Devinez quoi. Du vintage pour vous, taillé sur mesure, quelle surprise non ? Pas vraiment, tant on se demande, à l’instar d’Hollywood et de ses remakes, si les musiciens d’aujourd’hui ne s’épanouissent pas plus dans le glorieux passé de leurs aînés que dans leur propre présent. Le débat peut être considéré comme futile, et la problématique anecdotique, pourtant l’issue est d’importance, et révélatrice d’une tendance qui depuis une dizaine d’années a la fâcheuse habitude d’empiéter sur le sens de l’innovation…Pas vraiment de quoi se plaindre pour le moment, d’autant plus que la grosse majorité des groupes s’adonnant aux plaisirs de la mode rétro sont plutôt compétents dans leur genre, mais si la vague continue de grossir, nous risquons de faire face à un raz-de-marée qui engloutira toute velléité d’originalité, ce qui a terme risque de nous pénaliser plus qu’autre chose. Mais avant d’en arriver à ce constat fataliste, sachons apprécier la musique pour ce qu’elle est, puisque celle proposée par les croates de SPEEDCLAW est plutôt du genre agressive et énervée, mais délicatement et subtilement décorée. Affichant trois ans d’existence, le quatuor de Rijeka (Dorian Perusic - batterie, Luka Jurisic & Luka Hrelja - guitares, Silvano Cosic - basse/chant) nous narre donc ses vues sur le patrimoine d’Europe de l’ouest via ce second EP, faisant suite à une introduction courte-durée Iron Speed, publiée en 2016. Ce Beast in the Mist, initialement paru en 2017 est donc relayé par le label US Shadow Kingdom Records, qui semble croire dur comme l’acier au potentiel de ses poulains, puisque l’objet sera formaté en vinyle, CD et tape, ce qui en dit long sur leur confiance. Mais à l’écoute des cinq morceaux plus intro de cette nouvelle sortie, il n’est pas difficile d’imaginer ce qui a convaincu la maison de disques, puisque ces morceaux sont taillés dans le Metal le plus chauffé, et répondent à une inspiration plurielle véritablement déchaînée.

Contrairement à pas mal de leurs petits camarades de jeu, les croates ne se fixent pas sur un mouvement particulier, et semble butiner de style en style pour polliniser le leur. On trouve donc dans leur approche des traces probantes de Speed fumant, des éléments convaincants de Thrash incandescent, et aussi pas mal de Heavy Metal pur jus, de quoi satisfaire tous les Heavy Metal maniacs ne s’étant jamais remis des avancées connues dans les années 80. C’est donc cette décennie bénie qui alimente une fois de plus l’imaginaire de jeunes musiciens, qui y trouvent leur compte et qui continuent l’entreprise de formulation entamée il y a bientôt quarante ans. De fait, et sous une pochette au graphisme qui sent bon les crayons de l’orée des eighties se cache un EP d’une efficacité terrible, mais aussi d’un niveau de jeu appréciable, qui condense en moins d’une demi-heure toutes les tendances, passant du Speed léger au Thrash effréné, sans paraître incongru ou inopiné. Impossible de ne pas craquer pour cette basse Core qui claque, pour cette rythmique vaillante qui frappe, et pour ces guitares que rien ne tempèrent, et l’ensemble dégage une fraîcheur incroyable, tout autant qu’une férocité imparable. Si l’empreinte des WARFARE, CROSSFIRE, AT WAR, TANK, et autres chantres de la NWOBHM est évidemment patente, le melting-pot proposé par le quatuor à des airs de pèlerinage sur les traces des premières vagues Heavy/Speed/Thrash européennes et américaines, mais c’est surtout la versatilité qui séduit, puisque de l’entame « Beast In The Mist » à l’ambivalence revendiquée, au final « Evil That You See » syncopé, le résumé est parfait, et surtout, sans faute de goût ni redite trop remarquée. Loin de se fixer sur un genre ou de réciter des leçons apprises à la volée, les SPEEDCLAW imposent leur patte, qui griffe les souvenirs de la NWOBHM et du spectre des DIAMOND HEAD et SAXON, tout en se plantant fermement dans la peau tatouée des vikings du Speed de l’époque, et des furieux du Thrash épique. On se retrouve donc en convergence de violence, avec des titres qui ne rechignent pas à se montrer beaucoup plus progressifs que la moyenne, et rebondissant de couplets Hard en refrains Thrash, tout en explosant au son de breaks Speed plus techniques qu’ils n’en ont l’air.

Et les croates connaissent la chanson, et maîtrisent les leurs, qui sont autant de crises de colère absolument pas larvées. Mais avec des intitulés comme « Faster Than Hell », impossible de se tromper et de remettre en cause l’allégeance à un mouvement qui n’en finit plus de nous faire pleurer les neurones, pas encore remis de toute cette créativité débridée. Entre une paire rythmique qui connaît son boulot et qui varie le tempo, et une paire de guitaristes qui riffent d’enfer et qui soloïsent en croisant le fer, on se surprend à headbanguer comme des sauvages mais aussi à siffloter d’un air plus sage, en pensant que si les chemins de METALLICA, RAZOR, ANVIL, TANK et CROSSFIRE s’étaient croisés, ils auraient pu dans un esprit d’émulation produire un titre comme celui-ci, encore plus rapide que l’enfer. On pourrait presque sentir les clous des bracelets sortir des sillons, et imaginer cet artwork ornant un dossard, tant cette musique sent la bière et les poings levés, et la furie d’une foule que rien ne semble arrêter. Et de riffs hautement accrocheurs en lignes vocales légèrement démoniaques, Beast in the Mist déroule et accumule les coups de boule, tout en prenant parfois soin d’adopter une posture plus cool. Impossible de détacher un segment plutôt qu’un autre, puisqu’ils sont tous bâtis sur le même moule, à l’instar de cet infernal « Rising In The Claw » qui après une intro à la tierce fait grimper le tempo et les fans au rideau, en juxtaposant un couplet purement Thrash à des coupures Heavy de grande classe. Affrontement permanent entre brutalité et mélodie, cet EP évite les pièges de la redondance du Power pour se concentrer sur la véhémence d’un Thrash à tendance Heavy qui balance, la purée évidemment, mais aussi les notes et les idées bien amenées. La production, intelligemment troussée nous ramène à des standards d’appréciation passés, mais refuse le statisme d’un cachet nostalgique trop prononcé en travaillant ses graves et en refusant aux médiums un son nasillard trop prévisible sur le tard. Tout ceci garantit donc une portée optimale, et si le timing dépasse souvent les six minutes, ça n’est pas à des fins de remplissage, mais parce que les chansons en ont besoin de ce ramassage.

Parfois, on s’y croirait carrément (« Aggression Strikes »), et la plupart du temps, ce second EP parvient sans peine à recréer l’ambiance des eighties si libérées, en jouant en rangs serrés, mais avec une aisance assumée. Une nouveauté qui n’en est pas vraiment une stylistiquement parlant, mais qui permet à la vague vintage d’éviter son creux, et de rebondir un peu. De quoi surfer sur la sauvagerie, sans se tremper de balbutiements qui paradoxalement évitent de trop se mouiller.


Titres de l'album:

  1. Prelude
  2. Beast in the Mist
  3. Faster than Hell
  4. Rising of the Claw
  5. Aggression Strikes
  6. Evil That You See

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/04/2018 à 14:11
88 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.