Suffering of the Dead

Seeds Of Perdition

10/09/2021

Horror Pain Gore Death Productions

Fans de Death/Thrash classique et modéré, vous allez être aux anges : les américains de SEEDS OF PERDITION ont clairement pensé à vous en composant leur second album. Formel comme le style peut l’être lorsqu’il refuse les exactions les plus chaotiques, Suffering of the Dead ne fera pas souffrir vos oreilles sous les coups de boutoir d’une rythmique ayant tourné folle, mais ravira vos instincts les plus brutaux en les caressant de mélodies fort à propos.

Onze ans après sa naissance, le groupe de Philadelphie continue donc le travail entrepris à l’occasion de son premier EP paru en 2013 (From Within), et tient bon le cap malgré des changements de line-up assez récurrents. La formation 2021 ne comprend plus des débuts que le guitariste George Cathers (ex-INSATANITY, ex-POLTERCHRIST), toujours secondé par le batteur Dan McGrouty. Chris Natalini, chanteur officiant sur toutes les réalisations du groupe est lui aussi toujours là, et on retrouve à la seconde guitare Joseph Muir (depuis 2016) et le dernier arrivé, le bassiste John Tavani (2018). C’est donc une formation presque stable depuis la sortie d’Incarnation - premier longue-durée du quintet - que l’on trouve à la barre de ce Suffering of the Dead, et l’osmose prend bien, puisque les membres se connaissent maintenant depuis quelques années.

En résulte une efficacité dans le formalisme remarquable dès les premiers morceaux. Ayant clairement mis de côté toute forme d’originalité, le groupe peut donc se concentrer sur sa puissance, qui sans rivaliser avec les précurseurs du genre reste assez convaincante. Nous sommes certes loin des déflagrations d’INCUBUS, SADUS, DEMOLITION HAMMER, ou des plus récents CRIMSON SLAUGHTER et ENFORCED, les parties Death des américains se rapprochant parfois des intonations les plus harmoniques de la vague Néo-Death scandinave des nineties.

Ce qui n’empêche guère le duo John Tavani/Dan McGrouty d’envoyer du bois quand il le faut, même si la vitesse de croisière du voyage brutal reste désespérément raisonnable. Il est d’ailleurs tout à fait possible de trouver cette linéarité frustrante, certains titres ne demandant qu’une petite étincelle pour vraiment décoller. Heureusement pour nous, le côté évolutif, les riffs accrocheurs, et le chant diablement grognon de Chris Natalini intensifient et lient le tout, et en certaines occasions, le quintet parvient enfin à se hisser à une hauteur de bestialité raisonnable. On en prend acte sur le violent et intelligent « God Ends Here » et ses faux airs de MORBID ANGEL pour âmes sensibles, et on apprécie ces accélérations et montées en puissance qui donnent plus de relief à l’ensemble.

Mais l’équilibre parfait trouvé entre Thrash et Death est aussi une surprise de taille, et de fait, empêche les esprits les plus pointilleux de classer le groupe dans une catégorie bien définie. Aussi Thrash/Death qu’il n’est Death/Thrash, Suffering of the Dead pourra donc satisfaire les deux publics, et ne léser personne. Les blasts se taillent une place raisonnable dans le travail collectif, les intros sont travaillées pour être plus qu’une simple mise en ambiance facile, et nous avons même droit à des entames créatives qui laissent la batterie s’éparpiller comme bon lui semble. « Suffering Of The Dead », title-track par excellence joue enfin le surplus de BPM, et nous ramène aux grandes heures de la fin des eighties/début des nineties.

Un bon équilibre donc à défaut d’esprit aventureux, une solidité instrumentale notable, et quelques petits plans qui évitent le marasme old-school. Dans un esprit de concision, SEEDS OF PERDITION a voulu éviter la confusion et le trop plein d’informations, et arrête son effort bien en deçà de la barre des quarante minutes. Cette nouvelle mode des albums courts est décidément très efficace et nous épargne les atermoiements interminables soulignant les travers de pilotage automatique et les remplissages forcés. Le résultat est immédiat et très concret, les œuvres gardent leur panache et leur puissance intacts, et servent le propos plus que les ambitions personnelles.

Certes, malgré ce timing resserré, l’album ne peut guère éviter les redites pas vraiment inspirées (« Choking On Nothing »), mais avec un final comme « Psychosis », qui semble résumer tous les tics symptomatiques du Thrash/Death, SEEDS OF PERDITION s’en sort avec les honneurs, même si son travail ne lui aurait permis qu’une place honnête dans le championnat de seconde division de l’époque. Modeste, mais efficace, ce second longue-durée frappe moyennement fort, mais laisse une impression positive. Et gagne même en maturité au fil des écoutes. De quoi espérer des lendemains qui grognent.  

       

                                                                                                                                                                                                         

Titres de l’album:

01. Dead Inside

02. Sons Of Corruption

03. Sins Of Thy Father

04. God Ends Here

05. Suffering Of The Dead

06. From Within

07. Choking On Nothing

08. Psychosis


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 11/05/2022 à 15:19
75 %    37

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02