Sigils

Conjurer

05/04/2019

Autoproduction

Attention. Avant d’aller plus en amont de cette chronique, veuillez ne pas confondre ce CONJURER-là (Indianapolis, USA), de ce CONJURER ci (Rugby, UK). Et la différence est de taille. Si les premiers jouent du Sludge/Doom, les seconds jouent du Sludge/Doom/Post Metal, ce qui n’est pas exactement la même chose. La différence entre les deux est proportionnellement la même qui sépare un dimanche de pluie déprimant d’un dimanche de pluie déprimant avec une visite de votre grand-tante venue vous montrer les photos de baptême de sa petite-fille. Je sais que cette tirade d’un esprit chafouin pourra choquer les amateurs du style, mais n’étant pas forcément spécialiste de la cause, j’ai toujours beaucoup de mal à faire la différence entre deux combos lourds et poisseux, même si leur musique est dissemblable. Mais intéressons-nous donc au cas des américains aujourd’hui, formés en 2010, et nous ayant déjà gratifié d’un premier longue-durée en 2015. Après quelques réalisations en format court, dont un split et un single, les CONJURER nous en reviennent donc avec un nouveau chapitre de leur histoire glauque, et marquent un léger changement de direction qui ne sera concret que pour les passionnés capables de faire la différence entre une blanche et une blanche pointée. Si Old World Ritual était encore empreint de formalisme NOLA, Sigils se concentre plus volontiers sur des arabesques plombées et répétitives, légèrement teintées de mélodies chargées, et tourne sa tête en direction d’un Progressif plus ou moins marqué. A vrai dire, et n’ayant pas à ma disposition une expérience suffisante pour jauger du potentiel d’une œuvre aussi concentrique, j’affirmerai sans doute de façon un peu péremptoire que ce second LP fait montre d’un gros potentiel de compression, et offre suffisamment de variations discrètes pour ne pas rebuter les néophytes, sans trahir les accros. Ce qui en substance, est un argument largement assez solide pour vous convaincre d’y jeter une oreille.

Quintet sur les photos et au line-up mentionné sur la toile, mais quatuor annoncé sur leur page Facebook (Dustin Mendel, John Rau, Gabe Whitcomb, Brian Wyrick), CONJURER n’est pas franchement disert au moment de décrire son art. Leur biographie est succincte (We are CONJURER from Indianapolis, IN. We play Doom/Sludge Metal and we started in the winter of 2010), leur parcours plus ou moins discret, et leur musique parle d’elle-même, via des accents emphatiques et des répétitions/itérations que le genre réclame comme figures imposées incontournables. Dès lors, il est difficile d’analyser un disque que les spécialistes du genre connaîtront et reconnaîtront dès les premières notes, si ce n’est en s’attachant à quelques détails qui le différencient du reste de la production. Et les détails étant infimes et difficiles à mettre en avant, la tâche n’en est que plus ardue. Pour avoir tendu l’oreille à de multiples reprises sur Sigils, je dirais que la première impression fut celle d’un groupe suggérant un NEUROSIS reprenant à son compte des compositions abandonnées par MASTODON (la créativité en moins), produites par MY DYING BRIDE, et interprétées par Jaz Coleman, au sein d’une mouture fatiguée de KILLING JOKE. L’image est pour le moins fantaisiste, mais pourtant colle à la réalité des faits, et encercle l’inspiration d’une musique monolithique, déprimante mais pas trop, et résignée à plier sous le poids d’un passé qui proscrit trop d’audace. En gros, du classique, du formel, bien tourné, mais qui finit par tourner en rond évidemment, l’effet produit et recherché étant le même.

Vous me direz, à juste titre d’ailleurs, quel intérêt de chroniquer un disque qui ne fait que répéter ce qu’ont déjà affirmé des dizaines de disques avant lui ? Disons d’une part qu’il faut bien élargir ses horizons, et de plus que Sigils a ce petit plus de linéarité morbide et désabusée qui lui permet de se hisser un peu plus haut que le bord des sables mouvants de la vie routinière. Si l’inspiration est clairement à cheval entre les origines européennes et les digressions américaines plus tardives, on sent en filigrane une déviance psychédélique dans le fond, et une envie harmonique dans la forme, malgré des guitares qui pleurent leurs litanies graves, et un chant qui se contente d’un raclage en bonne et due forme, au gros grain, mais au spleen prenant. Sans aller jusqu’à dire que chaque morceau présente un caractère affirmé, les variations étant mesurées et chiches, l’auditeur pourra quand même apprécier des chapitres en se disant qu’il n’écoute pas exactement la même chose que quelques minutes auparavant. De là, la frontière effective entre Doom et Sludge étant particulièrement difficile à repérer, il conviendra de le faire avec subjectivité, et de classer les CONJURER dans une catégorie intermédiaire, même si le tempo global ne varie pas d’un iota de sa marche processionnelle vers des enfers personnels. Pourtant, quelques arrangements funèbres mais appréciables (« Will Of The Hag »), permettront de rentrer de plain-pied dans la maison des horreurs américaine, d’en accepter la pesanteur, et même de s’enthousiasmer pour sa persistance à nier quelconque forme d’accélération, pour se bloquer sur un tempo lourd, lent et éprouvant (« Across The Void »). Pas de doute, les mecs connaissent leur boulot, et proposent une déviation minime mais concrète sur leur premier effort, se montrant parfois juste assez agressifs pour friser une violence larvée.

