Resurrection

Wildness

21/10/2022

Frontiers Records

Où ça ? En Suède. Qui ça ? Des Suédois. Mais pourquoi faire ? Parce que.

On se demande si l’Europe est toujours constituée d’une myriade de pays, ou bien si ces pays ne sont que des satellites de la Suède, tant la production nationale bat le haut du pavé depuis une vingtaine d’années. Suède par ci, Suède par-là, attitude, prédominance, leadership, et tout le saint-frusquin. Et encore une fois, ce matin, la Suède est mise à l’honneur via l’un de ses plus vaillants représentants, le quintet WILDNESS, déjà bien connu des amateurs de Hard Rock mélodique.

WILDNESS, c’est une philosophie, une éthique, un comportement mélodique, et l’une des valeurs fondamentales du Rock suédois. Avec déjà deux longue-durée à son actif, le groupe se permet aujourd’hui de proposer un troisième tome encore plus léché que ses aînés, et évidemment prêt à conquérir le monde. Ainsi, sous couvert de traditionalisme nostalgique, WILDNESS s’offre une place de choix sur le podium des sorties de fin d’année, période durant laquelle les groupes tirent leurs plus grosses cartouches.

Si WILDNESS est un quintet dans les faits, il est surtout le vecteur d’expression de son batteur, Erik Modin, principal compositeur et producteur. Producteur, mais aussi arrangeur, mixeur et responsable du mastering, des responsabilités écrasantes pour un musicien lambda, mais que le batteur endosse avec une facilité déconcertante. Et alors que le petit monde du Hard mélodique peine encore à se remettre du chef d’œuvre Ultimate Demise, Erik enfonce le clou avec dix nouvelles compositions, se situant quelque part entre l’hégémonie hédoniste des eighties et la confiance harmonique aveugle des années 2000.

Et c’est avec joie que nous retrouvons Erik Forsberg (chant), Marcus Sjösund (basse), Adam Holmström & Pontus Sköld (guitares), lieutenants de ce batteur à l’inspiration intarissable, qui en une poignée de chansons parvient encore une fois à nous entraîner dans son monde, en réminiscence des stars du Billboard des années 80. Resurrection n’en est pas une évidemment, puisque le groupe n’est pas mort, mais plutôt un réveil après deux ans d’absence, une plaie COVID encore ouverte, et des tournées annulées à tour de bras. Un réveil en fanfare pour garder les yeux ouverts dès la sonnerie du réveil, une sorte de douche agréable qui stimule le corps et l’esprit. Et encore une fois, les fans du groupe le retrouveront en grande forme, et toujours aussi séduisant.

Après avoir foulé la scène des festivals, et avoir ouvert pour des artistes comme DOKKEN, H.E.A.T, DEE SNIDER, CRASHDÏET, DRAGONFORCE, ARCH ENEMY, WARRANT ou encore VIXEN, WILDNESS est devenu une machine à mélodies bien rodée, une usine à harmonies au rendement optimal, et ce nouveau répertoire est là pour prouver qu’Erik n’a pas perdu la main, traduisant parfois son idiome natal en reformatage du TOTO le plus historique (« Best Of Me », qui a de faux-airs de « Mr Friendly »).

Entre énergie débridée et amour de la chose bien faite, WILDNESS truffe de petits arrangements sa musique, livre un travail impeccable, et une partition immaculée. Aussi jumpy qu’il n’est bouncy, aussi romantique qu’il n’est énergique, Resurrection est un précis à l’usage des spécialistes de la question Hard-Rock scandinave, et quelque part, une nouvelle borne sur le chemin de la perfection dans la domination. On reste le sourire béat pendant près de cinquante minutes, avec des dents blanches reflétant la lumière, et le derrière s’agitant dans tous les sens sur la chaise (« The Final Fantasy »). Et n’espérez pas pouvoir rester de marbre face à cette démonstration de style : dès « Nightmare », l’envoutement est total, les claviers d’époque, et l’aventure passionnante.

De l’AOR au Hard velu, WILDNESS se la joue une fois encore sauvage de salon, avec un comportement éduqué et des manières de circonstance. Des manières qui obligent un compositeur à aller chercher le meilleur de lui-même, pour satisfaire une fanbase exigeante, l’apanage de tous les artistes hors-normes. Et un, et deux, et trois, et quatre, le tracklisting passe et jamais les rêves ne trépassent, entre bande-originale de série B US de 1987 (« Release The Beast »), et la roucoulade synthétique à la FOREIGNER (« Lonely Girl »).

Le résultat final, évidemment bluffant, n’est pas surprenant. WILDNESS est l’un des groupes les plus talentueux de sa génération, et se permet même de défier les NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, leur donnant une belle leçon de passéisme remis au goût du jour.

En étant totalement honnête, ce troisième album puise sa substance dans le passé, et s’abreuve de mélodies déjà largement éprouvées. Mais on ne peut pas s’empêcher de craquer pour ces chœurs omniprésents, pour ces guitares mordantes, et pour ces refrains anthémiques à reprendre à pleins poumons en live. La copie est à ce point parfaite qu’on pourrait se croire projeté dans le temps, où le moindre solo semble émerger d’une époque lointaine où l’AOR était la norme commerciale la plus respectée.

En bon rats des charts, WILDNESS aligne les tubes plus vintage que nature (« Fading Sun » et « Dawn Of Forever », les deux visages d’un même groupe, entre SURVIVOR et EUROPE) et parvient une fois encore à distancier la concurrence pour la laisser très loin derrière. La tête dans les étoiles, le cœur battant la chamade, le coucher de soleil suédois continue de briser les cœurs et de fasciner le reste de l’Europe, bien à la peine quand il s’agit de se souvenir d’avant-hier.  

 

         

Titres de l’album :

01. Nightmare

02. Release The Beast

03. Tragedy

04. Love Resurrection

05. Best Of Me

06. The Final Fantasy

07. Lonely Girl

08. The One And Only

09. Fading Sun

10. Dawn Of Forever

11. Eternity Will Never Fall


Facebook officiel


par mortne2001 le 02/10/2022 à 18:26
90 %    98

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51