The Dead Town Nothing Tapes

H.o.u.n.d.s

11/09/2020

Autoproduction

En regardant brièvement le tracklisting de cet album, l’affaire empestait la compilation. Sauf que le nom du groupe ne me disait absolument rien, bien que je ne sois pas au fait des toutes les productions Hardcore de l’histoire. Il me fallait donc creuser un peu plus profondément pour déterrer le cadavre de la vérité, et c’est en tombant sur un site spécialisé que j’ai appris le fond de l’histoire. Au départ, je pensais à une collection de bandes démo publiées par un groupe en mal d’actualité, mais en fait, les HOUNDS (ou H.O.U.N.D.S selon le point de vue) ne sont qu’une nouvelle mouture d’un ancien groupe, les DEAD TOWN NOTHING, très célèbre en Angleterre et certainement l’un des combos les plus furieux de la perfide Albion. Et en guise de démos, le groupe nous ressert tout chaud sous un nouveau nom toutes ses productions sous le nom de DEAD TOWN NOTHING, alors qu’il est justement devenu…HOUNDS. The Dead Town Nothing Tapes rassemble donc les deux albums du groupe, plus quelques bonus tracks, ce qui permet donc de découvrir tout un pan de la scène Hardcore anglaise à moindre frais…sauf pour les oreilles. Formé en 2010, DEAD TOWN NOTHING a donc longtemps occupé l’avant-scène de l’underground national, jouant un peu partout, avant de se mettre en hiatus pour des raisons personnelles et de finalement jeter l’éponge. Jusqu’à ce qu’un organisateur arrive à les convaincre de se remettre en selle pour un festival en 2021 (Helly Fest - Sandown Airport, Île de Wight), ce qui a donné envie aux musiciens de revenir sous une nouvelle image, tout en gardant leur identité propre. Alors, avec vingt-quatre morceaux à vous mettre sous la dent, et même en excluant les cinq chansons cadeau, vous avez largement de quoi faire, d’autant que le contenu est aussi conséquent par la qualité que la quantité.

Nous retrouvons donc les LPs du groupe, dont le fabuleux et rageur Consequences, ainsi que quelques autres petites bricoles, dont les fans d’un Hardcore métallique et belliqueux se repaîtront sans retenue. A l’époque formé par Ash (chant), Dave (guitare), Minns (basse), Sam (batterie) et Connor (guitare), DEAD TOWN NOTHING ne faisait pas de détails, et jouait sa musique avec un investissement total, citant au passage quelques références dont les DEFTONES, DEFEATER, EVERY TIME I DIE, THE HOPE CONSPIRACY, ou VERSE. Du solide donc, pour une affaire très traditionnelle, et en découvrant ou redécouvrant ces morceaux, on comprend assez vite pourquoi la scène était le terrain privilégié du combo tant sa hargne transpire des pistes. Evoluant la plupart du temps sur un up-tempo leur allant à merveille, les DEAD TOWN NOTHING proposaient donc une musique lourde, puissante, avec des strates de chœurs bien épaisses, des riffs francs et massifs, et une rythmique explosive. Rien de bien neuf, mais une façon d’accommoder ses éléments avec flair, et donner envie au public de se jeter dans la fournaise d’un pit encore bouillant. Archétype du groupe Core anglais plein de rancœur, DEAD TOWN NOTHING jouait la street attitude, la franchise, et balançait des hymnes à n’en plus finir, tirant parfois sur le Metalcore, mais sans mettre les deux pieds dedans. De la grosseur dans l’amplitude donc, comme en témoigne l’aboiement de pitbull « Torches », l’un des hauts faits d’armes du combo.

Certes, j’en conviens, vingt-quatre morceaux pour plus d’une heure et dix minutes de musique peut représenter un écueil pour beaucoup. Mais rien ne vous oblige à avaler l’objet d’un trait, une écoute morcelée convenant parfaitement pour en apprécier la densité. Vous pourrez ainsi plus facilement vous délecter d’inserts plus subtils que la moyenne (« Intermission »), débouchant sur de pures tueries viriles (« Bruised and Broken »), avec des BPM s’affolant soudainement pour faire monter la tension. D’autant que le groupe propose diverses versions d’un Hardcore ténu et vorace, avec de longs morceaux à ambiance (« Just Another »), et de rapides manchettes qui vous coupent le souffle en pleine rue (« Please Try Again », « Another Man Down », « Keelhaul »). Alors en définitive, ce volet nostalgique est d’importance, pour les HOUNDS évidemment, fraîchement rebaptisés, mais aussi pour leur public, qui est bien sûr prêt à les suivre dans cette nouvelle aventure. Gageons que les musiciens ne changeront rien à leur façon de faire, mais en attendant un premier tome de la saga HOUNDS, ce regard en arrière sur la carrière de DEAD TOWN NOTHING permet de faire la transition entre passé, présent et avenir. Mais surtout, de se délecter d’une grosse mandale Hardcore bien plaquée dans la face, qui donne envie de continuer la lutte, et de ne surtout jamais renoncer.

