J’avais déjà traité du cas COWARDS l’année dernière en chroniquant leur premier long, Rise To Infamy, et j’en avais dit tout le GAZA/NAILS que j’en pensais.

Alors, un an et quelques mois plus tard, je vais réitérer mon adhésion à cet ensemble parisien, sans avoir à passer par la case influence/référence, puisqu’ils en sont devenus une eux-mêmes.

Un an et demi, c’est long, rempli de concerts et de rencontres, et surtout, de maturation, qui permet à leur musique déjà extrêmement dangereuse de l’être encore plus.

Le ton, déjà rude à l’origine s’est encore plus affirmé, à tel point qu’il est aujourd’hui très difficile de situer le quintette (J.H – chant, T.A et A.L – guitares, C.L – batterie et G.T – basse), autrement qu’en le plaçant entre les balises très vagues d’un extrême relativement étendu.

Alors, Hardcore ? Post Hardcore ? Blackened Sludge ? Blackened Core ? Je vous donne de suite la réponse la plus évidente, on s’en cogne comme des premières livres de fonte soulevées par Henri Rollins. Le principal est que les COWARDS rentrent en contradiction avec leur nom, et assument leurs prises de position, très véhémentes et ultraviolentes.

Depuis Rise To Infamy qui gardait encore des traces de parrainage externe, les cinq musiciens ont encore plus développé leur singularité, et se posent en 2016 comme chefs de file d’un mouvement radical, qui ne porte pas de nom, ou celui qu’on veut bien lui donner.

Les cinq pistes de ce Still sont à l’image de cette déprimante pochette, figeant pour l’éternité un défenestré qui a sciemment (ou pas) choisi de mettre un terme à son existence…D’un monochrome glaçant, cette illustration colle à merveille à la chair de cet instantané de haine qu’est ce nouvel EP, qui se présente dans sa version vinyle en deux faces complémentaires mais antagonistes.

Face A, trois compositions perso, qui selon leur label Throatruiner oscillent entre un Sludge d’assassins, un Hardcore malsain et un Black Metal au couteau, et qui effectivement, ne font pas dans le détail et instaurent une ambiance glauque comme on les aime tant.

Tout commence pourtant comme un vent d’hiver glaçant les sangs, avec ce « Still (Paris Most Nothing) », qui démarre up tempo pour ne pas tarder à lâcher ses blasts pianissimo, dans un déluge de plomb fondu qui vous met le moral à zéro. Production compacte à outrance (signée Francis Caste aux Sainte Marthe Studios), rythmique et riffs en communion pour nous prendre à rebours, voix qui exhorte la vie hors de ses viscères, et impénétrable mélange de Doom, de Sludge poisseux, de Hardcore véreux et de BM légèrement nerveux, un peu Noisy sur les bords, mais toujours en accroches de ruptures qui vous brisent les cervicales.

« Empty Eyes Smiles » insiste un peu plus sur le Sludge/Doom ténébreux qui vous rend fiévreux, et développe une intro lancinante et douloureuse, qui finalement s’écrase les états d’âme sur une poussée de jaunisse Hardcore délicatement chaotique et dissonante, qui reflète assez bien le petit jeu passé/présent de Still. Et comme ces allers retours s’amusent beaucoup en brisant le moule de quelques blasts très insistants, on flirte encore avec une forme hybride de BM délesté de ses oripeaux les plus vétustes. Riffs qui soudain bombardent et regardent le ciel avec peu d’espoir, et toujours cette voix à la limite de la cassure…

« Like Us » est un aveu en soi, celui de reconnaître que la cruauté musicale n’a pas de monopole, et que les COWARDS ont vraiment décidé de rendre leur musique encore plus tangible, comme un malaise rampant hantant les dérives d’un junkie qui ne verra pas le jour se lever.

Avec un featuring clin d’œil de Matthias Jungbluth de Throatruiner, ce morceau résume toutes les pistes explorées par les deux premiers, en mettant l’emphase sur la violence brute et les coups de rein Hardcore blackisé pour l’occasion.

La face B révèle deux grosses surprises, dont l’une emballé dans un paquet opaque. En effet, « You Belong To Me », n’est rien d’autre qu’une relecture très personnelle de l’imputrescible scie radiophonique des POLICE « Every Breath You Take », dans une version méconnaissable, qui ferait se dresser d’effroi les cheveux du peroxydé Sting. Véritable orgie bruitiste, cette appropriation ne fait pas semblant de tomber dans la profanation et ne marque aucun remord à défigurer de façon Noisy systématique (au point de se rapprocher du Dark Ambient) le classique du trio, hurlant l’éloge d’un Sludge/Doom vraiment dérangeant, et digne de ridiculiser n’importe quelle lamentation des PRIMITIVE MAN ou de SLUDGEHAMMER.

L’autre rafle concerne THE HORRORIST, alias Oliver Chesler, qui se voit délesté provisoirement de son hit « One Night In NYC » (travesti pour l'occasion en "One Night In any City"), qu’on trouvait sur le chef d’œuvre Manic Panic…La transformation des COWARDS est d’importance et renforce la puissance du titre original, dont les parisiens respectent l’ambiance et l’approche Industrialo-électronique. Un bel exercice de style, et une manière très intelligente de refermer la parenthèse Still.

Still justement, est tout sauf un constat d’immobilisme. Les COWARDS continuent leur route et leur évolution, mutant par petites étapes, et se laissant photographier le son à intervalles réguliers. Devenant de plus en plus déviants avec le temps, on se demande légitimement jusqu’où leur périple en forme de cauchemar va les emmener, mais nous sommes évidemment prêts à les suivre, quoiqu’il nous en coûte.

Si vous aimez sortir de votre zone de confort et que le risque artistique représente un prix raisonnable à payer, entrez dans la nuit de Still, tout en sachant que vous n’en ressortirez pas forcément le même.

 Ni vivant d’ailleurs.


Titres de l'album:

  1. Still (Paris Most Nothing)
  2. Empty Eyes Smiles
  3. Like Us (feat. Matthias Jungbluth)
  4. You Belong To Me (*** ****** cover)
  5. One Night In Any City (The Horrorist cover)

Site officiel


par mortne2001 le 12/12/2016 à 17:59
85 %    401

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Religious Observance

Utter Discomfort

Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Venefixion + Defenestration

19/01 : Brasserie Bleizi Du, Morlaix ()

Photo Stream

Derniers coms

En tout cas beau job de l'ensemble de l'équipe de ce site, avec une chouette ergonomie. Bon, j'ai pas pigé comment on fait pour aller directement suivre un fil de discussions/commentaires sans passer par le titre du thème concerné, mais pas grave.


Sans conteste, ce qui précède est en lice pour être la meilleure discussion dans le futur top 2019...


Putain, ça donne envie tout de même hein...
Pis le "Based on truth and lies" est tellement bien trouvé bon dieu de dieu !


Vive le Méan !


Lemmy disait : "Tant qu'il y aura 2 ou 3 mecs pour jouer et 2 ou 3 autres pour les écouter, le rock se portera bien".
Donc tant qu'il y a aura 2 ou 3 personnes pour écrire et 2 ou 3 autres pour les lire, Metalnews se portera bien ! :-D
Lemmy disait aussi : "C'est pas ta soeur qui m'i(...)


Putain, vla l'équipe :D ! Entre un promoteur de boxe véreux, moi qui pète une durite pour rien et un Bernard Pivot sous je ne sais quelle(s) substance(s) ! Les gens vont se barrer !


Pas eu le temps d'appeler le docteur... je m'excuse ! :-)


... et de consulter... oui, de consulter... vite !


Alors non, une bonne fois pour toutes, on ne s'excuse pas ! C'est bien trop facile !!! On demande pardon, on présente ses excuses, on prie de bien vouloir nous excuser mais tout ! L'excuse est à présenter à l'autre et non à soi même !

"Salut M'dame, je viens de m'introduire chez t(...)


Enfoiré :D Mais c'est ça, lu (beaucoup) trop vite donc compris de travers et je m'en excuse ;).
Rien à voir mais j'en profite, y'a du monde qui va à Morlaix pour la date la plus bestiale de l'année ce samedi ?


On a lu le même livre Grinder92 !!


1) "Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?"
Hé hé hé !
2) LeMoustre et Jus de cadavre vous êtes de vraies zoulettes !!! (sic)
Devenir aussi rapidement cordiale et conciliant...
Pfffffffffffff...
Même pas eu le temps de juter dans mon calbute bo(...)


L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !


De Toulouse via un Ryanair. Merci c'est sympa, à priori on se rejoint avec des potes. Je suppose qu'on campera. Mais boire un godet ou plusieurs avec plaisir. Et non perso aucun conflit du moins me concernant, je ne crois pas qu'il y ait matière à.


@ LeMoustre :
Je viens de capter là :
Tu viens de Albi pour le Méan ?!?!
Pfiou... Quel courage.
En tous cas, si jamais tu cherches un coin étape pour dormir la veille (je suis à 2 h 30 de Méan), n'hésites pas.


1) AAAAAAAAAAHHH !!!
Et un conflit à la VS ! Un !!!
ENFIN !!! !!! !!!
(cela faisait longtemps...)
2) Pour la place :
Sur le site officiel (cela ne va pas tarder je pense) ou actuellement sur celui de la Fnac.