En restant honnête, et au regard de la qualité de ce second album, je dirais que Sigils est à réserver aux plus puristes des puristes du Sludge à tendance Doom, et que les autres pourront toujours se raccrocher à un titre ou deux à ajouter à leur playlist. Rien de vraiment notable ou essentiel, mais une qualité stable, et une production qui permet d’apprécier l’oppression globale sans trop souffrir des tympans. Une redondance sympathique, qui vous permettra de patienter entre deux sorties plus fondamentales, mais rien de plus qu’un exercice de style respectueux des codes qui ne fait rien pour les moduler ou les transcender. Un dimanche pluvieux comme les autres en somme.     

     

 Titres de l'album :

                         01. Will Of The Hag

                         02. Rusted Crown

                         03. Incantate

                         04. At Last

                         05. Across The Void

                         06. Light Of Death

                         07. Servitor

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/06/2019 à 17:54
75 %    253

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Chimaira 2008

RBD 16/07/2020

Xtreme Fest 2016

RBD 08/07/2020

38'48 Regeneration

mortne2001 07/07/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

RIP a ce cogneur.

05/08/2020, 10:54

Humungus

Jus de cadavre & MorbidOM + 1.

05/08/2020, 07:42

MorbidOM

En même temps ce côté "spontané" fait partie de son charme.
Comme tu dis ce mec est une rock star et il a toujours plus l'air d'être là pour voir ses potes et écouter la musique qu'il aime que pour gérer sa carrière. Le genre de gars que tu vois headbanger entre les coulisses et la sc(...)

05/08/2020, 03:39

Jus de cadavre

Franchement Anselmo a agit comme un abruti. Je pense sincèrement qu'il n'est pas raciste, mais il agit toujours comme si il était au camping dans un fest avec ses potes sauf que bah non mec t'es une 'rock star' et t'as en permanence des caméras braquées sur toi... Fin bref, depuis cette histoire(...)

05/08/2020, 00:39

Oliv

Si on veut jouer le jeu des médias et réseaux sociaux de caniveaux bien sur j’entends

04/08/2020, 22:47

Oliv

Il y a bien eu le black power a une époque avec un certain groupe us... et personne n’a bronché

04/08/2020, 22:45

Raumsog

J'avais oublié cette affaire de White Wine Power! Après la divulgation de la video ça avait été la course aux indices par media interposés pour savoir si oui ou non il y avait bien du pinard en backstage ce soir là... Un bon escape game sur le thème du PMU, ça volait très haut

04/08/2020, 18:09

Humungus

Comment ça "White power" ?!?!?!
Mais non allons bougres d'ânes ! Vous êtes encore de ces complotistes qui croient en ce que nous matraquent les médias judéo-maçonniques !
C'était "Wine power" la vérité vraie !
(sic)

04/08/2020, 09:20

Buck Dancer

Morceau comme une synthèse de leur carrière mais non moins excellent.

04/08/2020, 04:36

Gargan

Mecs courageux qui vivent leur passion, mais qui savaient ce qu'ils risquaient. En France, la critique du christianisme et de l'islamisme te vaut limite des points bonus sur le cv (encore plus si ta gueule passe sur un écran), mais uniquement ces religions-ci. C'est le "jeu", si tu passes outre le (...)

03/08/2020, 21:42

Jus de cadavre

Des extrémistes religieux au pouvoir, ça n'a jamais rien apporté de bon nulle part.

03/08/2020, 19:49

Kerry King

Hum c'est terrible...

Ça vaut pas mieux niveau mentalité que le nazisme...

03/08/2020, 19:18

Kerry King

RIP.

Bordel tout les membres d'origine de Molly Hatchet sont morts...

Les 3 chanteurs surtout en plus, plus aucun des 4 premiers albums, triste.

03/08/2020, 19:05

LeMoustre

Quel pays d'arriérés. Honte à ces abrutis.

03/08/2020, 12:08

Humungus

Et du titre et de sa police de caractère...

03/08/2020, 09:36

Jus de cadavre

Interment juste excellent, la quintessence du Swedish Death. Et sur scène c'est la branlée aussi. Terrible !

02/08/2020, 20:19

Humungus

Me suis fait la même réflexion Gargan...

02/08/2020, 08:53

NecroKosmos

Deux albums absolument fabuleux. J'ai découvert ce groupe dans un magazine à l'époque qui ne savait trop que dire sur le deuxième album des canadiens dans sa chronique à sa sortie. Du coup, ça a attiré ma curiosité. J'ai la version CD avec les deux albums sur le même disque. Et je suis d'ac(...)

02/08/2020, 07:56

Kairos

J’aime assez le retour des sonorité gothiques, bon album, PL en a encore un peu sous le coude finalement.

01/08/2020, 23:29

Gargan

"cancer danger"

01/08/2020, 23:02