Devinez quoi. Du vintage pour vous, taillé sur mesure, quelle surprise non ? Pas vraiment, tant on se demande, à l’instar d’Hollywood et de ses remakes, si les musiciens d’aujourd’hui ne s’épanouissent pas plus dans le glorieux passé de leurs aînés que dans leur propre présent. Le débat peut être considéré comme futile, et la problématique anecdotique, pourtant l’issue est d’importance, et révélatrice d’une tendance qui depuis une dizaine d’années a la fâcheuse habitude d’empiéter sur le sens de l’innovation…Pas vraiment de quoi se plaindre pour le moment, d’autant plus que la grosse majorité des groupes s’adonnant aux plaisirs de la mode rétro sont plutôt compétents dans leur genre, mais si la vague continue de grossir, nous risquons de faire face à un raz-de-marée qui engloutira toute velléité d’originalité, ce qui a terme risque de nous pénaliser plus qu’autre chose. Mais avant d’en arriver à ce constat fataliste, sachons apprécier la musique pour ce qu’elle est, puisque celle proposée par les croates de SPEEDCLAW est plutôt du genre agressive et énervée, mais délicatement et subtilement décorée. Affichant trois ans d’existence, le quatuor de Rijeka (Dorian Perusic - batterie, Luka Jurisic & Luka Hrelja - guitares, Silvano Cosic - basse/chant) nous narre donc ses vues sur le patrimoine d’Europe de l’ouest via ce second EP, faisant suite à une introduction courte-durée Iron Speed, publiée en 2016. Ce Beast in the Mist, initialement paru en 2017 est donc relayé par le label US Shadow Kingdom Records, qui semble croire dur comme l’acier au potentiel de ses poulains, puisque l’objet sera formaté en vinyle, CD et tape, ce qui en dit long sur leur confiance. Mais à l’écoute des cinq morceaux plus intro de cette nouvelle sortie, il n’est pas difficile d’imaginer ce qui a convaincu la maison de disques, puisque ces morceaux sont taillés dans le Metal le plus chauffé, et répondent à une inspiration plurielle véritablement déchaînée.

Contrairement à pas mal de leurs petits camarades de jeu, les croates ne se fixent pas sur un mouvement particulier, et semble butiner de style en style pour polliniser le leur. On trouve donc dans leur approche des traces probantes de Speed fumant, des éléments convaincants de Thrash incandescent, et aussi pas mal de Heavy Metal pur jus, de quoi satisfaire tous les Heavy Metal maniacs ne s’étant jamais remis des avancées connues dans les années 80. C’est donc cette décennie bénie qui alimente une fois de plus l’imaginaire de jeunes musiciens, qui y trouvent leur compte et qui continuent l’entreprise de formulation entamée il y a bientôt quarante ans. De fait, et sous une pochette au graphisme qui sent bon les crayons de l’orée des eighties se cache un EP d’une efficacité terrible, mais aussi d’un niveau de jeu appréciable, qui condense en moins d’une demi-heure toutes les tendances, passant du Speed léger au Thrash effréné, sans paraître incongru ou inopiné. Impossible de ne pas craquer pour cette basse Core qui claque, pour cette rythmique vaillante qui frappe, et pour ces guitares que rien ne tempèrent, et l’ensemble dégage une fraîcheur incroyable, tout autant qu’une férocité imparable. Si l’empreinte des WARFARE, CROSSFIRE, AT WAR, TANK, et autres chantres de la NWOBHM est évidemment patente, le melting-pot proposé par le quatuor à des airs de pèlerinage sur les traces des premières vagues Heavy/Speed/Thrash européennes et américaines, mais c’est surtout la versatilité qui séduit, puisque de l’entame « Beast In The Mist » à l’ambivalence revendiquée, au final « Evil That You See » syncopé, le résumé est parfait, et surtout, sans faute de goût ni redite trop remarquée. Loin de se fixer sur un genre ou de réciter des leçons apprises à la volée, les SPEEDCLAW imposent leur patte, qui griffe les souvenirs de la NWOBHM et du spectre des DIAMOND HEAD et SAXON, tout en se plantant fermement dans la peau tatouée des vikings du Speed de l’époque, et des furieux du Thrash épique. On se retrouve donc en convergence de violence, avec des titres qui ne rechignent pas à se montrer beaucoup plus progressifs que la moyenne, et rebondissant de couplets Hard en refrains Thrash, tout en explosant au son de breaks Speed plus techniques qu’ils n’en ont l’air.

