Patrón

PatrÓn

29/05/2020

Klonosphere

Tout nouveau projet emmené par le frontman de LOADING DATA, PATRÓN publie son premier album éponyme constitué d'idées que le chanteur a amassé et qui tirent leur inspiration du Stoner Rock, voire Desert Rock à la KYUSS certes mais aussi une vision du Rock'n'Roll des années 50 matérialisée par ce chant très théâtral.
Bien entendu on retrouve ce Rock que LOADING DATA développait mais l'esprit Crooner est bien plus présent ici dans le traitement vocal notamment. Et puis il y a cette guitare au groove sensible mais qui peut se montrer assez menaçante également, un bel équilibre qui pourrait faire penser à la démarche d'un VOLBEAT cantonnée au genre Rock sans chercher à piocher dans le Heavy.
Patrón étant aux Etats-Unis depuis quelques années maintenant, la production de cet album s'est faite là-bas et pas par n'importe qui, l'homme sait s'entourer. Alain Johannes (ELEVEN, THEM CROOKED VULTURES, CHRIS CORNELL BAND) s'est occupé de la production et du mixage de cet album à Los Angeles et quelques invités viennent prêter main forte comme Joey Castillo (DANZIG, QUEENS OF THE STONE AGE...), Nick Oliveri (KYUSS, QUEENS OF THE STONE AGE, MONDO GENERATOR), Barrett Martin (MAD SEASON, SCREAMING TREES...). Et le résultat est d'une fraîcheur qui colle parfaitement au style Sexy Rock qui était le postulat de départ. En effet, "Who Do You Dance For" pue le sexe tout comme "Room With A View" mais vous pouvez également remuer vos petites (et moins petites) fesses sur un "Very Bad Boy" au ton plus grave. Il faut dire que sur cet album, les refrains sont particulièrement soignés, les parties de guitare n'hésitent pas à aller chercher quelques sonorités inhabituelles si ce n'est dans le Desert Rock à tendance psychédélique, de là à dire qu'après l'écoute de cet album on est comme une séance de sexe sous GHB, je vous laisserai juger !

Le fuzz insufflé dans le son des guitares nous renvoie très clairement vers KYUSS mais ces guitares gardent une légèreté dans le grain qui évoque sans problème les débuts du Rock'n'roll, un contraste parfaitement maitrisé tant dans l’exécution que dans la mise en son et puis derrière il y a ce jeu de batterie qui peut paraître minimaliste mais qui se révèle extrêmement subtil, notamment sur les cymbales (assez discrètes dans le mix d'ailleurs) et d'une profondeur avec ces toms accordés bien grave.
Tous les ingrédients sont donc là pour faire de ce Patrón, un album à succès, une qualité d'écriture, une production au poil, une invitation au sexe et des refrains accrocheurs que l'on chantonne ensuite dès la première écoute. C'est bien simple, c'est comme si l'album avait 60 ans et qu'on le redécouvrait après plusieurs années sans l'avoir écouté. Tout y est très fluide alors que pourrait-il lui manquer ? Très franchement, pas grand chose... une proximité avec KYUSS qui pourrait déranger quelques amateurs mais dans le style difficile de ne pas évoquer les maitres du genre, vous en conviendrez. On pourrait aussi regretter le manque de purée envoyée par le groupe, même sur les titres plus directs comme "Jump In The Fire" ou "Hold Me Tight", le chant vient adoucir les instruments qui pourraient avoir tendance à s'emballer, une façon de rester connecté avec les racines du Rock'n'roll et lorsque ces racines donnent l'excellent "The Maker" absolument irrésistible, on tombe sous le charme.

Certes, l'exagération du chant façon Crooner peut irriter certains, surtout depuis que VOLBEAT n'est plus que l'ombre de lui-même, et un titre comme "Seventeen" ne calmera pas ce fait mais ce serait là l'unique exemple d’exagération de ce trait de voix si particulier. Un titre comme "Leave It All Behind" rappellera plus la façon de chanter d'un Mike Patton et nous éloigne du coup des premiers amours du groupe de façon très salutaire.
Et même si la base de ce qu'est PATRÓN pouvait déjà se ressentir dans LOADING DATA, le chanteur-guitariste a ici poussé le concept plus loin qu'il n'a jamais été et n'aurait certainement pas trouvé sa place au sein de ce dernier. Le groupe devait tourner en Europe, les dates sont reportées, et sans que l'on sache si une suite sera donné à ce premier essai réussi, on ne peut que s'incliner face à une démonstration de maitrise d'un genre si Américain.