Semper fi

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Killing Me

02. Plot

03. Dethroned

04. Jack Nicholson

05. The End

06. Torches

07. Intermission

08. Bruised and Broken

09. Another Man Down

10. Just Another

11. Scene It All Before

12. Eight Lives Down

13. Keelhaul

14. So the Flowers Didn't Work Then?

15. Put the Bat Down Wendy

16. Doers and Dreamers

17. Please Try Again

18. Nothing

19. Dry Tide

20. Jack Nicholson Live (Bonus Track)

21. Just Another Live (Bonus Track)

22. Another Man Down Live (Bonus Track)

23. Put the Bat Down Wendy Live (Bonus Track)

24. Bully (Bonus Track)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/06/2021 à 17:54
78 %    128

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : les K7

Jus de cadavre 23/01/2022

Vidéos

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Nightmare + Rhapsody Of Fire 28/01 : Le Metronum, Toulouse (31)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 29/01 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)
Rhapsody Of Fire 30/01 : L'ilyade , Seyssinet-pariset (38)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Il était surtout sous exploité dans Testament, lui et Steve DiGiorgio.Normalement, Dark Angel avait des dates en 2021 qui ont été repoussées cette année. Sans doute est-ce la raison qui l'a poussé à quitter Testament ?Et n(...)

24/01/2022, 19:26

Jus de cadavre

Un des meilleurs batteur Metal au monde selon moi. Sans vouloir être méchant, et même si j'aime bien le groupe, il devait un peu se faire chier dans Testament... Enfin je dis ça, je dis rien.En tout cas il a sacrément perdu du poids ces dernière(...)

24/01/2022, 19:18

Jus de cadavre

N'ayant pas connu la période cassette, même si j'en ai utilisé pour copier des cd (mes débuts avec un walkman encore à cassette...), je n'ai aucune attache à ce format que je trouvais ni pratique, ni de bonne qualité sonore. Je pense (...)

24/01/2022, 19:11

Kerry King

10 ans dans un groupe, c'était du jamais vu avec le pere Hoglan. 

24/01/2022, 18:35

Gargan

Il a l'air d'être tout gentil, pour du Deicide. Fronce les sourcils ! 

24/01/2022, 17:12

Gargan

Je rejoins le commentaire précédent. J’ajoute que, l’artwork ayant une place particulière dans le métal, plus la surface est importante… une partie pour moi de la raison de l’affection du vinyl.

24/01/2022, 15:01

Gargan

Je croyais que c’était une réformation d’un autre Sarcasm suédois (qui faisait du thrash), tant pis

24/01/2022, 14:53

Simony

Selon moi, cela tient plus de la hype. Par contre, à titre perso, j'aime bien ce format, la nouvelle démo de DIONYSIAQUE, par exemple, au format K7 c'est nickel, j'ai certains albums de Black Metal aussi comme ça, cela permet effectivement de distribuer pou(...)

24/01/2022, 08:29

Simony

L'épisode N° 3 est disponible ici :Sommaire

23/01/2022, 18:24

Simony

Chronique totalement partagée, j'avais écouté l'album par curiosité en trainant sur le Bandcamp de Iron Bonehead et il possible qu'il fasse parti d'un futur achat chez ce label que j'apprécie particulièrement pour l'authentic(...)

22/01/2022, 16:19

Humungus

"Faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC"Sans oublié KING DIAMOND et DEATH SS.En ce qui me concerne : Le premier album (KÜÜÜLT !!!) pis c'est tout.

22/01/2022, 13:47

Invité

"Ixaltirud" est la première émanation du projet, une chanson évocatrice, avec un son méditerranéen et ésotérique.

22/01/2022, 10:19

Simony

Je suis également très client de leur musique, de leur univers très soigné, mais là j'avoue que ça me laisse de marbre. Ca ne m'empêchera pas de me pencher sur cet album une nouvelle fois mais avec beaucoup de réticences... 

22/01/2022, 10:06

Nekro Sapiens

@Hoover, faut dire que Ghost ont pas mal pompé sur BÖC. D'où la comparaison. Contrairement à tout le monde ici, je suis assez client de leur musique

22/01/2022, 09:55

Hoover

J'ai jamais compris le succès de ce groupe. Quand je pense qu'il a été comparé à Blue Öyster Cult...

22/01/2022, 07:40

dafg

Marketing metal

21/01/2022, 19:04

Tétard Véloce

21/01/2022, 12:06

Vinnie Logan Paul

La blague continue et ça ne s'arrange pas.

21/01/2022, 11:53

Gargan

Clip moche et ça manque cruellement de riffs.

21/01/2022, 11:01

RBD

Je ne connaissais pas et je crois que ça va me plaire.

21/01/2022, 00:31