Et les croates connaissent la chanson, et maîtrisent les leurs, qui sont autant de crises de colère absolument pas larvées. Mais avec des intitulés comme « Faster Than Hell », impossible de se tromper et de remettre en cause l’allégeance à un mouvement qui n’en finit plus de nous faire pleurer les neurones, pas encore remis de toute cette créativité débridée. Entre une paire rythmique qui connaît son boulot et qui varie le tempo, et une paire de guitaristes qui riffent d’enfer et qui soloïsent en croisant le fer, on se surprend à headbanguer comme des sauvages mais aussi à siffloter d’un air plus sage, en pensant que si les chemins de METALLICA, RAZOR, ANVIL, TANK et CROSSFIRE s’étaient croisés, ils auraient pu dans un esprit d’émulation produire un titre comme celui-ci, encore plus rapide que l’enfer. On pourrait presque sentir les clous des bracelets sortir des sillons, et imaginer cet artwork ornant un dossard, tant cette musique sent la bière et les poings levés, et la furie d’une foule que rien ne semble arrêter. Et de riffs hautement accrocheurs en lignes vocales légèrement démoniaques, Beast in the Mist déroule et accumule les coups de boule, tout en prenant parfois soin d’adopter une posture plus cool. Impossible de détacher un segment plutôt qu’un autre, puisqu’ils sont tous bâtis sur le même moule, à l’instar de cet infernal « Rising In The Claw » qui après une intro à la tierce fait grimper le tempo et les fans au rideau, en juxtaposant un couplet purement Thrash à des coupures Heavy de grande classe. Affrontement permanent entre brutalité et mélodie, cet EP évite les pièges de la redondance du Power pour se concentrer sur la véhémence d’un Thrash à tendance Heavy qui balance, la purée évidemment, mais aussi les notes et les idées bien amenées. La production, intelligemment troussée nous ramène à des standards d’appréciation passés, mais refuse le statisme d’un cachet nostalgique trop prononcé en travaillant ses graves et en refusant aux médiums un son nasillard trop prévisible sur le tard. Tout ceci garantit donc une portée optimale, et si le timing dépasse souvent les six minutes, ça n’est pas à des fins de remplissage, mais parce que les chansons en ont besoin de ce ramassage.

Parfois, on s’y croirait carrément (« Aggression Strikes »), et la plupart du temps, ce second EP parvient sans peine à recréer l’ambiance des eighties si libérées, en jouant en rangs serrés, mais avec une aisance assumée. Une nouveauté qui n’en est pas vraiment une stylistiquement parlant, mais qui permet à la vague vintage d’éviter son creux, et de rebondir un peu. De quoi surfer sur la sauvagerie, sans se tremper de balbutiements qui paradoxalement évitent de trop se mouiller.


Titres de l'album:

  1. Prelude
  2. Beast in the Mist
  3. Faster than Hell
  4. Rising of the Claw
  5. Aggression Strikes
  6. Evil That You See

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/04/2018 à 14:11
88 %    321

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mama's Gun

Mama's Gun

King Gizzard

Infest the Rats' Nest

Slave One

Omega Disciples

Adx

Bestial

Alerta

Tu Decides El Final

Metalite

Biomechanicals

Kludde

In De Kwelm

Equilibrium

Renegades

Darktribe

Voici l’Homme

Depraved

Raped Innoncence

High Command

Beyond the Wall of Desolation

Poppy

I Disagree

7 Weeks

Sisyphus

Engulf

Transcend

Witchgrove

Goetic Songs

Aerodyne

Damnation

Assassin's Blade

Gather Darkness

Heathen

Evolution In Chaos

Kmfdm

Paradise

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Concerts à 7 jours

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

01/02 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Gloryhammer + Nekrogoblikon + Wind Rose

29/01 : Le Metronum, Toulouse (31)

+ Father Merrin + Ataraxie

31/01 : Le Klub, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Mdr mais c'est ça.

Je vous propose mon festival avec les affiches suivante.

Cradle of Deicide (Extreme Death sympho atmo)
Morbid Suffocation (Death Metal)
Paradise of Tragedy (Metal Goth)
Napalm Obituary (Death/grind)
Immortal Emperor (Black Metal)<(...)


Sadistic Sabbath !


Please welcome mon nouveau groupe : Carcass Terrorizer ! :-)


Ils ne se font plus chier les groupes pour trouver leur nom maintenant: tu prends le nom de deux groupes, tu les mélanges et c'est fait.


Mais non... C'est quoi ce debut d'année pourri.


Bizarre, le communiqué a disparu des réseaux sociaux depuis...


Même si ce n'est pas franchement une surprise, c'est tout de même une bien triste nouvelle, Absu étant un groupe cher à mon cœur... Ne reste plus qu'à espérer que le dernier album verra quand même le jour.


Rammstein pas nommé ?


Pour la musique comme pour le sport, ce dimanche était vraiment une journée de merde.


Il vaut mieux en rire...


C'était vraiment un batteur exceptionnel et novateur.
Il n'a peut-être pas fait la carrière à laquelle il aurait pu aspirer (à cause de l'instabilité de ses groupes) mais je suis convaincu qu'il laisse un héritage important


Houff... bien que je sois beaucoup plus fan de Death que de Cynic, ça fait un choc. Je l'avais vu en 2008 avec Cynic quand ils tournaient avec Opeth, le premier album après reformation venait de sortir.


Oui très impressionnant sur scène, il faisait tous les backing vocals en plus. Il n'avait que 20 ans à l'époque. Un tueur.


Vu sur scène avec Nile à l'époque : ce mec était un monstre avec son instrument ! Pour son premier concert avec le groupe il avait appris les morceaux de la setlist en seulement 3 jours...


le renouveau de la merde musicale


Achat obligatoire prochain !


Pas particulièrement convaincu. Peut-être à ré écouter...


J'ai pas tenue plus d'une minute, pourtant comme bien d'autres parmi nous je suis plutôt éclectique et assez bon public, mais là je suis comme les mecs dans le clip, c'est ennuyeux...


"le premier vecteur d’appréciation d’une œuvre, c’est sa capacité à déranger et à bousculer."
Ah bon ?
Si Bach avait su ça il se serait pas fait chier avec ses contrepoints


C'est effectivement très court, mais ça semble bien sonner à mes oreilles de néo-amateur du groupe. J'attends la suite !