J’avais déjà traité du cas COWARDS l’année dernière en chroniquant leur premier long, Rise To Infamy, et j’en avais dit tout le GAZA/NAILS que j’en pensais.

Alors, un an et quelques mois plus tard, je vais réitérer mon adhésion à cet ensemble parisien, sans avoir à passer par la case influence/référence, puisqu’ils en sont devenus une eux-mêmes.

Un an et demi, c’est long, rempli de concerts et de rencontres, et surtout, de maturation, qui permet à leur musique déjà extrêmement dangereuse de l’être encore plus.

Le ton, déjà rude à l’origine s’est encore plus affirmé, à tel point qu’il est aujourd’hui très difficile de situer le quintette (J.H – chant, T.A et A.L – guitares, C.L – batterie et G.T – basse), autrement qu’en le plaçant entre les balises très vagues d’un extrême relativement étendu.

Alors, Hardcore ? Post Hardcore ? Blackened Sludge ? Blackened Core ? Je vous donne de suite la réponse la plus évidente, on s’en cogne comme des premières livres de fonte soulevées par Henri Rollins. Le principal est que les COWARDS rentrent en contradiction avec leur nom, et assument leurs prises de position, très véhémentes et ultraviolentes.

Depuis Rise To Infamy qui gardait encore des traces de parrainage externe, les cinq musiciens ont encore plus développé leur singularité, et se posent en 2016 comme chefs de file d’un mouvement radical, qui ne porte pas de nom, ou celui qu’on veut bien lui donner.

Les cinq pistes de ce Still sont à l’image de cette déprimante pochette, figeant pour l’éternité un défenestré qui a sciemment (ou pas) choisi de mettre un terme à son existence…D’un monochrome glaçant, cette illustration colle à merveille à la chair de cet instantané de haine qu’est ce nouvel EP, qui se présente dans sa version vinyle en deux faces complémentaires mais antagonistes.

Face A, trois compositions perso, qui selon leur label Throatruiner oscillent entre un Sludge d’assassins, un Hardcore malsain et un Black Metal au couteau, et qui effectivement, ne font pas dans le détail et instaurent une ambiance glauque comme on les aime tant.

Tout commence pourtant comme un vent d’hiver glaçant les sangs, avec ce « Still (Paris Most Nothing) », qui démarre up tempo pour ne pas tarder à lâcher ses blasts pianissimo, dans un déluge de plomb fondu qui vous met le moral à zéro. Production compacte à outrance (signée Francis Caste aux Sainte Marthe Studios), rythmique et riffs en communion pour nous prendre à rebours, voix qui exhorte la vie hors de ses viscères, et impénétrable mélange de Doom, de Sludge poisseux, de Hardcore véreux et de BM légèrement nerveux, un peu Noisy sur les bords, mais toujours en accroches de ruptures qui vous brisent les cervicales.

« Empty Eyes Smiles » insiste un peu plus sur le Sludge/Doom ténébreux qui vous rend fiévreux, et développe une intro lancinante et douloureuse, qui finalement s’écrase les états d’âme sur une poussée de jaunisse Hardcore délicatement chaotique et dissonante, qui reflète assez bien le petit jeu passé/présent de Still. Et comme ces allers retours s’amusent beaucoup en brisant le moule de quelques blasts très insistants, on flirte encore avec une forme hybride de BM délesté de ses oripeaux les plus vétustes. Riffs qui soudain bombardent et regardent le ciel avec peu d’espoir, et toujours cette voix à la limite de la cassure…

« Like Us » est un aveu en soi, celui de reconnaître que la cruauté musicale n’a pas de monopole, et que les COWARDS ont vraiment décidé de rendre leur musique encore plus tangible, comme un malaise rampant hantant les dérives d’un junkie qui ne verra pas le jour se lever.

Avec un featuring clin d’œil de Matthias Jungbluth de Throatruiner, ce morceau résume toutes les pistes explorées par les deux premiers, en mettant l’emphase sur la violence brute et les coups de rein Hardcore blackisé pour l’occasion.

La face B révèle deux grosses surprises, dont l’une emballé dans un paquet opaque. En effet, « You Belong To Me », n’est rien d’autre qu’une relecture très personnelle de l’imputrescible scie radiophonique des POLICE « Every Breath You Take », dans une version méconnaissable, qui ferait se dresser d’effroi les cheveux du peroxydé Sting. Véritable orgie bruitiste, cette appropriation ne fait pas semblant de tomber dans la profanation et ne marque aucun remord à défigurer de façon Noisy systématique (au point de se rapprocher du Dark Ambient) le classique du trio, hurlant l’éloge d’un Sludge/Doom vraiment dérangeant, et digne de ridiculiser n’importe quelle lamentation des PRIMITIVE MAN ou de SLUDGEHAMMER.

L’autre rafle concerne THE HORRORIST, alias Oliver Chesler, qui se voit délesté provisoirement de son hit « One Night In NYC » (travesti pour l'occasion en "One Night In any City"), qu’on trouvait sur le chef d’œuvre Manic Panic…La transformation des COWARDS est d’importance et renforce la puissance du titre original, dont les parisiens respectent l’ambiance et l’approche Industrialo-électronique. Un bel exercice de style, et une manière très intelligente de refermer la parenthèse Still.

Still justement, est tout sauf un constat d’immobilisme. Les COWARDS continuent leur route et leur évolution, mutant par petites étapes, et se laissant photographier le son à intervalles réguliers. Devenant de plus en plus déviants avec le temps, on se demande légitimement jusqu’où leur périple en forme de cauchemar va les emmener, mais nous sommes évidemment prêts à les suivre, quoiqu’il nous en coûte.

Si vous aimez sortir de votre zone de confort et que le risque artistique représente un prix raisonnable à payer, entrez dans la nuit de Still, tout en sachant que vous n’en ressortirez pas forcément le même.

 Ni vivant d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Still (Paris Most Nothing)
  2. Empty Eyes Smiles
  3. Like Us (feat. Matthias Jungbluth)
  4. You Belong To Me (*** ****** cover)
  5. One Night In Any City (The Horrorist cover)

Site officiel


par mortne2001 le 12/12/2016 à 17:59
85 %    508

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever