Il parait que dans le monde, un petit panda roux subit les dernières exactions lorsqu’un inconscient écoute un album de Death Grind à fond. Je m’excuse donc auprès du petit plantigrade qui se verra souillé par ma chronique du jour, mais je n’ai pas su résister à l’envie de vous entretenir du premier LP des lusophones d’AXIA. J’imagine déjà cette pauvre créature aux grands yeux malicieux pousser de petits cris de terreur alors même que je me repaît en bon égoïste des effluves morbide de ce LP qui finalement, justifie à lui seul cette atrocité. Je n’ai pas d’âme, pas de cœur ? Si, mais que voulez-vous, la chair est si faible…Et puis sincèrement, une fois vos tympans endommagés par cette première livraison, vous ne ferez pas preuve de plus de compassion, alors inutile de jouer les bon samaritains estampillés WWF. Car les AXIA portent aussi la caution WWF. World Wide Fucked. Et selon leur point de vue musical et littéraire, le monde est baisé, genre bien baisé. Et nous aussi. L’histoire de ce quatuor aux relents assez forts trouve son origine au Portugal donc, là où le passé des musiciens les a fait participer à divers projets, dont COLOSSO, HOLOCAUSTO CANIBAL, THE OMINOUS CIRCLE, ou HEAVENWOOD, avant de se réunir sous la même bannière de violence sans tolérance, mis à part celle en forme d’exutoire qui nous rend jouissifs face à une telle débauche de brutalité. Brutalité, Death-Grind, tout le monde connaît un peu la façon de procéder. Sauf que ces portugais-là ne font pas grand-chose comme tout le monde. Ils jouent vite certes, mais ne considèrent pas leur style comme une simple Catharsis à la chienlit ambiante. Non, ce sont de véritables amoureux de l’agression grave, et Pulverizer, outre la justesse de son titre, se veut combinaison de plusieurs options, qui transforment leur musique en séance de torture/plaisir inavouable. Ou presque.

Les mecs n’ont pas forcément joué la facilité, mais ils ont privilégié l’efficacité, celle plus intellectuelle qu’il n’y parait, et qui ne se limite pas à un assaut sonique d’une petite demi-heure. On trouve bien sûr dans leurs morceaux de sales traces des NASUM, de BRUTAL TRUTH, mais aussi des preuves patentes qu’ils ont attentivement écouté les CARCASS, mais aussi MESHUGGAH. Ce qui nous donne donc une jolie symphonie excessive, mettant au même plan la technique et la franchise, pour une union pas si contre nature que ça. Déstabilisant autant qu’il n’est euphorique, cet objet presque non identifié souffle tout sur son passage, et détruit l’environnement à des kilomètres, en juxtaposant des plans méchamment rapides et d’autres moins limpides, dans un désir constant de rendre palpable la douleur que représente le simple fait d’être en vie. Et cette douleur se matérialise dans des répétitions et autres itérations, qui mettent à la colle le barouf des portugais avec la science mathématique de Fredrik Thordendal et des siens, notamment sur le miraculeux et redondant « Still Unresolved », qu’on croirait issu de sessions secrètes de Chaosphere. Tout n’est évidemment pas construit sur le même moule, et une grande partie des morceaux semble privilégier l’optique d’une chaotique violence, même si cette dernière est un peu trop bien agencée pour n’être qu’épidermique.

Alex Vale (chant), Max Tome (guitare), Ze Pedro (basse) et Marcelo Aires (batterie) se proposent donc de synthétiser pour vous tout ce que le plus extrême de l’extrême compte d’idées les plus véhémentes mais pertinentes, et y parviennent, en élaborant leur plan patiemment, mais urgemment. Prenant parfois des airs de gigantesque mash-up entre le CARCASS de Surgical Steel/Necrotism et le NASUM de Helvete, Pulverizer propose aussi des théories plus personnelles et glauques, qui digressent sur des thèmes déjà employés par les LOCK UP ou NAPALM DEATH, dans leurs instants les moins complaisants. Ainsi, les ambiances ne sont pas sacrifiées sur l’autel de la démence, et le climat devient parfois très poisseux, limite Indus nauséeux, lorsque le beat faiblit et que le chant moisit (« Absence of Light »). Il faut préciser qu’avec un son aussi gigantesque, les astuces les plus faciles passent comme une lettre à la poste restante, et remercions de fait la mastérisation de l’ami Peter In de Betou (ARCH ENEMY, AMON AMARTH, MESHUGGAH, HYPOCRISY), qui a su donner aux graves une profondeur abyssale et aux guitares une gravité phénoménale. De son côté, et en bon Monsieur Loyal qui se respecte, Alex vitupère et vocifère, mais n’en rajoute jamais, même dans les passages les plus arrachés, généralement doublés pour accentuer la fureur qui anime les mots d’horreur. On se prend alors à rêver d’une créature biomécanique élaborée en laboratoire pour ne retenir que les traits de caractère les plus agressifs des monstres déjà nés, tant ce premier effort sonne la perfection comme d’autres le clairon. Singeant à merveille les intonations sardoniques de Jeff Walker, Vale apporte à cet ensemble massif le petit plus d’ironie distanciée qui lui convient à merveille, et lorsque tous les genres convergent vers un seul, le massacre est sans pitié (« Posthumous », et cette basse qui tourne et vire comme une vigie la nuit).

Massacre, mais à la précision chirurgicale. Loin d’éclabousser, AXIA fait montre de talents d’équarisseur capable de séparer chaque pièce avec douceur, même si parfois, la machette s’emballe pendant quelques secondes pour nous faire perdre les pédales (« Forward Leads Nowhere », « As Above So Below », « The Filth »). Mais lorsque les mouvements prennent un angle plus biaisé pour ne pas charcler le cartilage, on se perd un peu dans le délire d’un Techno Death qui vire vite Grind, mais qui indique aux THE KILL qu’il y a autre chose dans la vie qu’un simple dépeçage établi (« It Still Clicks (I Hope You Die) »). A vrai dire, la façon de faire des portugais est presque un cas d’école, tant les comparaisons s’affolent, mais ce qu’il convient de retenir en premier lieu de ce premier album qui va faire bien des envieux, c’est que ces portugais font évoluer le genre à leur manière, sans chercher à repousser les frontières, mais en refusant de les admettre comme limite. Alors oui, en écoutant ce disque, vous allez faire le malheur d’un petit panda roux qui ne demande qu’à faire un bisou sur votre joue avant de vous offrir un morceau de bambou. Mais la violence à ses raisons que la raison dément. Alors inutile de vous en vouloir, puisque si vous êtes là, c’est que vous n’avez pas de cœur. Les AXIA si, mais ils le mettent à l’ouvrage. Et le leur est extensible à l’infini. L’univers est la limite paraît-il. La leur semble plus lointaine.   


Titres de l'album:         

01. Mass Suicide
02. Fading Into Nothing
03. Still Unresolved
04. In Shameful Skins
05. This Is The Sound Of Death
06. The Filth
07. Absence Of Light
08. Normative
09. Posthumous
10. Forward Leads Nowhere
11. Vultures
12. From Here To Eternity
13. Shattering Glass
14. Another Black Day
15. Compulsive Lying Disorder
16. A Deteriorated Vision
17. Not There Yet!
18. It Still Clicks (I Hope You Die)
19. Means To An End
20. As Above So Below
21. Self - Inflicted Obsolescence

Bandcamp officiel

Site officiel


par mortne2001 le 15/05/2018 à 14:14
85 %    261

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D