Tracklist :

  1. Room With A View
  2. Who Do You Dance For ?
  3. Very Bad Boy
  4. Jump In The Fire
  5. The Maker
  6. Hold Me Tight
  7. Seventeen
  8. Around My Neck
  9. Leave It All Behind
  10. She Devil
  11. How To Land

Facebook

par Simony le 05/05/2020 à 12:00
92 %    678

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report

Electric Wizard + Verdun 2011

RBD 04/06/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : ENDLESS DIATRIBE

Jus de cadavre 30/05/2021

Vidéos

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Le clip, it was a good idea at the time, comme y disent les englishes.

02/08/2021, 15:18

Simony

oui pardon, problème de dyslexie sur le clavier... c'est corrigé !

02/08/2021, 15:14

Fabior destructor

Il s'agit bien de Thyrfing   , espérons qu'il soit bon

02/08/2021, 14:24

Simony

Groupe hautement sous-estimé et un titre qui les replace sur de bons rails, j'attends l'album avec délectation maintenant... 

02/08/2021, 11:19

KKMetal

Merci pour vos retours !On en tiendra compte pour la suite !Juste pour clarifier : Le podcast tente d'être "fun" comme une discussion de comptoir dans un bar et en format assez court !Vous pouvez nous replayer sur

02/08/2021, 10:04

Buck Dancer

De mon côté, de Grave, je retiens surtout "Soulless" que je prends encore plaisir à écouter à l'occasion. 

01/08/2021, 22:13

Humungus

Ah y m'semblait bien !Etonnant, il n'apparait nulle part sur METAL ARCHIVES...

01/08/2021, 12:55

RBD

Oui, j'ai écouté un certain nombre d'épisodes de DLSDD, c'est sans doute celui qui me botte le mieux dans ce que j'ai essayé au long du confinement. L'approche plus austère dans la forme et limite intello sur le fond me va pa(...)

01/08/2021, 00:43

Kerry King

Sinon HS mais pour aller dans le sens d'un commentaire plus haut, je fais aussi parti des fans de X Factor, perso Sign of the Cross est l'un de mes titres favoris de la vierge de fer, et Man on the Edge un des titres qui me donne une pèche d'enfer. 

01/08/2021, 00:26

Kerry King

C'est Duff des Guns qui tient la basse. 

01/08/2021, 00:22

Buck Dancer

J'ai pas écouté tous les épisodes mais c'est vrai que "Dans le secret des dieux" est plutôt agréable à écouter.Pour l'instant le meilleur reste, pour moi, "Métal Bunker " qui était toujours(...)

01/08/2021, 00:14

Bones

J'écouterai ce podcast sur le chemin des vacances.RBD : as-tu suivi "Dans le secret des Dieux" (par Sylvain Bégot, membre de Monolith) ? Je trouve ce podcast vraiment bien troussé, intéressant, posé, les arguments sont creusés, il y (...)

31/07/2021, 23:33

Humungus

C'est qui à la basse là ?

31/07/2021, 22:01

Humungus

Hé hé hé...Je trouvais bizarre aussi que tu mettes autant de temps à commenter ta propre news mec...

31/07/2021, 21:54

Kerry King

Ce mec est juste un génie et restera un monstre du genre.

31/07/2021, 19:24

Joni

Pour ma part après un seventh son qui confirmait la tendance mou du genou amorcée sur le précédent, les merdiques no prayer et fear of m'ont achevé... Le reste je n'en parle même pas. 

31/07/2021, 19:10

poair

Calmez-vous les chialeuses made in "up the irons".

31/07/2021, 18:31

RBD

Mentionner des sorties de groupes importants pour donner un avis négatif ne me choque pas - même si pour ma part ce FF est une petite bonne surprise par contre. C'est plutôt qu'effectivement ça balance beaucoup sans trop argumenter, avec une musique de fond par(...)

31/07/2021, 18:17

metalrunner

Pas finauds les mecs .

31/07/2021, 17:18

Simony

Moi ce qui me choque le plus c'est dire adorer le grand Maiden des années 90, donc les années où ils ont été les moins bons artistiquement et en plus balancer "Run To The Hills" pour illustrer ces années 90. Mais bon.... à la limite (...)

31/07/2021, 13:29