Avant même de commencer à coucher sur clavier mes pensées, et juste après avoir confié mes oreilles à cette sortie, je me disais justement qu’elle allait grandement plaire aux fans de MORTICIAN et d’INCANTATION. Parfois, mes esgourdes vieillissantes me jouant des tours, je redoute la méprise pouvant m’aiguiller dans une direction subjective, mais après avoir consulté les pages officielles du projet PNEUMA HAGION, je fus rassuré de constater que les ordonnateurs du concept partageaient mon opinion. C’est ainsi que je retrouvais les références sus mentionnées dans les influences étalées, parmi les sempiternels et très justifiés BLASPHEMY, REVENGE, TEITANBLOOD, ARCHGOAT ou BEHERIT. C’est donc le cœur léger que j’entamais l’écriture de cette notule pratique, certain de m’engager dans la bonne voie, spécialement après avoir subi les attaques gravissimes de ce combo occulte en de multiples occurrences. Le doute n’était donc plus permis, et Trinity se plaçait sous l’égide d’une brutalité bien connue des amateurs de l’underground, à mi-chemin entre une forme très primitive de Black et une conception radicalement abyssale d’un Death malmené et maladif. Fondé en 2015, l’option PNEUMA HAGION (Le Saint-Esprit en grec) n’a pas vraiment chômé depuis ses débuts, même si une seule réalisation professionnelle est venue sanctionner son parcours. C’est donc ce fameux EP Rituals of Extinction qui nous a permis en 2017 de nous immiscer dans l’intimité du mystérieux R., seul à la barre du navire, et autant dire que le moyenne-durée en question ne faisait pas grand cas de ses accointances viles et putrides. Après avoir embelli les nuits des fans de morbide du monde entier de trois démos la même année (la fameuse trilogie Tinity I, II et II, 2015), R. s’est alors tenté à l’exercice du split (la première fois aux côtés de SEICHES, et la seconde avec les KAV), avant de proposer via les bons services des barrés de Nuclear War Now ! ce premier LP n’en étant pas vraiment un.

Car Trinity, comme son nom semble l’indiquer, est un recueil, une compilation des trois démos initiales, et permet donc d’avoir une vue exhaustive sur les débuts du projet. Douze morceaux sans concession, dotés d’un son assez gigantesque et caverneux, collant parfaitement à la réalité crue du morceau d’entame « Caverns ». Le musicien de San Antonio, Texas ne fait donc pas dans la dentelle, et capitalise sur son expérience passée et présente au sein d’une multitude de combos (EXCANTATION, HORDES OF THE MORNING STAR, INTESTINAL DISGORGE, PROFUNDUM, THE HOWLING VOID, NORMPETERSON, ANCIENT CRYPT, ENDLESS DISEASE, SERPENTINE TUNNELS, TETHERED TO A DYING ANIMAL, ABOSRANIE BOGOM, CARRION THRONE, sacré C.V quand même…) pour distiller une musique qui se veut aussi radicale qu’un Death Metal putride joué avec un nihilisme Black assez présent, sans jamais dévier d’un millimètre de sa destination d’origine. Laquelle ? Nulle part, les enfers, les abysses, le Purgatoire, et que sais-je encore, puisque le Paradis ne semble pas prêt de voir ses valises se poser. Si bien évidemment toutes les influences citées sur sa page Facebook sont valides dès le départ, on sent aussi quelques réminiscences discrètes des dISEMBOWELMENT, mais aussi des GRAVE suédois pour ce son si sourd et grave qui nous malmène les tympans mais nous enthousiasme le palpitant. Du sévère donc, mais aussi du linéaire, autant être honnête, puisque chaque composition semble bâtie sur le même moule que la précédente, sans que cela ne gêne les plus extrêmes d’entre vous je suppose.

Unidirectionnel donc, ce recueil de trois démos permet d’entrevoir un pan entier de la culture immergée de la cruauté américaine, qui semble se complaire dans un marigot de boue anti-musicale, à grand renfort de guitares sous-accordées, de vocaux dégueulés, et de rythmiques pilonnées. Une symphonie de l’outrance jouant franc jeu, et qui évidemment pourra lasser les moins courageux, ceux-là même qui jetteront l’éponge une fois le troisième morceau subi, comprenant assez rapidement le sort qui les attend. Aussi ouvert et varié qu’une démo des MORTICIAN, la boîte à rythmes insupportable en moins, ce Trinity ne s’embarrasse pas de principes inutiles, et fonce bille en tête, se calant la plupart du temps sur le même tempo rapide pour accumuler les riffs en support, riffs déjà pourris avant la naissance qui s’amusent beaucoup de tonalités de baryton, histoire de rester dans le ton. C’est évidemment très véloce, mais aussi redoutablement lourd et compressé, et la demi-heure impartie finit quand même par passer, même si l’on est souvent tenté d’appuyer sur la touche « fast-forward » pour gagner du temps. L’ensemble ne manque pas de piquant, et refuse les faux-semblants, mais se condamne de lui-même à des redondances méchamment marquées, ce qui handicape un peu sur la durée. Ainsi, difficile de faire la différence entre « Antinatalist », « Apophasis », « Lightbringer », puisque les patterns sont toujours les mêmes, et que seul le timing des breaks (si vous êtes capable de les remarquer) permet de dissocier les chapitres. Ces mêmes breaks répondent toujours à la même logique, ou presque, tempo médium pour double grosse caisse à l’uranium, puis reprise des hostilités après que R. nous ait gratifiés d’un vomi vocal digne des MORTICIAN et du CARCASS des origines.

Aussi Death qu’elle n’est Gore, aussi Black qu’elle ne pue la mort, cette compilation comblera les fans du bonhomme, mais risque de laisser les autres de marbre, et d’apporter du sang au moulin des détracteurs. Heureusement, quelques digressions bienvenues (« The Shredding of Flesh » par exemple) permettent de sauver les meubles, mais on attendra plus que cette accumulation de violence glauque pour accorder notre confiance à ce PNEUMA HAGION qui n’est pas vraiment le Saint-Esprit qu’il souhaite incarner.  


Titres de l'album:  

  1. Caverns
  2. Nous
  3. First Thought
  4. Antinatalist
  5. Storms of Silence
  6. Most Holy Serpent
  7. Distant
  8. Apophasis
  9. Lightbringer
  10. The Shedding of Flesh
  11. Archon of Disease
  12. The Fate of All Beasts

Facebook officiel


par mortne2001 le 30/05/2018 à 17:49
68 %    188

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)


Je n'entends pas du tout le truc Crust dans ce disque... Par contre, c'est un sacré putain de bon disque, avec un nombre de riffs qui tuent complètement affolant ! Entre Death Mélo et Dark Metal suédois. On oscille pour ma part entre du Tribulation plus vénère, moins prog' et du Dissection pé(...)


"Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired."

1988 soit 30 ans passé.

Oui ils ont quand même sorti un très bon album depuis indiscutable depuis...Le Black Album ! Il y a 28 ans...

-
<(...)


Voir un groupe aussi lourdaud que le Metallica actuel reprendre Thin Lizzy c'est quand même la honte. Finalement Jojo c'était parfait pour eux.


Hate d'écouter la suite un groupe que je trouve vraiment excellent dans le style...bref un beau voyage auditif pour moi.