27

Gargan

Ce nom de groupe, gringo.. Prochain nom d'album "between the arabica and the robusta (a black curse of unholy flavor)"

24/05/2020, 18:34

Humungus

Putain ce son de CANCER tout de même !!!
Un grand merci Simony de me remémorer cette merveille.
Je vais me réécouter les albums pour la peine... ... ...

24/05/2020, 16:00